A comme Agoraphobie, ou la connerie humaine

Je_n_aime_pas_la_foule_pop040Depuis ma plus tendre enfance, je souffre d’agoraphobie.

« Peur irrationnelle se manifestant dans des endroits publics et/ou des espaces découverts »

En fait je n’ai pas peur dans les espaces découverts et vides, ça m’est égal qu’il n’y ait personne et que ce soit une morne plaine, par contre j’ai une peur panique de la foule, à tomber dans les poires. J’attends donc que l’on divise la définition en deux (peur des grands espaces OU peur des espaces trop peuplés)

La foule c’est con. Nous sommes cons, donc, les gens (dont moi) sont cons surtout en foule, parce si l’on prend tout le monde un par un tout va bien… Donc pour moi il n’est pas irrationnel d’avoir peur de la foule, parce que c’est très con (la foule, pas de prendre les gens un par un).

Une scène d’horreur dans un film, pour moi c’est une foule en délire prenant quelqu’un à parti, un lynchage, une prise d’otage, je ne sais pas… Une foule contre des innocents (même s’ils sont coupables ça me troue). J’ai le sang qui quitte ma tête pour se précipiter dans les pieds, je suffoque, j’ai dû vivre cela dans une vie antérieure. Même des gens qui chantent un 14 juillet ou un soir de victoire de coupe du monde, ça me terrifie, parce que tout peut changer d’un moment à l’autre et que là où il y a foule il y aura des morts.

Pour moi la foule c’est le calvaire de la princesse de Lamballe ou de Mademoiselle de Sombreuil buvant un verre de sang pour épargner la vie de son père. C’est la malheureuse que l’on tond un soir de « libération » dans « la liesse populaire » (en chantant avec bonne conscience), le noir victime du Ku Klux Klan, le pauvre soldat allemand de 17 ans égaré en France en 1945. C’est l’horreur. C’est aussi cette joie émouvante de la libération (suivie de quoi d’autre ?). C’est un personnage à part entière que la foule, avec ses humeurs bonnes ou mauvaises, changeant d’un quart d’heure à l’autre, avec ses paranoïas multiples.

La foule c’est n’importe quoi. Incontrôlable si l’on n’a pas fait science pö et 90 ans de psycho. C’est heureux, ça hurle sa joie et aussi sec cela se retourne contre n’importe qui, n’importe quand, au son de n’importe quel adage. La grande qualité de politiques que je qualifierais personnellement de « cons mais pas bêtes » est de savoir se servir de la foule et se barrant quand il en est encore temps, avant qu’un anonyme ne hurle « mort à Danton ! ».

Je n’ai pas envie de faire partie d’une foule et d’être manipulée par la liesse ou la haine populaire, donc j’évite la foule (surtout qu’elle pourrait me piétiner au passage, la foule ça marche sur n’importe quoi). Quand ça commence à serrer un peu, je tombe dans les poires en vrai (je ne peux plus respirer) et me fais ramasser par de séduisants pompiers, mais n’empêche : je n’y vais plus, parce que sinon c’est au risque de me faire piétiner. Du coup j’évite autant que faire se peut la foule (en bonne chochotte, la victoire de la France en 98 et le retour de l’équipe à Clairefontaine m’a vaccinée à jamais et le Christ peut revenir : je ne me dérangerai pas pour l’écouter).

J’ai assisté dernièrement à un effet de foule sur un blog. Ne manquait que le son pour que l’horreur soit complète.

Donc une personne adulée qui publie un malheureux billet demandant un petit soutien à son blog. Rien que de très normal (enfin de pas choquant en ce qui me concerne), et de très bien expliqué, on sait où l’on va, qu’il n’y a pas d’obligation, on sait que tout continuera comme avant et que chacun fait comme il veut. Simplement on apporte son soutien ou pas. Cool relax, pas de souci me dis-je en quiche yvelinoise qui n’ait rien comprit à la vie malgré mes ans chaque année plus douloureux à porter…

Le soir j’ai pris avec stupéfaction connaissance d’environ 240 commentaires + un autre billet d’explication et les commentaires allant avec. Ca partait gentiment au départ, les commentaires restaient pondérés pour ou contre, choqués ou pas, quand tout à coup paf ! effet de foule. Il a suffit d’un post franchement méchant pour que cela se déchaîne.

J’aimerais que l’on prenne d’assaut le ministère des finances comme on a pris d’assaut le blog d’Hélène. Ah oui j’adorerais ! Parce que là c’était grave : « tu n’as pas honte ? 1000 personnes vont donner 3 euros pour toi, c’est facilement gagné à 1000 lectrices par mois » (la jalouse qui n’a pas un lecteur et qui confond mois et jour, et Hélène n’avait rien exigé, elle n’annonçait pas que son site devenait payant, « et pourquoi tu ne bosse pas ? » « il y en a d’autres qui ont plus besoin de fric que toi »… ETC…

Qui envoie un mail à qui de droit en disant « QUOI mes impôts locaux servent à payer une soirée au gagnant du village fleuri, à 150 Euro l’invité et il y en avait 1000 avec leurs prix de consolation ? » « Quoi ? vous vous déplacez aus USA aux frais de la population pour remettre la légion d’honneur à un pompier de New York » ? « QUOI ? » Ben non ça la boucle grave, pas envie d’être fiché (vous l’êtes…)

Qui se permettrait un tel débordement avec son gouvernement ? (ça ne lui ferait pas de mal pourtant). QUI a pollué la boite mail d’un technocrate en demandant des comptes ? Mais il a fallu qu’on vienne hurler anonymement que ce blog ce n’était pas un travail… Qui ne méritait aucune rémunération.

Ce n’est pas le problème (pour moi), le fond m’importe peu. Le problème c’est le cri anonyme et venimeux dans la FOULE.

J’adore le côté anonyme. On crie un bon coup et si l’on tombe bien tout le monde va suivre. C’est comme cela que l’on décapite la princesse de Lamballe (joli coup !) et que l’on tend en ricanant certainement un verre de sang à Mademoiselle de Sombreuil en se disant « merde elle le boit ». C’est courageux en diable, c’est pour moi la connerie humaine à l’état pur que de se retrouver en mouton de Panurge à suivre n’importe quoi.

Les commentaires timides du début, les premières s’offusquant léger et correct, ça allait. Mais après déferlement de commentaires de trolls qui feraient mieux d’écrire à JC (ChiChi, ne vous égarez pas je sais qu’il y a longtemps que l’autre a fait son ascension et qu’on a un jeudi férié en mai grâce à cette virtuosité aéroplane et souvenez-vous-en… (comment ça vous n’êtes pas croyant et vous respectez le jeudi de l’ascension ? J’hallucine !!!)).

Parce qu’il y a eu le correct pour, le correct contre, et puis tout à coup la connerie trollesque, les voix criant anonymement dans la foule, celles que l’on suit souvent, plus que les autres d’ailleurs. Et là on se lâche, bien à l’abri dans l’anonymat, en se permettant n’importe quoi.

Et si l’on avait été dans une foule, que se serait-il passé ? Une anonyme(j’ai moyen vu de mâles sur le sujet), aurait crié « va bosser connasse, ou crève ». Et là tout le monde aurait fait quoi ?

Baillonner l’anonyme n’est pas dans mes cordes, sauver l’héroïne au péril de ma vie je ne peux pas le jurer vu que j’aurais été chez moi, loin de la foule… Et vous ? Vous tournez les talons et vous partez ? Vous linchez la personne incriminée ? Non ? vous ne faite rien ? Alors pourquoi y a-t-il dans l’histoire des foules en délire ?

Je n’accuse personne. Simplement, ça me fait peur même à lire. Car même sur un blog, on peut retrouver un effet de foule et faire une crise d’agoraphobie (pas grave j’ai du tranxène).

Et vous la foule, ça vous fait le même effet qu’à moi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.