Les fifi-tesques aventures (part 4)

Je rentre du lycée un beau jour, alors que le fifi fait partie de notre vie depuis déjà plus de 2 ans et demi, pour retrouver Mrs Bibelot dans tous ses états. Le fifi a disparu.

Elle ne voit pas comment : jamais la porte fenêtre n’est ouverte sans que l’on ne s’assure qu’il(elle) est bien dans sa cage. Depuis le matin pas de fifi. Elle a fait exprès de ne pas lui mettre d’eau dans sa cage. Car le fifi a son truc à lui(elle) quand il n’a plus d’eau. Il va se poser dans l’évier en acier inox et il cogne avec son bec. Il a très bien repéré que rapidement quelqu’un vient lui donner à boire. Là rien, pas de nouvelles…

Nous bougeons les meubles et surtout le frigo sur lequel il(elle) aime bien se poser. Rien…

Le lendemain matin, toute la famille est sombre. C’est l’hiver, si le fifi a réussi à s’enfuir, quelle nuit a-t-il passé ? Maman met la cage sur le balcon. Rien. Parfois elle sent sa raison vaciller, il lui semble entendre un bruissement d’aile quelque part dans la cuisine. Combien de fois déplacera-t-on le frigo et les meubles derrière lesquels il aurait pu tomber ? 2 jours se passent encore. Le fifi ne reviendra plus, et nous ne savons pas ce qui lui est advenu…

Je rentre du lycée comme tous les jours, là mon frère ravi me demande d’aller voir dans la cuisine. Il y a une surprise : dans sa cage, dans son nid, dormant un peu, le fifi est là et bien là… pâle et amaigri et mort plus qu’à moitié… Mais c’est bien lui. Maman lui a mis à boire tout à côté de lui et il n’arrête pas d’aller s’abreuver avant de se recoucher.

Un bruit l’après midi… Maman est certaine de l’avoir entendu. Elle à dit « fifi fifi », mais le fifi a l’habitude de se tapir quand on l’appelle et dans sa situation c’était un peu couillon… Mais là elle est certaine et entêtée, elle n’est pas folle, elle a bien entendu un bruit d’ailes. Mon frère est là, il déplace à nouveau le réfrigérateur d’où le bruit semblait venir. Rien. Il tire le frigo un peu plus et là : « je la vois ! ». Coincé le fifi, entre le corps du frigo et les jolies circonvolutions qui font du chaud pour nous faire du froid.

Ils le sortent de là. Le fifi n’est pas blessé, mais d’après mon frère et ma mère, il s’évanouit dans leur main. Plus de 3 jours sans manger et surtout boire, le long d’un serpentin qui chauffe… Ma mère empoigne à nouveau son compte goutte pour hydrater l’oiseau. Ce serait tellement bête qu’il meure maintenant le fifi. Mais non, il ne va pas mourir tout de suite. Il accepte d’aller dans sa cage où il s’abreuve pendant 3 heures.

Tout le monde rentre à tour de rôle. C’est la joie (oui nous sommes très intelligents…) et du coup, nous, pendant que le fifi recommence à manger, Mrs Bibelot nous fait du riz au lait que nous adorons tous.

Le fifi n’a plus jamais remis ses pattes sur le frigo. Nous n’avons jamais sû comment il s’en était cassé une, vilainement, un an plus tard. Nous avons essayé de lui mettre une attelle, nous l’avons emmené chez le vétérinaire, mais il n’y avait rien à faire, qu’à lui épargner de perdre son sang jusqu’à la mort…

Et cette alouette qui se perchait sur les meubles, se penchait pour nous faire « cui » d’un air ironique, qui se couchait dans nos bouquets de fleurs (véridique), qui se posait sur notre épaule, qui nous picorait la joue, qui demandait à boire en tapant dans l’évier, qui décrochait les crayons, qui lançait sa trille pendant que le lave vaisselle fonctionnait, et bien…

Nous l’avons pleurée.

D’ailleurs c’est devant le chagrin qu’elle laissait derrière elle que mes parents ont pris un épagneul breton qui a vécu, vous l’imaginez, un véritable d’enfer…

Les fifi-tesques aventures (part 3)

Donc le fifi en ce mois d’août 1975, passait une partie de sa vie dans la salle de bain/WC et dans le cerisier.

Jusqu’au matin où il accueillit le premier levé (mon grand-père), par un vol curieux, avec comme un roucoulement dans le pioupioutement. Le fifi se posa sur le bord du lavabo en causant un peu et en lui faisant des avances. Idem pour tous les membres de la famille. Survol, roucoulement, avances.

Pendant une période creuse, le fifi déchiqueta un rouleau de PQ et commença à faire son nid ailleurs que dans sa cage, dans un endroit choisi par lui qui nous coupait une des entrées de la salle de bain/WC… Question existentielle : le mâle fait-il le nid comme sa femelle ? Normalement ils s’y mettent à deux. Prévoir du PQ de rab. Condamner la porte fatale pour ne pas mettre un pied sur le nid, et non nous ne sommes pas gâteux avec les animaux… L’oiseau continuait à s’activer autour de nous en roucoulant (pour une alouette c’est un comble), et avec du PQ déchiqueté plein le bec.

Et puis un autre beau matin, voici le fifi bien installé sur son nid (nous le laissions lâché la nuit car laisser son nid pour aller dans sa cage semblait le désobliger, il nous injuriait du haut du meuble de salle de bain comme pas possible quand nous voulions l’attraper).

Il finit par aller manger dans sa cage, nous révélant 2 oeufs très jolis, mais bien entendu clairs…

Le fifi était donc une fifille… Ma petite soeur demanda si nous étions certains et mon grand père peu aimable avec les adolescents lui demanda si elle avait déjà vu des coqs pondre des oeufs… N’empêche que cela restait le fifi.

Au bout d’une dizaine de jours à couver, le fifi sentit que quelque chose n’allait pas. Il écoutait les oeufs d’un air pensif parfois, se remettait dessus d’un air absorbé, puis laissa tomber pour retourner dans sa cage ou voler un peu partout, comme il le pouvait…

Nous avons gardé les oeufs et le petit nid longtemps… C’était trop mignon à voir.

Les fifi-tesques aventures (part 2)

Nous avions recueilli le fifi en août. En juillet suivant, il partit avec nous pour les Sables d’Olonne où nous devions passer le mois de juillet. Il pioupiouta dans la voiture que cela faisait bien longtemps qu’il était enfermé et bouda en arrivant, quand nous l’avons installé dans la cuisine en ouvrant la porte de sa cage. « Non je ne sortirai pas puisque c’est comme ça », semblait-il dire, tout en mettant un bec à la porte pour inspecter les alentours.

C’était un stress constant qu’il ne s’échappe pas. Pendant longtemps, tout le monde a eu le réflexe de fermer la porte de la cuisine. Mais c’était un oiseau réellement apprivoisé, qui venait se percher sur notre épaule, venait dans la main, et nous picorait affectueusement la joue (en cherchant des insectes, allez savoir…)

Mrs tricot avait installé un carnet et un crayon pour les listes de courses, accrochés à un clou planté dans un meuble. Plusieurs fois par jour, elle retrouvait le crayon sur la cage du fifi, sans comprendre : elle l’avait tout de même bien accroché avec sa ficelle. Nous pouvions tous en attester : la maison était hantée…

Le hanteur fut trouvé tout à fait par hasard, alors que Mrs Bibelot faisait les poussières du passe plat. Le fifi ne la voyait pas. Elle le vit parfaitement bien. Et je m’envole sur le meuble de cuisine de droite. Et je me pose. Et je penche la tête. Et je regarde à droite et à gauche, et hop, j’attrape la ficelle du crayon et je le regarde tomber sur ma cage. Ca fait du bruit, c’est rigolo. Et c’est rigolo aussi la personne qui s’exclame que le crayon est encore tombé et le raccroche. Petite tête penchée pour tout bien regarder…

Nous avons passé un mois à raccrocher le crayon et à l’espionner par le passe-plat (sommes nous intelligents tout de même…). Il s’amusait tellement (et nous donc !)

Mois suivant chez mon grand père. Remettre le fifi qui a un an en liberté ou non ? Tentative. On accroche la cage dans le cerisier en ouvrant la porte. Le fifi sort et s’envole. Tout le monde pleure, mais c’est mieux pour lui non ? Il va pouvoir voler le plus haut possible, faire ce qu’il veut, vivre sa vie d’alouette sans être brimé par une cage.

Râté. A 17 H, après 3 heures d’absence, le fifi est de retour dans sa cage et nous regarde d’un air de dire qu’on ne l’y reprendra pas…

Pour avoir la paix et sans se traumatiser, car il était en liberté dans la salle de bain/WC forcément fréquentée, l’idéal était de le mettre dans le cerisier et d’ouvrir la porte de la cage. Là, il se couchait dans son nid (ben oui, il avait un nid douillet) en nous avertissant tous qu’il ne sortirait pas…

Sacré fifi qui nous en réservait une belle…

Les fifi-tesques aventures (part 1)

Honte à nous, nous oublions, nous oublions…

Jean-Poirotte et Mrs Bibelot avaient fait mettre sur DVD la quasi intégralité des films super 8 de Jean-Poirotte, en essayant autant que faire se peut, de s’épargner, et à nous d’ailleurs, les envols d’oiseaux, le trop de paysages, pour garder surtout les personnages, ce qui compte 20, 30 ou 49 ans après.

Je ne l’avais pas vraiment oubliée, mais je n’y pensais jamais. L’autre soir, j’ai regardé les DVD « souvenirs », trop heureuse de retrouver mes pitchounettes bébés, petites, nos chers disparus, et une toute bête alouette.

Tout a commencé un beau dimanche où nous roulions vers la maison de campagne de Mrs Morgan et de son mari. Tout à coup, en plein champ, mon père pile. Il a vu un piaf passer sous la voiture. Réflexe de chasseur ayant un peu de conscience : vérifier qu’on ne laisse pas un animal blessé souffrir jusqu’à la mort n’importe où. Non le piaf n’est pas mort. C’est un bébé alouette qu’il nous ramène un peu embarrassé (car il nous a dit et répété de ne jamais toucher un petit qui n’est pas abandonné par ses parents) : il a regardé un peu partout et n’a vu aucun parent potentiel. Il confie l’animal à Mrs Bibelot qui le met dans sa jupe bien au chaud.

Nous voici donc avec une alouette à peine en plumes, ne sachant pas voler, et donc dépendante. Avec une imagination débordante, nous l’avons prénommée « fifi ». Je sais c’est d’un commun…

Récupération d’une cage chez Mrs Morgan, d’une pipette pour l’abreuver et de nourriture pour les perruches pour l’alimenter.

C’est super simple de s’occuper d’un oiseau : ça bouffe tout le temps, ça boit tout le temps, ça chie tout le temps.

Nous nous sommes relayés donc, toute la petite famille, pour nous occuper du fifi. Le soir nous couvrions la cage, parce que ça dort tout de même. Sinon, c’était la pâté donnée avec un bâtonnet de buis à la petite bête qui piaille tout le temps, l’eau avec la pipette.

Le fifi n’était pas destiné à rester en cage toute sa vie. Nous comptions bien le relâcher un jour, le laisser libre plusieurs heures dans la journée, car rien n’est plus triste qu’un oiseau en cage.

Jean-poirotte et son père l’amoureux des oiseaux, munis de livres et tout et tout, décidèrent un jour que le fifi était en âge d’apprendre à voler. A nous de nous y coller… Nous étions devenus ses parents et son éducation nous revenait.

Attraper la bestiole : à savoir mettre la main dans la cage, elle venait s’y loger direct. Sortir la bestiole de la cage, lever le bras et le laisser retomber. Réflexe de l’ex-oisillon : faire fonctionner ses ailes. Après plusieurs atterrissages dans une botte, une chaussure, une assiette de fruits d’été, le fifi savait voler.

C’était farpait. Nous laissions le fifi en liberté qui volait dans la cuisine en plafonnant comme il le pouvait en lançant la célèbre trille de l’alouette pendant que le lave vaisselle fonctionnait (et jamais autrement, le lave vaisselle l’inspirait).

Et puis un jour le fifi arriva dans le salon en sautillant tic tic tic. Et se prit une griffe dans la moquette bouclée, sans mal, fort heureusement, car il eut le réflexe de s’arrêter net et d’attendre que l’on vienne à son secours.

Il fut donc cantonné à la cuisine. En liberté un peu limitée. Car quand nous devions ouvrir la porte fenêtre pour aller sur le balcon, il fallait le faire rentrer dans sa cage. Là le réflexe conditionné fut béni de tous. Il suffisait d’agiter la boîte de nourriture du fifi pour que direct, il file dans sa cage même s’il venait de se goinfrer 2 minutes avant. Mais en règle générale, il était en liberté dans la cuisine, pour nous faire plein de conneries…

Les premières rentrées, part 2 : Delphine

estelle-sainte-marieLe cadet est toujours forcément différent du premier. Dès son plus jeune âge il sait que l’amour des parents n’est pas destiné qu’à lui, même si l’amour ne se divise pas mais se multiplie.

