Les aventurières… (2)

Les ENFIN aventurières du Rio Grande (et toc papy), avaient le matin, plein de choses à nous dire.Cela allait d’un bruit qu’elles avaient entendu mais pas la chienne, du coup elles n’avaient pas peur, et allaient voir avec la lampe de poche, pour découvrir un hérisson, en passant par la nuit des étoiles, où elles étaient ressorties de la cabane en douce pour regarder un aussi beau ciel et faire des voeux.

Et puis LA découverte, un beau matin. Il faisait grand jour, et il y avait un petit trou dans la porte de la cabane, qui ne laissait pas passer que de la lumière.

Grande excitation au petit déjeuner (vers 10 H, les filles sont aussi matinales que moi) :

  • Tu sais maman, sur le « mur », en face du trou de la porte de la cabane, nous avons vu l’image de la porte du sous sol et de l’arrière de la maison !
  • Mais à l’envers maman !
  • Fallait se mettre juste au bon endroit qui changeait tout le temps, mais on étaient certaines que c’était bien l’arrière de la maison que l’on voyait !
  • Mais à l’envers maman !
  • C’ETAIT QUOI ? UN MIRAGE ?

Et bien mes aventurières, c’était ce qui avait permis d’inventer la photographie… C’était bien l’image inversée de l’arrière de la maison qui se reflétait via le soleil, sur le « mur » d’en face le petit trou… Et c’est parce que le soleil change tout le temps de place que la terre tourne, que le bon endroit changeait tout le temps…

Pour bien expliquer le principe de la découverte, il a fallu ressortir les « tous l’univers » et pour une fois, faire un petit cours en révisant (chut !) en étant certains d’être écoutés.

Mais quelle horreur pour elles que de constater que pour leur grande découverte, quelqu’un était déjà passé avant elles !!!

J’avais ressenti la même déception en découvrant le pouvoir de la vapeur (en me brûlant, on connait mes dons innés), mais que Denis Papin avait fait la même longtemps avant moi et que le brevet avait été déposé depuis longtemps…

La vie n’est qu’un long calvaire…

11 réponses sur “Les aventurières… (2)”

  1. Adorable !
    Quel talent de raconteuse tu as … (et je me régale aussi sur le blog d’Eléonore, à relire ta version légèrement modifiée des préparatifs du mariage, même si je ne commente pas)

  2. moi c’est un crapaud qui nous avait empêché de dormir ma cousine et moi ! on avait voulu dormir dans une tente dans le jardin, et un crapaud s’était installé entre la tente et le double toit . Il se baladait entre les deux et nous on avait l’impression que quelqu’un marchait autour de la tente, mais quand on regardait dehors on ne voyait personne ! ah la la, quelle trouille !

  3. J’avoue être devenue une lectrice assidue de votre blog depuis votre remplacement à ‘clavier levé’ à la rédaction du blog de votre rejeton n°1. Il faut aimer et savoir écrire pour faire au moins 2 versions du mariage d’Eleonore, et en tant que lectrice, je ne m’en lasse jamais ! On retrouve le même ton enlevé et enjoué, c’est un pur délice de relire chaque post.

    1. Attention : cela a été murement pensé par Pulchérie, relu, avec demandes de rectifications ayant parfois lieu à 1 H du matin 🙂
      Donc pour le « clavier levé » on a fait mieux, d’autant que c’était un peu dans l’urgence 🙁
      Oui, j’aime écrire, si je sais bien le faire, je ne sais pas, mais en tous cas :MERCI !

  4. C’est toujours génial de constater que sa progéniture est éveillée et observatrice. Faut juste jamais être pris en défaut sur les explications sinon leurs mythes s’effondrent. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *