Comment supporter nos collègues de bureau : le vrai mec

culturisme-copierLui c’est un vrai, un dur, un tatoué. Avec lui on va savoir qu’il y a de vrais hommes, et donc en conséquence, des faux…

On va le sentir très vite : le déodorant, c’est pour les tapettes…

Il ne mange pas des sandwiches de PD, lui… Enfin, il mange comme un homme, un vrai (il engloutit, on ne retournera plus à la cantine avec lui…)

Il fait d’ailleurs beaucoup de remarques ayant trait à l’homosexualité, si vous voulez le vexer, dites que vous trouvez cela louche…

Parce qu’il ponctue ses conversations de : tapettes, lopettes, PD, etc… et que forcément ça lasse rapidement !

Il passe sa vie à raconter des horreurs salaces même pas drôles.

A l’écouter, il culbute une femme nouvelle tous les soirs, et assume sa femme après.

D’ailleurs sa femme n’a qu’à la boucler, c’est lui qui porte la culotte dans son ménage (donc un écossais en kilt est un faux homme, je ne vous parle même pas de la tenue des gardes grecs avec leur zupette)

Il méprise sa collègue d’en face : ingénieur ce n’est pas un boulot de femme, surtout dans le génie chimique, et pire encore si elle est meilleure que lui…

Il a ses bons côtés, sachez les utiliser en jouant les faibles femmes. C’est ainsi que :

  • C’est lui qui aura le pouce le plus puissant pour enfoncer la saloperie de punaise qui doit servir à accrocher le fichu calendrier.
  • C’est lui qui se mettra à quatre pattes pour débourrer cet imbécile de  putain de bordel de merde de copieur, parce que la terre est trop basse pour une faible femme et que vous avez peur de vous brûler ou de vous électrocuter (ne pas lésiner sur les petits cris de la femme effarouchée…)
  • Idem, c’est lui qui se couchera sous votre bureau pour reconnecter la foutue ordure de prise internet à l’ordi de la mort qui tue.
  • Et le jour où votre voiture vous lâche, c’est spontanément vers lui que vous allez : il aura à coeur de faire le diagnostic en se couchant sous la voiture pour constater que c’est une fuite du réservoir d’essence, ou alors il changera la connasse de  roue…

Pratique…

Un homme, un vrai, un dur, un tatoué, peut parfois être indispensable, à petites doses…

Le vrai bonheur c’est le jour où sa femme appelle et demande à lui parler, qu’il murmure « oui bon, j’arrive tout de suite ma chérie », et qu’on le voit filer, le regard bas, la queue entre les jambes, et que l’on  a très bien entendu dans son écouteur le « je t’attends pour aller à Auchan et je te signale que je n’attendrai pas une demie heure de plus ! ».

Lui c’est peut-être un vrai, un dur, un tatoué, mais sa femme a du coffre…

Et lui, rôde au travers des gondoles, en espérant ne JAMAIS croiser un collègue de bureau… Si c’est le cas, l’horreur, il prétendra venir acheter tout ce qu’il faut pour la voiture, on fera semblant de le croire, alors qu’il trimballe tout le nécessaire pour une famille ordinaire (y compris des couches…)

La vie n’est qu’un long calvaire… 🙂

15 réponses sur “Comment supporter nos collègues de bureau : le vrai mec”

  1. Hé hé!! 🙂
    C’est vrai que le changement de comportement des collègues peut être surprenant dès la sortie du boulot, ou lorsque les conjoint(e)s rappliquent.

    Le coup du copieur en panne m’a bien fait rire car je me suis revue faire le plan que tu nous conseilles quitte à passer pour une chochotte,( et plus d’une fois!!);-)
    Merde, pas envie de me foutre de l’encre noir partout!!

  2. Ah ba oui, un vrai, un mec comme ça, on en veut pas dans sa vie c’est sûr, même comme ami c’est lourd ! Alors je n’ose imaginer comme compagnon de vie…

    De toute façon je fais un métier (santé) qui rend ce genre de rencontre rare, je suis donc bien content ! Je supporterai pas, même comme connaissance, alors pour vous mesdames comme compagnon de vie je n’ose pas imaginer le supplice ! :os

  3. C’est vraiment tout ce que j’aime…. Je me ferais un palisir de le croiser… Personne ne lui règle son compte de temps en temps, envoie le chez les narkeotrafikants, y’a des filles que vont le prendre en main.

  4. Franchement, raconté par vous, c’est beaucoup plus marrant que quand on est en face d’eux dans la réalité (probablement rapport au fait que le déodorant c’est un truc de tapette comme vous l’avez si bien dit. Ou alors rapport au discours nauséabond. J’ai jamais su déterminer)

    1. Oui à raconter c’est drôle, nettement moins le « à vue de nez il est 14 H, ça sent l’HOMME ! »
      Et puis ces expressions perpétuelles relatives à l’homosexualité, ça rase…
      Même les vraies femmes 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.