Merci Free BIS !

haut-debit-copierVoila ce qu’était mon Internet depuis la livraison de mon premier ordinateur qui aurait eu 10 ans en septembre 2012…

J’en entend qui ricanent…

L’homme de l’art m’avait suggéré de prendre une box, et s’était fait un plaisir de faire une étude comparative.

Il s’agissait finalement pour moi, d’avoir mieux en haut débit, de m’affranchir de la facture orange pour mon téléphone fixe et d’avoir les appels illimités, et puis de m’affranchir également des coupons rechargeables valables 30 jours, pour mon portable + plein d’avantages qui m’échappaient un peu…

Autant je me dépatouille impec assez rapidement avec un nouveau programme, autant tout ce qui est connexion, reconnexion, mise en service, ce n’est pas mon truc (je suis capable de m’électrocuter avec une lampe débranchée c’est dire)… D’autant que mon ordinateur actuel souffre d’un faux contact se promenant dans des zones stratégiques et que celui gentiment donné par Louisianne, n’avait pas pu être mis en service avec Orange (alors qu’il me faut un ordinateur de secours pour éviter d’aller squatter chez ma soeur).

Décision concernant l’opérateur prise conjointement : Free dont sa femme et lui sont parfaitement satisfaits, ma soeur idem. Ceci compte tenu de mon budget anorexique, et de mes besoins.

Compte tenu de la susceptibilité de l’ordi actuel, l’homme de l’art s’était proposé pour m’installer ma box, et nous avions fait une simulation de commande, sans la valider, pour voir si je pouvais mettre comme adresse de livraison, celle de mes parents (mon facteur est toujours aussi incompétent, il se serait contenté de poser le colis sur les boîtes aux lettres…).

L’homme de l’art devant partir deux semaines, puis revenir, puis repartir, il fallait calculer approximativement le moment où je serais déconnectée de Orange, dont la lettre d’adieu ne m’a que peu émue, afin d’être reconnectée le plus vite possible.

Notre simulation de commande avait été parfaitement vue, et un charmant commercial de Free m’a donc téléphoné pour me demander ce que je comptais faire. Je lui ai expliqué en gros que ce ne n’était pas moi qui ferais la mise en service, et qu’il me rappelle le jour où, chez l’homme de l’art, nous devions valider la commande.

Je lui ai donc passé ce dernier qui lui a demandé pas mal de précisions :

  • Si l’offre choisie correspondait bien à celle dont il bénéficiait (le look des engins ayant un peu changé)
  • En combien de temps je serai livrée,
  • Etc… (il y a des moments où je ne comprends plus du tout de quoi on parle…)

Le commercial avait bien pigé le problème, et particulièrement que l’homme de l’art s’absentait dès le lendemain. Au cazoù j’aurais bien entendu passé ma commande de chez moi à une date qu’il nous restait à définir, mais :

  • PAS DE PROBLEME, j’ai bien compris que vous ne seriez de retour que le 5 février pour branchement de la box le 6
  • PAS DE PROBLEME, vu le cas, nous pouvons tout à fait programmer la livraison de la box pour le lundi 4 février, avec connexion immédiate, elle ne sera privée de téléphone et d’internet qu’une journée, deux maximum.
  • PAS DE PROBLEME, vous pouvez valider la commande ce jour, il faut entre 10 jours et 3 semaines pour livraison de la box.
  • PAS DE PROBLEME, qu’elle n’attende pas quelques jours pour passer cette commande, la box risquerait d’arriver un peu tard par rapport à votre planning, la connexion free sera bien faite au plus tôt le 4 quel que soit le jour de la livraison…
  • PAS DE PROBLEME.

Tout roulait impec, même si, ayant élevé deux filles, j’ai pris l’habitude d’avoir l’oreille qui frise quand on m’annonce qu’il n’y a pas de problème

Nous avons donc validé la commande, et l’homme de l’art s’est occupé du cas du portable des parents qui quittaient Orange pour Free également.

Le jour de l’enterrement du cousin de papa, le 28, alors que je revenais en vie d’Epernon, j’ai reçu un texto m’informant que ma box serait livrée le lendemain (chez mes parents). Prise d’un doute, j’ai appelé l’homme de l’art à ce moment là dans le midi, qui m’a rassurée immédiatement : il avait encore en tête ce que lui avait dit le commercial qui, pas fou, avait appelé en numéro masqué. Et pas pour rien parce que le 29 au matin, suite à la livraison de la box :

  • Sur internet, plus de son, plus d’image…
  • Côté fixe plus de tonalité…

La livraison avait eu lieu le 7ème jour suivant la confirmation de commande (alors que d’autres vont rouspéter qu’ils ont attendu 3 semaines, et que nous avions tenu compte d’un délai 10 jours/3 semaines). Mais j’étais bel et bien déconnectée et déjà passée sur Free (ce que j’ai vérifié de chez ma soeur en consultant mes mails), ce qui leur permettait donc de bien me facturer février contrairement à ce qui avait été annoncé…

J’ai regardé la notice, contemplé le navrant champ de spaghettis derrière mon meuble TV, me suis souvenue de la susceptibilité de l’ordinateur en service, et je suis donc restée en rade, jusqu’au 6…

Et quand je vois le trafic fait par l’homme de l’art pour tout défaire avant de mettre correctement en service, je me dis que mon immeuble a échappé de peu à une explosion ou une coupure générale de courant pour un temps indéterminé…

Parce que si j’avais voulu tout faire moi-même, en ignorant tout un tas de trucs (comme le fait que le cordon d’antenne TV pouvait dégager), je me serais ouvert les veines avec la télécommande de la box si l’immeuble n’avait pas sauté.

Et il a su lui, tout de suite, comment connecter également mon lecteur/enregistreur DVD/VHS, alors que rien n’était précisé sur aucune notice… (je ne sais pas comment se démerdent ceux qui comme moi n’y connaissent rien, et n’ont pas d’homme de l’art toujours prêt à venir à votre secours…)

Là encore, nous pouvons tous bénir les notices que nous avons en main, car comme le dit l’homme de l’art « que veulent-ils dire en vrai français ? » (bonne question…)

Restait à faire les manips nécessaires pour le changement d’opérateur de mon portable. Là, pas à dire, commande passée le lundi, réception de la carte sim le mercredi, pour mise en service le samedi.

