Ma fille a bouffé du papier (ou, moins glorieux, la dernière fois où j’ai fait pipi dans ma culotte…) (2)

DODIEAu moment où ma mère est arrivée, Monsieur Gendre a sorti du frais une nouvelle bouteille de mousseux pour bien la servir.

Pendant ce temps là, deux amis de Pulchérie, des compagnons de promo de l’école Boulle, nous racontaient une mésaventure qui leur était arrivée avec ma fille.

Une mésaventure avec ma fille ? (aînée…?). Fichtre diantre, comment cela avait-il été possible ?

Je ricanais à l’avance, d’autant que je venais de tirer la première bouffée de mon premier joint (à 52 ans il était temps que je ne meure pas idiote). (Et après l’anti terrorisme, rapport aux histoires de bombe de Pulchérie quand elle était à l’école maternelle, voilà les stups…).Donc, ces deux jeunes gens, à l’apparence innocente, nous racontaient comment qu’ils avaient été traumatisés par Pulchérie. J’étais émue à l’avance : ma petite puce terrorisant deux gaillards dans leur genre…

  • Ils s’étaient associés avec elle pour un projet. C’était une bonne élève et ils l’aimaient bien
  • Ils leur fallait faire une maquette en papier d’un stand de je ne sais plus quoi (je refile le joint à ma soeur, car je vais perdre le nord)
  • Pulchérie avait fait tous les plans, au cordeau, au mm près…
  • Réunion pour la réalisation du montage du kit en papier du stand amnésie internationale (la mienne n’a été que temporaire d’AMNESIE)

Sauf que les deux garçons s’étaient fait avoir dans les grandes largeurs.

Ils étaient bons élèves mais pour eux, un 12, un 13 grand maximum, pour ce projet, c’était LARGE. Sauf qu’ils venaient de le découvrir, Pulchérie ne travaillait pas pour obtenir un moins de 18. C’était 18 ou le déshonneur, fusillez-moi dans les fossés de Vincennes (et après elle nous apprend, comme si c’était une grande nouvelle, sur son blog, qu’elle est stressée (je ricane))

  • « Non mais tu te rends compte ? » (généralement les copains de mes filles me tutoient, je préfère). Oui je me rends compte, c’est ma fille. Il fallait m’appeler, je vous l’aurais dit que 18 c’était le minimum pour elle (sur 20 bien sûr). Avec un 17 elle aurait bouffé sa couette…
  • Quels naïfs ils étaient. Depuis leur première année de BTS (là ils parlaient du DSAA), ils n’avaient pas compris que Pulchérie c’était la honte ou + de 18 ?
  • « Elle nous a fait chier avec ses mm pendant au moins 3 H » (NON ??? )
  • Delphine restait impassible, gendre n° 2 aussi. L’Arlésienne digérait le reste du joint en trouvant qu’il n’avait pas la même saveur que pendant son extrême jeunesse…
  • TOUT le monde ayant raison de ne rien dire, car dans certains cas, il vaut mieux la boucler, sous peine de s’en prendre plein la gueule…
  • Ma mère se demandait ce qu’était ce mégot que tout le monde se refilait… Puis elle a vite compris, et nous a regardées,  l’Arlésienne et moi, comme si nous étions des extra-terrestres…
  • « Et à un moment, je lui ai donné mon découpage et elle a bouffé le papier ! (OH ! MA CHERIE !!! (un jour elle avait voulu bouffer du fil électrique qu’Albert lui refusait pour ZOUER))

Je ne sais pas ce qui a déclenché en moi le fou-rire que je n’ai pas pu réprimer :

  • Mon premier joint
  • Le punch
  • Pulchérie bouffant du papier
  • La tête que les deux jeunes gens n’avaient pas manqué de faire en la voyant opérer.
  • La manière dont ils racontaient la chose.
  • Ou la remarque de ma fille, me prenant à témoin, indignée, 6 ans plus tard « il me tend un bout de papier, comme si je n’allais pas voir qu’il était mal découpé !!!« 
  • Son air outragé : « 15/20, la honte !!! » Elle était en train de se demander pourquoi elle les fréquentait toujours !
  • « DU COUP, je l’ai bouffé, parce que je n’allais pas le leur faire bouffer, leur putain de bout de papier » (en plus et surtout, à deux, ils étaient largement plus forts qu’elle…)
  • Ou l’ensemble combiné.
  • OU LE FAIT que les deux comparses aient avoué, qu’après l’avoir vue manger son papier, ils étaient sortis sur le pallier attendre que la tempête passe, en se promettant de faire des découpages au mm quand ils pourraient rentrer… Car Pulchérie dans sa rage, et en machouillant, avait fermé la porte à clef !
  • Pallier sur lequel les avait trouvé le gentil qui lui aussi avait hésité à rentrer après avoir pris connaissance du problème, de peur de trouver sa future en train d’ingérer l’intégralité du papier Canson gros calibre qu’elle avait acheté pour la réalisation de la maquette.

J’en ai pleuré de rire, jusqu’au moment où une envie urgente m’a prise. Sauf que quand je me suis levée pour aller vers les toilettes sèches toujours en place, le conteur a cru bon me retenir…

Quand il a compris que j’allais lui pisser dessus, il m’a laissée filer, mais je suis arrivée QUASI TROP TARD aux toilettes.

Et depuis ce jour là, quand je sens qu’elle va s’énerver, je vois ma fille prendre une feuille de papier et la bouffer…

Il y a une photo qui traine, chez tous ceux qui étaient présents, où je suis en larmes, et l’on pense que je pleure d’émotion d’avoir marié ma fille…

Même pô… Je suis une mère indigne.

La vie n’est qu’un long calvaire…

Une réponse sur “Ma fille a bouffé du papier (ou, moins glorieux, la dernière fois où j’ai fait pipi dans ma culotte…) (2)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *