L'homme est malade, épisode 2 (réédition)

L_homme_malade__pisode_2_53271854Charles Edouard n’est JAMAIS malade, qu’on se le dise, même quand il rentre avec visiblement environ 40° de fièvre minimum, en toussant comme un phtisique au dernier degré, les yeux rouges et le teint blême, en déclarant d’une voix graillonneuse qu’il regarde un match ce soir (le scoop…).

Quand il nous a expectoré ses bactéries dans la tronche pendant 10 jours, il s’étonne qu’on se couche.

Lui ne se couche jamais, sauf pour dormir. « S’écouter » est incompatible pour lui avec l’idée qu’il se fait d’un homme, un vrai (parce que pour lui il y en a de faux), ce qu’il est. D’ailleurs il n’est pas malade du tout, il se sent juste un peu faible Panoramix…

Le seul souvenir qu’il garde de l’armée, c’est qu’ils lui ont fait des vaccins ces rats. Sinon il ne se rappelle plus s’il était dans l’infanterie, le génie (ah ah, je m’esclaffe d’imaginer un génie militaire !), l’artillerie ou la garde républicaine…

Une bronchite le fait évidemment tousser deux mois. Ce n’est rien donc il ne prend rien. Le fait que ce rien ait contaminé toute sa petite famille et tué Tante Hortense le laisse de marbre (d’ailleurs il a hérité au passage).  Sa jambe curieusement gonflée depuis sa chute de vélo ? Ce n’est rien non plus, ça va passer tout seul.

Il a un doigt définitivement tordu (démis et non remis, ce n’était rien) et lui aussi cultive un truc en « ocque » depuis des années. C’est chez nous, vu qu’il nous le refile régulièrement, que la bête est devenue résistante.

Il a vaguement entendu parler du SIDA mais bon, heu, non lui ne l’aura pas vu qu’il mène une vie saine. Donc inutile de prendre des précautions (une capote en plus ça fait médical). De toutes manières les microbes et virus fuient d’instinct un homme, un vrai, un dur, qui n’est jamais malade et possède des défenses immunitaires de fer. Tout le monde sait que la maladie est très sélective…

Lorsque tout de même Charles Hubert voulait bien reconnaître qu’il avait peut-être quelque chose (vu que je lui faisais squatter le canapé pour dormir), il s’arrêtait en sortant du boulot à la pharmacie, acheter le remède miracle : de l’aspirine vitamine C : c’est bon pour tout.

Et que je te croque 3 comprimés direct dans le train pour être guéri en arrivant, sans vérifier que c’est du 1000 et que c’est à faire fondre dans un verre d’eau car effervescent. Il a avalé vite fait mais cela a continué à effervescer dans son estomac et il m’a vidé un litre de bière en rentrant (la bière c’est bon pour tout aussi).

Il m’a gonflée toute la soirée parce qu’il avait un drôle de goût dans la bouche, et toute la nuit parce qu’il ne pouvait pas dormir (rapport à la triple dose de vitamine C à 19 H 30). Preuve pour lui, non pas qu’il aurait dû lire la notice, mais que les médicaments c’est du poison et que ça ne sert à rien. Sur une foulure de cheville il a pris évidemment de l’aspirine (vitaminée), et s’est trempé le pied dans de l’eau brulante pendant 2 heures : moralité sa cheville et son mollet pouvaient faire concurrence à une vache normande. Il a boité pendant 6 mois, mais non, il n’avait pas une drôle de démarche, c’est ma vue à moi qui commençait à baisser…

Pour un début de tourista en voyage, il me piquait mon anti infection urinaire, et se plaignait encore que les médicaments c’était de la merde. La tourista, c’était le seul truc finalement qu’il acceptait dare dare de (mal) soigner… Quand la sécu lui a envoyé le papier lui demandant qui était son médecin « référent » (dire désormais « bonjour mon référent »), il a certainement ouvert un dictionnaire pour savoir ce que « médecin » voulait dire avant de jeter le papier.

Bon je ne l’ai supporté que peu de temps, mais c’était toujours bien assez trop… La vie n’est qu’un long calvaire, surtout quand on manque de discernement…

Réédition du 29 septembre 2006

0 réponse sur “L'homme est malade, épisode 2 (réédition)”

  1. ahlala y’a bien des boulets partout !… J’ai été soulagée par le « je ne l’ai supporté que peu de temps » : ouf !

    1. Comme boulet il se posait là…
      Mais il savait le dissimuler d’où mon manque de discernement…
      Mais chassez le naturel et il revient un jour au galop…

  2. Là franchement… A tout prendre, Albert avait l’air moins borné… En tout cas ça aide à relativiser, mon warrior ne refuse pas de se soigner, il refuse juste de rester couché. Je vais quand même l’attacher, mais je râlerais moins fort. Merci Calpurnia!
    (mais sérieusement, quel boulet ce Charles Hubert)

    1. Au moins, Albert reconnaissait qu’il était malade (ON LE SAVAIT !)
      Par contre le boulet n’était JAMAIS malade.
      Ses proches non plus d’ailleurs…

  3. Heureusement que ce modèle est plutôt rare, mais en effet, « quel boulet »!!!
    Les hommes malades, on devrait les ranger en quarantaine, très loin de soi, jusqu’à guérison complète et définitive, pas avant!

Répondre à Charlotte Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.