Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

'1914/1918'

11 novembre 2015

CoquelicotC’est un bleuet, sobriquet donné par les poilus à la classe 17*, parce que les soldats de cette classe n’ont connu que le bleu horizon pour uniforme.

Tout jeune soldat en bleu horizon, il a déjà connu les horreurs de la guerre, et dans sa tranchée, il médite, redoutant le jour qui vient.

Il pense à sa fiancée à qui il a promis, en y croyant vraiment, de rentrer. Il sait maintenant que cette promesse n’était qu’une utopie. Les plus anciens dorment, réfugiés dans la crasse imposée, en proie à la vermine qui les dévore, sous des abris de fortune pour se protéger de la pluie. La vie ici, n’a pas plus de sens que sa promesse d’innocent ne sachant plus ce que peut être “rester vivant”. (Lire la suite…)

Posté le 11 novembre '15 par , dans 1914/1918. 5 Commentaires.

11 novembre 1914

11 novembre 201211 novembre 1914

“Ma très chère petite femme,

Nous avons eu ce matin un engagement assez dur, mais j’en suis sorti indemne, et c’est dans un train qui nous emmène vers (censure) que je t’écris, à la lueur d’une lampe à pétrole. (Lire la suite…)

Posté le 11 novembre '14 par , dans 1914/1918. 6 Commentaires.

C’est l’automne…

MPobilisation généraleIl le sentait venir mais il ne voulait pas y croire….Pourtant l’affiche était pour tout le monde. Pour lui AUSSI, le temps de lire, de sentir malgré la chaleur du mois, le sang se figer dans ses veines, s’y bloquer, s’y réfrigérer…

“Si tu ne veux pas la guerre papa, tu peux ne  pas la faire  ?”

C’était le souvenir de mon grand-père voyant son père partir pour le front. Jour tellement marquant pour un si petit garçon qu’il en gardait un souvenir très précis.

“Un aller et retour à Berlin et je reviens dans 4 semaines”. Rien d’autre à dire. Rejoindre la gare la plus proche, chasser les idées noires.

Y croyait-il, lui qui allait s’enliser un jour dans les tranchées, qu’en 4 semaines tout serait réglé ?

Il voulait y croire je pense.

Il ne savait pas qu’il était le seul à partir avec un billet de retour, quand il regardait ses photos de mariage peu de temps auparavant. Tous les autres hommes présents ce jour là seront morts après 1918.

Le seul à revenir un jour… Quel poids cela doit peser… (Lire la suite…)

Posté le 12 octobre '14 par , dans 1914/1918. 10 Commentaires.

C’est l’été…

ALAPHILIPPE Emile 1913C’est l’été, et la Saint Jean a été comme de coutume : une grande fête dans le village. Il ne peut pas en faire abstraction, c’est lors de celle-ci qu’il a connu sa petite femme.

Son père n’arrête pas de décortiquer un évènement qui s’est produit le 28 juin 1914:


l’assassinat d’un grand-duc, quelque part, en Europe
. Qu’est-ce que la France, sa république, a à faire de cette mort certes tragique, mais bon, il y a tellement de morts tous les jours ?

Un archiduc est mort : il y en a bien un autre pour prendre la suite, et qu’est-ce que foutent encore en Europe des monarchies qui ne servent à RIEN ?

Son père qui n’arpente plus la forêt comme lui tous les jours,  commence à radoter grave en lisant les journaux, et n’arrête pas de lui parler de la “triple entente”: France, Royaume Uni, Russie. Et il peste, son père : que vient foutre la Russie, sous le régime des tsars, d’un ancien régime à terrasser, comme alliée de la France et de l’Angleterre  ? Il le lui demande et il ne sait pas répondre. Il s’en fout, il n’est pas concerné.

Son père n’arrête pas de parler également d’une triple alliance  : Allemagne-Autriche/Hongrie. Il se souvient de 1870, ses parents lui en ont assez parlé, d’avoir bouffé du rat, planqué chats et chiens, et volailles. Les boches, son père il les connait.

LUI PAS.

Il radote le vieux… Sauf le respect qu’il lui doit, et qu’il observe sans dire quoi que ce soit…

C’est l’été, la chasse sera bonne, la récolte également. On y met tout son coeur pour lui faire un petit frère ou une petite soeur au petit gars Henri qui cavale derrière lui…

Il a plu beaucoup. Lui et son fils ramassent les derniers mousserons de printemps, les tous premiers cèpes très en avance.

C’est l’été.

C’est le bonheur.

C’est la joie.

Il s’en souviendra de cet été 1914 qui portera forcément ses fruits…

Il est heureux. Car dans le ciel n’apparait pas l’orage qui se pointe. Longtemps après, il regardera sur les photos s’il y avait un signe, sur tous les morts figurants sur la photo de son mariage. Il n’en verra aucun…

Il ne verra non plus aucun signe sur lui : poumons gazés, l’horreur des tranchées, le triple éclat d’obus qui l’épargnera sans le laisser intact.

Aucun signe…

Les destins se doivent de rester muets. Tu ne sauras ni le jour ni l’heure, et tu ne sais pas que ton père, c’est Cassandre…

La vie n’est qu’un long calvaire..

 

Posté le 4 juillet '14 par , dans 1914/1918, J'aime bien l'histoire. 2 Commentaires.

C’est le printemps…

EmileIl ne travaille pas ce jour là, il se promène…

C’est le printemps qui explose dans la forêt, celle qu’il aime tant, qu’il a parcourue avec son père pendant toute son enfance. C’est le printemps de sa vie encore.

Tout va tellement bien, comment cela pourrait-il être mieux encore ?

Il est jeune, il est beau, il a une femme jeune et belle qui l’aime et qu’il aime, un fils qui promet… (Lire la suite…)

Posté le 24 mars '14 par , dans 1914/1918, J'aime bien l'histoire. 10 Commentaires.

Ils étaient deux…

Ils étaient deuxIls étaient deux, cheminant côte à côte, dans cette région où les fermes ou mas, éloignés de la ville, abritaient des personnes qui parfois restaient des semaines sans se rendre à la ville précisément.

Des personnes qui vivaient en autarcie à une époque où l’on se contentait de peu dans un monde campagnard hostile. Des personnes pour qui le monde se résumait à un troupeau de chèvres ou de moutons, le rucher à surveiller, les cultures à faire prospérer.

Des personnes pour lesquelles un repas de fête c’était des chataignes grillées, avec le dernier fromage blanc de chèvre sucré au miel. Des personnes qui parlaient le soir à la lueur du feu de cheminée. Des personnes hors du temps.

Des personnes qui ne se rendaient à la ville que pour négocier un animal ou deux, du lait, du miel à meilleur prix. Des personnes qui ne voyaient que rarement le facteur, et ne lisaient pas les journaux…

Ils ne marchaient pas, leurs monture le faisaient pour eux. Et les bêtes portaient sur le dos le poids d’une souffrance et d’un devoir difficiles, à tel point que les cavaliers ne les pressaient pas. Les deux chevaux hahanaient dans la côte, même pas vexés par les chèvres gambadant à leurs côtés.

Bien sûr que tous les hommes avaient reconnu leur uniforme depuis le matin, sans comprendre. Mais il y a eu ce couple là.

L’homme savait depuis 14 jours qu’un danger le menaçait, rôdait. Il n’avait trop rien dit à sa femme de ce qu’il avait appris en descendant au bourg pour vendre 5 chèvres pleines. Il n’avait pas trop compris pourquoi un Archiduc assassiné pouvait menacer sa vie. Mais il avait palpé la peur des hommes et était remonté au mas avec celle-ci au ventre.

