Le couscous (délicieux) des parents…

Couscous_71578630Pour faire une bonne bouillabaisse un bon couscous, il faut se lever de bon matin, préparer le pastis et l’eau fraiche, s’armer de courage.

Déjà trouver l’engin ad hoc. Mrs Bibelot a un petit couscoussier et un grand. Elle prend systématiquement le grand, dans lequel un enfant de 3 mois tient à l’aise (j’ai une preuve via Delphine, mais je ne retrouve pas la photo).

Pour réussir la recette il faut grosso modo pour 6 à 8 personnes (chez moi on fait toujours grosso modo).

  • Deux oignons : chériiiiiiii, tu peux m’éplucher les oignons et me les émincer finement ? Comment ça tu es en train de te sécher ? Tu sais bien que les oignons me font pleurer !!!!

  • Un beau poivron : pendant que tu y es tu peux t’occuper du poivron je vérifie que j’ai bien de la semoule en réserve

  • Merde je n’ai plus de semoule en réserve, j’appelle Cora, elle en a toujours chez elle… (il est exact que je prévois toujours que maman va manquer de semoule)

  • Du paprika doux en grosse quantité, du sel, du poivre,

  • Du mouton : collier de préférence : chériiiiii, tu peux me couper le mouton en morceau ? Pas trop gros les morceaux. Non je ne peux pas t’aider, je fais revenir l’oignon et le poivron, j’attends avec impatience la viande

  • Du poulet découpé : non je n’ai pas pris de poulet cette fois ci, personne n’en prend jamais

  • Des merguez : merde je pensais qu’il me restait des merguez au congélo… J’appelle Cora qu’elle m’en ramène

  • Des courgettes : comment ça je n’en ai pas pris assez ? J’en ai pris trois. Comment ça comme d’habitude et même que si on serait 50 je prendrais 3 courgettes ? Tu n’as qu’à faire les courses

  • Des carottes : tu trouve toujours qu’il y a trop de carottes ! Drôle d’idée aussi de ne pas aimer ça, les carottes ça rend aimable

  • Mais si tu es aimable naturellement…

  • Des navets : je sais que tu n’aime pas ça, mais là j’ai trouvé des petits navets nouveaux apparemment délicieux et d’autres aiment bien.

  • Faire revenir la viande avec l’oignon et le poivron, arroser plus que largement, saler, poivrer, mettre du paprika largement (exit les épices à couscous)

  • Incorporer les légumes

  • Il me manque quelque chose… Non les pois chiche sont à part, fiche moi la paix et occupe toi de la semoule

  • Ah Coraline tu tombe bien, j’ai oublié les fonds d’artichauds. Si si, tu en trouveras chez le petit arabe qui a de tout

  • Ajouter donc les légumes dans le bouillon qui commence à se faire, dans l’ordre : carottes, navets, puis courgettes qui ne cuisent pas longtemps assez tard et fonds d’artichaud au dernier moment parce qu’ils sont déjà cuits.

  • Récupérer les parents en train de s’étriper au sujet de la harissa qui est trop ou pas assez diluée

  • Faire cuire les merguez nonobstant les avis de la maitresse de maison qui trouve que cela fait trop de fumée.

  • Préparer les plats.

  • Se régaler en se marrant, parce que c’est vrai que les courgettes manquent cruellement… donc la prochaine fois il y en aura de trop…

SI SI, c’est TOUJOURS COMME CELA QUE CA SE PASSE !!!

0 réponse sur “Le couscous (délicieux) des parents…”

  1. J’aime beaucoup ta recette et ta façon de la mettre en scène, c’est très bien écrit, je te félicite. Tu viens là de rendre caduque des pages et des pages de blogs dits « de cuisine » qui sont tristes à mourir, qui ergotent sur un demi-gramme de farine, qui indiquent la cuisson à la micro-seconde qui affichent des photographies à faire vomir… et qui se la pétent grave !

    – Pour anticiper toute réaction épidermique : Natuellement mon commentaire est un tantinet provocant , bien sûr qu’il existe des tonnes de Blogs de cuisine du meilleur goût et forts agréables ! (mais tout de même…)

    Bleck

  2. PREMIERES REPONSES EN VRAC !

    Bleck : de toutes manières je n’avais pas le choix pour donner la recette ici : c’est vraiment fait toujours grosso-modo, et toujours excellent…

    shalima : maman tient sa recette d’une pied noir, c’est le couscous de la Marga (d’où les fonds d’artichauds…. Légumes : poivron, oignons, carottes, courgettes (hi hi), navets et fonds d’artichaud. Le plus meilleurs étant quand il y a du poulet qui contrairement à ce qu’elle prétend, est toujours mangé… Je crois que cette recette, toute la famille la fera encore dans 50 ans…

  3. J’allais te dire qu’en tant que fille et petite fille de Pied noir…. le couscous est une histoire tellement sérieuse que je n’ai jamais essayé parce que je sais que je n’égalerais jamais celui de ma grand mère maternelle… qui le commençait dès six heures du mat…

    ce que j’adorais.. le reste de couscous avec du sucre, du rhum, des raisins secs.. un déssert de ouf 🙂

    Rien que d’en parler… les odeurs viennent me chatouiller les narines :-).. merci de ce retour en arrière… malheureusement à jamais souvenir.. ma grand mère n’étant plus..

    Mais l’ambiance cuisine était vraiment ça ces jours là !!!!!! cette cuisine pleine de soleil, va avec l’exhubérance … 😉

    Mais me reste ma tante maternelle dans le sud…pour en manger des presque aussi bons :-)..

  4. J’adore ta façon de raconter et si cela ce passe toujours comme cela ça doit être vraiment beau à voir et à entendre ^^ au moins vous ne manquez pas d’action :o)

  5. Réponses en vrac !

    Marie : moi je me suis lancée avec la recette de maman, et je le fais maintenant les yeux fermés… J’ai oublié la boîte de tomates qui manque toujours également à Mrs Bibelot au dernier moment…

    PayneStewart : tu t’y colle comme un grand. Pas glop c’est que j’avais oublié la boite de tomates qui manque également toujours à Mrs Bibelot…

    Vladyk : oui ça se passe toujours comme ça : il manque toujours à peu près les mêmes choses. Avec mon frère, nous faisons des réserves spéciales « couscous chez les parents ». HI HI !

  6. Miam, le couscous… Une tradition familiale d mon cote aussi (enfin, qui ne remonte pas si loin… La Reine mere et moi. ;+) ).

    « Mamaman, tu me donnes ta recette? »
    « Alors ma fille, tu mets ci et ca, puis ca et ci, et ensuite…
    – Quelle quantite, Mamaman?
    – Tu fais a vue de nez, ma fille. »

    A vue de nez, donc. Du coup, quand je me mets aux fourneaux, j’ai a manger pour la semaine (mais maintenant j’ai un congelateur… chic!).
    L’epice a couscous chez nous, c’est le « Ras el Hanout », achete en Egypte (heu, ca fait un bail) ou sur le marche, au stand des specialites nord-africaines (desolee, je n’ai pas d’accent sur mon nouveau clavier, c’est l’horreur).

    Bonne journee, Strudel

  7. Réponses en vrac !

    Louisianne : pas folle, j’ai écrit le post en rentrant du dernier couscous… L’estomac bien plombé…

    Princesse Strudel : je tiens de ma mère et toutes les recettes de ce type, c’est « à vue de nez »…

Répondre à Calpurnia Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.