Le truc bien, c’est que j’ai à peu près compris comment procéder, le truc moche c’est que mon portable (pourtant quasi neuf), et bien, un coup il s’ouvre (il l’a fait quand l’homme de l’art a voulu savoir s’il était simlocké ou pas), un coup il ne s’ouvre pas… (quand il a voulu récupérer sa carte sim) pour finalement s’ouvrir comme si de rien n’était…

Enfin bon, une solution sera trouvée, je ne suis pas inquiète à ce sujet.

Adieu SFR, et adieu Orange !!!

La vie n’est qu’un long calvaire…

Les coups de vieux…

Coup de vieux 2Avant toute chose, si quelqu’un sait comment faire partir le commentaire qui figure sur l’image d’illustration, alors qu’avant NON, qu’il n’hésite pas à se faire connaître ! (il aura droit à ma reconnaissance éternelle…)

Cet avis de recherche étant bien visible, je vais vous parler des coups de vieux, tels que je les entends (enfin, ressens…)

Il ne s’agit pas de la première ride, ou du premier cheveu blanc qui fait parfois hurler certaines jeunes femmes…

Non, c’est plus subtil…

  • BB a déjà un mois
  • BB rentre déjà à l’école
  • BB apprend déjà l’histoire
  • Donc au passage, BB vous demande si vous avez connu :
    Jules César et Vercingétorix
    Saint Louis
    Louis XI ?
    Louis XIV alors ? (ton plein d’espoir)
    Napoléon ? (n’y croit plus)
    Pour conclure en s’énervant : mais tu n’as connu personne !
  • BB vient d’avoir son bac
  • BB a quelqu’un dans sa vie
  • BB se marie
  • BB va être parent à son tour. D’ailleurs il ne vous demandera jamais votre avis sur rien de ce qui concerne l’élevage des enfants, vu que lui l’a été à une époque quasi néandertalienne…

Pendant que BB faisait tout cela, il y a eu d’autres trucs…

  • Alors que BB vous avait salement fait remarquer « à ton âge tu ne peux pas comprendre maman » ou un « à ton époque peut-être mais plus maintenant »…
  • Un vieux fichier s’est allumé quelque part, et 3 jours après votre 40ème anniversaire, vous recevez votre première proposition de convention obsèques ! A prix défiant toute concurrence évidemment, vous auriez tort de vous priver.
  • Parce que les propositions de convention obsèques vont se succéder année après année, en vous signalant que vu votre âge, maintenant les cotisations sont plus chères.
  • On commence à avoir les bras trop courts pour lire
  • Et aussi quelques couacs dans une articulation réputée dans la famille pour avoir flingué les vieux jours de tous vos ancêtres…
  • BB et sa soeur passant à la maison, se sont extasiés avec plein de nostalgie dans la voix : « oh une pièce de 2 F« 
  • 5 ans plus tard, votre neveu en visite, regarde votre collection de vieilles pièces et vous demande « c’est de la monnaie de quel pays tatie ? »
  • Est-ce que vous aviez le droit à un téléphone portable dès 12 ans vous ?
  • Comment ça ça n’existait pas ? (merde elle ne va pas pouvoir défendre ma cause auprès de maman…)
  • Et la télé couleur avec plein de chaines non plus ? Mon Dieu, ils ne pensaient pas que vous étiez si vieille…
  • Vos groupes préférés sont quasi inconnus des jeunes
  • ON vous suggère de ne plus mettre votre date de naissance sur votre CV, et de retirer le premier 1/3 de votre parcours professionnel.
  • Dans 10 ans, il faudra en retirer les 3/4…
  • Dans 15 ans, ce ne sera même plus la peine d’envoyer un CV.
  • La semaine qui suit vos 50 ans (décidément le temps passe), vous recevez un avis pour passer votre premier écrasage de seins entre deux plaques première mammographie (à renouveler tous les deux ans)
  • Et pour tout le monde, vu que je ne peux pas oublier le sexe masculin sur ce coup là, un test de dépistage du cancer colo-rectal avec le kit main libre qui va bien pour le faire tout(e) seul(e) chez vous, dans la joie et la bonne humeur naturellement
  • Dans le même temps, la convention obsèques fait un bond de plus vers la hausse.
  • Le banquier vous suggère de prendre une assurance vie sur les têtes de BB et de sa soeur…
  • Les plus jeunes commencent à vous parler systématiquement en haussant le ton alors que vous entendez parfaitement.
  • Le flic contrôle plusieurs fois le rapport entre la photographie sur votre permis de conduire passé à 18 ans, et votre visage
  • ETC…  ETC…

C’est cela le coup de vieux. Le jeune homme qui se lève dans le train pour vous laisser sa place, alors que visiblement vous ne pouvez plus être en cloque. Ce n’est pas un cheveu blanc qui peut parfaitement se teindre…

Ou bien le jeune homme qui se précipite dessus pour vous agresser, comme si vous n’aviez plus la tête de quelqu’un capable de se défendre, parce que vous assumez vos 15 cheveux blancs.

C’est au choix…

La vie n’est qu’un long calvaire…

En fête…

Femme énervéeEh bien non, ce n’est pas la fête vraiment.

Je m’attaque ici aux tics de langage dont nous souffrons tous.  Une fois que nous avons mis le doigt dessus en fait, il n’est pas forcément facile de s’en débarrasser en fait, mais en fait, on pourra en venir à bout parce qu’en fait, le tout est de s’en rendre compte.

Il y en a un qui m’exaspère particulièrement depuis que je l’ai remarqué, c’est le : en fait… (pour ceux qui n’ont pas suivi du tout et rien vu !)

En fait doit normalement préciser quelque chose, mais l’emploi abusif que l’on en fait, en fait, m’exaspère car en fait, je n’entends plus que lui. (« En fait », lorsqu’il a un sens, correspond à une correction, une rectification, une mise au point. « Sourd, dites-vous ? En fait, légèrement dur d’une oreille. »)

Dans la moindre émission, le moindre JT, nous sommes submergés par le en fait, qui va faire qu’inconsciemment, nous allons l’utiliser nous aussi en fait, mal à propos et tout le temps en fait….

Il y a une décoratrice sur M6 qui en fait, me fait changer de chaine ou me plonger en fait, dans un bouquin, parce qu’en fait, elle m’énerve à un point pas possible parce qu’en fait je suis facilement énervée en fait.

  • Donc il s’agit en fait de customiser en fait, une vieille bibliothèque. Alors en fait, nous prenons ce que nous voulons en fait, et nous allons dans un premier temps en fait, poncer la vieille peinture en fait, puis passer une sous couche en fait. Pour cela il faut naturellement en fait des pinceaux de ce type et en fait une peinture en fait bien couvrante.
    Car en fait, chacun choisi sa peinture en fait mais bien couvrante en fait, et supprime ou pas les étagères qui en fait le dérangent. Puis il s’agit en fait, de…

Pitié ! ASSEZ ! La bibliothèque en fait, je m’en cogne totalement désormais et je ne saurai jamais comment on peut la faire moins moche qu’elle ne l’était…

EN FAIT J’EN AI MARRE EN FAIT…

Même le médecin conseil m’avait fait le coup en son temps :

  • Donc en fait, vous souffrez toujours de troubles graves du sommeil et en fait c’est vraiment invalidant. Parce qu’en fait le sommeil est important, voire même en fait primordial pour la santé. En fait toutes les études le montrent, en fait
  • Merde, en fait, rajouter dans le dossier : le manque de sommeil lui flanque en fait, la bave aux lèvres… En fait, faire un rapport aux autorités compétentes, parce qu’en fait, je peux peut-être en fait, avoir le Nobel un jour.
  • Parce qu’en fait, on ne sait jamais…

Maintenant que je vous ai mis sur le bon chemin, comptez… Vous verrez, et cela vous sautera aux oreilles. Et en fait, c’est exaspérant !

C’est comme le carrément. Au lieu de dire OUI on dit carrément !

  • Tu as aimé ce vieux western ?
  • En fait : carrément !

La vie n’est  carrément en fait qu’un long calvaire… (et la langue française carrément en grand danger EN FAIT)

La mise en route de la garantie de mon téléphone portable (2)

Femme en colère exaspération 2Essayant un peu d’oublier la tronche de mes photos d’identité, tronche qui va m’accompagner pendant 10 ans, et me faire refouler à toutes les frontières, j’ai souhaité gentiment la bonne année au mec du service après vente, puis je lui ai exposé mon problème de batterie.

D’un seul regard, j’avais compris au sien que je n’avais été mise au monde que pour l’emmerder ce jour là. Il n’a pas compris en retour, en voyant mon oeil de terroriste en puissance (via carte d’identité toute neuve), que je n’étais pas prête à me laisser marcher sur les pieds.

  • Avant de dire qu’il s’agit de la batterie m’a-t-il dit, il faut que je teste l’appareil.
  • C’est la batterie (10 secondes pour le diagnostic). Par contre pour la garantie il va y avoir un petit problème.
  • Oh, comme c’est surprenant ! Lequel ?
  • Il faut renvoyer l’appareil en usine. On va vous faire un avoir pour que vous rachetiez un portable.
  • Non, je veux le mien, enfin ce modèle là. Vous en avez un en stock pour un échange standard ?
  • Pianotage sur l’ordinateur : non madame, nous n’en avons pas en stock. Je vais vérifier le chargeur.
  • Vous n’allez pas me dire que c’est le chargeur, débranché, qui merde. C’est la batterie et je veux être dépannée tout de suite.
  • L’échange standard est impossible (ben voyons). La seule solution serait de vous commander une batterie, qui arrivera chez vous dans 3 jours maximum, mais là, la garantie ne jouera pas…
  • Je dis OK. Je commande pour 50 euros de batterie. Puis je récupère chargeur et portable et je me dirige d’un air mal aimable vers le rayon téléphonie, déterminée à ne pas en rester là…

Le premier portable que je vois, c’est le mien. Non seulement il est en vitrine, mais dans le tiroir en dessous que j’ose ouvrir, il y en a 10 autres. Je demande un vendeur à la caisse. A la troisième demande la caissière se rend compte que je suis une chieuse…

Le vendeur arrive, nettement plus aimable que le gars du SAV, mais là il faut dire que je suis encore plus énervée qu’en arrivant 1/2 heure plus tôt et que cela doit se voir… Le vendeur lui, sait repérer l’oeil qui tue… D’ailleurs je zappe mes meilleurs voeux…

  • Il me confirme que l’on peut faire un échange standard, mais que dans ce cas là, il faudrait la boîte d’origine avec tout ce qu’il y a dedans (le kit mains libres, puisque le reste je m’en sers depuis 9 mois, et que j’ai tout sur moi, même le mode d’emploi).
  • Devant ma suggestion aimable, il reconnait que je peux très bien prendre le téléphone et le chargeur neuf, mettre dans la boîte le vieux chargeur et le vieux téléphone, que cela sera pareil, et qu’il va même me le mettre en service le nouveau téléphone… (je dois vraiment avoir l’air dangereuse).
  • Il commande au stock le nouveau téléphone qui va m’être donné sous garantie, à un collègue que je dois retrouver à la caisse…
  • Après être passée annoncer la bonne nouvelle au gars du SAV qui va devoir annuler la commande de la batterie. Gars qui me signale et me fait vérifier que pour son ordi à lui, à son poste, il y a zéro portable comme le mien en stock. Ce n’est donc pas de sa faute (c’est de la mienne)…
  • Et qui me fait comprendre que décidément je lui plombe sa journée, parce que l’échange standard n’est pas prévu à son programme…
  • Puis je vais à la caisse et on me rembourse ma commande de batterie (cela m’évitera de passer au DAB dans 1 heure)
  • Un vendeur apporte mon nouveau portable dans sa boîte.
  • A la caisse…
  • Suivie par le gars du SAV qui lui, ne peut pas mettre le nouveau téléphone en service, je retourne au rayon téléphonie.
  • Le vendeur qui m’attendait fait l’échange carte SIM, vérifie le fonctionnement du nouveau téléphone, et remet la boîte avec le vieux chargeur, le vieux téléphone, la carte SIM vierge + le kit mains libres et la notice intacte, à son collègue du SAV.
  • Que je dois suivre pour que nous nous signions mutuellement une décharge…
  • Avant de revenir chercher mon téléphone et son chargeur, au rayon téléphonie en présentant la « facture » en 3 exemplaires de l’échange sous garantie.
  • Je suis folle de rage : quitte à faire un échange sous garantie, ne pouvait-on pas tout simplement me remettre la batterie neuve en récupérant la vieille ?
  • NON !
  • Là, accompagnée du vendeur, je retourne à la caisse pour remettre deux exemplaires de l’échange à la caissière, que je signe, ainsi que le vendeur.
  • Normalement c’est terminé.

Sauf que le vigile qui a tout suivi de A à Z, vu que je n’ai pas arrêté de passer devant lui, avec ou sans personnel de chez Boucher, a fait du zèle et demandé à vérifier tous les papiers que j’avais dans mon sac avec mon portable…

Problème : en achetant le portable en mars 2012, j’avais aussi acheté un chargeur pour voiture. Mentionné sur la première facture que je n’avais plus, et qu’il a fallu aller retrouver DANS LA CAISSE, comme si j’avais pu piquer ce chargeur en toute impunité…

N’ayant perdu qu’une heure et 32 minutes, je suis ressortie  LA BAVE aux lèvres, accompagnée d’une dame qui avait tout suivi depuis ma première arrivée au service SAV. Elle avait un problème similaire, mais avec un lecteur DVD…

  • « Je ne me suis pas fait suer autant que vous, finalement j’ai racheté un lecteur neuf » m’a-t-elle déclaré toute fière « avec l’avoir de l’ancien j’ai fait une bonne affaire ».
  • Peut-être… J’ai tout de même des doutes…
  • En tous cas, cela lui aura pris autant de temps…

C’est rentrée à la maison que je m’apercevrais qu’à force de s’embrouiller dans leurs garanties, échanges standards ou pas, remplissage de boîte d’origine ou tout comme, ils se sont plantés, et que j’ai deux chargeurs : l’ancien et le nouveau, comme les deux testaments.

M’en fous, je n’y retourne pas. Vu le boxon au rayon SAV, le chargeur qui aurait dû être dans la boîte pas-la-neuve-mais-normalement-celle-d’origine passera direct aux pertes et profits. Ils ont le kit mains libres : qu’ils n’aillent pas se plaindre…

Si j’avais dû facturer mon temps, même au tarif d’une simple femme de ménage, ON aurait dû encore me rembourser environ 15 euros…

La vie n’est qu’un long calvaire…

La mise en route de la garantie de mon téléphone portable (1)

Femme en colère exaspération 2J’ai mal commencé l’année. La dernière semaine 2012, mon téléphone portable se déchargeait de manière anormale.

Pour ceux qui débarquent, j’ai été longue à trouver un avantage à avoir un téléphone portable, et je faisais de la résistance.

Mon premier m’avait été offert par les filles pour mon anniversaire 2007, lasses qu’elles l’étaient d’avoir une mère dinosaure. Il était tout simple : il me servait à téléphoner et à recevoir des appels. J’ai mis un temps fou à envoyer des textos, ce qui a stupéfié ceux qui les ont reçus (j’ai reçu depuis des nouvelles de tout le monde, personne n’est mort d’une surprise trop violente…).

Il a fait son temps, et en 2012, comme il me fallait le recharger 2 fois par jour, je me suis décidée à en changer, ayant découvert que changer la batterie me coûterait plus cher que de racheter un portable, et je me suis traînée chez Boucher avec l’enthousiasme qui me caractérise quand je dois me rendre dans une grande surface supérieure à 100 m2…

J’ai bien évidemment pris le plus simple, un Nokia à moins de 40 euros, ne servant ni d’appareil photo, ni d’aspirateur, ni de cafetière, alors le vendeur a commencé à faire la tronche…

Une recharge en 1 heure par semaine cela m’a changé la vie, et puis tout à coup semaines 11/12 de 2012, couic, il se déchargeait tout seul, et cela m’a un tantinet agacée…

J’ai vérifié la validité de la garantie, et je suis partie chez Boucher pour la faire jouer, car de toute évidence, c’était la batterie qui merdait. En plus il lui fallait 4 heures par chargement, j’en avais ras la marmite à neurones de vérifier s’il était chargé ou non.

S’il y a une chose qui est certaine avec la garantie (naturellement vu le prix d’achat, je n’avais pas pris d’extension, et d’ailleurs on ne me l’avait pas proposée), c’est que :

  • Quand vous la prenez : tout va bien à l’avance et vous n’aurez qu’à vous féliciter d’avoir été aussi prévoyant,
  • Quand vous voulez la faire jouer : le problème n’est pas pris en charge, ou bien il faut trimballer l’engin bien lourd jusqu’au magasin, ou bien on vous sort la petite clause en gris clair, derrière le papier de la garantie, prouvant que vous avez forcément fait une mauvaise manip et que donc, comme c’est de votre faute, et bien c’est tant pis pour vous.
  • En gros c’est comme les assurances : pour payer il n’y a aucun problème, en cas de sinistre, ça l’est (sinistre…)

Je suis partie de très mauvaise humeur chez Boucher, car me décidant à me faire refaire une carte d’identité, j’avais la veille été me faire tirer le portrait pour récupérer des photographies dont la seule vision m’a donné envie d’en finir avec la vie tout de suite. La photographe et la dame de la mairie sont restées impassibles, elles, mais j’en ai fait des cauchemars la nuit.

Je souhaiterais savoir ce que la prise de photos d’identité apporte comme clientèle aux chirurgiens plasticiens : là il me fallait un lifting complet, et puis tout refaire au passage…

C’est donc déterminée, mais de mauvaise humeur, que je me suis rendue directement au service SAV, avec la facture de mon portable, mon portable et le chargeur.

Je pensais que j’allais en baver UN peu.

J’avais tort…

La vie n’est qu’un long calvaire…

21 décembre 2012 : la fin du monde

meteoreJe ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne moi je, j’en ai ras la casquette de la fin du monde annoncée par les mayas (il ne nous manque que l’heure, mais certains initiés la connaitraient…).

Il est à noter au passage que les mayas n’ont pas été foutus de prévoir la fin de leur monde à eux, mais c’est une remarque comme ça, en passant…

On peut noter également que des fins du monde, il en a été prévu plein. Je ne sais plus pour quelle année les témoins de Jéhovah défilaient pour sauver notre âme en péril avant la fin inéluctable qui n’a pas eu lieu (après on les a nettement moins vus), l’an 2000 était à craindre, et j’en passe…

Ce battage fait autour de cette fin du monde m’exaspère, mais plus encore, les « documentaires » dont nous sommes inondés depuis pas mal de temps.

Qui vous présentent cette fin du monde comme un fait inéluctable, et non pas comme des hypothèses parmi d’autres… Généralement je change de chaine avant la fin, ce qui serait dommage semble-t-il car c’est pour la fin que l’on garde les vrais experts qui ont de bonnes raisons eux, de ne pas y croire.

Ce qui m’horripile le plus devant ces documentaires, c’est de me demander quel impact ils peuvent avoir sur des esprits fragiles, crédules, et ce qui va bien pouvoir germer dans ces esprits : suicide pour échapper au pire ? attentats pour prouver que c’était bien le pire qui allait arriver ? Quoi d’autre encore ?

L’autre soir il était question du seul endroit qui échapperait à la fin du monde, le pic de Bugarach… Avec le maire qui s’arrache les cheveux, particulièrement devant les lettres d’illuminés qu’il reçoit. Je ne voudrais pas être à sa place. Il n’empêche qu’il a fallu faire appel à des renforts de la gendarmerie pour empêcher tous ceux qui pensent que c’est le seul endroit où l’on pourra survivre, d’envahir le secteur.

Comme l’a fait si justement remarquer le maire : si c’est la fin du monde, c’est la fin de tout. Rien ne sera épargné, et Bugarach ne sera pas plus à l’abri que n’importe quel autre endroit. Il doute (et moi donc) que les mayas aient connu cet endroit ou alors il nous manque plein d’éléments très intéressants sur cette civilisation… Quel charlatant s’est grassement enrichi en montant de toutes pièces cette idiotie ?

Passons sur les séminaires, les semaines de « remise à niveau cosmique » ou de ré-énergisation qui coûtent un rein (hébergement et nourriture non compris) et sont organisés par des gourous qui ressemblent à s’y méprendre à des chefs de sectes qui savent où prendre le blé (assez curieusement chez les pigeons)…

Par contre, il y a eu des petits malins qui en ont profité, devant les demandes, pour vendre du terrain 4 à 5 fois son prix normal : si des personnes sont assez connes pour mettre une fortune dans un bout de terre pour se prémunir de la fin du monde, les vendeurs, auraient eu bien tort de se priver… (quel dommage que ma commune ne soit pas l’endroit idéal, je pouvais vendre mon appartement 5 à 6  fois son prix et je ne m’en serais pas privée…)

Bref, maintenant que le 12/12/12 12 H 12 est passé sans dommage, il ne reste plus qu’à attendre le 21. Avec la presse qui va continuer jusqu’au bout à faire du profit avec des gros titres alléchants, et la TV qui va pouvoir rediffuser certains documentaires que beaucoup ont loupé ce qui était vraiment dommage. C’est le moment où jamais de faire des rediffusions : elles sont tellement rares…

J’espère que vous avez fait des réserves de flotte, de denrées non périssables, de réchauds, d’armes à feu, de duvets, de médicaments, que vos vaccins sont à jour et votre voiture dûment révisée, avec le plein et la pression des pneus faits.

Contre une attaque éventuelle de vampires, il y a toujours l’ail, la croix, le pieu en chêne, par contre je suis très mal documentée sur les loups-garous et les zombis, je n’ai donc aucun conseil à vous donner.

Si nous devons faire face à une invasion d’extra terrestres qui veulent venir profiter de nos derniers poissons avant qu’il n’y en ait plus du tout, je ne sais pas trop quoi vous suggérer à part chanter « l’air des bijoux » avec la voix de la Castafiore : sur un malentendu, ça peut marcher…

N’oubliez pas les piles de rechange pour toutes vos lampes et les recharges pour le réchaud, ainsi que les allumettes : ce sont les petites erreurs qui ont perdu les grands stratèges (c’est ballot d’avoir le réchaud mais pas les allumettes).

« On n’est jamais trop prudent » m’a signalé ma voisine du dernier étage, qui revient depuis un mois, tous les jours, avec des cabas archi pleins. Le premier jour je l’ai aidée à tout monter (panne d’ascenseur), le deuxième jour je me suis interrogée, le troisième jour j’ai eu droit au « je n’y crois pas, mais… » et maintenant elle se démerde pour transformer son appartement en bunker qui pourra faire épicerie.

En cas de Tsunami, je ne sais pas si elle a prévu un radeau pneumatique, vu qu’elle est au cinquième elle aurait ses chances (à 78 ans, se mettre à l’aviron lui ferait le plus grand bien).

« On n’est jamais trop prudent », je veux bien : l’hiver j’ai toujours plus de réserves chez moi, en cas de neige et d’impossibilité d’aller faire mes courses. Ca s’arrête là…

Elle a raison finalement avec sa prudence. C’est comme moi : je ne suis pas superstitieuse : ça porte malheur.

La vie n’est qu’un long calvaire… (courage, tout sera bientôt terminé…)

Lien vers un site très bien fait sur cette fin du monde : http://www.2012-2025-findumonde.com/fin-du-monde-2012-vrai-ou-faux.html

PS : ayant entendue une illuminée déclarer pour le 12/12/12 12H12 que l’arcane du tarot n° 12 était le pendu et que c’était très mauvais, je publie le 13. Le 13 c’est l’arcane de la mort… Zut j’ai passé le 13 H 13…

PPS : j’aurais pu attendre le 16 (16 H 16)  « la maison dieu » l’arcane le plus mauvais, mais cela aurait gâché votre dimanche… 🙂

SOS dépannage ne répond plus…

Femme au téléphone 3Je n’ai pas encore pu tester mes nouveaux voisins du dessous, arrivés début octobre et fort discrets (ça me change) qui ont l’air charmants.

Celle du dessus est une jeune femme très bien, rien à redire

Les connards d’en face ont quitté leur appartement Il y a deux semaines, je suis RA-VIE (et je prie pour qu’ils ne soient pas remplacés par des joueurs de batteries…).

Les jeunes dont celle qui accouche avec moi en moins d’une heure, sont partis en août et n’ont pas été remplacés pour l’instant (tout le monde prie pour que leurs remplaçants soient aussi discrets qu’eux).

Quelque part je fais partie de la vieille garde, ça m’a fichu un coup de mou dans le genou quand je l’ai réalisé, depuis, je boite.

Bref, il y a deux semaines le mercredi dans la soirée, on vient sonner à ma porte :  la voisine du dernier étage.

  • Madame Dabra, l’ascenseur est en panne depuis samedi matin (je sais). Vous avez téléphoné ? Quand vont-ils venir ?

Alors là, le scoop est tombé.

  • Non je n’ai pas téléphoné.

Parce que depuis que j’habite ici, c’est toujours moi qui téléphone. Il y avait déjà eu le coup du chat (ICI) qui pouvait vous donner une idée de la situation.

Donc, depuis 1995 que j’occupe cet appartement, c’est moi qui téléphone à qui de droit quand :

  • Le trop plein déborde dans le local poubelles parce qu’il y a 4 machines à laver qui tournent en même temps
  • L’antenne TV merde
  • Il n’y a plus de courant dans la cage d’escalier. On peut toujours monter prudemment dans le noir, mais trouver la serrure est difficile quand on n’a pas de lampe de poche (que celui qui se promène systématiquement avec cet engin se dénonce…)
  • Que deux ou trois ampoules sont grillées dans le hall et la cage d’escalier
  • Pour signaler que le chauffage se comporte curieusement
  • Ou qu’il n’y a plus d’eau chaude…
  • Pour dire que l’ascenseur est en panne
  • Dès qu’il y a un problème quoi, en gros.
  • De même en cas de coupure générale de courant dans le secteur, on est toujours surpris d’apprendre en appelant EDF, qu’il y a eu peu d’appels. Tout le monde pense que les autres vont se charger de le faire…

Le pire étant que les anciens (mais pas encore les nouveaux) ont pris l’habitude de se dire que ce n’est pas la peine qu’ils se dérangent ou téléphonent : puisque je suis là, je vais m’en occuper.

Quelques jours plus tôt, c’était la cloche d’alarme de l’ascenseur. J’ai été la seule à sortir au bout de 5 coups désespérés (je testais les réactions des autres) pour constater qu’il y avait 3 personnes de coincées dedans. J’ai donc appelé les pompiers, qui ont appelé la compagnie d’ascenseurs, et c’est moi qui ai réconforté les 3 malheureux pendant 1 heure, parce qu’une dame paniquait.

Ma voisine du dessus, qui rentrait du boulot et monte toujours à pieds, a été outrée d’apprendre que PERSONNE D’AUTRE n’avait réagi, et a pris mon relais, ce qui fait que j’ai pu rentrer tranquillement chez moi (heureusement, les pauvres ont attendu le dépanneur deux heures).

Donc là, l’ascenseur était à nouveau en panne depuis le samedi matin.

Croyez-vous que quelqu’un s’en est préoccupé ?

  • La dame du dessus qui ne le prend jamais, ignorait totalement sans doute, qu’il ne fonctionnait pas.
  • Ceux d’en dessous sont dans le même cas.
  • Donc ne restent que les anciens, dont moi.
  • « Madame Dabra va s’en occuper ».

Eh bien non, Madame Dabra ne s’en est pas occupée, elle s’en tamponne les amygdales de l’ascenseur Madame Dabra, elle estime que le premier qui constate un problème peut s’en charger.

La dame du dernier, qui a du mal à monter l’escalier vu son grand âge et l’état de ses genoux, a été outrée de l’apprendre. Et que je puisse lui demander si elle sait se servir d’un téléphone (la réponse est oui, le tout étant d’avoir l’idée de le faire).

Tout ce qu’elle a trouvé à dire c’est « je croyais que vous vous en étiez occupé ».

1/2 heure après, c’est le monsieur du premier, qui lui, monte à pied, mais pas sa femme, parce que le genou en vrac est à la mode dans l’escalier.

J’ai juste dit « bonsoir », et je n’ai pas attendu la question pour dire « non je ne me suis pas occupée de l’ascenseur, tout le monde peut bien avertir qui de droit dès qu’il y a un problème, je ne suis pas SOS dépannage ».

Il est reparti, vexé.

Ils n’auraient pas tous plus de 70 ans (les anciens), je pourrais dire :

  • « Ah ces jeunes » !

La vie n’est qu’un long calvaire…

D’un autre côté pourquoi faire aujourd’hui ce que quelqu’un d’autre pourra faire à votre place demain ?

Le retour de l'ordi (et de la sorcière…) (2)

Je_hais_l_informatiqueDonc je vous disais que je suis parfois d’une grossièreté insoutenable, et tout particulièrement quand je suis obligée à une heure du matin, de me foutre mettre à 4 pattes avec une lampe de poche pour repérer des branchements.

Qu’il m’a fallu débrancher pour aller les refaire ailleurs, sinon, cela n’aurait pas été drôle.

Mais au bout du compte, cela a marché, tout fonctionnait bien, j’avais de la jolie musique « tout va bien, je fonctionne », Internet et tout le bataclan, et j’ai passé encore une heure à récupérer mon fond d’écran (mes filles dans un arbre, quand elles étaient petites et moi toute jeune), et quelques musiques, sur mon disque dur externe dûment BIEN installé.

Deux jours après j’ai eu une merde, et j’ai appelé l’homme de l’art pour la lui expliquer, alors que j’étais toute fière d’avoir bien mis en service le nouvel ordi (tandis que lui comprenait avec justesse et intelligence qu’il faudrait prévoir une solution de secours, vu l’âge du remplaçant (7 ans)).

De la Grande Motte, il a une vision directe sur les alentours de Rambouillet et a dû téléporter directement ses yeux derrière moi, car il m’a diagnostiqué immédiatement un deuxième anti-virus, qui contrariait Avast en m’affichant « erreur sérieuse récupérée ». En trois clics, cela a été résolu.

J’admire toujours… Comme l’informaticien de chez Truchon qui, de la Guadeloupe, me faisait récupérer mon « setup » sauté, en moins d’une demie heure.

Donc tout tournait rond, et vendredi 9, voilà t-y pas que je décide de recopier 3 films venant de deux clefs USB sur mon disque dur externe.

Et là, après la première copie, l’ordi ne reconnaissait pas la deuxième clef, et m’a gentiment demandé de le redémarrer (ce que j’ai fait connement, ça m’apprendra à écouter les ordinateurs). Au redémarrage j’avais une image fixe me rappelant la marque de l’ordi, mais je n’avais plus rien d’autre et ne pouvait rien faire, tout était bloqué…

Deux pannes à 15 jours de distance, presque à la minute près : ne venez pas me dire que j’ai de la chance !

L’homme de l’art appelé le samedi, me fit tester quelques trucs (que j’avais déjà tentés), mais rien à faire : l’ordi bloquait l’accès au clavier. J’avais testé à 2 H du matin, le clavier de secours : cela ne venait pas de là.

Cela pouvait être un virus (vu les manips clefs USB)  ou une merde plus grave. Fort heureusement, il rentrait le lundi (le nouvel ordi ne connait que trop l’homme de l’art qui a réussit à le mettre en service, et il se met en panne juste quand il revient, et non pas quand il vient de partir !).

Comme d’habitude dans ces cas là, je l’attendais comme on attend le messie, mais il prévoyait que ce ne serait pas simple.

Cela ne l’a pas été.

Il s’est fait peur (et à moi donc) et a commencé d’abord à décortiquer le vieil ordi, au cazoù il trouverait la panne (c’est encore la carte vidéo-graphique-écran qui merde totalement, à changer pour la deuxième fois, et là, trouver une pièce de rechange va poser problème, Enthara bravo pour le diagnostic !).

La vision d’un PC ouvert sur ma table de salon me donne des sueurs froides. J’étais à deux doigts de fumer à nouveau (j’en avais grillé 4 le vendredi soir en essayant de redémarrer le NOUVEL ordi…). La vision du deuxième ouvert à son tour n’a pas arrangé mes neurones, mais tout à coup, à trifouiller DANS le nouvel ordi en marche et avec l’image toujours fixe et pas le son, PAF, tout est revenu.

  • « C’est un faux contact, et c’est effectivement tes manips clefs USB qui ont fragilisé le truc. C’est vicieux, cela peut revenir en pire ». Je ne vois pas comment cela pourrait être pire pour moi qui ne sait pas du tout ce qui se trouve et où, dans le ventre d’un PC.
  • « Ne fait pas comme moi, il ne faut pas tripoter à l’intérieur d’un ordinateur quand il est allumé » (ça ne risque pas, faudrait déjà que j’arrive à l’ouvrir).
  • « L’ennui c’est que la configuration interne de celui-là est totalement différente de l’autre, et qu’on ne peut pas interchanger de pièces » (bah merde alors)

Mais bon, tout allait bien, tout se mettait en route, avec quelques peurs.

  • Plus d’image : c’est normal, l’écran s’est débranché
  • Plus de son : c’est normal, la boîte à musique est débranchée
  • Plus rien : c’est normal, comme tout est en tas dans l’entrée, tout s’est débranché.

Lui, ne panique jamais.

Et moi non plus quand il est là, parce que je SAIS:

  • Qu’il trouvera le truc
  • Qu’il trouvera le truc pour contrer le truc
  • Qu’il a une solution
  • Qu’il trouvera une solution.

Bref, j’ai retrouvé l’autre en bon état de marche, mais dont je sais qu’il souffre d’un faux contact.

Rhume interdit, un simple éternuement pourrait le contrarier.

S’il est contrarié je peux toujours le secouer pour le remettre en route (avant d’appeler l’homme de l’art), sur un malentendu, ça peut marcher…

La solution de secours est en route pour vendredi, et la route est ouverte vers une box qui va me changer la vie (en tous cas l’état de mon compte en banque…)

Bref peut-être que pour une fois le dernier trimestre de l’année ne sera pas qu’un long calvaire.

Oui, parce que généralement octobre, novembre, décembre, ce n’est pas ça, janvier et février non plus, juin c’est limite, août ne me porte pas chance, il ne me reste pas beaucoup de mois pour permettre à la chance de me rattraper.

Sauf essayer de contrarier le destin…

Clin d’oeil 🙂

Le retour de l'ordi (et de la sorcière…) (1)

Je_hais_l_informatiqueCertains l’auront peut-être remarqué : je souffre d’un manque de bol hyper chronique… (Si, si, vous l’avez remarqué)…

Ca a commencé à la naissance quand le cordon m’avait étranglé et que l’on a craint pour ma vie pendant quelques heures. J’ai passé ma première nuit sous une tente à oxygène, sans devenir aveugle (car à l’époque : trop d’oxygène = cécité) CAR :

Si je n’ai pas de bol, je n’ai pas choppé la poisse la plus complète NON PLUS. Si la chance me court après sans arriver à me rattraper, la poisse l’accompagne pour l’instant. Croisons les doigts pour que la chance gagne.

BREF, j’ai eu plein d’emmerdes avec mon ordinateur de base, datant de 2002 (tout de même), et lors d’une précédente panne en 2011 (en fait, plusieurs à la suite), avant que l’homme de l’art n’arrive à me restaurer la bête (qui n’avait jamais aussi bien marché après son intervention depuis on installation) un ami très cher m’avait donné son vieil ordi, remplacé désormais par un portable.

J’avais donc de secours une TOUR, un ECRAN (qui a remplacé mon vieux de 2002 en 2011), un clavier et un mulot.

J’en profite au passage pour demander à la personne qui m’avait gentiment donné un écran, que j’ai toujours EN SECOURS, de me contacter personnellement pour me re-donner son nom et son adresse afin que je lui rembourse ENFIN ses frais de port (refermons la parenthèse, et encore merci).

Sauf que l’homme de l’art n’arrivait pas à me configurer mon vieil internet sur cet ordi, vieil internet qui va bientôt être remplacé par une BOX car je vais donner désormais dans la nouveauté la plus nouvelle.

Je ne vous dis pas le nombre d’heures qu’il a pu y passer, sans s’arracher les cheveux, ce que j’admire. Et puis l’ami cher contacté m’a envoyé ses CD d’installation et de restauration, et miracle, j’avais un ordi de secours.

Juste à défaire les branchements du mien, et à les refaire sur l’autre, en prévoyant une solution de secours que je puisse mettre en place moi-même.

Evidemment l’ordi de 2002 qui tournait comme un moulin et sans accrocs, depuis pas mal de temps, a attendu que l’homme de l’art parte à la Grande Motte pour me lâcher.

Objet inanimés avez-vous donc une âme ? Je ne me le demande même plus…

C’est simple, l’homme de l’art est parti le jeudi, et le vendredi soir vers 23 H, alors que je fourbansais sur Internet, tout à coup, plus de son, plus d’image.

J’ai pensé sottement à une panne d’écran, et je suis allée chercher celui de secours, mais mon ordi n’a rien voulu savoir. Il avait le son, j’entendais la musique caractéristique signifiant « je suis en route et tout va bien », mais, il n’y avait plus d’image.

Je ne vous dirai pas les gros mots que j’ai pu prononcer entre 23 H et 1 H du matin, heure à laquelle je me suis décidée à mettre en service l’ordi de secours, pour enfin voir.