Quand il les a vus arriver il a compris tout de suite. Ces deux gendarmes tranquilles venaient lui apporter son avis de mobilisation, et il se souvenait qu’il aurait à rejoindre son régiment le plus vite possible.

Restait à l’annoncer à sa femme, sa toute jeune femme, celle qu’il aimait comme on aime quand tout simplement on ne sait qu’aimer.

L’enfant, leur enfant, regardait ces hommes inconnus apporter le malheur, son instinct très sûr le lui disant. Il y avait le cheminement des chevaux, l’air accablé des gendarmes, et puis tout à coup le père prenant sa veste en laissant tout en plan.

Et puis il y avait sa mère, à qui l’homme n’avait rien dit, mais qui avait bien senti qu’il n’était plus le même depuis qu’il était remonté de la ville la dernière fois.

Les gendarmes ont détourné les yeux en la voyant s’effondrer sur le banc à droite de la porte d’entrée. Combien de femmes blessées depuis ce matin ? Combien d’hommes ne sachant rien, et fauchés à tous les sens du terme par la nouvelle ? Combien de pleurs et d’incompréhension ?

Le Phil savait bien qu’ils lui apportaient son avis de mobilisation. Il leur a servi le coup de l’étrier, le 15ème depuis le matin, qui allait rajouter à leur accablement.

Et après leur départ, il est allé directement préparer son paquetage pour partir le plus tôt possible, comme il l’était indiqué, laissant une femme statufiée et un enfant ne comprenant plus rien à l’existence.

“Une petite promenade contre les allemands et je reviens”.

Il n’est jamais revenu.

Et la Phil, n’a jamais compris pourquoi on était venu lui prendre son homme, son amour, sa vie. Elle a tout laissé en plan en son absence, survivant jour après jour en l’attente d’une lettre, faisant la honte de ses soeurs ayant à coeur de tout faire marcher aussi bien, voire mieux, en l’absence de l’homme.

Quand le maire 16 mois plus tard est venu lui apporter le mortuaire, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. S’égarant par une nuit glacée dans la pierraille alentours où elle cherchait son mari, elle est morte à 24 ans d’une chute mortelle dans une crevasse que la neige dissimulait. Morte de folie, de l’absence, de l’injustice du monde.

Elle ignorait alors qu’un 11 novembre verrait venir la paix, enfin. Pour elle la guerre avait été perdue dès le départ de son mari, de son homme, de son amour. Elle ne pouvait pas mourir en paix, elle emportait la guerre avec elle pour l’éternité.

Elle ignorait alors qu’un jour le 11 novembre serait un jour béni par beaucoup car jour de congé.

Son Phil aussi, mort sur une terre froide à mille lieux de sa vie natale…

Cet homme non dépourvu de bon sens, qui n’a jamais compris qu’il devait mourir parce que l’on avait tué un archiduc si loin de chez lui, de cette France dont il était fier et qu’il vénérait.

Je ne sais pas si maintenant on comprend. Je ne sais pas si l’on peut vraiment se mettre à leur place, même un court instant. Maintenant on porte plainte parce qu’un soldat volontaire a été tué au combat. Maintenant, ces hommes et femmes happés par cette tourmente effroyables sont tous morts.

Maintenant il n’y a plus personne pour venir dire que c’était atroce, une génération sacrifiée, trop de morts et de chagrin.

Plus personne ne se souvient non plus de cette époque où l’on pouvait vivre loin de tout, ignorant le monde extérieur qui pouvait vous rattraper pour le pire…

Maintenant, il n’y a plus personne pour porter plainte. Et c’est pour cela que l’ETAT (qui est nous), commence à reconnaître les erreurs, les errements, les égarements, et l’absurdité.

De cette guerre inhumaine dont nous portons le poids d’une manière ou d’une autre, en toute conscience, ou sans le savoir…

Si dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer paraît-il…

Posté le 11 novembre '09 par , dans 1914/1918, Coup de blues, J'aime bien l'histoire. Pas de commentaire.