Halloween droit devant !

Halloween_droit_devant_57210813Je vous le fais dans la même foulée que les fêtes, j’ai failli l’oublier, je m’en serais ouvert les veines…

Droit devant voici Halloween et le cortège de récriminations ou idioties qui vont avec (m’en fous je suis en congés du 27 au soir au 2 au matin et pouêt !!!! et comment que je vais aller extorquer des bonbons aux voisins pour les échanger contre du pâté et me manger du potiron avec mon balais !).

(Je signale au lecteur débarquant ici ou n’ayant pas tout suivi que le « pouêt » est généralement réservé à Pulchérie, mais que vu qu’elle me l’a piqué, je le lui pique à mon tour, on referme la parenthèse, faites un tour chez Hélène ou Jo, vous comprendrez (Pulchérie merci de faire les liens tu sais que ta vieille mère est nulle et ça t’amuse en plus)).

Je ne voudrais dire du mal de personne et Jean Poirotte a été dûment consulté : j’ai le droit de le citer ici. D’ailleurs je ne dis pas de mal, je parle d’une vérité. Il déteste Halloween qui est pour lui une coutume américaine et les américains il les emmerde (comme beaucoup d’européens d’ailleurs), c’est simple. Donc tous les ans il nous fait son discours sur Halloween, il en est rasoir, mais il assume, persiste et signe sur ce blog.

Enfin quand je dis qu’il déteste : ça l’énerve profondément de devoir creuser un potiron (c’est hyper dur, c’est depuis que j’ai essayé que je lui ai refilé la tronçonneuse), se manger la soupe au potiron qu’il déteste, voir le potiron trôner devant sa porte avec une bougie dedans, et Mrs Bibelot lui faire une boîte après la soupe au potiron car elle a oublié de lui acheter à dîner vu qu’elle achetait des bonbons pour les enfants (le temps approche où elle va planter ses potirons elle-même dans le fond du jardin et l’envoyer les arroser, on n’ose y croire)

Donc « nouvelle coutume » ? c’est-y stupide et publicitaire ? (publicitaire certainement ne rêvons pas, stupide, pas plus que tellement de croyances…), trop neuf ? Du rebouillus ?

Même pas besoin de consulter gogole, j’ai pu me renseigner chez les anciens avant qu’ils ne me faussent compagnie.

Mon grand père maternel ne détestait pas Halloween, à l’exception du battage publicitaire qui allait avec. Il se souvenait que quand il était enfant, on creusait des légumes variés (du potiron au navet, voire même des choux et de grosses carottes), pour mettre des bougies dedans, et que l’on posait ces décorations partout devant les maisons. A l’époque c »était la lumière d’avant Noël. Les gens chez qui on venait sonner, donnaient ce qu’ils avaient fait pour ce jour là, parfois un bol de soupe, sinon des gâteaux ou des caramels maison. Le grand père d’Albert disait la même chose. Les enfants se déguisaient et avaient le droit ce soir là de tout faire sauf trop les zouaves, à l’époque fallait pas pousser non plus avec le style « je suis une bande jeune à moi tout seul… »

Ces coutumes connues par les anciens, sont parties aux USA avec les émigrants à l’avant siècle dernier (ben voui…). Et sur l’europe est passée la grande guerre. Le 11 novembre ce n’est pas top. Le 1er novembre qui précède tout juste est la fête de tous les saints et non pas celle des morts (qui a lieu le lendemain). Mais en souvenir de ces millions d’hommes happés par cette guerre affreuse, dans l’esprit populaire sage, l’amalgame s’est fait entre la fin d’une guerre et cette période où le temps n’est pas béni et les jours bien courts…

Le chrysanthème a fait les frais de cette période avec la fête : en France c’est la fleur des morts. La seule à mettre sur une tombe en souvenir d’un homme disparu pendant l’hécatombe, car la seule vivace à cette époque. On revois de jolis chrysantèmes depuis quelques années, que l’on a envie de mettre chez soi et de garder jusqu’à l’arrivée des cloches. Personne n’en est à offrir un chrysanthème à une maîtresse de maison comme dans les pays anglo-saxons… (c’est dommage j’adore les jolis à petites fleurs, jaunes de préférence ou rouge (c’est est un message subliminal))

Et un beau jour des marchands ont décidé de nous faire fêter Halloween à nouveau, mais en nous présentant cette fête comme une fête américaine qu’il était honteux qu’on ne fête point. Une vieille fête celtique en fait, venue d’une époque lointaine où l’on pensait que les esprits des morts revenaient pendant une nuit. Pour les calmer et leur faire plaisir on leur mettait des friandises, à manger, sur le pas de la porte. Les enfants décidèrent de se servir et de se déguiser en esprits ou fantômes pour abuser le généreux donateur. La tradition a survécu dans les campagnes malgré le christianisme et nous est revenue telle qu’elle était avant : une vraie fête, mais avec ses pubs et son fric à claquer (avec les fêtes qui se pointent juste après les impôts, c’est duraille).

Maintenant s’il faut aller travailler avec un chapeau de sorcière, un faux nez et un masque le 31 octobre, je dis non (d’ailleurs j’ai posé 2 RTT). S’il faut claquer des fortunes pour un masque en potiron, une fausse araignée et une citrouille électrique, je dis non également : c’est tout de même plus amusant de faire son horrible masque soi-même non ? Comment voulez-vous que nos enfants soient créatifs ? (regardez, Pulchérie et Delphine se dessinaient des toiles d’araignées avec mon crayon khol, elles n’en sont pas mortes !) S’il faut allumer une bougie et recevoir les enfants avec le sourire, je dis oui, pourvu qu’ils ne m’arrachent pas le sac en me traitant de salope qui a oublié le réglisse qu’ils adorent (ou qui en a pris et ils détestent)…

Et bon courage à papa pour le découpage et le mangeage de potiron…

Je préfère ne retenir que le convivial de cette fête, les rencontres, les sourires et les rires, et je suis volontaire pour la soupe au potiron. J’aime à croire également que les esprits de nos proches reviennent nous contempler cette nuit là. Je vous quitte, je préviens mes parents chéris que j’y serai, (avec une boîte de tripes pour Jean Poirotte pour pallier le manque de dîner), une cape de vampire pour Mrs Bibelot et moi, car il faut toujours savoir s’amuser…

La vie ne sera qu’un long calvaire pour ceux qui vont me croiser ce soir là… (j’adore faire le vampire sur une route de campagne la nuit, je sais c’est idiot, mais les voitures ralentissent, ben voui j’ai testé…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.