Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Au secours !

Au_secours_53329701_copierTout le monde sait (à moins de vivre sur une île déserte sans téléphone et sans internet, l’enfer sur terre) que le 1er février la loi anti tabac entrera en France en vigueur en partie, parce que l’on laisse le temps à certains de s’organiser (et qu’en France on fait toujours tout à moitié, c’est comme ça, faut s’y faire).

S’organiser c’est mettre en place une réelle salle fumeur, bien à part de la salle non fumeur, et dûment aérée suivant des normes très strictes qui permettront à certains ministres ou membres du gouvernement actuel de gagner plein de sous, parce qu’ils ont des actions dans les sociétés qui vendent les “aérateurs extracteurs” aux normes. J’ai mauvais esprit comme pas possible.

Depuis trois mois, mon patron (fumeur) se torturait l’esprit concernant cette loi et son application.

Nous avons depuis longtemps un lieu “fumeurs” dans ce qui s’appelle vulgairement le stock, qui doit faire approximativement 20 mètres de hauteur sous plafond. Même les non fumeurs (la moitié de l’entreprise), reconnaissent qu’en pénétrant dans le dit stock, aucune odeur ou fumée désagréable ne vient allergiser leurs poumons et narines de non fumeurs ou d’ex fumeurs (les pires). Il était donc décidé avec l’accord de tout le monde, de garder ce lieu fumeurs…

Il y a trois mois mon patron a pris la désagréable habitude de descendre fumer comme tout le monde, au lieu ad hoc, mais en allumant sa cigarette dans les escaliers en empestant tout le monde (même moi qui fume, (je ne peux pas avoir QUE des qualités), quand je suis dans un endroit non fumeur, la fumée m’agresse). Le lendemain, il a décidé de fumer dans son bureau (c’est mon bureau, c’est moi le chef), le surlendemain il s’est permis de fumer là où c’est strictement interdit (à proximité des produits chimiques, surtout de l’hypochlorite de sodium, plus communément connu sous le nom “d’eau de javel” dont chacun sait que cela explose comme une bombe H à proximité d’une cigarette allumée…), et encore le lendemain de rentrer dans le bureau de certains collaborateurs non fumeurs, avec sa clope allumée en ouvrant leur fenêtre malgré leur grippe couvant, pour jeter négligement sa cendre par la fenêtre. Normalement les mâles marquent leur territoire en pissant partout (aux frontières, faut pas rêver non plus), lui c’était son territoire patronal qu’il marquait en fumant “là ou que je veux, c’est moi le chef” (finalement on l’a échappé belle).

Il était bien décidé à laisser un espace fumeurs, mais la loi l’a rattrapé. Nonobstant le fait qu’il y ait 20 mètres de hauteur sous plafond au minimum, et que la fumée monte direct, il lui fallait prévoir un extracteur et un lieu fermé sous extraction (n’importe quoi dans ce cas précis). On connaît les extracteurs de fumée dans la société, on en vend. Mais ceux là ne sont pas homologués anti-tabac, aucun ministre ne touche de royalties sur leur utilisation, donc on s’asseoit dessus (et comment mon mauvais esprit se manifeste à nouveau).

Il a commencé à prévenir que le 1er février il faudrait aller fumer dehors et qu’il serait très strict là dessus, tout en précisant qu’il fumerait lui dans son bureau. Tous les fumeurs ayant un bureau privé ont dit la même chose, et là les choses se sont gâtées, car les délégués du personnel (tous non fumeurs), ont rappelé qu’il serait interdit de fumer où que ce soit dans les locaux dans leur globalité, et que l’inspection du travail, le service de la dératisation, de l’hygiène, le planning familial et le ministère des affaires étrangères, seraient avertis du moindre allumage de clope dans les locaux (bureau du patron ou pas), avec demande de contrôle. Exit les plus hauts placés en bureaux privés, invitant leurs chouchous à venir fumer dans leurs bureaux… Dehors comme tout le monde ! L’ambiance était super ! Mais bon, moi je ne voyais pas pourquoi j’irais fumer dehors alors que mon patron et d’autres pourraient griller leur clope tranquillement dans leurs bureaux. D’un autre côté nous étions peu voire même 0 à nous voir nous pointer dans leurs bureaux en déclarant “je viens fumer chez vous, dehors ce n’est pas possible”.

Du coup comme on aborde une période froide, le patron a décidé d’arrêter de fumer pour la 15ème fois en 3 ans, pour éviter de mettre en place un lieu fumeurs strictement conforme à la loi, et là c’est carrément l’enfer.

Lundi, il dévalait encore les escaliers, clope au bec. Mardi matin, nous n’avons rien remarqué de particulier (pauvres innocents), mais mardi en début d’après midi, il a tapé une crise pour une plante verte en train de décéder de la grippe aviaire, et que fait Coraline qui a la responsabilité des plantes vertes ? J’ai rétorqué que j’attendais un vaccin contre le virus et il a claqué la porte de son bureau ce qui est mauvais signe (MAIS que j’attends qu’il me débloque des crédit pour le pot, du terreau et la plante qui survivra, via mail, porte claquée ou pas). Ca a ricané un peu sur le coup de la grippe aviaire, mais il est tombé sur tout le monde au fur et à mesure que le temps passait, et de moins en moins aimable, les yeux injectés de sang et les oreilles rouges vif. En plus il crachait de la fumée par les narines et les oreilles, un reste sans doute…

  • C’est quoi ce bordel ? Rangez moi ce bureau !!!

  • Ce photocopieur fait un bruit d’enfer, arrêtez tout c’est intolérable ! Comment ça de l’impression urgente ? arrêtez tout je vous l’ordonne !!!

  • Internet merde ! J’en ai marre : appelez moi l’informaticien ! Comment ça sur répondeur ? Je vais changer d’informaticien, ça va chier un max ! Appelez moi Internet, ça va chier !

  • La vie n’est qu’un long calvaire, qu’est-ce que j’ai fait au ciel pour avoir des employés aussi nullissimes ? (tout le monde apprécie). Personne n’a un chewing gum ? c’est vraiment nul !

  • Réunion extraordinaire immédiatement tout de suite et sans délai, l’heure est grave, tout le monde en bas, on laisse tout tomber, même le café et l’immonde cigarette en cours !

  • Au fait je n’ai rien à vous dire de particulier, je testais vos réactions en cas d’alerte nucléaire. Vous pouvez mieux faire !

  • On en parle demain matin, rendez-vous dans mon bureau à 6 H 30.

Mercredi matin j’allume mon ordi, et je tombe sur un mail fort aimable s’excusant pour le coup de la grippe aviaire, mais me rappelant avec hargne que le big boss (lui) n’a pas la responsabilité du client X, même s’il m’a dit le contraire il y a deux semaines. Je suis donc priée de transférer les demandes de ce client con à mort à Bertrand qui s’en démerdera, il a intérêt, et que je me le dise une bonne fois pour toute et Bertrand idem. Je regarde l’heure d’envoi du mail : 3 H 30. Il était au bureau à 3 H 30. Et entre 3 H 30 et 8 H 30, seul au monde, il a pu incendier tout le monde. D’ailleurs il l’a fait. Tout le monde a eu sa dose.

Toute la journée du mercredi, il a arpenté nerveusement les locaux en faisant des bulles avec un chewing gum, à l’affût du moindre papier qui dépasse. Quand il passait dans le stock devant les fumeurs, il faisait un speach sur cette “horrible drogue”, et ricanait en nous pronostiquant un moins 35° pour la semaine prochaine, et comment qu’on aura l’air cons à fumer dehors sous la neige ou le blizzard. Là les plus innocents ont comprit ce qui lui arrivait, surtout quand il a convoqué tous les chefs de service pour 19 H avec aucun mot d’excuse accepté.

Jeudi, il a continué à se gratter la barbe et à machouiller nerveusement tout un paquet de chewing gum à la fois. Par contre, il a commencé à venir faire des speaches aux fumeurs (sans doute pour aspirer une bouffée malsaine).

“Tout est question de volonté ! Je me suis auto-suggestionné, vous n’avez qu’à en faire autant ! Je me sens très zen (ben sur ce coup là il est le seul à se sentir zen), j’ai juste un peu changé de caractère (déjà un peu de merde quand il fumait). Je suis par contre réveillé à deux heures du matin, du coup je suis au bureau à trois heures, c’est dingue le monde que l’on peut faire chier via mails dantesques le boulot qu’on peut faire quand on est tranquille”. Etc… Etc…

Vendredi, agité de tics nerveux, premier mail désagréable datant de 2 H 30, il a continué à arpenter l’ensemble des locaux, en ne fichant strictement rien, sauf à faire des discours de plus en plus incohérents sur la volonté des boudhistes qu’il va battre en ne touchant plus jamais à une cigarette de sa vie. S’il pouvait, comme certains boudhistes, faire plante verte qui n’a même pas besoin d’eau, en ce moment ça arrangerait tout le monde…

Scrutant le ciel en annonçant l’apocalypse glaciaire, ricanant en nous imaginant sous l’annoncée glaciation à fumer bêtement (certains ont prévenu que s’il y avait interdiction d’aller fumer dehors au lieu de dans le lieu fumeur comme autorisé jusqu’au 31 janvier, ils iraient voir ailleurs et ont les moyens de le faire…) il a déclenché un désir de collecte bien avant son anniversaire.

Il nous faut juste de quoi lui acheter deux cartouches de clopes, une à mettre sur son bureau, l’autre pour jeter ça et là des paquets sur son parcours préféré. Chacun se mobilise pour lui envoyer des ondes malsaines “fume, fume, fume donc…” “Achète l’extracteur homologué, on a les moyens, mais fous nous la paix !”

Parce que quand c’est le patron qui a ses nerfs sous prétexte qu’il a arrêté de fumer sans aide aucune, du jour au lendemain, c’est invivable… Quand ce sera moi, je serai priée de garder le sourire. Et il clopera dans les escaliers en emmerdant l’inspection du travail et la dératisation, parce que c’est lui le chef et qu’il aura bien entendu replongé…

La vie n’est qu’un long calvaire… (et vous trouvez ça drôle ?)

Posté le 26 janvier '07 par , dans Crise de nerf.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI