La pire gaffe de ma vie…

La_pire_gaffe_de_ma_vie_53272141Regardez bien ce titre d’une réédition d’un post de novembre 2006, car très bientôt, quand je serai remise de ma honte, je vous raconterai la désormais pire gaffe de ma vie (rien que d’y penser j’ai des frissons, l’estomac noué, les larmes aux yeux (oui docteur))…

Il n’y a pas que les filles qui en ont fait de belles. Petite j’étais plutôt sage paraît-il et mes parents n’ont aucun vrai gag à me raconter (zut alors). Pourtant je les questionne dur pour mon blog et j’ai les moyens de les faire parler. Mais non, j’étais sage…

Je me suis rattrapée adulte, et là je m’en vais vous raconter la pire gaffe de ma vie avant le 8 juin 2008, j’en rougis encore (enfin moins depuis très peu, voire quasiment plus !).

Je plante le décor, une fois de plus, j’ai loupé ma vocation…

Albert avait des grands parents (les arrières grands parents des filles) qui avaient des amis très chers. Les enfants s’étaient bien entendus, les petits enfants aussi. (Vous suivez c’est sympa).

Donc un beau jour, Albert décide d’aller rendre visite à tous ces amis sympas en Normandie (on aimait bien la Normandie) avec moi et Pulchérie qui avait 2 ans (je suis certaine : elle parlait normalement et je n’étais pas enceinte de Delphine c’est un créneau que je ne peux pas louper).

Pulchérie venait de découvrir le pouvoir des « petits sous » qui permettent de s’acheter des bonbons et elle détectait le bruit de la pièce de 5 centimes de F tombant par terre à 10 mètres voire même 20, et se précipitait pour la ramasser.

La petite fille des amis des grands parents d’Albert (la génération d’Albert donc) (vous suivez toujours c’est très sympa) avait une petite fille sourde de l’âge de Pulchérie, fraîchement appareillée, les parents s’étant rendu compte de sa surdité alors qu’elle avait 24 mois. Je n’ai jamais compris ce coup là vu que généralement on vérifie dès le début que BB sursaute au moindre bruit et suit une bougie des yeux (oui ne pas oublier la bougie dans la valise pour la maternité)… Je ne veux juger personne, d’autant que l’histoire n’est pas exceptionnelle.

La petite entendait DONC depuis très peu, ce qui lui plaisait moyen (ce raffut qui la perturbait tout à coup, elle ne supportait pas, sans se rendre compte qu’elle avait la chance de pouvoir être traitée  !), la mère était en cloque du deuxième qui serait découvert sourd à 26 mois LUI (on félicite les pédiatres au passage).

Donc rencontre de la petite fille des amis des grands parents d’Albert (vous suivez toujours vous êtes vraiment mignons tout plein, mais vous savez que…), ainsi que de sa soeur maman deux fois. Très sympas, encore qu’atteintes de maternitude aigüe… Je déteste. Nous avons passé un samedi infernal avec le repas des petits (dont Pulchérie), finir le repas des petits, la promenade des petits, faire jouer les petits (Albert transformé en marchand de pommes de terre), faire dormir les petits, re-repas des petits… Calquer sa journée sur la soupe au potiron du chiard et les pâtes de 19 heures en monopolisant tout le monde, je trouve cela moyen (c’est mon problème).

Nous dormions FORT HEUREUSEMENT chez les grands parents amis des grands parents d’Albert, qui étaient charmants comme tout et ne risquaient pas de nous réveiller à 7 heures pour s’occuper « des enfants ». Ca tombait bien : Pulchérie pouvait pioncer jusqu’à 11 heures…

Donc déjeuner le dimanche midi chez ces gens charmants avant de repartir chez nous en échappant à la maternitude aigüe : Albert en avait sa claque et me trouvait tout plein de qualités subitement (je m’occupais bien sûr beaucoup de ma fille, mais je ne me sentais pas atteinte à ce point là…)

Discussion bien sûr sur les problèmes de surdité de la pauvre petite mère. On compatit, tout en se demandant in petto une fois de plus comment on peut faire pour ignorer que son enfant est sourd pendant 24 mois. On ne dit rien : le chagrin des arrières grands parents est légitime.

Et le chagrin est là. L’arrière grand père sort un mouchoir de sa poche pour se moucher parce qu’il pleure. IL FAIT TOMBER UNE PIECETTE sur le carrelage.

Et là du fond du couloir, petite voix de Pulchérie qui joue sagement dans la chambre d’amis avec ses poneys : « qui est-ce qui fait tomber un petit sous que je vais ramasser ? ».

Le vieux monsieur stupéfait oublie de se moucher : « Elle a entendu ? »

ET MOI DE REPONDRE :

« Ah bah ça, elle n’est pas SOURDE HEIN ! ».

Je me mords la joue, je deviens toute rouge, Albert me ruine le tibia  sur ce coup là… Le couple disparaît dans la cuisine pour le dessert, Albert m’en rajoute une couche « pourquoi tu as dis ça ???? »

Ben parce que chez moi on n’arrête pas de dire « Il n’est pas sourd » ou « elle n’est pas sourde », pour dire qu’il ou elle a l’oreille fine.

Ca m’a échappé.

Rien à rajouter, excuses ou pas, bredouiller n’importe quoi ce serait s’enfoncer encore plus. J’en rougissais encore samedi 6 juin. Et vous, c’était quoi votre pire gaffe ?

