Le français tel qu’on le cause…

Femme incréduleJ’ai sur ma table basse, un petit carnet sur lequel je prends régulièrement des notes quand je regarde la télévision.

Je n’ai pas la prétention de parler un français parfait,  mais je trouve que dans le poste cela se dégrade de plus en plus…

Normalement je pense que l’on est en droit d’attendre d’un présentateur ou commentateur, un français correct La langue qui fourche, cela peut arriver à tout le monde, et certains s’en excusent.

D’autres ne se rendent compte de rien.La prononciation par exemple. Je ne citerai personne, mais une présentatrice inverse systématiquement le O du jeu de paume, et le O du jus de pomme.

Le Calvados bénéficie donc du O de la pomme, et là ou l’on a du mal à comprendre c’est si par hasard elle est appelée à nommer la Côte d’Or, avec la cote de la pomme et l’or de la paume…

Une nouvelle arrivée a des soucis de prononciation également. Je suis toujours ravie d’apprendre que dès OUIT OR demain matin les températures seront clémentes, et à chaque fois je songe à Yves Montand dans « la folie des grandeurs ». Du coup je perds le fil de la météo.

Les commentaires sont souvent divins, mais j’ai perdu un post-it (c’était avant de me résoudre à prendre un carnet qui se perd moins facilement), et de précieuses expressions…

  • On est toujours contents quand un otage est libéré. D’ailleurs le commentateur précise que ses collègues Té amis sont fous de joie. Nous t’aussi du coup…
  • Concernant les problèmes de stationnement des deux roues dans les grandes villes, comme vous pouvez le constater, les deux roues occupationnent la majorité du trottoir. C’est tout juste si les piétons peuvent passer. On croit rêver. Heureusement son collègue en duplex rectifie : oui les deux roues s’approprionnent le trottoir…
  • Si vous avez loupé le début de l’émission, et si vous voulez réaliser cette délicieuse recette, pas de problème, sur  le site M6 vous trouverez l’entièreté des ingrédients. Faisez gaffe à ne plus louper le début de l’émission enfin KOA !…
  • On cesse de se réjouir face à ce pauvre homme né sourd à la naissance
  • Dans ce couple il y a de l’eau dans la gaze. C’est le moment de consulter un conseiller conjugal.
  • Quant à cette malheureuse gravement brûlée qui s’est éteinte dans l’ambulance avant d’arriver à l’hôpital, elle est connue, mais franchement…

Les appellations aussi sont gratinées :

  • La jeune femme de 12 ans. Voire même la femme de 14 ans.
  • La jeune fille de 30 ans, non mariée certes, mais mère de famille.
  • L’adolescent de 7 ans
  • Le petit garçon de 7 mois.
  • Le vieil homme de 45 ans
  • La vieille femme de 50…
  • L’octogénaire de 95 ans n’a été citée qu’une fois, mais pour le reste c’est du grand n’importe quoi les 3/4 du temps.

C’est peut-être une mode, je ne sais pas, mais pour moi à 7 ans on est un petit garçon ou une petite fille, à 14 ans un adolescent, et une mère de famille est une jeune femme ou une femme tout court. Quant aux bébés, ce sont des bébés non ?

Et vous, vous en notez parfois ?

53 réponses sur “Le français tel qu’on le cause…”

  1. « Au jour d’aujourd’hui il y a en effet des choses à solutionner… » ( les deux PIRES à mon avis, à s’etrangler d’horreur à chaque fois que je les entends..) et sinon.. hmmm .. rien à nous dire sur le changement d’heure?? Plus les années passent, moins je m’en remets.. Et je sais que tu détestes aussi!

  2. mdr faute de temps je ne regarde plus que les séries ou les films à la télé…
    Mais je survole quand même les news que je reçois par e-mail ou les publications facebook de mes ami(e)s pour ne pas être larguée, et c’est pareil, sur Internet les fautes se suivent et se ressemblent, aussi grosses que celles que tu as relevées, mais je ne les note pas…
    C’est démoralisant, d’autant que mon métier de secrétaire indépendante m’a amenée pendant toute la durée de mon entreprise (20 ans quand même…) à corriger les horribles fautes de mes clients… donc rien ne m’échappe !
    Ma petite-fille (ado de 15 ans… je suis d’accord avec toi pour appeler un chat, un chat) commence à collectionner mes remarques quand elle se trompe malencontreusement… sous le regard ironique de sa mère qui croyait bien passer le flambeau mais qui continue à se faire corriger de temps en temps…
    Par contre en ce qui concerne le O, je suis du midi (c’est peut-être le cas de la présentatrice…) et (en tout cas à Marseille) nous prononçons le saule comme le sol… du coup grosse rigolade en Haute-Savoie (il y a très longtemps) quand j’avais admiré un magnifique saule et que la conductrice de la voiture cherchait désespérément pourquoi la chaussée (le sol) pouvait bien me plaire… mdr

  3. bah un petit garcon de 7 mois passe encore, ca permet d’avoir une idee du genre pour le bebe quant a la jeune femme de 12/14ans, parfois c’est pas evident de savoir… 😉

  4. Oui pour les âges c’est du grand n’importe quoi. J’ai entendu l’autre jour, un jeune homme de 45 ans, et un nourrisson de 18 mois. J’en déduis qu’en fait les journalistes ignorent le sens des mots. Je passe les expressions à la mode : on a eu droit à « la cerise sur le gateau », puis « ce n’est pas leur tasse de thé » et je t’engage à compter le nombre de fois où tout est compliqué, tu vas rire ( ou pas ) Moi je dirais complexe, difficile ou tout autre terme mais non, a priori c’est …. compliqué d’utiliser les bons mots. Et je ne parle pas des fautes : il y a 5 mn on a encore eu droit à un magnifique  » LES ECOLOGISTES CLAQUE LA PORTE  » qui a défilé pendant un bon moment sur BFM
    Désolant …. mais je suis comme toi, je les oublie, pas bête l’idée du carnet, je retiens !

  5. Génial ! Bonne idée je devrais prendre des notes aussi !
    Moi c’est un soir un présentateur qui a dit trois fois : la théorie du Jore… J’ai fini par comprendre qu’il parlait du « genre » mais où a t-il chopé cet accent ? Ils devraient quand même répéter avant l’antenne et que quelqu’un les corrige !

  6. J’avoue avoir eu une crise de fou rire lorsqu’une journaliste envoyée au Salon de l’Agriculture nous a parlé « d’une brebis de la race des moutons »…

  7. Tiens hier soir, toujours l’émission sur la Grande Guerre sur la 2, j’ai entendu « dévoration » : risque de dévoration des cadavres par les animaux sauvage, et aussi « détestation » de la guerre !
    De la part d’éminents historiens qui ont écrit des livres, si si !

  8. Dans les reportages sur M6 ou W9, on entend souvent des phrases du genre : « C’est dans cette pièce qu’elle a décidé d’y faire son salon. », sur un ton bien pontifiant et assuré.
    Chaque fois, ça me fait grincer des dents…

  9. Tous vos exemples me hérissent aussi, mais je suis tout particulièrement d’accord avec Dumoulin, comme également :  » le ministre dont les journaux ont commenté SON discours  »

    Il y a aussi le classique  » il en est hors de question » qui me rend hystérique ! Soit « il n’en est pas question », soit « c’est hors de question », mais qu’est-ce que c’est que cet amalgame !!!

    Quant à l’orthographe, ne me lance pas sur le sujet !
    Tout le monde a droit de faire des fautes, mais PAS les journalistes de la presse écrite !
    Je ne compte plus les fois où on lit que X ou Y a pris les « rennes » de l’entreprise !! ( et le Père Noël, il est délégué syndical ?)

    Rah, rien que de taper ce commentaire, je m’énerve …

  10. Euh, sans vouloir trop jouer la pédante, les deux mots sont parfaitement corrects, quoique d’un registre de langage assez soutenu .

  11. Zut ! je me suis trompée …
    Je voulais répondre à Louisianne, à propos de « dévoration » et « détestation » , un peu plus haut, et maintenant j’ai l’air d’une andouille … 🙁

  12. Je me régale à lire vos commentaires… moi aussi tout ça me hérisse… les fautes d’orthographe comme les expressions employées à tort et à travers, les mots inventés…
    En tout cas j’apprécie de voir que nous sommes encore quelques puristes qui essayons de respecter la langue française…
    Dommage que ce ne soit pas le cas des journalistes qui devraient pourtant, effectivement, être les premiers à parler un français exemplaire !

  13. Louise : « au jour d’aujourd’hui… » répété au moins 50 fois par le syndic lors de l’AG annuelle. Pour la prochaine je lui envois une lettre anonyme en lui suggérant au passage de résoudre les problèmes au lieu de les solutionner… 🙂

  14. lilly : le problème n’est pas de savoir si c’est évident à savoir. Il a des règles tacites de politesse. Par exemple on ne gratifie jamais une mère de « mademoiselle » même si elle n’est pas mariée…

  15. vivi : je n’avais pas pensé à évoquer les fautes écrites qui défilent sur l’écran. J’ai gardé le souvenir ému, sous le précédent pape, d’un gros titre du Parisien « concernant la pédophilie le pape a demander pardon ». J’aurais dû découper l’article tiens. D’ailleurs c’est ce que je vais faire à l’avenir. J’aurais deux carnets !

  16. Louisianne : le pire ce sont les commentaires d’émissions enregistrées bien à l’avance, jamais réécoutés, jamais rectifiés, la palme revenant pour moi au commentateur d’un « dîner presque parfait » qui n’en loupe pas une !

  17. Louisianne : dévoration je n’ai jamais entendu, mais détestation si. D’ailleurs après vérification « l’entièreté » serait français, mais plutôt utilisé en Belgique…

  18. Dumoulin : sur M6 ils sont très forts. Et eux, ne se reprennent jamais et persistent et signent. Je me souviens de l’affaire DSK et de « cet homme emmenotté », comme si menotté n’était pas français…

  19. Saskia : il faut rester calme ! Tous vos commentaires enrichissent cet article, et les amalgames deviennent de plus en plus nombreux, c’est insupportable. Comme les mots qui ne sont pas utilisés à bon escient tel « aléas »…

  20. Pas de télé chez nous, mais j’écoute la radio.
    Et ce jour, j’ai entendu un ancien ministre de Michel Rocard, qui s’exprimait sur Fance Inter, dire que telle chose (me souviens plus quoi) fait partie des « chevals de bataille » d’un tel.

  21. Je viens de trouver ça sur la news « France 3 Provence Alpes » : « la tournée de nuit avait une durée moyenne équivalent à la moitié du temps de travail légal ».
    Une autre faute que je ne supporte pas ça aussi, et je la relève souvent… à croire que le participe présent n’existe plus car il est systématiquement remplacé par l’adjectif en « ent/ente »…

  22. J’ai retrouvé celui qui me fait frémir : « Un(e) Résidant(e) »… idem on le trouve systématiquement écrit de cette manière.

  23. MDR vu à l’instant sur Planet.fr :
    « Si le tôt de chômage en France est bien plus important qu’en Allemagne… »
    Il a fait fort celui-là !

  24. Alors je suis nulle car je n’ai trouvé ni l’un, ni l’autre dans le dico !
    Et bravo Saskia, car moi aussi je déteste : il en est hors de question ! Comme tu le dis c’est l’un ou l’autre !

  25. Cela dit, je suis contente d’apprendre qu’un des deux existe ! D’ailleurs j’en profite : on dit cela dit et pas ceci dit !
    Cela se rapporte à ce que l’on a dit, et ceci à ce que l’on va dire, j’adore ce billet ! Hihi !

  26. Ah tu m’as bien fait rire ! Il y a aussi le magasin bien « achalandé », beaucoup ignorant que le terme « achalandé » représente les « chalands  » et non…..la marchandise, ce qui est une faute….  » CONSEQUENTE  » (arrgh) .
    le stupide « merci d’avoir été notre invité  » (?!) a aussi le don de m’ énerver. « Merci d’avoir accepté notre invitation » serait tellement plus correct niveau syntaxe….
    Et je ne sais pas ce qui me fait le plus rigoler, est-ce : « ce qui s’est AVERE FAUX  » ou bien « ce qui s’est avéré juste » ? réponse : les deux mon n’veu 🙂 🙂

  27. @ Louisianne
    Merci pour le ceci/celà, je ne sais jamais lequel est correct ! ( encore faudra-t-il que je m’en souvienne – me le rappelle – la prochaine fois …)

    @ ceux qui aiment la langue française, je voudrais signaler le dictionnaire en ligne qui m’a été conseillé par une linguiste distinguée : cnrtl(point)fr (je crois que je n’ai pas le droit de mettre un lien en commentaire …)

    Il s’agit du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, et il y a TOUT , mais le plus utile est l’onglet « portail lexical », qui ouvre ensuite les définitions, les synonymes, les antonymes, les conjugaisons ….
    Bon, ce n’est pas là qu’on trouvera les mots « à la mode » de type « chelou » ou « bombasse », récemment entrés au Petit Robert, mais franchement, c’est une mine …

  28. Gisèle/Armande : le participe présent est en train de s’éteindre dans l’indifférence générale, je pense que l’on ne manifestera pas à ce sujet comme au sujet de l’écotaxe (autre débat) 🙂

  29. Louisianne : je vois bien que ce billet te convient bien. Les forums chez moi, généralement, tu aime bien. J’ai de vieux souvenirs… 🙂
    Il faut que je trouve d’autres thèmes dans le même genre, visiblement vous vous amusez bien (et moi donc !)

  30. Cathy : pour le chaland, tout à fait d’accord, mais je pense que dans deux decennies le terme achalandé aura perdu son sens réel… (dommage).
    Pour le reste : entièrement d’accord encore avec toi, mais si on ne place pas avéré dans une conversation, elle perd de son sel (apparemment…)

  31. Saskia : idem pour moi : ceci ou cela me posent problèmes.
    Je signale en plus de tes ressources intéressantes, le livre de Jean-Loup Chiflet : 99 mots et expressions à foutre à la poubelle, qui m’a bien divertie. C’était l’époque où je commençais à sursauter à chaque « en fait… »…
    Non sponsorisé : Jean-Loup, une petite pensée pour moi 🙂

  32. Je n’ai pas la télé, j’écoute peu la radio, mais je lis, et comme toute langue, le français évolue. Le subjonctif n’existe quasiment plus, ou est employé de travers, le passé simple est passé aux oubliettes, peu de gens disent encore je fus, mais disent j’ai été, par exemple. Le même phénomène s’est passé avec le latin qui n’était plus le même à la fin de l’empire qu’à la fin de la République. Nous ne parlons plus comme nos ancêtres du XVIIème siècle, c’est ainsi, nous n’y pouvons rien.

    Et pour les bévues, elles étaient légion chez les Auteurs de feuilletons du XIXème.

  33. Le Nain : je suis d’accord, une langue doit évoluer. Mais ce n’est pas une raison pour déformer certains verbes (occupationnent par exemple) ou utiliser certains mots à tort et à travers, parfois totalement à contresens…

  34. Louisianne : tu peux acheter ce livre sans soucis. Depuis que tu as commenté sur le « sur » « nous sommes sur une semaine de moindre fréquentation », etc… je n’arrête pas d’y prêter attention, c’est dingue, c’est tout le temps !!!

  35. wilmo : c’est romanesque à souhait, et totalement inaproprié. Même si Le Nain souligne qu’une langue doit évoluer, pourquoi accepter qu’elle le fasse n’importe comment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *