J'ai un mort sur la conscience…

soldat-copierElle te l’a raconté qu’elle était dans la résistance et moi aussi ! Je la connais ma femme. Même si cela devait rester secret, 40 ans plus tard, elle n’a pas pu se taire… Moi j’aurais préféré me taire jusqu’à ma mort, mais puisqu’elle a tout dit, je peux enfin parler.Et je me dis que choisir de se taire jusqu’au bout n’était peut-être pas le meilleur de mes choix.

Chef de réseau, risquant ma vie, je ne savais pas que ma femme la risquait également, sous mes ordres à nouveau, après nos promesses mutuelles.

J’étais tout de même inconscient. Au pire dans ma tête, je serais parti en prison. Quand j’ai tout compris après la libération, j’ai été malade de savoir ce qu’étaient devenus certains de mes compagnons « disparus ».

Et il y a eu ce soir sur le bord de la Loire, où j’attendais avec d’autres hommes, des containers d’armes et de munitions devant arriver par le fleuve qui là où tu sais se coupe en deux avec une ïle dans son milieu.

Nous savions que le débarquement était proche, et ces containers, il nous les fallait absolument.

Et là, s’est pointé un petit jeune, un jeunot, un gamin quasi sans barbe, mais pour moi un allemand.

Tout était prêt, les barques, les cordes tendues en travers des deux branches légères de la Loire pour bloquer les containers, nous étions sur le qui-vive, et ce, bien longtemps après le couvre feu.

Je lui ai offert une cigarette en lui racontant que j’avais perdu mon chien, et que je l’attendais là. Il était Korrekt ! mais je n’avais aucune indulgence pour lui. Je le détestais même, à un point dont je ne me sentais pas capable avant la guerre. Et je savais que de plus haut, sur la Loire, arrivaient les containers attendus, et que mon réseau dans les buissons attendait un signe de ma part, et que de l’autre côté de l’ile se trouvant en plein milieu du fleuve, d’autres hommes attendaient ces mêmes containers. Nous dépendions pour ces containers, des caprices du fleuve.

Mais le minot s’incrustait : « GUT FAMILLE, FRANCAIS AMIS », et ne voulait pas partir, avec en prétexte, une conversation sur la beauté de la France et sa nostalgie du pays.

Ce n’était certainement pas un imbécile,  il  devait trouver ma présence douteuse à tout le moins, et j’ai toujours détesté les films  montrant les allemands comme des cons ne comprenant rien.

Lui, avait des doutes certains et scrutait le fleuve et ses alentours,  et a très bien compris en voyant tout à coup sur la Loire flotter les containers attendus. Il a porté la main à sa ceinture, sans doute pour donner l’alerte ou tirer sur les containers, sans penser que j’étais dangereux. Il avait tort. En le voyant saisir son arme, j’ai dégainé la mienne et je lui ai tiré dessus, en plein coeur.

Je ne peux même pas te dire que j’ai eu l’ombre d’une hésitation, d’un scrupule, d’un doute. J’ai tiré 3 fois, la troisième fois dans le crâne, pour être certain que je donnais le « coup de grâce ». Je sais maintenant que cette expression est atroce.

Il a juste eu le temps de me regarder de l’air de celui qui ne comprend pas, avant le coup  de grâce, il y a comme un ralenti dans mon souvenir, même s’il est tombé comme une masse. Je n’avais rien à faire de lui, rien du tout, et surtout pas l’envie de me faire prendre, ni mes camarades de réseau. J’ai juste poussé le minot dans la Loire, pendant que le réseau récupérait les containers et les armes, et j’ai vérifié que le cadavre partait bien dans le cours de la Loire, sans se coincer dans des herbes du secteur, après avoir récupéré son arme et le chargeur à sa ceinture. je n’ai donc pas opéré machinalement. J’ai tout fait en pleine connaissance de cause.

Sur le coup de l’action, du stress, on fait n’importe quoi, mais je suis rentré chez moi avant l’aube, avec le visage de ce gamin dans la tête, et la satisfaction d’avoir réussi la récupération d’un parachutage et la mise hors d’état de nuire d’un ennemi qui fatalement nous aurait causé plus que du tort.

C’était en mai 1944, pas vraiment longtemps avant le débarquement. J’étais satisfait de moi, j’avais rempli mon devoir.  J’avais fait ce que j’avais à faire, avec de mauvais rêves pour l’avenir, à faire trop souvent. Je ne savais pas tout simplement, que le devoir exige de nous des actes que l’on n’oubliera jamais.

Car tu vois ma petite fille,  plus de 40 ans après, je revois le visage de cet enfant d’à peine 20 ans, avec une netteté incroyable. Sans doute était-il heureux de constater une irrégularité, une promotion probable grâce à elle. Et puis il y a eu ce regard qui a tout compris et tout perdu en moins d’une minute.

Par ma faute. J’ai un mort sur la conscience ma petite fille, que j’ai poussé dans la Loire en veillant bien à ce qu’il parte au gré du courant. Alors que je m’était dit depuis le début de la guerre que ce serait un plaisir pour moi d’en tuer encore et encore des allemands. Là mes souvenirs ne me donnaient aucun plaisir, du regret mitigé seulement, de la mauvaise conscience. J’avais tué et point barre, et ce regard, même pas d’un bleu extraordinaire, je ne pourrais jamais l’oublier. Et me dire que je n’avais pas le choix ne changeait rien à mon souvenir.

Et je n’ai eu que celui-là pour faire de moi un héros. Ce gamin qui pouvait malgré tout faire tout perdre. J’aurais pu l’assommer mais comment le garder à l’abri et surtout, comment le nourrir ? Pas l’envie non plus, je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans ma tête, je n’avais pas de solution pour lui, et j’ai tiré.

Tu n’es pas ma vraie petite fille. Je souhaite de tout mon coeur qu’aucune de tes filles, mes arrières petites filles qui peuvent tenir de moi, ne vivent un jour ce que j’ai vécu.

Car j’ai tout de même un mort sur la conscience. Je l’ai caché pendant très longtemps, évitant la croix de machin chose pour avoir tué un allemand.

Mon acte était tellement lâche et banal qu’il ne méritait aucune décoration. Et la vie a raison qui punit sans l’aide des hommes. Ce gamin, son regard, sa stupéfaction face à la mort, n’appartiennent qu’à lui et à moi, et à personne d’autre. Et comme c’est lui qui est mort, ce moment là, me hantera jusqu’à ma mort à moi. Comme je t’en parle, cela fait plus de 40 ans. Et comme je suis en bonne santé, cela peut se prolonger…

Qui a gagné ? Lui ou moi ? Je ne sais pas, et je ne le saurais jamais… Même s’il me plaît à croire que ces containers récupérés au prix de sa mort et de mon choix ont sauvé beaucoup de vie… Au jour de ma mort, je sais que c’est lui que je rencontrerai en premier, et nous saurons enfin où était la vérité si elle existe. Peut-être que nous avons une éternité à débattre sur la vérité.

Ma petite fille, pense à moi quand je ne serai plus là, je ne voulais pas le mal, lui non plus sans doute, c’était l’époque qui voulait la mort de notre âme, et j’ai un mort sur la conscience…

Que l’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps, d’avoir à choisir un camp…

20 réponses sur “J'ai un mort sur la conscience…”

  1. Ouf, je suis sans mot… Un texte qui démontre comment cette époque a pu être dur pour bien des gens, tout comme ces actes ont resté gravé à jamais dans la mémoire de ces acteurs…

    Puisse l’univers nous préserver de tel choix, puissions-nous en être exempté !

    1. Quand nous les écoutions (plus aucun n’est là hélas), nous avions peine parfois à réaliser à quel point c’était vrai, difficile.
      La seconde guerre mondiale peut laisser un effet d’irréel, tellement tout a été « trop »…

  2. Le 1er lien (sur ‘ICI’) renvoie à une page d’authentification de WordPress : ça renvoie à votre ancienne version de blog ? pourquoi faut-il s’identifier ?

  3. si j’avais été allemande ? je n’en sais rien et que l’on me préserve à jamais de cette question…. Mon grand-père était dans la résistance, il avait 20 ans et il n’en parle jamais….

    1. On ne sais jamais de quel côté on pourrait tomber.
      Les anciens résistants ou déportés que j’ai connu, en parlaient effectivement très peu.
      Ce jour là, le grand-père avait un petit coup dans le nez. Le mien (de grand-père) ne parlait du stalag et autres dans les mêmes circonstances…

    1. J’aime ton raccourci des choses.
      Il est vrai que pour bien des français ils n’avaient qu’à être restés chez eux.
      Sauf qu’il n’avaient pas eu le choix non plus…
      Mais bon, quand on se bat pour son sol et son pays, il n’y a pas d’excuses…
      Et ça, c’est normal…

  4. En lisant ton texte, je pensais aussi à cette chanson que j’écoutais en boucle quand je révisais mon bac et notamment cette partie de notre histoire. Mon grand père était résistant mais n’a jamais rien voulu nous dire, les quelques bribes que nous avons nous viennent d’autres personnes. Alors merci pour ces témoignages qui nous permettent de ne pas oublier et de mettre des mots sur ce qu’ont vécu ces hommes.

    1. Oui, ils ont vécu des choses tellement difficiles, qu’il leur était difficile d’en parler…
      C’est la raison pour laquelle je ricane quand 90 % des gens déclarent « moi j’aurais été dans la résistance ».
      Honnêtement en ce qui me concerne, je ne sais pas…

  5. Oui, qu’aurions-nous fait à leur place? Avec la peur; probablement la même chose. Ou pire…
    Merci de nous rappeler de temps en temps que nous ne sommes que des êtres humains, pas des Lumières. Nous en sommes loin!

    1. Je n’arrive pas à me connaître assez pour savoir ce que j’aurais fait à leur place…
      Honnêtement je ne peux pas me projeter à leur place.
      Cette époque était tellement épouvantable et semble maintenant tellement… irréelle…

  6. C’est tout le problème d’avoir une conscience: vivre avec les implications de ses actes, même pas forcément de ses choix.
    Les anciens parlent rarement de ces expériences pour s’en vanter, c’est en général plutôt en guise d’avertissement, afin de ne pas s’endormir sur notre tranquillité puis nous réveiller un jour à devoir faire des actes épouvantables pour parer en urgence à des évènements qui n’auraient jamais dû se produire si nous étions restés attentifs, responsables et compatissants.

    1. Hélas ces anciens et leur sagesse sont de plus en plus rares…
      Car ils savaient eux, que leurs expériences n’étaient à souhaiter à personne…
      D’où l’importance d’un certain devoir de mémoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.