Ca ne se dit pas…

Ce_ne_se_dit_pas_53272481Me voici revenue avec mon troisième énorme bouquet de muguet ce premier samedi de vacances. Ce n’est pas le tout, mais avec tatie chérie, maman, nous en avons laissé plein ! donc on va y retourner demain, après demain, et tous les jours de la semaine à venir, voire même après, jusqu’au moment où le muguet aura terminé sa pousse.

Je rassure les écologistes : on en laisse toujours assez pour la reproduction, d’ailleurs cela fait 5 générations que nous ramenons des brouettes de muguet des mêmes endroits et il pousse toujours, voire même de plus en plus, il s’étend, il gagne du terrain.

Je descend de voiture rentrée chez moi, avec mon chou fleur à la main et ma voisine sur son balcon, cette innocente, me demande où je ramasse cette manne merveilleuse. Mon sang se fige, mon sourire aussi sans doute.

Une place à muguet « ça ne se dit pas« . C’est comme les places à champignons, ou autre…

Pour ceux qui connaissent « Jean de Florette » et « Manon des sources », vous savez déjà que dans le midi « une source ça ne se dit pas« . C’est comme plein de choses…

J’ai été élevé dans un milieu plutot rural. Et bien chacun avait ses places. A muguet, à jonquilles,  à morilles, à girolles, à cèpes, trompettes de la mort, mousseron, etc… Nous ramassons beaucoup les champignons dans la famille et c’est une chance pour le père d’Albert que je ne lui ai jamais fait de fricassée d’ammanite mortelle (dieu sait pourtant que j’y ai songé, mais je n’ai pas l’âme d’une tueuse).

Seulement une place à n’importe quoi « ça ne se dit pas ». Et il a fallu que j’atteigne l’âge de raison pour que mes grands pères m’emmènent avec eux pour apprendre l’essentiel « ça tu n’y touche même pas » « ça c’est un bon »… Après avoir exigé de moi le secret solennel et mon silence absolu sur la place qu’ils allaient me faire découvrir…

Le père de Mrs Bibelot sachant qu’il n’arpenterait plus les bois, me demanda un jour de l’emmener pour qu’il me montre ses places, afin qu’elles ne se perdent pas. J’en suis encore émue. Il m’a tout montré. Mrs Bibelot sa fille étant en vacances, il m’avait choisie moi, pour me montrer le secret de famille qu’il tenait de son père qui lui-même le tenait du sien…

J’avais le droit de les montrer à sa fille à l’occasion, mais à personne d’autre

Une place ça ne se dit pas. A personne…

Pareil avec le pêcheur. Question stupide « ça mord ? ». Si ça mord il ne va pas vous le dire, il n’a qu’une trouille c’est que le lendemain il vous trouve à sa place. Non, il est juste venu se détendre avec une canne à pêche en mettant une banane au bout de l’hameçon pour que les poissons lui foutent la paix… Ca ne mord jamais c’est désespérant…

Idem avec le chasseur. « Ca donne ? ». Non il n’y a plus de gibier, les agriculteurs tuent tout avec leurs pesticides. Il aère juste son fusil qui s’encroûte à la maison et il tue le temps qui passe. Il sortira son carnier plein de la voiture, à la nuit tombée, hors d’un regard indiscret. Non mais !

A l’agriculteur qui cultive encore, inutile de lui demander si c’est une bonne année. Ce n’est jamais une bonne année. Ca aussi ça ne se dit pas… Par contre 1976… Ah 1976, ça c’était une sacrée année. Sauf qu’en 1976 il n’en a rien dit ce rat.

Je suppose que c’est la même chose avec la vigne qui ne donnera jamais aussi bien qu’il y a 5 ans, et même secret sur le rendement de la culture du chou en Finlande (faut suivre) qui n’égalera jamais celle de 1956 quand on n’était même pas né…

Tout ça pour vous dire que je ramasse mon muguet où je veux d’abord, mais que vous ne saurez jamais où… J’ai bien proposé à Dame Vénézia si elle a l’occasion de venir une fois avec moi, mais c’est bien parce que c’est elle et que je m’en vas brouiller les pistes et bien la perdre…

Une place : « ça ne se dit pas« … Je pense qu’il y en a certain « à qui ça parlera »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.