Delphine restait secrète, c’était sa nature, sur son envie d’aller à l’école ou de rester avec maman. J’ai su très tard que Pulchérie faisait un petit compte rendu à sa soeur, sur tout, le plus faux possible évidemment, sinon cela n’aurait pas été drôle. Je l’ai compris quand avant sa rentrée au CP, Delphine très angoissée m’a demandé : « c’est vrai qu’on nous fouette en CP ? », sa soeur devenant écarlate, car cela se passait pendant le dîner… Mais bon, c’était à venir… Continuer la lecture de « Les premières rentrées, part 2 : Delphine »

Les premières rentrées… Part 1 : Pulchérie

Elodie 1ère année maternelle

La première héritière s’emmerdait grave toute seule à la maison. Elle s’était inventé d’ailleurs, deux copains imaginaires qui s’appelaient tateuf et rieuse. Elle circulait avec son tricycle dans l’appartement heureusement pratique pour cela, en me précisant « ze vais voir tateuf et rieuse, t’inquiète maman ». (Je n’étais pas inquiète, la porte était dûment close, on n’est jamais trop prudent).

Depuis le mois de mai, elle claironnait à qui voulait l’entendre (pas le choix de toutes manières, elle étais pipelette comme pas permis) « z’vais à l’école l’année prossaine ! »

Première rentrée. Mrs Bibelot qui habitait l’escalier d’à côté, m’accompagna pour s’assurer que tout se passerait bien (pour moi). Il faut dire que j’étais grosse jusqu’au menton de Delphine, avec une légère tendance à pleurer pour un oui ou pour un non (entre autre, le poulet manquait de seeeeeel !). Continuer la lecture de « Les premières rentrées… Part 1 : Pulchérie »

Souvenirs… Souvenirs… (2)

Le coup du claquage de porte assorti d’un « menteuse » jeta un froid entre Mrs Bibelot et Mrs Merlan, mais les deux pères eux, continuaient à se parler tout à fait normalement. Les deux hommes s’entendaient bien, étaient artisans tous les deux, et étaient sans doute agacés tous les deux par leurs femmes et les résultats scolaires de leurs filles (des garçons il n’était jamais question), et les invitations reprirent.

Malheureusement Christine et moi devions à nouveau montrer nos carnets à nos mères respectives, et plus d’une fois elle pleura, giflée parce qu’elle n’était que dans les cinq premières mais jamais la première. Peut-être sans cette stupide compétition maternelle aurions nous pu être amies…

Continuer la lecture de « Souvenirs… Souvenirs… (2) »

Souvenirs… Souvenirs… (1)

Le plus grand pouvoir qu’ont les morts sur nous, c’est d’aviver de très vieux souvenirs, que l’on retrouve tout à coup grâce à un coup fumant de notre « boîte à mémoire », titillée par un rêve très souvent.

Le sommeil paradoxal, quand on ne procède pas à des déambulations nocturnes 🙂 nous voit faire des rêves extravagants la plupart du temps, mais qui ont bien un sens. Le sens le plus caché est l’ouverture d’une boîte close depuis longtemps et qui s’est ouverte pour y ranger un souvenir…

Continuer la lecture de « Souvenirs… Souvenirs… (1) »

Le Père Noël…

Je pense qu’un jour prochain peut-être, la télévision lâchera le Père Noël sur les plages du mois d’août…

En effet l’an dernier, et quand je me morfondais dans une maison de repos j’avais pour seule distraction la télévision… Lors de mon hospitalisation j’avais oublié mes lunettes de lecture…

Quelle ne fut pas ma consternation de constater que dès le 1er novembre il n’y avait plus sur la 1, la 6 et la 25, que des téléfilms hélas tous plus sirupeux les uns que les autres… Sur Noël…

Et j’ai constaté enfin rentrée chez moi que cela avait perduré jusqu’à la fin de janvier !

Je vous passe les titres qui vont « d’un Noël joyeux » à « Des rennes pour le Père Noël » et j’en passe et des meilleurs…

Je dis « halte là « … Il y en a marre de tout cela. Je n’ai comme seule ressource que Arte, la 3, fort peu de chaînes qui nous présentent un programme correct…

J’ai enfin réussi à squizzer les pubs : j’enregistre un programme sur ma box et je le regarde le lendemain en passant les pubs (un spot publicitaire représentant désormais 20 pubs)

Mais je redoute désormais de voir même le programme du soir squatté par l’inévitable papa Noël dont je vomis la simple évocation…

Ras-le-bol de tout cela et je n’ai même plus la possibilité de regarder des DVD puisque mon appareil enregistreur vient de me lâcher… Dès lundi je cours en acheter un autre… Mais aurais-je assez de DVD pour remplacer trois mois de conneries ? J’en doute fort…

Enfin j’espère être un jour être sondée pour savoir ce que je pense de notre télévision actuelle…

J’en aurais à dire…