La douche…

Il y a des périodes comme ça… Après la cordelette de mon store, voici ma douche qui me lâche.

Enfin le flexible de la douche, qui était moribond sans que je le sache (je m’en vais tout regarder d’un autre oeil maintenant). Bien évidemment j’étais pressée quand tout à coup : splatch (c’est le cas de le dire), le tuyau se décroche de l’embout. Diabolos qui adore être aspergé et avait réussi à se glisser dans la salle de bain était ra-vi !

Bien évidemment également, j’étais couverte de mousse de la tête aux pieds. Obligée d’attraper un shaker qui me sert à diluer de temps à autre de l’antitartre pour me rincer complètement, le tout en éructant car j’étais vraiment pressée. Je file donc, encore trempée et à mon retour je me dis que je vais pouvoir remettre le tuyau en place. Macache, mission impossible…

Me reste à changer mon flexible et là je sens que malgré les allégations de Jean Poirotte, je vais en baver un max. En effet chez moi, malgré l’usage intensif d’anti-calcaire ou autre, la tuyauterie est figée par le calcaire c’en est une horreur. D’ailleurs si l’on verse de l’eau dans un saladier transparent, on a le loisir de voir le calcaire précipiter vers le fond du récipient, c’est dire s’il est bien présent.

Mais non, c’est simple comme bonjour. Y’A KA.

  • Déjà, Y’A KA aller acheter un flexible de douche. Ca reste enfantin, mais pas donné.

  • Y’A KA emprunter la pince ad hoc à mon père qui m’assure que c’est simple comme bonjour (je le sais que…, sauf si c’est figé par le calcaire, moi mes petits bras ne sont pas musclés du tout)

  • Y’A KA détartrer un peu le secteur. Résister à la tentation du HCl non dilué, résister…

  • Y’A KA empoigner la pince, bien l’ajuster et tourner.

  • Y’A KA constater que le robinet tourne mais pas le truc bidule pour flexible de douche

  • Y’A KA bloquer le robinet d’une main et tourner de l’autre. Manque de bol, avec un seul bras je manque encore plus de force

  • Y’A KA arrêter de dire des gros mots et appeler mon frère qui lui a de la poigne. Que me traîte de nouille au passage. On va bien voir quand c’est lui qui va s’y coller dans deux ou trois heures : j’en ricane tiens

  • Y’A KA arrêter également d’aller vérifier tous les quarts d’heure que non, ben je ne n’y arrive pas. En plus quand j’arrête je suis rouge, on dirait que je frôle l’apoplexie.

  • A l’arrivée des bras musclés on voit. On entend surtout. Que quand ça ne se dévisse pas dans un sens, faut essayer dans l’autre. En 3 secondes c’était torché…

Y’A KA donc dire que comme plombière, je suis vraiment une nouille…

Y’A KA rajouter que la vie est un long calvaire, d’autant que sur les 2 mètres de flexible annoncés, il manque 10 cm, on se fait vraiment avoir à longueur de temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.