La vie n’est qu’un long calvaire…

0 réponse sur “La pire gaffe de ma vie…”

  1. Bien quand c’est une expression je comprends fort bien… C’était pas de la méchanceté mais juste une mauvaise utilisation de celle-ci vu les circonstances…

  2. ‘tain, t’avais fait fort encore, sur c’coup là!! 😉

    Parfois nos pensées vont bcp trop vite…Des gaffes on en fait tous des tas…mais là, comme ça, à brûle pour point, ça m’vient pas…
    Pourtant j’suis pas du style à tourner 7 fois la langue dans ma bouche avant d’m’exprimer, crois moi!!;-)

  3. Commentaire de Sylvie qui n’a pas pu poster :

    Ma pire gaffe ou plutot ma pire honte : j’avais 16 ans à l’époque (j’en ai bientot 50). J’avais travaillé pdt l’été dans une résidence pour personnes âgées. A la rentrée, je rencontre dans la rue une de ces pensionnaires. Je m’arrête donc pour la saluer (comme me l’a appris ma défunte maman) et lui faire la conversation, histoire « d’égayer » son quotidien. A ma question : « comment allez-vous???? ». Elle fond en larmes : elle venait de perdre son fils. L’horreur pour une maman…… Je n’avais même pas remarqué ses habits noirs….. Quelle fût ma réponse : « ce n’est pas grave, » (plusieurs fois) en lui frottant la main. (je précise bien entendu, que j’étais fortement choquée et n’avais pas su comment réagir à la souffrance de cette femme) Et cette pauvre femme me répondant : Mais si, cest grave…..(plusieurs fois)

    A près de 50 ans, je pense tjrs à cette dame qui n’est plus, à sa souffrance, à ma maladresse….

    1. Battue d’une courte longueur par Albert, rencontrant une voisine de ses parents :
      « Et votre mari comment va-t-il ? »
      Et là, il réalise qu’elle est veuve depuis 3 mois, mais continue sur sa lancée :
      « TOUJOURS MORT ? »

  4. Coraline… c’est le 8 juin 2008 ou 2009 que tu as battu ton record (juste pour savoir s’il faut un an pour s’en remettre hihi) ???

  5. pour rester dans le domaine d’Albert, mon beau-pere a la « sauterie » qui suit l’enterrement d’une connaissance, mort d’un accident de chasse, dit a la fille du defunt:
    « alors la chasse, ca se passe commen cette annee? »…

  6. Allez trois pour rire.

    La boulangère demande à sa cliente :
    – Alors vous étiez en Espagne ? Ca fait un moment que je ne vous avais pas vu ?
    – Oui oui
    – Et votre mari va bien (il avait des difficulté de santé)
    – Oh il est resté là-bas
    – Ah il a bien raison on y est bien là-bas, et c’est sans doute plus sain pour lui, c’est moins pollué, vous allez bientôt le retrouver alors ?
    – heuu, il est mort là-bas…

    J’ai eu beaucoup de mal à garder mon sérieux devant la tête de la pauvre boulangère

    L’autre c’est moi.
    Il y a quelques mois le grand fils (50 ans) handicapé mental, d’une voisine est mort d’une infection pulmonaire suite à une « fugue » sous une pluie torrentielle et un froid de canard.
    Je me gare devant chez elle, la fenêtre est ouverte nous échangeons quelques mots, il bruine, elle me dit :
    – Je ne vous retiens pas il pleut, faudrait pas que prenniez froid
    -Oh c’est pas deux gouttes d’eau qui vont me tuer…

    Je suis partie ensuite le plus discrétement possible mais le rouge de mes joues servait à bien me repérer…

    Une dernière, la mamie qui habite en face de chez nous a eu un AVC méchant, elle a été hospitalisée presque un an en ne récupérant que très partiellement.Sa fille étant morte il y a 3 ans, il n’y avait que sa nièce qui venait régulièrement la voir depuis la région voisine et logeait dans la maison de manière à l’entretenir.
    La mamie (89 ans) à était très active et en pleine forme avant, elle ne supportait plus d’être aussi diminuée, elle n’avait plus aucune autonomie, aussi lorsqu’elle a pris conscience qu’elle ne récupérerai plus elle a cessé de s’alimenter, a ôté les diverses sondes qu’on lui a mise jusqu’à ce que ça soit efficace et qu’elle meure.
    Le lendemain de son enterrement ma fille fait un caprice, ça lui arrive, les fenêtres étant ouvertes la nièce a lègerement entendu et lorsque je sors elle s’inquiéte des cris de la puce
    – Oh elle ne voulait pas manger, ça m’énnerve mais en même temps un gamin ne se laisse pas mourrir de faim
    – Les enfants non…
    Gloups

    Gaston sort de ce sorps 😀

    Bon alors ta gaffe à toi ???

  7. Aujourd’hui… Simple presta chez le client. Je pars de mon bureau pour aller prendre un café. Et croise une grosse partie des internes sortant d’un meeting à la cantine (voir tous). Je commence à blaguer, disant que je vais avoir du mal à prendre l’ascenseur, quand on me réplique « on a appris une mauvaise nouvelle. tais toi ».
    Je suis donc retournée bredouille à mon bureau, préférant attendre que la vague soit passée pour aller chercher mon café plus tard. Et là, j’ai appris que le directeur financier nous avait quitté suite à un incident de moto, laissant sa femme et ses 5 enfants âgés de 13 mois à 15 ans.
    je me suis vraiment sentie honteuse…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.