Le vieillissement parfois c’est énervant…

Vous me connaissez, je suis d’une nature relax mais faut pas pousser, et je m’insurge facilement.

Généralement je ne critique pas mère nature qui est super bien faite, sauf en ce qui concerne le vieillissement.

Nous les femmes pensons immédiatement « rides », et dès notre plus jeune âge, nous essayons de lutter contre l’apparition de ces dernières.

Mais le vieillissement touche tout le corps : les yeux, les articulations, la fonction hormonale (de manière moins marquée pour les hommes), le squelette, je ne veux pas vous démoraliser non plus, donc j’arrête là la liste.

Un des effets pervers du vieillissement se produit au niveau de, au niveau de, vous allez rire : au niveau des sourcils.

Farpaitement. Cet harmonieux rassemblement de poils destiné à protéger l’oeil en cas de transpiration dégoulinante excessive, est lui aussi touché par le vieillissement.

Pendant que les tifs se barrent, les sourcils se révoltent.

Les femmes sont généralement assez à cheval sur le problème des sourcils, dès la pré-adolescence. Trop fournis, pas assez fournis, ligne à rectifier, etc… La pince à épiler n’est pas un ustensile accessoire, c’est l’ustensile obligatoire.

A partir d’un certain âge, variable chez tout le monde, les sourcils ont tendance à se raréfier à certains endroits alors que paradoxalement certains se transforment en crin, poussant plus long que les autres en ondulant de préférence et en ne respectant pas la couleur d’origine. Chez les blonds par exemples, le crin qui ondule est très souvent noir, ce qui n’aide pas à son camouflage.

Chez les femmes toujours, cela ne se voit pas trop. Car pince à la main, nous repérons le crin et l’arrachons sans sourciller (ha ha !!!). En plus, nous maîtrisons tout de même la couleur du tout…

Chez les hommes par contre, c’est tout à fait différent. Si certains commencent à ne pas s’offusquer à l’idée de s’occuper un peu d’eux, d’autres restent résolument adeptes du savon et de l’eau, du déodorant tout de même, de l’after shave, et point barre.

Les poils qui pullulent soudain un peu partout : oreilles, nez, + sourcils ondulant de la toiture, ils s’en foutent complètement. Déjà qu’ils ont eu le désagrément de voir que leurs poils sur la poitrines poussaient désormais également dans le dos, déjà que certains ont perdu pas mal de leurs cheveux, ils ne vont pas en plus se torturer.

Car si munie d’une pince à épiler vous arrivez à arracher LE sourcil qui frise et qui fait que vous ne voyez plus que lui,  vous entendrez un cri de putois car ça fait mal (il supporte par contre très bien votre douleur à vous quand vous vous épilez l’intégralité des jambes…).

Alertée par mon père chez qui cela restait discret (ses sourcils étaient blancs et je l’ai soupçonné de les ordonner tout de même), chez mon frère c’était flagrant, et toute la gent féminine se gâchait son repas à la vue des sourcils ondulants. Il ne savait pas à quoi il échappait , nous étions toutes capables de l’agresser sadiquement à coup de pince à épiler.

Du coup, je suis très sensible à cette imperfection certes naturelle, mais pas très jolie.

Et à chaque fois que je croise un mâle porteur de crins noirs qui ondulent, ça m’énerve…

On n’a pas des vies faciles et de toutes manières :

La vie n’est qu’un long calvaire…

Une réponse sur “Le vieillissement parfois c’est énervant…”

  1. Personnellement c’est le point noir dodu ou le bouton d’acé qui me fait frémir d’envie.

    Et je suis mariée à un homme qui n’a ni bouton, ni point noir, ni poil incarné, quele frustration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *