P comme Parent d’élève 2ème

Parents_d__l_ves

J’ai bien sûr déjà abordé le sujet… Un beau jour, on cesse d’être une personne ordinaire, on devient parent d’élève. Dur dur.

Ce soir en allant à la pharmacie, je me suis remémorée une lutte dont j’avais oublié l’existence. Une lutte contre des bestioles immondes que rapportent (parfois) nos chères têtes blondes, brunes ou rousses.

Devant moi donc, une femme achetant le nécessaire absolu anti poux. Oui vous avez bien lu : poux hiboux cailloux genoux. Lotion, shampoing, peigne électrique qui paraît-il les tue direct quand on le passe dans les cheveux. Elle a laissé une somme rondelette au pharmacien ravi.

Quand que j’étais petite (la préhistoire je vous dis), une fois par mois une infirmière venait à l’école inspecter toutes les têtes. L’enfant porteur était immédiatement traité et ne pouvait revenir qu’après une visite de contrôle attestant qu’il était exempt de bestioles. Maintenant au non de la non exclusion, ce genre de pratique est interdite.

J’ai eu la chance et mes frères et soeurs avec moi, de ne pas avoir de « tête à poux ». Comme il y en a qui attirent ou repoussent les moustiques, les aoûtats ou autres bestioles, il y aurait ou non des têtes à poux.

Hélas, mes deux filles rentraient dans cette catégorie. Têtes attirant les poux, Delphine attirant en plus les moustiques (le meilleur anti moustiques que j’ai eu à la maison, depuis qu’elle est partie ils me repiquent), Pulchérie étant boudés par les moustiques mais cible de prédilection pour les aoûtats. J’étais prête à accepter cette fatalité, mais certains parents non. A tel point que certains au son de « mon enfant est propre », ne regardent jamais la tête du leur quand un mot est affiché style « attention, les poux sont de retour ». Mon ex méchante belle soeur était de ce style et le furoncle en son absence dû traiter ses deux enfants infestés par les bestioles : elle se refusait même à regarder si…

Pulchérie revint du CP un beau soir en se grattant la tête. Examen rapide et consternation. 3 bestioles minuscules se balladant dans son cuir chevelu. Direction la pharmacie pour acheter tout ce qu’il faut, désinfection en règle, lavage de tout ce qu’il se doit, et désinfection préventive de Delphine.

Cela dura tout le CP. On me déroulait le tapis rouge à la pharmacie au son de « si les autres parents ne traitent pas ça ne sert quasi à rien… » La maitresse a qui je signalais honnêtement le problème me rétorqua un beau jour, d’un air excédé que j’étais la seule à me plaindre. Forcément cela venait de moi et d’une hygiène douteuse…

Sortie de fin d’année, j’accompagne les trésors. Dans la classe de Pulchérie, une petite Valentine dont les cheveux jusqu’aux genoux faisaient l’admiration de tous. Une autre maman et moi avions sympathisé et réuni nos deux groupes pour n’en faire qu’un (et passé notre journée à compter jusqu’à 12). Nous avons donc remarqué toutes les deux que la petite Valentine passait son temps à se gratter. La tête, les épaules, le dos, les cuisses. Là, l’autre me signale à voix basse, comme honteuse qu’elle a passé son année à traiter sa fille contre les poux, sans oser en parler, s’étant faite rembarrer la première fois par la maîtresse… Je découvre donc que je n’étais pas la seule…

Nous soulevons la splendide chevelure de la gamine. Elle grouillait de poux. Des poux adultes. Je ne pensais pas que cela pouvait devenir aussi gros, n’ayant trucidé chez Pulchérie que des bébés et des lentes. La gamine était couverte de piqûres dans le dos, sur les épaules, partout où ses cheveux la touchaient. La rage nous prend et nous appelons la maîtresse en train de contempler les ours polaires au zoo de Vincennes. Cris horrifiés de cette dernière quand elle découvre le carnage, et l’autre maman et moi en train de lui signaler qu’elle ferait mieux de réfléchir dans l’avenir quand on lui signale des poux, avant d’envoyer bouler la mère qui se plaint. Car celle qui se plaint est celle qui traite en vain…

Le temps passe, jusqu’au CM2 et là, rebelotte dès la rentrée. En plus, Pulchérie qui dort avec sa soeur, l’infeste à chaque fois. Je signale à l’instit, un vieux de la vieille qui passe une annonce. Il voit bien lui, que certains se grattent et que certains parents haussent les épaules quand il le signale discrètement. Et on traite, on traite, on se ruine en produits, en lessives, en insecticide (faut tout désinfecter). En plus, certains produits deviennent inefficaces. J’ai récupéré des « vivants » après un temps de pause de lotion multiplié par 4… Jusqu’au jour ou deux mamans et moi demandons à l’instit de frapper un grand coup. Ras le bol de traiter nos gamines (les produits irritent Pulchérie qui en a des croutes sur la tête, une de ses copines aussi), de chercher le produit miracle. En fait une multitude de parents se plaignent régulièrement.

Il passe donc une annonce bidon comme quoi, devant les plaintes répétées de certains parents las de traiter leurs enfants alors que d’autres ne font visiblement rien, il va procéder lui-même à l’inspection de toutes les têtes et demander l’apport d’une infirmière pour cette inspection qui aura lieu jeudi (c’était un mardi)… Bien évidemment c’était faux, aucune infirmière ne se serait déplacée, comme au bon vieux temps…

La pharmacie du village a été dévalisée, mais l’épidémie a été stoppée net en mars (il était temps)… Le pharmacien nous déclara que certaines étaient venues, l’air pincée lui demander la totale pour le caz-où… avec un gosse se grattant frénétiquement… Mais elles n’avaient pas regardé bien sûr : comme ma connasse de belle soeur, leurs enfants ne pouvaient pas avoir de poux…

C’est LA lutte qui m’a le plus horripilée et le plus ruinée au cours de ma carrière de parente d’élèves (Delphine ayant eu ses épidémies également une fois sa soeur partie au collège où elle ne récolta plus rien)

Désolée si certains pensent que leurs enfants ne peuvent pas avoir de poux parce qu’ils sont propres : ce style d’invasion n’a rien à voir avec la propreté, et ce ne sont pas forcément les mieux tenus qui sont porteurs…

Je vous quitte, du coup ça me gratte…

Ah oui j’oubliais : la vie n’est qu’un long calvaire…

24 réponses sur “P comme Parent d’élève 2ème”

  1. Idem : expérience vécue : je vais faire court. Ma fille part en clase transplantée en primaire. Un certain moment après, je la retourve infestée de poux. traitement. Information à la maitresse. Je traite, je re-traite, je re re-raite…. le temps passe, long….. En fin d’année, je discute avec une maman. Je lui raconte mon long calvaire de traitement de poux. Et là fièrement, elle m’annonce qu’ELLE AUSSI avait découvert des petites betes sur sa chère tête blonde. Qu’elle avait traitée SANS INFORMER LA MAITRESSE. Ben oui, des poux c’est douteux. Bref la classe avait été infectée sans qu’elle avertisse qui que soit. J’ai vraiment été choquée de son comportement……

  2. Pour erradiquer ces saleté de bestioles sans cuire le cuir chevelu des gamins il y a la solution « bain d’huile » on enduit complétement la tête du bambin d’huile emballée dans du film étirable ou une charlotte de douche et hop aulit pour la nuit, le lendemain peigne fin schampoing normal on enlève les cadavres, les cheveux sont brillants. Bien sur çl faut procéder à l’éradication du reste avec soit spray (mais miss asthmatique donc c’est niet) soir emballage 3 jours dans des sacs poubelle bien fermé et hop poux morts de faim, doudoux au gongélateur une journée et hop poux congelés…
    Pour l’huile on peu prendre la moins chère inodore, l’huile d’olive ou le monoï tout dépends de l’odeur qu’on veut avoir sur les cheveux de son gamin et de ce qu’on a sous la main au moment de la découverte 😉

    Sans rire ça marche bien, c’est pas cher et pas agressif pour la peau, couplé à l’huile essentielle de lavande dans le schampoing en préventif, répulsif ça limite les dégats 😉 Mère d’une tête à poux asthmatique, peau sensible, aux cheveux très longs bouclés…

  3. J’ai connu ces joies ! Athéna, toute une année scolaire en maternelle, et toujours des lents du côté droit ! Je ne veux pas dénoncer la voisine de droite, mais bon !
    Et encore avec Athéna c’était du gateau, elle se laissait faire ! Mais Artémis (long cheveux épais, bouclés qui s’emmêlent) je devais me battre pour pouvoir regarder et pour enlever les lentes, je finissais par couper, lasse des hurlements !
    C’est fini mais pas tout à fait ! Tous les étés, régulièrement une de mes nièces en ramène (on ne sait jamais laquelle, c’est soi le centre aéré, soit un séjour chez le papa qui ne sait pas qu’il faut regarder) et toutes les cousines y ont droit ! Les garçons aux cheveux courts y échappent ainsi que mes filles et les adultes (c’est donc vrai que les poux préfèrent les enfants). Mais depuis 3 ans, une bonne partie du mois du juillet est occupé par l’achat de matériel anti poux ! Et comme c’est les vacances et que les cousines adorent changer de lit, dormir les unes avec les autres ou avec grand mère, je te passe le chapitre lessive !
    C’est vrai que les vieilles méthodes de l’instit qui regarde les têtes, ou du gamin interdit d’école, ça avait du bon ! Il y avait aussi les têtes rasées, plus de cheveux, plus de poux ! Dur pour les filles !

  4. C’est malin, je me gratte ;-).
    Alors, je suis une tête á poux, j’avais les cheveux longs, longs et blonds et je me rappelle des heures passée sur la terrasse (en plein soleil) avec maman qui me quittait les lentes, une par une…
    Avec Petite Chérie, pour l’instant (je touche du bois) deux gouttes d’huile essentielle de lavande semble être efficace en préventif… Mais je regarde pas tous les jours !

  5. Rha… ça y est je me gratte!!! Je confirme que ce n’est pas une question de propreté : j’en ai eu il y a 4 ans, refilés par mon petit frère (oui j’ai un tout petit frère), qui était très propre lui aussi!!
    Je sens que le calvaire va commencer l’année prochaine pour moi… snif…

  6. Réponses en vrac !

    Sylvie : je crois qu’il faudrait faire des campagnes d’information : avoir des poux n’est pas le signe d’une propreté douteuse…

    Bé@trice : comme quoi on n’est jamais à l’abri…

    edcaro : bienvenue ici, et merci du lien (que vais-je devenir avec de plus en plus de temps à passer sur les blogs ?)

    Altair-Cécile : merci pour tous ces trucs ! Je pense que les parents encore concernés apprécieront, j’aurais bien aimé les connaître…

    Louisianne : dommage d’être encore dedans maintenant :-). Sinon, merci pour les pubs, j’ai eu pire : une histoire de chat gay…

    Estel : Pulchérie avait les cheveux longs et épaix, et un jour j’ai passé DES HEURES, à éradiquer lente par lente. Là je souligne la patience de ma fille qui s’est laissée faire au son de « saletés de bestioles, de saletés de bestioles… ». Je crois qu’après cette séance, cela a été terminé (comme quoi les lentes ne sont pas forcément tuées par les produits)

    Loop : tu as vu ? Rien que d’en parler, ça gratte… Un pou c’est un pou, et la propreté n’a rien à voir là-dedans, ce qu’il lui faut, c’est du sang (c’est bien pour cela qu’il pique…)

  7. Oui tout à fait d’accord avec toi, travaillant dans le domaine de la santé je sais bien que les poux et toutes ces autres petites bestioles non rien à voir avec la propreté ! C’est juste des foutus insectes qui se propagent très vite et dont il faut tout de suite éradiquer le problème a la base si on veut pas devoir tout recommencer plusieurs fois…

    Ça me rappel il y a quelques années mon immeuble (je suis déménagé depuis !) avait été infesté de je ne sais plus quelle bestiole qui vivait surtout dans les lits car se nourrissant de notre sang et sortant qu’à la noirceur… J’ai dû me battre avec mon proprio pour qu’il traite tout l’immeuble et à bout de souffle et de sang (À la fin je ne dormais même plus chez moi tellement cela m’irritait vous voyez le genre !) j’ai accepté de payer une partie de la facture (même si j’aurais pu aller en cours pour gagner ma cause) comme tout les autres locataires quand on a appris que c’était un appartement vide qui était la cause… dans le dit appartement le locataire venait de quitter quelques semaines avant… les bestioles cherchant de la nourriture (du sang, nous quoi !) sont donc tout naturellement sorti à la chasse… Juste a y repense je suis pleins de frissons et ça me pique partout… Foutus bestioles oui !

  8. Petite astuce anti poux, garanti 100 % efficace : ma fille et moi avons (avions dans mon cas, je viens de les couper) les cheveux TRES longs, et TRES épais. Et, bien entendu, elle me refilait ses poux (donc,ils n’aiment pas que les enfants). Et pour traiter réellement nos deux longueurs, il nous fallait presque une 1/2 bouteille par shampoing. J’ai trouvé la solution : une coloration, celle qu’on achète en grande surface, qui part au bout de 5-6 semaines, temps de pause maxi (pour moi), et un peu plus léger pour ma fille. Ils ne sont pas tués tout de suite, mais en moins d’une semaine, plus de poux ni de lentes vivantes !

  9. Argh, voilà que ça me gratte, moi aussi ! 😉
    Jusqu’ici, une seule invasion à déplorer, combattue en à peine 10 jours. Je passais 45 minutes montre en main soir et matin à traquer à la main la lente récalcitrante dans la longue (et super épaisse) tignasse de Mamzelle. Depuis, c’est inspection systématique 2 fois par semaine des 3 korrigans. Pour avoir chopé des poux très tard (en 4ème, au collège) et avoir eu honte d’en parler à mes parents, je me suis trimballé ces satanées bestioles quasi une année !!! depuis je suis traumatisée, et hyper maniaque !
    (j’avais signalé à la maîtresse le cas de ma fille, même réaction que celle de Pulchérie : « ça sert à rien de me le dire, yen a toujours ! » super :-()

  10. Réponses en vrac !

    Vlakyk : ce genre de bestiole est le cauchemar d’un soldat en campagne…

    Nita : ça gratte rien que d’y penser…

    alphabet : pas bête ton truc, à retenir !!!!

    shalima : hyper maniaque il faut l’être. Et les réactions du corps enseignant pas toujours à la hauteur !

  11. Je suis fiere de dire haut et fort que je n’ai pas une tête à poux. Quand j’etais gamine on a eu une infection de pou à l’ecole primaire. Ma soeur a eu sa tête couverte de bête et moi : Une petite malheureuse qui a été erradiquée par la marie-rose . Heureusement vu la tiniasse que j’ai. Par contre quelque années plus tard au college rebelote, infection de pou. Sur ma tête 0 par contre ma soeur elle en été couverte et passais son temps à dire que c’etait des pellicules….J’ai vu le moment ou ma mere allait lui raser la tête..

  12. Arghhhh les poux, on en a tous eu l’hiver dernier, sauf l’homme qui a plus beaucoup de cheveux lol !

    A l’école du ptit ils ont une jolie pencarte qui dit : Mr et mme Poux sont heureux de vous annoncer la naissance de leurs bébés
    Avec dessin rigolo à l’appui !

  13. Ma fille (4 ans) a sagement attendu les grandes vacances et que nous soyions perdus au fin fond de l’Aveyron pour nous déclarer sa première infestation (nous savions tellement pas à quoi ressemblait une lente avec son père que nous avons dû demander à une pharmacienne – désormais je suis devenue experte… tout comme en poux !).

    Depuis, je vis un long calvaire.

  14. Ma mère mettait du vinaigre…c’est un peu piquant mais radical avec un chale sur la tête pour la nuit…le lendemain il était rempli de bestioles!!!

  15. Plus qu’une histoire de propreté je pense que c’est aussi l’histoire de parents attentifs ou non à leur enfant … s’ils voient que l’enfant se gratte ou non ….
    Je n’ai jamais eu de poux enfant mais la 1ère fois à 19 ans refilés par une gamine un peu câline quand j’étais animatrice/surveillante de cantine.
    Et une grosse frayeur animatrice en centre aérė avec une gamine qui se grattait jusqu’à en saigner … dont les parents ne s’occupaient pas … elle n’était pas encore totalement propre (elle avait 4 ans) et tous les jours elle repartait avec des culottes et des bas qui n’étaient pas les siens mais aucun retour des parents (la directrice avait fini par lui acheter des culottes, on avait épuisé le stock des affaires oubliées et lui faire un shampoing anti poux).
    En colo sanitaire c’était anti poux préventif pour tous les gamins + vérification (et entre animateurs ça a fini en bataille de shampoing préventif au moins on etait tranquilles !). Assez efficace.

  16. Je n’ai pas le souvenir d’en avoir eu pendant l’enfance, pourtant j’ai visiblement une tête à pou. Puisque j’en ai attrapé à la maternité ! puis mes filles ont régulièrement partagé avec moi et maintenant ce sont mes petites filles qui ont pris la relève.
    Les poux ne sont pas rebutés par des cheveux colorés, je peux vous le confirmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *