Le miroir de la femme – Nouvelle rubrique

Le_miroir_de_la_femme_001 J’ouvre une nouvelle rubrique, forcément diabolique…

Je sais ce n’est pas très lisible… Mais j’ai retrouvé, jour de rangement oblige, un merveilleux magazine que m’a donné la mère de Mrs Bibelot, et j’en frémis d’émotion d’avoir tout relu en rigolant souvent et en pensant à elle (du coup j’ai arrêté de ranger, mais il y a des priorités et vous me comprendrez…)

Que Dieu l’ait en sa sainte garde ma grand mère, que je la retrouve un jour dans toute sa beauté, avec toute sa tête… Mais que je l’aime pour qu’elle m’ait confié cette merveille, en plus de tout l’amour qu’elle a pu me donner (tout de même et en priorité).

Elle avait ce magasine et me l’a donné pour que je le garde en sentant à une époque vacillante  « qu’on » (son mari) pouvait le jeter. Le garder je l’ai fait, ainsi que son livre de 1948 sur les conseils de beauté de la rédactrice de ELLE (autre rubrique à venir, Hélène va se pendre en lisant les conseils, ce que je ne souhaite pas, mais bon, il y a de quoi !).

Je viens de relire cette merveille et j’ouvre une nouvelle rubrique « le miroir de la femme ». Vous y retrouverez des scans du magazine et le recopiage des articles illisibles, mais comme je tape comme l’éclair, ne me remerciez pas, je fais cela les doigts dans le nez, c’est confortable sur un clavier….

Ce magazine c’est un résumé de la vie des femmes au travers les âges, comme si ELLE avait été publié depuis la préhistoire, avec ses conseils beauté, mode, cuisine, courrier du coeur, reportages sur les femmes en vue, etc…

Il me faut tout scanner, tout réécrire, mais je dois bien cela à toutes les femmes qui ont vécu leur vie depuis que l’homme (ce douillet) existe, et celles d’aujourd’hui, donc, cela va me prendre du temps. On va dire une rubrique par semaine au mieux.

Vous aurez donc droit au miroir de la femme de façon régulière sur ce blog et le droit de désapprouver (même si je n’ai pas l’intention du tout de lâcher mes rubriques habituelles dont mon dictionnaire pour lequel j’ai pris du retard… mais vous en prenez pour un bout de temps !).

Beaucoup de femmes là haut vont bien rire et être heureuses que l’on se souvienne d’elles.

Pour vous, en exclusivité, l’introduction à ce journal, daté de 1958 :

« L’accueil que l’on a bien voulu faire au Journal du Monde nous a incités à tenter une nouvelle expérience. Voici donc : le miroir de la femme.

De la préhistoire à nos jours, nous espérons cette fois vous montrer comment « elle » s’est habillée, comment « elle » s’est logée, comment « elle » a embelli le décor où se déroulait son existence : vous permettre de saluer dans leur nouveauté les petites et grandes inventions qui ont changé sa vie : vous faire partager ses joies et ses peines, ses enthousiames et ses déceptions.

Vous pourrez essayer ses recettes, comme si elles vous étaient proposées pour la première fois, appliquer les conseils qu’on lui a donnés en feignant d’ignorer qu’on les a depuis lors, redécouverts. Vous tenterez de trouver une solution à ses problèmes : ils ne seront pas plus difficiles à résoudre que les votres. En un mot vous vivrez réellement comme si vous aviez vécu si vous aviez vu le jour à une autre époque que la votre.

Nous nous flattons d’avoir essayé de vous offrir un ouvrage comme on n’en avait jamais fait jusqu’ici, qui rassemble côte à côte :

  • Des histoires du vêtement et de la mode, de la beauté, de l’ameublement, de la décoration, de la cuisine
  • Une analyse de la condition féminine à travers les âges
  • La vie des femmes célèbres
  • Un tableau général des moeurs etc…

Nous n’y sommes parvenus que parce que nous usons d’une méthode particulière : seule en effet la technique journalistique pouvait nous permettre de placer simultanément « époque par époque » la totalité de ces évènements sous vos yeux. Nous avons bien naturellement adapté l’esprit des quelques 50 magazines féminins qui se partagent votre faveur…

… Cette méthode n’entend pas se substituer à l’histoire traditionnelle. Nous pensons qu’elle y constitue une introdution commode, qu’elle en est une illustration claire. Elle porte en elle-même ses limites et ses privilèges : elle n’épuise jamais un sujet, mais il suffit qu’elle l’effleure pour lui donner aussitôt une réalité. Elle use d’un artifice pour restituer sa fraîcheur au passé, cependant elle ne nie par pour cela l’écoulement du temps : chaque évènement est daté par sa place dans la collection….

Cet ouvrage s’appelle « le miroir de la femme« . Sous cet angle le sujet pourrait à certains esprits sembler futile. Nous leur demandons de tenter l’aventure avec nous. Ils découvriront peut-être que la femme est à sa façon, elle aussi un miroir. Et que le monde s’y reflète

1958, l’année où je suis née…

La vie n’est pas qu’un long calvaire… et ce miroir est poilant, vraiment, et là je vais scier les filles qui n’ont jamais voulu le lire, et pourtant j’ai insisté (ces mères, quelle engeance !) (inutile du coup de vous précipiter dessus à votre prochaine visite, il est au coffre, et les scans bien planqués ! (hé hé hé, là je vous fais le rire sardonique du roman de gare)

A bientôt pour la préhistoire !

(PS : cette rubrique paraîtra surtout le WE (parfois même le dimanche, les règles étant faites pour être bafouées, surtout les miennes, par moi).

Pourquoi vous en parler en milieu de semaine ? parce que je suis une chieuse tout simplement et que votre vie se doit d’être un long calvaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.