C'est… presque prêt…

SourirePour les 50 ans de mariage, nous avons bien avancé sur le sujet. La logistique principale (j’aime bien les phrases pompeuses, la cuisterie étant mon péché mignon, et hop comment qu’on va regarder dans le dictionnaire… Ne vous vexez pas, j’ai vérifié moi-même) consistant à caser 30 personnes chez les parents dont le séjour/salon est pourtant immense.

C’est un buffet, mais rien à faire, il faut que les 30 personnes s’installent à table, alors que l’on peut manger en racontant n’importe quoi, une assiette sur les genoux… et le verre posé on ne sait où, mais curieusement on retrouve toujours son verrre…

Donc les costauds ont rappliqué pour rentrer les tables de jardin. On a compté les chaises et réussit à en avoir 30 (alors que certaines personnes vont s’affaler dans le canapé ou un fauteuil)… restait à disposer les tables et nous avons choisi la méthode du Y. Le A ce n’était pas possible, le Z non plus, ne parlons pas du E…

Tout le monde était pourtant d’accord : faut que les gens puissent bouger… Circulation dont il faut tenir compte. Mais rien à faire : Mrs Bibelot veut voir les gens à table… Comme elle a cédé sur les verres en plastique dur, impossible de la contrarier plus…

Donc vendredi soir, la disposition était au point, sauf pour Jean Poirotte dont le canapé favori est coincé dans le mauvais sens (pour le samedi, il doit être inversé), devant la cheminée (il l’inversera demain, tranquillement). La grande peur est qu’il ne veuille s’y glisser, et ne puisse pas en ressortir (et passe sa nuit dessus). Enfin quand je dis la grande peur : ma belle soeur était tellement morte de rire à cette idée que je pense qu’il a dû bouger le canapé discrétos après notre départ pour ne pas rester coincé…

Vous ne pouvez pas comprendre : il faudrait que je fasse un plan. Ici c’est difficile… Mais bon, le samedi le capapé tournera le dos à la cheminée (et à la TV), alors qu’actuellement il est coincé contre la cheminée, face à elle… Et pour s’y glisser, il faut être achement souple, ce que Jean Poirotte qui a mal au dos, n’est plus…

Donc, priez pour nous mes frères, mais normalement cela devrait quand même bien se passer…

Sauf si l’on doit rescaper papa d’une nuit blanche sur un canapé maudit…

Ne reste qu’à disposer les mets sur des plats (pas en plastique !), les disposer gracieusement, faire les décorations, aller chercher le buffet, le dessert et le pain, etc…

Une broutille quoi. Je vous quitte, d’un coup, je ne sais pourquoi, j’en baille…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.