Ma fille a bouffé du papier (ou, moins glorieux, la dernière fois où j’ai fait pipi dans ma culotte…) (2)

DODIEAu moment où ma mère est arrivée, Monsieur Gendre a sorti du frais une nouvelle bouteille de mousseux pour bien la servir.

Pendant ce temps là, deux amis de Pulchérie, des compagnons de promo de l’école Boulle, nous racontaient une mésaventure qui leur était arrivée avec ma fille.

Une mésaventure avec ma fille ? (aînée…?). Fichtre diantre, comment cela avait-il été possible ?

Je ricanais à l’avance, d’autant que je venais de tirer la première bouffée de mon premier joint (à 52 ans il était temps que je ne meure pas idiote). (Et après l’anti terrorisme, rapport aux histoires de bombe de Pulchérie quand elle était à l’école maternelle, voilà les stups…). Continuer la lecture de « Ma fille a bouffé du papier (ou, moins glorieux, la dernière fois où j’ai fait pipi dans ma culotte…) (2) »

Biologiste : encore une vocation mise à mal…

prix-nobel-copierAyant renoncé à devenir une artiste célèbre, j’avais été fort impressionnée, juste après la naissance de ma dernière soeur (surnommée la « suite et fin » au bout de 10 ans) par une visite organisée par le collège d’un je ne sais plus quel museum d’histoire naturelle.

J’avais été fascinée en particulier, par les animaux conservés dans des bocaux remplis de formol.

Continuer la lecture de « Biologiste : encore une vocation mise à mal… »

Une bien vilaine farce…

Oui, maintenant nous en rigolons… mais à l’époque cela failli déclencher un incident diplomatique…

Ma grand-mère (Mrs tricots) et son frère, avaient décidé de réunir toute la famille. Cela faisait un paquet de monde, et il fut décidé de louer une salle des fêtes dans le bled de leur jeunesse (de mes parents et de moi-même également)

Mon père s’occupa de louer la salle, et de trouver un traiteur. Tatie chérie (Pour une raison que j’ignore) s’occupa entre autre, de contacter mon frère, pour une cagnotte destinée à faire deux beaux cadeaux aux deux organisateurs…

Et évidemment c’est ma belle-sœur qui décrocha :

« Allo Julienne ? C’est Nicole »…

« Oh Nicole comment vas-tu ?»

« Ça va mais je trouve que tu as une drôle de voix»

« Ça va, mais je suis enrhumée»

« Ah bien… Et comment vont les enfants ? »

« Oh ils vont très bien, toujours un peu turbulent »

« je t’appelle pour le cadeau que nous allons faire à maman et à tonton Robert. Combien comptez-vous donner ? »

« Oh et bien 1000 Fr. »

Tatie chérie stupéfaite (cela représentait une grosse somme à l’époque) : «Ooooh !»

« Ce n’est pas assez ?» (ton inquiet)

« Oh si bien sûr »

« Écoute Nicole, il faut que je te laisse, les enfants ont faim, gros bisous »

« À bientôt, gros bisous »

Et elle raccroche. Une semaine plus tard elle rappelle :

« Allô julienne, c’est encore Nicole : à quelle heure comptez-vous arriver ? »

« Eh bien à l’heure que tu me diras !»

« Eh bien normalement nous attendons tout le monde vers 19 heures »

Et bla-bla-bla et bla-bla-bla jusqu’à ce que Tatie chérie raccroche…

arrive le jour J. Embrassades multiples, buffet joyeux et avant le « bal » nous décidons tous d’offrir les cadeaux aux deux organisateurs de cette fête (qui restera dans les mémoires, c’était plus sympa que de se retrouver tous à l’occasion des enterrements) (et encore tous ne pouvaient pas être là à ces occasions)

Et voilà mon frère et ma belle-sœur, qui me demandent l’oeil mauvais pourquoi ils n’ont pas été conviés à la cagnotte commune, et de quoi ils ont l’air avec leurs deux cadeaux minables…

J’appelle Tati chérie, qui ne comprend pas, qui explique qu’elle a eut ma belle sœur deux fois et que d’ailleurs ils lui devaient 1000 francs…

Ahurissement des deux, julienne nie avoir eu ma tante au téléphone, cela sent le roussi…

finalement tatie chérie va prendre son sac, exhibe son carnet d’adresses et PAF elle avait un chiffre de faux dans le numéro de téléphone…

Soulagement de part et d’autres… mais indignation : cette femme (dont on admire au passage la présence d’esprit) a vraiment fait une sale blague…

Bien évidemment nous avons son numéro de téléphone (et pour cause) (même si tatie chérie a noté immédiatement le nouveau numéro), mais comment se venger d’elle ?

Et il y a le problème des 1000 Fr., que Tatie chérie ne peut pas assumer toute seule… Nous décidons donc tous de la rembourser, cela représente peu pour chacun car nous sommes nombreux…

Tout est bien qui finit bien, mais nous avons jamais trouvé l’auteur de cette force douteuse, car elle était sur liste rouge…

Impossible donc de lui faire une blague au téléphone (cela ne prendrait pas), ni d’avoir son nom et son adresse… Sinon je pense que mon frère et ma belle sœur se seraient fait un plaisir de lui faire une sale blague à elle aussi…

Genre lui peindre sa porte en rose vif, ou bien commander un buffet bien cher à faire livrer chez elle, ou bien les deux pourquoi pas ?

