Les étagères de la mort (part 1)…

Femmes_bricolant_jk7163_001Ces femmes bricolent (oui je sais j’ai retiré l’essentiel…) avec un plaisir évident.

On dirait tout à fait pas moi.

Car actuellement je bricole de-ci delà, delà de-ci, parce que je déménage l’appartement de fond en comble range.

Parfaitement. Il était temps que je m’y mette et après plein de contre-temps, j’ai attaqué le déménagement intégral rangement de mon appartement.

  • Déplacement du salon dans le coin séjour et vice-versa rapport à une sombre histoire de canapés.

  • Vidage des caves du bordel de ce crétin de Charles Hubert

  • Déménagement du bordel restant des filles dans les caves (un clou chasse l’autre)…

  • Remise en état de cette chambre pour qu’elle mérite le nom de « chambre d’amis ». C’est simple, je vous ai préparé 4 épisodes concernant mes vastes projets, que la conquête de l’ouest avec le chemin de fer qui va avec, ce n’était rien à côté. Bien entendu, ils seront édités avec les commentaires qui iront tout bêtement avec.

Là j’en suis au stade tout à fait génial au moment crucial où, à force de trier pour garder, mettre de côté pour ranger ailleurs et faire partir un meuble, il y en a partout. Et quand je dis partout, c’est partout : le séjour/salon ressemble à une brocante…

Ayant réussi à vider totalement une étagère dans la chambre des filles (on m’admire), il me fallait la démonter. J’ai bien dit : la démonter. Hors de question que je garde chez moi un meuble aussi dangereux… J’en avais parlé concernant le bricolage des filles (ici)

Ayant écrit le post sur le bricolage des filles, je devais me souvenir que ces étagères sont de la daube. D’ailleurs j’en ai deux à l’identique dans ma chambre. Un designer sadique a trouvé au vraiment moins, cher, pas forcément au plus joli, et réussi une création absolument non fonctionnelle. En effet il n’y a rien à l’arrière de ces étagères pour les stabiliser quelque peu en position verticale.

Quand elles sont montées, il faut s’y mettre à deux pour les déplacer, car elles ont tendance à vouloir pencher (pencher, je suis gentille, la première que j’ai voulu déménager après l’avoir montée, s’est carrément pliée pour faire étagère dans l’autre sens ne servant à rien (un escalier pour barbies peut-être)

Dans ma chambre j’ai coincé les étagères entre un mur et une malle. Donc je ne fais pas particulièrement de cauchemars en les imaginant se repliant vers la droite ou la gauche. Dans l’ex chambre des filles, j’étais tellement contente de voir l’étagère enfin vide, que j’ai voulu la tirer, en oubliant les deux caractéristiques de ce diabolique facétieux engin :

  • UN : elle plie à la moindre tentative de déplacement parce qu’étant tout sauf anti-sismique

  • DEUX : Delphine l’avait ruinée pour pouvoir y caser sa chaîne stéréo.

La suite au prochain épisode, part 2 (demain normalement, si j’ai eu suffisement de commentaires pour la part 1, et oui, je sais, je suis à moitié timbrée, mais j’ai des excuses)…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.