Mr Mac Intosh

Monsieur Mac Intosh n’est pas l’anglais de la grande vadrouille. Ce fut mon ordinateur.

En 1992, lasse d’user des stylos et de souffir de la crampe de l’écrivain, je décidais de m’acheter un ordinateur. La société pour laquelle je travaillais avait des réductions pour un Apple (la petite pomme), et j’y mis le prix.

Super engin. Pour le même prix aujourd’hui, j’aurais scanner + Oueb cam + graveur de DVD etc… Mais là le top du top c’était un petit truc (ça ça ne prenait pas de place sur le bureaux). Méga engin. 40 ko de mémoire sur le disque dur, des disquettes pour stocker le reste (inutile de dire que j’en ai).

J’ai pu oublier ma crampe de l’écrivain et en écrire des conneries, grâce à Mr Mac Intosh….

Sauf que voilà, quand mon deuxième ex mari (quelle idée aussi de se remarier) décida d’acheter un PC tout neuf (celui dont je me sers il s’avéra que je ne pouvais pas récupérer mes données Mac Intosh qui était trop vieux. Et il s’avéra également que quand on a écrit quelque chose on ne peut jamais le réécrire vraiment.

Et là mes filles me tannent depuis des années « envois tes articles », fais quelque chose. C’est fait, j’ai ce blog.

Hier j’ai décidé de ressortir Mr Mac Intosh. Je n’ai pas le choix : il me faut recopier tout ce que j’ai écrit. J’en ai pris pour un an minimum même si je tape vite.

Me voila exhumant l’antiquité de l’armoire : je ne me rappelais pas qu’il était si petit. Je le pose sur le bureau de mon entrée, je fais les connexions, et je l’allume avec appréhension : fonctionnera-t-il encore ?

Je ne me souvenais pas qu’il lui fallait 5 minutes pour s’allumer. Je ne savais plus me servir de la souris préhistorique (pas de clic droit). Mes disquettes étaient bien emballées et comme il se doit pour la moitié non étiquetée (on l’aura compris je suis très organisée). Je ne me souvenais pas non plus qu’il lui fallait 5 minutes pour ouvrir un fichier et qu’il descend dans le fichier tel une tortue anémiée.

Je voulais retrouver mon dictionnaire d’une civilisation tordue qui amusait tant mes filles. Coup de bol : je reconnais la disquette, Mr Mac Intosh l’avale. Appréhension à nouveau : la disquette est-elle lisible ?

BEN VI.

Et le sacrifice en vaut la peine, je ne me débrouillais plutôt bien avec mes conneries… J’ai juste 25 disquettes à décrypter et à recopier : des nouvelles, des romans, des articles, des listes, etc…

Alors depuis hier soir je recopie. La position est épatante (tête tournée vers la gauche pour lire, descente lente lente pour lire la suite, clavier sur mes genoux, j’en passe et des meilleures. Je n’ai même pas pris le temps de remettre dans l’armoire ce qui dissimulait Mr Mac Intosh.

Alors j’y retourne : je n’en suis qu’au H

A+

Calpurnia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.