La vie n’est qu’un long calvaire…

Quand Charles Hubert a essayé de me tuer : la vengeance…

Et voilà ma vengeance…

Oh bien sûr, cela vous semblera une vengeance moins forte que ce que j’aurais pu faire, mais c’était néanmoins, une bonne vengeance…

Charles Hubert s’était réfugié chez sa mère, au son de « oh non pas chez ma mère, elle est encore plus chiante que toi ». On ne fait pas plus aimable, mais je m’en fichais complètement… De chez sa mère, il avait pris le contrôle de sa boîte mail à elle, il m’envoyait des mails délirants comme il l’étais lui-même… cela allait du : « Mon diabolos mon diabolos, je veux le voiiiir», Au « vu ma nouvelle situation, je me demande, si tu t’amuses bien avec tes copines »…

Quelles copines ? Je me le demandais bien… Et puis il a trouvé un appartement, s’est acheté un nouvel ordinateur, et s’est ouvert une nouvelle boîte mail… Là il m’a fallu trois minutes pour trouver son mot de passe dès que j’ai eu son adresse. Et j’ai attendu…

J’ai d’abord suivi les échanges intéressants qu’il avait avec sa mère… Comme j’avais demandé le divorce, il refusait de me voir lui refuser une prestation compensatoire, que je ne lui devait aucunement (la prestation compensatoire étant destinée en fait , à compenser une baisse significative du niveau de vie). Puis il a reçu un mail de belle maman lui déclarant que (nous étions mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts) :

« J’ai vu l’avocat de ma boîte, qui m’a assuré que tu avais droit à la moitié de tout absolument tout, la moitié du lit, la moitié de la vaisselle, la moitié des meubles, etc. »…

Bien évidemment c’était totalement faux, et je n’ai rien dit avant notre premier rendez-vous chez notre avocat commun, qui était un ancien de chez mon avocat tordu…

Qui s’est évertué à lui faire comprendre qu’il n’y aurait droit à aucune prestation compensatoire… Peine perdue… C’est alors que j’ai déclaré que du coup je lui réclamerai la moitié de ses indemnités de licenciement qui tombaient dans la communauté

De plus j’avais lu dans un e-mail de belle maman, qu’elle le mettait en garde sur une éventuelle réconciliation avec moi « Pari a du être pris avec les copines, pour qu’elle te ramène chez elle »… vous avez l’explication des copines, ce que j’ai eu moi aussi… D’où son air stupéfait lorsque j’ai demandé à partir, l’avocat devant encore régler une ou deux choses concernant les modalités du divorce, que j’avais moi accepté.

Et puis le divorce a été prononcé, j’aurais dû ne pas lâcher sur ce qu’il me devait, mais j’étais tellement pressé de me débarrasser de lui que j’ai laissé tomber… (je le regrette aujourd’hui mais bon…)

Entre-temps, j’avais lu tous ses mails, je savais qu’il s’était rendu aux États-Unis pour y revoir son américaine, et qu’il s’était fait jeter comme un malpropre ! BIEN FAIT !

Il en revenait d’ailleurs au moment de ce rendez-vous avec l’avocat… D’où son abattement certain (hé hé hé).

Et puis je me suis mis petit à petit, à retirer tous les spams de sa boîte mail (il n’y faisais évidemment aucun ménage, cela ne lui était jamais venu à l’esprit d’en faire chez lui, ou chez nous, alors faire le ménage dans une boite mail…) plus un ou deux messages, par-ci par-là… Manque de pot un jour je m’étais connectée en même temps que lui. mais tout ce que j’ai pu lire lendemain était qu’il avait eu un spyware, et qu’il fallait le contacter désormais chez voilà, ou je n’ai eu aucune peine à me reconnecter, puisque je connaissais ses trois mots de passe…

J’ai attendu qu’il annonce à sa mère il partait en week-end, et là j’ai tout vidé dans sa boîte mail principale et l’autre… J’ai tout retiré absolument tout, y compris son carnet d’adresses, ses favoris, tout absolument tout ! Le problème était qu’il avait tellement de spams que j’ai mis plusieurs heures à tout vider et que juste avant son retour, il y en avait déjà une bonne dizaine…

Le lundi soir j’ai éclaté de rire à nouveau en lisant son mail affolé à son deuxième serveur : « J’ai eu un problème, pouvez-vous me dire ce qui s’est passé, et êtes-vous aussi responsable de Yahoo ? ». Là ils lui ont répondu un très long texte pour lui expliquer comment récupérer ses mails… ce qui était peine perdue évidemment, mais je me l’imaginais très bien désemparé et j’en rigolais toute seule…

Cela a duré quatre ans, quatre ans au cours duquel j’ai appris qu’il avait eu un enfant, ce qu’il faisait (toujours mal)… régulièrement, je vidais à nouveau sa boîte, incomplètement parfois ou complètement… et il faisait toujours la même demande, affolé…

J’ai pu constater que j’avais vraiment épousé un sale con ! Je vous passe les détails de la manière dont il s’est fâché avec son père, avec son frère, etc… c’était un grand malade, et je plains sincèrement sa femme…

Car j’ai de plus découvert qu’il était homosexuel, retrouvant dans ma cave des revues porno gay… Son désir d’enfant avait été le plus fort, mais après,avoir eu deux fils il a pu s’abandonner de nouveau à son vrai penchant.

Ce n’est qu’au bout de cinq ans, qu’il a enfin changé son mot de passe… (Toujours rapide…)

Je n’ai bien évidemment plus de nouvelles de lui, depuis qu’il m’a appelé au bout de 20 mois en me demandant à venir récupérer encore des affaires à lui que j’avais jetées avec un bonheur évident vu que je ne devais les garder que 18 mois.

Déjà que quand il m’avait dit « c’est Charles Hubert»je lui avais rétorqué : «QUEL CHARLES HUBERT ?»… Il m’avait précisé après une minute d’hésitation, «bah ton ex mari » Et c’est là que je lui avais annoncé en rigolant qu’il ne retrouverait plus rien chez moi sauf peut-être son précieux flacons…

Je l’ai entendu retenir son souffle, s’étrangler même, et j’ai raccroché.

bien sûr cela doit vous paraître bien faible par rapport à ce qu’il m’avait fait, mais j’ai passé cinq années délicieuses à lui pourrir la vie…

Car la vie n’est qu’un long calvaire…

BONNE ANNÉE !

Bonne année à vous tous… J’aiété très occupée jusqu’à ce jour, mais je tenais (même si je n’ai eu aucun commentaire sur certains posts ☹️) à vous souhaiter à tous une bonne santé surtout, je pense que c’est le plus important…

À très bientôt pour de prochaines aventures…

Souvenirs… Souvenirs… (2)

Le coup du claquage de porte assorti d’un « menteuse » jeta un froid entre Mrs Bibelot et Mrs Merlan, mais les deux pères eux, continuaient à se parler tout à fait normalement. Les deux hommes s’entendaient bien, étaient artisans tous les deux, et étaient sans doute agacés tous les deux par leurs femmes et les résultats scolaires de leurs filles (des garçons il n’était jamais question), et les invitations reprirent.

Malheureusement Christine et moi devions à nouveau montrer nos carnets à nos mères respectives, et plus d’une fois elle pleura, giflée parce qu’elle n’était que dans les cinq premières mais jamais la première. Peut-être sans cette stupide compétition maternelle aurions nous pu être amies…

Continuer la lecture de « Souvenirs… Souvenirs… (2) »

Le Père Noël…

Je pense qu’un jour prochain peut-être, la télévision lâchera le Père Noël sur les plages du mois d’août…

En effet l’an dernier, et quand je me morfondais dans une maison de repos j’avais pour seule distraction la télévision… Lors de mon hospitalisation j’avais oublié mes lunettes de lecture…

Quelle ne fut pas ma consternation de constater que dès le 1er novembre il n’y avait plus sur la 1, la 6 et la 25, que des téléfilms hélas tous plus sirupeux les uns que les autres… Sur Noël…

Et j’ai constaté enfin rentrée chez moi que cela avait perduré jusqu’à la fin de janvier !

Je vous passe les titres qui vont « d’un Noël joyeux » à « Des rennes pour le Père Noël » et j’en passe et des meilleurs…

Je dis « halte là « … Il y en a marre de tout cela. Je n’ai comme seule ressource que Arte, la 3, fort peu de chaînes qui nous présentent un programme correct…

J’ai enfin réussi à squizzer les pubs : j’enregistre un programme sur ma box et je le regarde le lendemain en passant les pubs (un spot publicitaire représentant désormais 20 pubs)

Mais je redoute désormais de voir même le programme du soir squatté par l’inévitable papa Noël dont je vomis la simple évocation…

Ras-le-bol de tout cela et je n’ai même plus la possibilité de regarder des DVD puisque mon appareil enregistreur vient de me lâcher… Dès lundi je cours en acheter un autre… Mais aurais-je assez de DVD pour remplacer trois mois de conneries ? J’en doute fort…

Enfin j’espère être un jour être sondée pour savoir ce que je pense de notre télévision actuelle…

J’en aurais à dire…

Le retour (vrai)

Je suis désolée d’être resté absente si longtemps, mais j’ai eu beaucoup de problèmes. J’ai en particulier mon bras droit un peu en vrac, qui me fait beaucoup souffrir.

Mais il y a aussi la grande joie que j’ai eu le 26 juillet dernier de devenir grand-mère… Je serai donc mamie…

Sinon j’ai vraiment évidemment beaucoup de choses à vous raconter et, plein de coups de gueule à pousser, et je reviens ce week-end pour débuter une nouvelle saison de la gentil sorcière !

Des bises à tous…