Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

La Saint Patrick…

Saint_Patrick_56443853Une de mes très chères meilleures amies (les vrais amis sont rares) s’appelle Patricia.

On se connaît très bien toutes les deux. Nous avons passé notre bac ensemble et dragués nos maris de concert.

Le sien s’appelait Patrick. Il lui fit trois adorables filles : deux sur le modèle de Pulchérie (des jumelles) + une sur le modèle Delphine. On se demande pourquoi la malheureuse n’a pas plus de cheveux blancs…

Comme Albert, Patrick décida un beau jour de vivre sa vie avec une irlandaise. Comme Albert avec moi, il hibernait avec elle sans doute… Il lui laissa le trio à élever et partit s’installer dans les Carpathes en ignorant l’existence de Dracula…

Jusqu’à le connaître, Patricia ignorait même le jour de sa fête qui est la saint Patrick comme pour les Patrice d’ailleurs (et qui tombe le 17 mars, donc aujourd’hui). Chez elle on ne fête pas les fêtes, juste les anniversaires. Mais pour les parents de son ex époux, la saint Patrick était l’occasion d’une descente de bières inimaginable d’une grande fête pour leur fils unique et adulé.

Avant le départ de leur père, les trois filles avaient donc pris l’habitude de cette fête qu’elles souhaitaient également à leur mère bien évidemment. C’était la teuf d’enfer.

Puis les pétroulettes partirent faire leurs études à Paris où elles s’engueulent à qui mieux mieux en squattant la salle de bain occupent un trois pièce payé par papa revenu des Carpathes pour vivre à Rouen où il cohabite désormais avec une turkmène peu aimable. Les deux ainées sont cagneuses à mort et la cadette vise l’ENA…

Patricia se retrouva donc toute seule, comme moi, sans filles pour mettre de l’animation dans l’appartement. Elle ne se remaria point elle, pas si folle.

Je viens de l’appeler pour vider intégralement les batteries de mon téléphone lui souhaiter sa fête et papoter un peu, du temps qui passe, du temps qui fut, du temps qu’il fait et des hommes qui sont tous des rats (c’est la période pour nous deux, on s’est très bien comprises sur ce coup là)…

La Saint Patrick, depuis que ses filles ont quitté la maison se déroule de la manière suivante, et cette année, cela n’a pas fait exception à la règle.

  • Le téléphone sonne. Patricia repère qui appelle immédiatement grâce au mouchard qu’elle a au travail ou chez elle.

  • C’est une des filles ou les trois à la fois qui lui souhaitent sa fête, c’est sûr, à Paris on ne peut pas louper la saint Patrick…

  • “Allo maman, c’est Zoé, je voulais savoir si tu pouvais me prêter 50 euros jusqu’au mois prochain ? Vi ? T’es une super maman ! Ne dit rien à Uranie et Héra hein ? Il faut que je te laisse il faut que j’appelle papa pour lui souhaiter sa fête”

  • Schlark ! (raccrochage sauvage)

  • “Allo maman c’est Uranie. Zoé va te taper de 50 euros, je voulais te dire qu’elle me les doit, tu ferais mieux de me les donner à moi directement… Il faut que je te laisse, il faut que j’appelle papa pour lui souhaiter sa fête”

  • Schlark !

  • “Allo maman c’est Héra. Uranie et Zoé n’arrêtent pas de se disputer pour 50 euros, est-ce que je peux venir revivre à la maison ? Oui ? Faut que je réfléchisse… Et puis faut que je te laisse il faut que j’appelle papa pour lui souhaiter sa fête”

  • Schlark !

Cette année :

  • “Allo maman c’est tes filles chéries ! Dis, on attend papa et sa pétasse, comment ça je parle mal ? On a 23 et 21 ans on parle comme on veut… vi on attend papa pour sa fête et on ne se souvient plus des proportions de ton pâté de poisson…. Merci ma petite maman, faut qu’on te laisse, papa ne va pas tarder à arriver pour sa fête. On t’aime et on t’embrasse”

  • Schlark !

Evidemment quand je l’appelle moi, elle a le moral dans les godasses. Depuis que ses filles ont quitté le nid, tous les ans c’est la même chose. C’est LE jour où les chéries appellent et lui raccrochent au nez pour aller fêter la fête de leur père.

Le lendemain généralement c’est.

  • “Allo mamannnnnn, on est vraiment désoléééééeeesss….”

  • “Ce n’est pas grave mes amours”.

  • “Siiiii, on est désolééééeeesss”… L’année prochaine on y pensera avant de penser à papa”.

Comme ça dure depuis environ 4 ans, ça n’est pas près de se terminer. Généralement c’est la plus jeune qui s’excuse. Les deux bis de Pulchérie lui font remarquer avec aigreur que dans la famille de leur mère on ne fête pas les fêtes… Sans doute pour se déculpabiliser, n’empêche que…

Je comprends qu’elle l’ait mauvaise mon amie Patricia…

Posté le 17 mars '07 par , dans Faites des gosses !.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI