Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

J'ai des questions… Enfin une, ça suffira pour aujourd'hui…

Mon_animal_de_compagnie

Elle ne peut pas me cacher quand elle s’en va. Elle s’imagine que je n’y voie que du feu quand elle fait attention à ce que je ne remarque rien, mais elle peut se brosser, je connais les bruits, les objets, et je dépiste les truc louches à 3 kilomètres.

Un exemple : son grand cabas rose. Elle l’emmène généralement pour aller à la chasse aux croquettes (ou d’autres trucs dont je ne comprends pas bien l’utilité). Les zétrumains n’ont rien d’imprévisible. Ils se comportent tous de la même manière. Ce qui me laisse perplexe c’est que quand j’étais petit, ma maman dont je me souviens vaguement, ne m’a jamais appris à attraper des sacs de croquettes.

Jamais. Elle a dû manquer de temps… Je ne serais pas dans la merde s’il me fallait les chercher moi-même.

Donc, contrairement à d’habitude, elle trimballe son grand cabas rose dans tout l’appartement et pire, elle y met des petites affaires que je connais bien mais qu’elle n’emmène jamais quand elle part à la chasse aux croquettes.

Quand elle met dedans la trousse bleu marine dans laquelle elle a mis au préalable le truc avec laquelle elle se frotte dans la bouche, je sais que ça sent mauvais.

Mais si ! le truc qui lui met de la bave aux coins de la bouche et qui la fait parler mal… DIABOLOCH-TUFECHIER qu’elle éructe, alors que dans la baignoire, j’attends qu’elle me mette l’eau à couler (en vain d’ailleurs, elle est très têtue). Quand elle embarque le truc à faire de la bave ça veut dire :

  • Qu’elle s’en va ailleurs qu’à la chasse,
  • Qu’elle ne reviendra pas dormir.
  • Qu’elle s’en va et qu’elle va m’emmener ailleurs. Ca, j’aime pas, je vous l’ai déjà dit, je déteste le truc qui pue et fait vroum vroum.
  • Donc je reste planqué, carrément SOUS ma couette, on n’est jamais trop prudent.

Bon tout à coup, de sous ma couette, j’ai entendu qu’elle sortait le GRAND truc pour me mettre des croquettes. Ca veut dire que je ne pars pas, que j’ai de quoi manger pour un moment, d’autant qu’elle me met de l’eau de rab en plus (au lieu de laisser le robinet ouvert ce qui serait si simple et si agréable pour moi).

Quand elle s’en va en me laissant tout seul pour la nuit, j’aime pas non plus. Limite, j’ai peur (mais juste limite, c’est histoire de vous faire pleurer, en fait l’absence de bruit d’elle me perturbe (elle appelle cela de la musique)). Je m’interroge alors silencieusement, toujours sous ma couette : qu’est le pire ?

  • Elle m’emmène et j’aime pas, car je ne sais jamais où, sauf que chez le mec qui me met un truc dans le cul, elle n’emmène pas son truc à frotter dans la bouche, donc si je sens que je vais partir aussi, je me demande où cela va me mener…
  • Elle ne m’emmène pas et j’aime pas non plus.
  • Insoluble. En fait, il faudrait qu’elle reste là, mais rien ne l’empêche de partir, dans ces cas là, je ne suis pas maître chez moi, et ça, ça fait vraiment chier.

Donc elle est partie, pendant que j’étais toujours planqué sous ma couette. J’avais entendu le zipppppp de la boîte rouge dans laquelle elle met son oreiller maintenant, parce qu’elle prend de l’âge et des manières de mémère à son chatchat (c’est quoi ?)  et j’étais donc certain que j’allais passer la nuit tout seul.

Le fait qu’elle s’en aille ne m’a pas empêché de faire mon boulot de chat : dormir sous ma couette. Puis dans mon petit couffin, puis sur son canapé (hé hé…), en faisant entre deux petits sommes, des pauses croquettes, litière, et regardage par la fenêtre car elle n’avait pas oublié de m’ouvrir mon rideau et de me mettre mon petit pouf pour que je vois tout bien dehors…

Elle est sympa dès fois… Je l’ai bien élevée (sauf pour les robinets qu’elle laisse fermés).

Une nuit ça va, mais le temps a passé, et puis pas de retour alors qu’il se mettait à faire encore nuit dehors.

Ca allait, j’avais encore de quoi manger, de quoi boire, et de quoi dormir, mais je m’ennuyais d’elle un peu, tout de même…

2 nuits tout seul, c’est long.

Et puis tout à coup, alors que je dormais bien au chaud sous ma petite couette, le bruit de la clef dans la serrure, la porte qui s’ouvre, les boîtes et cabas qui tombent par terre, la porte qui se referme, et le krikitu du zétrumain qui rentre. ELLE !

Normalement je l’attends derrière la porte après avoir reconnu le bruit spécifique de son truc à elle qui pue et fait vroum vroum, mais là, je dormais.

Quand je l’attends derrière la porte, c’est en miaulant d’ailleurs, dès fois qu’elle me loupe…

Bien obligé de sortir de dessous ma couette quand mon emmerdeuse de zétrumain s’est mis à crier “il est où le petit Diabolos à sa maman ?”.

Obligé… NON Mého… J’ai pas bougé. Faut pas charrier, elle m’abandonne pendant 2 jours et faudrait que je lui saute dans les bras dès qu’elle passe la porte.

Elle a vu que j’étais sous ma couette (ça mépate toujours, comment sait-elle que je suis là ?). Sans précaution et tout et tout, elle a soulevé la couette pour me dire : cava-mon-pépère-àsa-maman ? Jesuisrevenue (j’avais vu) Bonnannémontipèro (et puis quoi ?).

Vous pouvez me dire pourquoi tant de haine ?

Pourquoi est-ce qu’elle m’abandonne pendant deux jours  pour revenir en plein pendant ma sieste ??????

Les zétrumains sont un long calvaire…

Un petit ronron, un petit miaou (une fois ça allait bien), je suis allé manger UNE croquette, et je suis retourné me coucher.

Faut vraiment pas charrier !!! Je veux bien faire plaisir, mais faut pas pousser… La sieste c’est sacré !!!

BONNANNEE SINON IL PARAIT… (t’en foutrais moi de la bonnannée…)

Posté le 2 janvier '11 par , dans Les pensées de Diabolos. Pas de commentaire.

Le retour de Diabolos… (eh oui, c'est vraiment la fin des vacances dont j'accouche enfin…)

Mon_animal_de_compagnieAutant je pouvais confier mes filles pourtant turbulentes, à n’importe qui et n’en recevoir que des compliments, autant Diabolos m’a foutu la honte.

Tatie Vésicule l’a fréquenté à plein temps du vendredi de son retour, au lundi 21 où je suis allée le récupérer. Bien entendu nous prenions des nouvelles de l’opérée, et moi du chat (en supplément), qui se sentait très à l’aise chez ma soeur.

J’ai donc appris que la nuit il faisait des cabrioles, miaulait, se faisait les griffes sous le canapé (ouf, pas dessus), essayait d’ouvrir tous les placards, et rouspétait tout le temps.

Qu’en outre il causait tout le temps également mais pour moi ce n’était pas une surprise vraie.

Que mon neveu et ma nièce s’étaient finalement amusés à le laisser boire au robinet (deux ans d’éducation de foutus en l’air), et qu’ils auraient bien dormi avec Diabolos sur leur lit mais que leur mère s’y était opposée (sinon 6 ans d’éducation de foutus).

Bref entre la mère de gendre n° 1 qui avait essayé de le gâter un peu deux fois par jour, et ma soeur pas trop en forme, monsieur avait pris ses aises.

Je devais le récupérer le lundi en début d’après midi. A mon arrivée, il est spontanément venu me faire gros gros calin (petit pèèèèère), en ronronnant, pour s’installer dans son petit couffin sur le petit fauteuil de sa tatie, d’un air de penser que j’allais peut-être m’installer là aussi.

Evidemment nous avions des choses à nous raconter, mais il a bien fallu rassembler le nécessaire à chat pour le mettre dans mes cabas, récupérer croquettes, bac à litière, saladier à boire, etc… Là finement, il a soupçonné quelque chose et est allé se planquer à l’étage (m’en fous, je ne reviendrai pas avec toi !)

Après récupération du fauve, il a fallu le faire rentrer dans sa boîte de voyage. Il déteste. Ce chat n’a été habitué à faire de la voiture que pour aller chez le vétérinaire (ou quand nous l’avons ramené de la SPA). Donc il déteste la voiture. Le seul avantage c’est que je n’ai pas besoin de klaxon, car il pousse des miaulements déchirants pendant tout le trajet (normalement).

Là, il s’est méfié, et n’a rien dit au caz’où ma visite serait un piège et que je l’emmène se faire faire une piqure et prendre la température. Il n’a donc miaulé qu’une fois dans l’ascenseur chez moi, certain de rentrer chez lui (il déteste l’ascenseur).

Là, pendant que je réinstallais ses petites affaires comme il se devait, il a inspecté scrupuleusement l’appartement pour constater qu’il n’y avait pas de rival s’étant installé chez lui en son absence. Puis il a fait le tour de tous les endroits où il aime dormir, avant de terminer la soirée, avachi comme une bouse à côté de moi, à ronfler pendant que je regardais la TV, dans sa position préférée : roulé en boule avec une petite patte sur ses petits nieux, dans son petit couffin…

Dieu qu’il est mignon quand il dort en toute confiance comme cela.

Le lendemain matin, à 7 H, il a été nettement moins mignon quand il a jugé qu’il était temps que je me lève et a gratté à la porte de ma chambre. Car gratter aux portes, il ne s’en était pas privé chez sa tatie, et elle n’avait pas mon arme secrète : l’ancienne chambre des filles où du coup il est enfermé le temps que je termine ma nuit (il peut s’installer sur une petite couette, sur un petit clic clac).

Pour Diabolos aussi, la vie n’est qu’un long calvaire… Mais en 2 jours il a repris ses habitudes, et perdu celles de faire chier le monde, ce qui est toujours cela de gagné, pour moi…

Mais tous les soirs, il est meugnon comme tout dans son petit couffin, avachi en pleine confiance, une petite patte sur le petit noeil parce que maman est chiante avec sa lampe allumée.

On le réveillerait presque (moi)

ON est un con  ! NE SURTOUT PAS LE REVEILLER, IL FERA CELA TOUT SEUL.

Car la vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 3 novembre '09 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.