Parce que seule, je suis d’une grossièreté insoutenable, un corps de garde tout entier tomberait dans les pommes, rien qu’à entendre les premières parties des phrases ignobles que je peux prononcer…

La vie n’est qu’un long calvaire…

L'adieu au vide-ordures… (2)

Vide ordureCeci s’était passé à 9 H 30, j’ai fait mon petit calcul pour appeler madame Van Den Connasse à 12 H 30 pile pour lui demander « ce qu’ils foutaient » (en plus poli tout de même, mais l’esprit y était…)

Elle était bel et bien en train de manger (chic) et je lui ai précisé que j’aimerais bien me laver, vu qu’en attendant je n’avais pas osé le faire (je vais prendre ma douche, le téléphone sonne ou la porte d’entrée, au choix, c’est obligé, et puis là ils devaient revenir au bout d’une heure, donc j’étais toujours sur le qui-vive…)

Elle m’a précisé qu’ils avaient eu des problèmes avec certains vides-ordures (déjà condamnés par les propriétaires) et qu’ils ne seraient pas chez moi avant 15 H

J’ai répondu « non 14 H, parce qu’à 15 H j’ai un RV important que je ne peux pas remettre » (et la taille de mon nez reste normale).

Donc à 14 H, j’ai vu arriver les deux bras cassés, madame VDC  ayant également autre chose à faire sans doute mais leur ayant donné la consigne de commencer par moi, sans doute de peur que je ne sature sa messagerie de portable… (ou que je finisse par lui rouler dessus, un jour…).

Ils avaient découpé des morceaux de placo dans le hall avec force bruits, morceaux destinés à combler l’ouverture béante (que je regardais parfois d’un air inquiet : et si un rat allait sortir de là ?)

Naturellement, le morceau ne s’adaptait pas au trou-dans-la-gaine, ils l’ont donc retaillé, en en foutant bien partout dans ma cuisine. La taille n’était toujours pas bonne, car un peu trop petite pour le haut, et trop large pour le bas.

Cela ne les a pas dérangé du tout, ils ont mis en place le morceau (avec 2 mm dépassant en bas sur 1 cm), ils ont barbouillé du ciment à prise rapide tout autour du morceau de placo, en insistant bien sur le haut, pour que l’air ne passe pas (tout de même), et surtout pour que le morceau ne bascule pas dans la gaine.

Ils n’ont rien lissé du tout, ils ont bien tartiné le ciment à prise rapide, avec un plaisir évident, puis  ils m’ont dit « au revoir madame et à bientôt » (comment ça à bientôt ?).

Et là, après avoir balayé, j’ai pu contempler le chef d’oeuvre.

Gendre n° 2 artiste peintre refusera de peindre par dessus et de signer ce truc immonde parce qu’en aucune manière, on ne pourra faire passer cela pour de l’art nouveau, contemporain, d’avant garde ou même d’arrière garde !

Et même si j’ai vaguement en tête de repeindre ma cuisine (si je trouve au bord de la route de la peinture jaune + de la peinture  blanche spéciale plafond), je ne sais pas trop comment faire pour que l’emplacement de l’ancien vide-ordures devienne invisible.

Apercevant Madame Van Den Connasse le lendemain, et alors qu’elle essayait de se défiler en faisant celle qui ne m’avait pas vue, j’ai klaxonné bien fort et elle a bien été obligée de venir me voir.

  • Je lui ai signalé que les deux bras cassés avaient travaillé comme des cochons et que c’était une honte.
  • Elle m’a répondu que « brut de décoffrage » était ce qui était prévu dans le devis. Et que c’était pour tout le monde pareil.
  • Je lui ai sorti le devis que j’avais pris avec moi en lui soulignant que « non » et que du coup, c’est tout de même avec le syndic que j’allais débattre du remboursement de ce qui m’était dû à savoir : deux facturations de trop + la différence entre le devis initial et le brut de décoffrage.
  • Elle m’a rétorqué qu’avec une meuleuse il y en avait pour 5 minutes pour tout bien lisser.
  • « Ah, une meuleuse, cet engin que tout le monde possède et donton se sert au moins une fois par semaine ? »
  • Elle est devenue toute rouge : je vous le dis, un jour elle va se faire mal. Moi j’attends tranquillement qu’elle explose…
  • « Bah, vous n’avez qu’à mettre un poster par dessus ». Au dessus du lave linge, et à gauche du four, c’est l’endroit idéal…

Je suis partie sans lui rouler dessus, mais c’est parce que je suis victime de 2012 ans de civilisation judéo-chrétienne (tu ne tueras point)

Je ne savais pas tout.

Les copropriétaires qui avaient déjà condamné leurs vides-ordures (et il y a beaucoup de nouveaux depuis 2 ans) et carrelé par dessus la gaine ont vu leur carrelage sauter. Chez eux aussi, c’est divin. Parce qu’ils ne peuvent pas remettre le carrelage (foutu), même après meulage avec l’engin que tout le monde possède et dont l’utilisation est hebdomadaire.

Soi-disant qu’il fallait mettre du placo anti-feu (petite je croyais que le tifeu était un matériau particulier), d’où la démolition pour « on défait tout et on recommence ».

Je ne vous raconte pas l’ambiance le samedi qui a suivi, dans le hall comme d’habitude, ma voisine du dessus qui avait fait refaire intégralement sa cuisine 2 mois avant, en pleurait presque… Parce qu’en plus elle n’était pas là, avait laissé ses clefs à qui de droit, et était rentrée le soir pour constater le carnage…

Après examen, un connaisseur a dit que c’était du placo tout bête qui avait été mis, et qu’on nous prenait pour des cons.

Quand j’ai rétorqué « on nous prend toujours comme des cons, on rouspète après alors qu’on ne se déplace même pas pour l’AG », il y a eu un silence gêné…

Le bilan c’est que toutes les cuisines ont une plaie immonde, même les neuves, et que finalement certains commencent à se dire que se déplacer pour l’AG, c’est peut-être utile… Il va falloir par contre en faire avancer la date, car généralement c’est prévu pendant les grandes vacances, à une époque où il y a beaucoup d’absents…

Sinon le syndic en cas d’urgence, a une prédilection pour le samedi matin, alors qu’il y a beaucoup d’absents également. Du temps du syndic bénévole, l’AG avait lieu un jeudi soir, hors vacances scolaires… (mais ça c’était avant…)

Depuis le bouchage des vides-ordures on ne voit plus Madame Van Den Connasse.

Parce qu’il y a eu aussi un problème avec le chauffage, mais c’est une autre histoire…

La vie n’est qu’un long calvaire…