A un chef du personnel plus qu'incorrect

bewitched3Les circonstances : j’avais postulé pour un poste de secrétaire de direction il y a 12 ans. J’en avais donc 36. J’avais réussi avec succès tous les tests et l’entretien s’était fort bien déroulé, avec un homme d’une cinquantaine d’années semblant charmant.

Le résultat : j’entendis, un de mes moindres défauts étant d’avoir l’ouie terriblement fine, venant de la pièce à côté, le charmant monsieur déclarer « oui mais elle est peu vieille… »

Je suis rentrée à la maison de fort bonne humeur et j’ai écrit à ce charmant monsieur, avec copie au directeur de la société, une semaine après.

« Monsieur,

C’est avec consternation qu’au terme de notre entretien du vendredi 12 dernier, je vous ai entendu me qualifier de « vieille ». Rentrant chez moi en catastrophe, je n’ai eu qu’une idée : aller vérifier dans le miroir si vraiment mon grand âge s’affichait de manière si évidente. Bien sûr on ne se voit pas tel que l’on est réellement. Vous par exemple ne m’avez pas semblé être un perdreau de l’année, mais je peux me tromper. Si je suis vieille, alors que devrais-je dire de vous ?

Malgré tout, je me suis dit que je pourrais peut-être faire valoir mes droit à la RETRAITE. Eh bien oui, c’est pour les vieux… Je me suis donc empressée de commencer les démarches nécessaires, et le croirez vous ? On m’a rit au nez. Parfaitement Monsieur. Je suis trop JEUNE pour prendre ma retraite.

Trop vieille pour travailler également, je ne vois pas trop où peut être la solution.

Mais je comprends Monsieur. Au vue de mon grand âge, vous avez compris que l’usage du fax m’était inconnu, que l’informatique resterait pour moi de l’hébreu, et que ma voix chevrotante ne manquerait pas au téléphone d’attrister les clients ou fournisseurs auxquels j’aurais été amenée à répondre. De plus ma démarche de vieille dame qui avait laissé sa canne dans la voiture, ne pouvait que vous déprimer également lorsque j’aurais été amenée à me trainer jusqu’au photocopieur (comment ça marche ce truc ?).

A moins que, décidé à faire le bonheur de quelqu’un, vous ne préfériez embaucher une bien jeune (d’environ 22 ans maximum je pense) qui se fera un plaisir de vous faire un enfant ou deux (avec un autre bien sûr, je ne vous sens plus en état). Ah quelle joie pour votre service de voir naître des petits enfants qui payeront un jour ma retraite (mais pas tout de suite) et la vôtre (plus prochainement). Quel plaisir également de trouver la jeune qui sort de l’école et que l’on peut payer nettement moins et à qui vous pourrez donner des leçons d’orthographe.

Vous écrire cette lettre m’a épuisée. Une soupe, une verveine et mémée va se coucher.

Bien à vous

0 réponse sur “A un chef du personnel plus qu'incorrect”

  1. La réponse du chef était super : il trouvait que j’avais le caractère à faire l’affaire…
    Mais à l’époque, on trouvait plus facilement que maintenant et j’étais donc casée…

  2. Juste jubilatoires tes lettres….J’en envoie aussi pas mal quand je suis bien en colère (>> quand j’suis prise pour une conne en fait !!) mais elles n’ont pas la même saveur que les tiennes… :-))

    1. Ca me prend du temps de les écrire (surtout que sur le coup de la colère on peut écrire n’importe quoi) !
      Dommage, je n’ai plus celle que j’avais envoyé à Charles Hubert lors de notre première rupture.
      Comme quoi on ne doit jamais renouer après rupture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *