Madame Van Den Connasse…

57519856Suite à de nombreuses démissions du conseil syndical de la copropriété des immeubles, dont la mienne (de démission), Madame Van Den Connasse, d’origine turque comme tout le monde l’a bien compris, s’est retrouvée propulsée au rang de dictateur absolu du conseil syndical.

Dont l’avis pourtant n’est que vaguement consultatif (d’où les démissions à la chaîne, à quoi bon s’emmerder si votre avis n’est pas pris en compte ?).

Sauf que depuis qu’elle est à la tête du dit conseil, ses ordres sont suivis à la lettre par le syndic (des immeubles).

C’est louche, car c’est du jamais vu. J’en m’en vais enquêter à ce sujet… Si j’avais mauvais esprit je la soupçonnerais de faire des p*pes au responsable de la résidence, mais comme je n’ai pas du tout mauvais esprit, j’écarte momentanément cette hypothèse (le flag risque d’être ardu)…

Depuis qu’elle est (se croit) dictateur en chef, elle promène son chien toute la journée en notant les n° d’immatriculation qui sont garés sur les places de tel ou tel n°. Elle fait assemblée générale sur le parking, elle s’agite, elle brasse du vent (énergie non récupérable) et surtout, elle décide de choses importantes sans demander l’avis de personne (le conseil syndical se réunit 2 fois par an), dont la gestion du chauffage.

Sauf qu’elle habite le petit bâtiment A4, mais régente par la même occasion le B5 et le B6 (que j’occupe), dont les frais de chauffage sont inférieurs. En effet,  le A4 a sa propre chaudière, beaucoup moins d’appartements dont beaucoup sont source de déperdition, et bénéficie d’une orientation beaucoup moins protégée que nous (le B5/B6). Donc le chauffage leur coûte plus cher qu’à nous…

Moralité, début octobre, tout le monde se pelait le jonc (comme le bailli du limousin), surtout au B5 dont beaucoup de studios et 2 pièces  sont exposés nord est exclusivement.

Au B6 nous bénéficions du nord est, et du sud ouest, il n’empêche que quand le soleil est absent pour nous chauffer via les baies vitrées, on se pèle autant que les autres.

N’écoutant que mon courage, ma mauvaise humeur, et les stalactites qui me pendaient du nez, alors que mon thermomètre intérieur affichait 15°, un beau matin, j’ai appelé le syndic pour lui demander pourquoi le chauffage n’était pas allumé.

Il faut vous dire que depuis que j’habite cette résidence, le chauffage est toujours allumé, sauf 2 semaines en août pour une révision et d’éventuels changements de robinets de radiateurs. Il y a des palpeurs extérieurs qui le remettent en route en cas de besoin (juillet 2000 : 9° + pluie), le baissent quand la T° remonte, ou le mettent en veille quand la T° est correcte à l’extérieur. Ces palpeurs nous ont coûté la peau des fesses, je le signale au passage.

Le responsable de mon immeuble chez le syndic prend mon appel, embarrassé. Madame Van Den Connasse a interdit de rallumer le chauffage avant le 15 octobre.

Devant mon courroux, le pauvre homme convient qu’il ne s’agit effectivement pas de dates, mais de T°. Comme je lui précise que j’emmerde Madame Van Den Connasse qui n’a pas à donner « des instructions »,  il s’embrouille un peu et me demande d’aller la trouver.

Ce que je fais derechef. Sauf que la chère dame est partie sur la côte d’azur pour 1 mois

Je rappelle donc également derechef le syndic qui soupire qu’il ne peut pas aller contre les décisions du conseil syndical et donc, de son dictateur. C’est nouveau, ça vient de sortir… Si ce conseil avait le moindre pouvoir, je n’en aurais jamais démissionné…

Le lendemain matin, le chauffage était rallumé.

Là, ça recommence.

Lundi 3 mai : 3° le matin sur mon balcon. Radiateurs vaguement tièdes dans la journée (donc ce n’est pas coupé), mais obstinément froids à partir de 21 h, jusqu’à 9 H. J’appelle donc le syndic.

Je tombe sur une jeune femme mal assurée, qui me dit qu’en mai on n’a plus besoin de chauffage, et je lui précise à nouveau que ce n’est pas une question de date mais de T°, et que tous les bulletins météorologiques nous rompent les oreilles au sujet de températures basses, hors normes de saison. Le climat peut très bien changer totalement en France un jour, auquel cas on aura besoin de revoir LES DATES.

Mon arrière grand mère m’énervait assez quand j’étais jeune, et qu’elle coupait le chauffage le 15 avril à midi. Il pouvait neiger et geler jusqu’à fin avril : « on ne rallume pas le chauffage passé le 15 avril ». Mon grand père prudent avait gardé le poêle à charbon dans la cuisine et les poêles à bois dans les chambres, au cas où il ne pourrait pas aller remettre en route le tout nouveau chauffage central, sournoisement…

Madame Van Den Connasse a laissé encore ses instructions avant de partir à nouveau pour la côte d’azur (où j’espère qu’elle se pèle avant de s’y installer définitivement ou de s’y transformer en iceberg ce qui nous ferait un souci de moins) : plus de chauffage en mai, juin, juillet, août, septembre et jusqu’au 15 octobre. Eventuellement on peut vaguement chauffer dans la journée, mais la nuit, tout le monde sous sa couette peut très bien survivre sans la chaudière.

Car, même s’il y a deux chaudières, la programmation concerne toujours les deux, jamais l’une sans l’autre. Et Madame Van Den Connasse vote toujours contre le prix exhorbitant que va coûter au A4 la séparation de corps de leur chaudière avec la nôtre… A savoir qu’elle ne peut pas tyranniser UNIQUEMENT ses voisins proches (qui la détestent, on se demande pourquoi…)

Je précise à mon interlocutrice que Madame Van Den Connasse j’en ai par-dessus la tête et que je l’emmerde. L’autre, croyant me faire peur (je me gausse), me dit que ce sera répété. M’en fous, c’est dit pour être répété, et je suis bien assez grande pour aller le lui dire en face quand elle aura survécu à ses congères (en lui pétant la gueule à coup de cric : tentation…)

Je demande à nouveau si les ordres de Madame Van Den Connasse doivent être suivis à la lettre et dans l’affirmative si le règlement de copropriété a changé, ce qui nécessite une procédure extrêmement coûteuse qui ne serait pas passée inaperçue et aurait nécessité un vote à l’unanimité de l’assemblée générale. Je demande également si un coup de batte de base ball dans la belle vitrine de l’agence pourrait être pris pour un ordre précis, et suivi à la lettre également.

Le chauffage a été rallumé réellement, à savoir qu’il suit les instructions des palpeurs…

L’autre connasse, j’attends son retour pour aller lui dire ma façon de penser. C’est mal tombé, j’étais de mauvaise humeur… Je sens, je sais, que quand je vais voir sa chevelure peroxydée à mort (jaune d’oeuf avec 5 cm de racines = tranche napolitaine)  sur le parking, je vais retrouver illico cette mauvaise humeur, même si je viens de gagner au loto…

De toutes manières elle a tout de la conne et est l’exemple type de l’adage « donnez de l’autorité à un imbécile et il en profite« .

La vie n’est qu’un long calvaire !

20 réponses sur “Madame Van Den Connasse…”

  1. Ah merci! je me sens moins seule!
    Ici pas de Mme Van Den Connasse mais Pétassica (ouais aux States on appele tout le monde par son prenom…) qui regne en maitre , legalement, vu que c’est le manager du building! Apres plusieurs arrets intempestifs de la chaudiere dus a la confusion entre ensoleille et chaud associe a foutage de gueule flagrant a propos de temperature seuil soi-disant a 55oF (alors qu’ils doivent maintenir un minimum de 68oF… et que a 39oF, j’avais pas de chauffage… 39oF c’est 4oC pour info), j’ai appele la mairie et depose une plainte… Chauffage rallumer illico et pas recoupe depuis… Avec explication foutage de gueule « la chaudiere etait allumee mais les fenetres dans l’escalier etait ouverte »… Et ben, miracle, fermer les fenetres entraine la mise en route des radiateurs… fenetres reouvertes depuis (cause odeur de cigarette) et radiateur toujours chaud… etrange…

    1. Il y a toujours, de la part des dictateurs, des excuses bidons.
      ON m’a dit que cela venait de mes radiateurs. Tout le monde sait qu’un radiateur merdique se coupe tout seul pendant 12 H pour se remettre à chauffer après !
      Il y a des coups de pied au cul qui se perdent !

    1. Elle est bien assez présente pour nous pourrir la vie !
      Pourquoi faut-il qu’il y ait TOUJOURS au moins une personne de ce style OU que l’on soit ?

  2. Hu Hu Hu… Je rigole. je suis syndic bénévole d’une copro et les batailles pour le chauffage sont légion… fait trop chaud, fait trop froid… Par contre, je ne suis pas d’accord du tout avec toi. C’est le conseil syndical qui dirige la copro, surtout pas le syndic. Si tel est le cas chez toi, change de syndic !!!

    1. Ca le chauffage a toujours été source de conflits. Il est à noter que ceux qui ont toujours trop chaud ont la possibilité de fermer leurs radiateurs.
      Et dans ma copropriété le conseil syndical n’a aucun pouvoir. C’est l’AG des copropriétaires qui décide…

  3. Le plus dingue c’est que le syndic lui obéit ! Il faudrait provoquer une réunion des copropriétaires et mettre les choses au clair !
    Je pense que tu devrais retourner au charbon (au conseil) non mais !

  4. Moi je dis (et ça se vérifie toujours) : donnez une once de pouvoir à un imbécile et vous en faites un dictateur…
    Vous allez avoir du mal à vous débarrasser de ce genre de pouf qui a besoin de se sentir valorisée…
    Bon courage !

    1. Apparement elle se sent mal aimée (la pauvre), et ne la ramène plus quand il y a des rouspéteurs, comme moi, qui précisent au syndic ce qu’ils pensent d’elle…
      L’éjecter va être difficile : il faudrait déjà que quelqu’un se sacrifie pour prendre sa place…

  5. Moi je trouve que c’est plutôt de bonne gestion. ;o)
    Je vais d’ailleurs lui suggérer d’avancer la date d’arrêt au 1er avril et de repousser la date de la remise en route à la Toussaint, voire au 11 novembre, dans la mesure où la planète reste « globalement » dans un contexte de réchauffement climatique. :o))

    1. Tu prends des risques 🙂 C’est une conne fini, elle aura tes neurones à la longues…
      C’est l’ineptie de cette histoire de dates qui m’horripile. J’ai vu des mois d’avril très chauds, où les radiateurs étaient toujours à fond, c’était ridicule.
      C’est là que nous avons demandé l’intervention des palpeurs…
      La manière arbitraire n’a plus rien à faire ici…

  6. Mon dieu quelle conne ! Sinon je savais pas que le chauffage était central en Europe ou c’est que dans quelques bâtiments ? Je suis donc bien content d’avoir mon propre contrôle dans mon appartement 🙂

    1. Tous les bâtiments n’ont pas le chauffage central. Pour certains, il y a chauffage individuel par appartement, pour d’autres, on dépend de la chaudière centrale, avec le choix d’ouvrir ou non ses radiateurs, mais sans possibilité d’allumer la chaudière.
      Pour ce qui est HLM ou ILM (à loyer modéré attribués aux moins riches), le règlement stipule les dates de chauffage.
      Généralement c’est du 15 octobre au 15 avril, et en cas de T° polaire, c’est la mairie qu’il faut assiéger pour être enfin chauffé…
      Le chauffage individuel serait donc l’idéal, avec une injustice : mon appartement est cerné de toutes parts. Une fois le chauffage allumé en dessous de chez moi, à droite et à gauche + au dessus, je ne serais pas obligée d’ouvrir mon chauffage à moi, donc je n’aurais rien à débourser, alors que le dernier étage serait obligé de chauffer à fond.
      En cas de chauffage central, on règle aux quantièmes. Mon 4 pièces me coûte moins cher que le 5 pièces d’en face…

  7. Eh bien, quelle imbécile cette Madame Tranche Napolitaine !!!
    Elle se tire au soleil et laisse les autres dans le froid juste pour économiser ses sous !!!
    Pô bien tout ça !!! Elle mériterait un bon coup de cric c’est sûr !!

    Mia de TERRA LATINA 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.