C comme Cendrillon…

Cendrillon_2

Là encore, vous aurez droit, contraints et forcés, à la version Disney)

Cendrillon est la malheureuse fille d’une malheureuse femme morte trop tôt (comme dans Blanche Neige) et dont le père a eu la brillante idée de lui donner une seconde mère (cet innocent) en se remariant (quelle idée aussi de se remarier, je ne le dirai jamais assez, l’ayant fait, j’ai le droit de critiquer !) (et toujours comme dans Blanche Neige).

Le père défuncte juste après le remariage (comme dans Blanche Neige) (les femmes étant des veuves noires à tout le moins ou bien des mantes religieuses, ou des empoisonneuses, allez savoir…) et Cendrillon devient la bonne à tout faire d’une méchante marâtre  et de deux belles sœurs hideuses qui chantent faux comme on ne voit même pas dans Star Ac (contrairement à Blanche neige qui n’a pas de belles soeurs mais qui elle, chante divinement, comme on ne voit pas dans Star Ac).

Faire le ménage est une activité passionnante que Cendrillon partage avec Blanche Neige, mais Cendrillon ne fait pas de tartes… (enfin à ma connaissance)

Elle est belle et gentille (limite conne, mais on ne dit pas cela aux enfants en admiration), assistée par une troupe de souris (qui savent coudre, elles) sympathiques et trognons, et habillées (via Disney, mais je suis une fan, je ne peux pas être parfaite), et sera récompensée par sa marraine la fée qui l’enverra au bal contre vents et marées.

Naturellement le prince (toujours lui) succombera à son charme et remuera ciel et terre pour la retrouver (enfin son père, le roi, pressé d’être grand-père). Heureusement pour lui elle a perdu sa chaussure, ce qui est un indice important vu qu’elle chausse du 32 ce qui est un signe de noblesse évident (on oublie la mère de Charlemagne, la Berthe au grand pied) (un seul en plus : quelle horreur ! le grand chambellan se devant de trouver LE pied taillé 47).

Il est à noter une fois de plus, que de nos jours l’homme peut perdre le post it avec votre numéro de téléphone dessus et oublier son portable dans le TGV, et perdrait donc forcément votre chaussure (encore que cela soit plus volumineux qu’un post-it ou un portable). Et que pour perdre une chaussure il faut le vouloir. Peut-on vraiment perdre une chaussure en espérant que l’homme (toujours lui !) aura sous la main un Grand Chambellan qui fait essayer La chaussure à toutes les femmes du royaume (ou de la république) ?

Nous nous laissons aller à des élucubrations invraisemblables car nous sommes environ 4,5 millions à chausser du 38 et pour le 32 on espère que le prince ne donne pas dans les fillettes : c’est grave sinon et il faut alerter la presse en précisant nom, prénom et grade dans la principauté.Je vous précise également, pour avoir tenté le charme, qu’aucun potiron ne se transformera en carrosse ou en Clio (j’étais plutôt partie sur la voiture, ne me voyant arriver nulle part avec un carrosse en forme de citrouille et 4 pur-sangs à nourrir dans la journée).
Et que transformer 4 souris en bonnes à tout faire, c’est du pipeau, je vous le dis (j’ai déformé le charme devant l’échec souris = pur sang (ça vaut du fric)). Bref, même une voiture en forme de citrouille, je prenais, mais basta ! Ces histoires c’est du pur délire…
Le syndrôme Cendrillon c’est être particulièrement poire (tout en restant souriante, de bonne humeur, et jolie comme un coeur malgré les travaux ménagers) (on rêve tout debout), en espérant qu’un jour un prince, toujours charmant, succombera à notre charme, à une pompe égarée, à notre gentillesse, à notre serviabilité et à notre sourire style « sourire à travers les larmes » pour lequel Maria Schell était très douée surtout dans « Gervaise » (je sais c’est un vieux film mais c’était la reine du sourire à travers les larmes).
La marraine fée étant introuvable sur le marché, faire l’impasse sur le chapitre du bal pour se sortir d’une solitude pesante et filer sur Mystique : aventure garantie (sans carrosse et sans pur-sang).
Ne pas oublier en plus que les hommes ont un faible pour les emmerdeuses et les garces, même les princes (surtout eux d’ailleurs, habitués qu’ils sont à ce qu’on leur succombe pour un rien).
Et ne jamais oublier NON plus que la vie n’est qu’un long calvaire (d’un autre côté si vous souffrez du syndrome Cendrillon, testez le syndrôme Blanche Neige à la place et non pas avec…).
Si j’ai d’autre contes à mettre en pâture ici ? mais nâturellemennnnnnt !
Et si vous voulez récupérer de vieilles godasses un peu partout, pour les semer telles les cailloux du petit poucet (encore un conte qu’il est rigolo), pour que l’amateur de pompes arrive jusqu’à chez vous,  personnellement, je n’empêche personne…
Je SAIS que la mise en page est totalement NULLE, mais depuis sa première édition, ce post n’en fait qu’à sa tête… Car la vie n’est qu’un long calvaire

Une réponse sur “C comme Cendrillon…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *