Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour novembre, 2006

Je me suis donc mariée… (fin du tome 1)

Mariage_3_10147785

Donc le bilan réel de la journée (où sont mes 23 ans ? qui me les rend ?)  :

  • Le chignon était très réussi et un grand bravo à tatie, mais je ne remercie pas les photographes qui m’ont mitraillée au vin d’honneur : sur toutes les photos on dirait que je gobe une mouche : honte à eux (et à moi de répondre aux questions : la mariée taisez-vous il y aura toujours la photo prise au moment ou vous dites “quoiiiiii ?”)

  • Le chapeau d’Albert était trop petit, il fut donc prié de le tenir dans la main pendant toute la séance photos et de mieux choisir son chapeau la prochaine fois !

  • La séance photos devant la petite fontaine rétro et la jolie mairie, ça lasse au bout d’une heure et 60 minutes début mars en petite robe 1900

  • La femme du meilleur ami d’Albert s’était déguisée en Scarlett dans “Autant en emporte le vent” avec une robe faite dans des rideaux + des anglaises à l’ancienne et avait voulu poser 42 fois à côté de moi (sinon c’était une femme charmante sauf au téléphone où elle pouvait tenir 3 heures en racontant la vie de gens qu’on ne connaissait pas). Adobe Photoshop n’existait pas : il n’y avait que le découpage fébrile de la photo pour éliminer les rideaux.

  • La méchante belle soeur avait cru bon de “terminer” sa robe de mariée pour le soir et de se mettre en crème elle aussi ce qui est d’une impolitesse suprême, mais c’était bien d’elle. En plus elle rigolait comme un trombonne à coulisse et comme le plan de table avait été fait au dernier moment, elle était quasi en face de moi ce qui m’a un peu perturbé le repas et la digestion du vacherin (je pense que je vais faire un post sur elle, ça me soulagera et les filles aussi).

  • Le furoncle avait super bien choisi sa toilette : une jupe genre écaille de serpent avec le haut allant avec, les chaussures idem + le sac : elle ressemblait à une sardine géante (ou un maquereau je ne veux insulter aucun poisson, vous avez le choix) (rajoutez la tronche de cake et vous serez définitivement séduits)

  • Le mari du furoncle avait fait reluire ses moustaches : il ressemblait encore plus à Staline qu’il idôlatrait d’ailleurs, qu’à l’ordinaire (comment ça vous ne saviez pas qu’il ressemblait à Staline ?) (mon rêve : le raser pendant son sommeil…). Il a pris le chou de ma seule grand mère croyante une partie de la soirée et si elle en avait eu un, cette sainte femme l’eut saigné à blanc avec un chandelier volé dans l’église (si nous y étions allés), en lui éclatant le cervelet discrètement derrière le bar du restaurant…

  • Mon grand père paternel m’a manqué terriblement et j’aurais bien consolé ma grand mère en lui refilant un chandelier pour trucider Staline, mais je n’en avais pas…

  • Le garagiste de mon père était un con et son ami fleuriste un escroc : deux brouilles, deux chasseurs de moins dans l’équipe de mon grand père (le drame absolu : comment tuer un sanglier innocent à 12 seulement ?).

  • La méchante grand mère d’Albert avait complexé tout le monde en faisant à 40 personnes son compliment favori “tu n’as pas un peu grossi toi ? Si si, je trouve, tu as biennnnn grossi…”. Et même à des gens qu’elle ne connaissait pas alors qu’on ne pouvait pas dire qu’elle représentait la ligne haricot…

  • Je venais de signer à la mairie devant témoins et tout, avec un homme qui voyait des soucoupes volantes après 32 coupes de champagne et je ne pouvais pas aller dé-signer le lendemain, contrairement à une légende stupide. Un éléphant rose je voulais bien, mais une soucoupe volante vous avouerez…  (on imagine la soucoupe volante se posant et l’éléphant rose qui en sort)

  • Je m’étais inscrite dans la catégorie “voleuse” en dérobant une jarretière bleue dans un magasin (une chose bleue, une chose empruntée, j’ai craqué, j’ai honte, mais j’avoue enfin (j’ai lavé la chose et je suis allée la remettre à sa place sous l’oeil torve d’un vigile vachement utile (il n’avait jamais vu quelqu’un déposer quelque chose dans le vrac au lieu de le piquer) (on a dit “emprunté”…)

Mais le top du top :

La méchante belle soeur était tout juste enceinte du cousin germain de Pulchérie qui ont un mois et une semaine d’écart (10 novembre – 18 décembre).

Elle avait gardé pour elle cette excellente nouvelle pour ne pas nous gacher notre mariage (?), mais son mari avec un coup dans le pif, vers le milieu du vin d’honneur donc, sur le coup de 19 heures, avant de faire croire à la femme du patron qu’il était pilote de ligne, commença à distiller la nouvelle avec précautions oratoires de rigueur, à savoir raconter à tout le monde que Coraline était enceinte, que cela s’était passé tel jour, à telle heure et dans telle position (eh oui, nous portions le même prénom la méchante belle soeur et moi, je suis donc contre les définitions de la personnalité via le prénom !).

Tout le monde profita de la nouvelle (confirmée le lendemain du mariage), surtout les amis de la famille, du village de mes parents et de mes grands parents, invités au vin d’honneur, qui commencèrent à regarder Albert avec consternation vers 19 H 30 : ce crétin qui épousait une femme enceinte de son beau frère (ils ignoraient bien sûr la similitude des prénoms mais avaient bien repéré qui m’avait mise enceinte). Quant à moi j’étais à jamais perdue de réputation… (et je le suis toujours, une réputation perdue ne se repêche nulle part, mais cela m’a plutôt fait rire)

Nous eûmes la surprise quand mon grand père, tout heureux d’apprendre que j’attendais Pulchérie (un des premiers avertis), eut comme réponse des amis du village à qui il claironnait qu’il allait être arrière grand père pour la première fois : “oh, on le savait depuis longtemps !”… Surprise de mon grand père bien sûr… Questions de tout le monde, la nouvelle étant vraiment fraîche… REPONSE ! après moultes interrogations…

Voilà le bilan de ce mariage : pour tout un village ma grossesse fut vachement, vachement longue… (11 mois, et le premier qui me parle des éléphants aura droit à une claque virtuelle…)

Posté le 17 novembre '06 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

Je me suis mariée… Part 2

Je_me_suis_mari_e_56801229L’avant veille du mariage (un jeudi soir donc), Albert et moi nous sommes couchés le plus tôt possible, cannés. J’avais des courbatures partout et pour la démarche de la mariée descendant les marches de la mairie je craignais le pire, d’autant que je n’avais pas “fait” mes chaussures.

Pour l’absence d’église il nous avait fallu être très fermes, les plus intolérants sur ce coup là étant les non pratiquants des deux familles, comme quoi il y a toujours des surprises

Le maire avait délégué ses pouvoirs à un de ses adjoints ami de papa qui était ravi de me marier m’ayant connue haute comme ça. Tout était prêt.

Sauf le bouquet de la mariée non commandé par Albert comme le découvrit Mrs Bibelot avec horreur le vendredi en fin d’après midi. Réquisition d’un ami fleuriste à Jean Poirotte qui se fit une joie de le préparer pour un tarif prohibitif (entre amis hein…). Mrs Bibelot refusa d’avancer le prix du nénuphar supérieur à celui du safran à Albert : ça porte malheur (et les perles donc, elle ne savait pas plus que moi). L’ouragan pointait : le mariage avait lieu le lendemain (détestant me lever de bonne heure, j’avais choisi 16 heures pour la Mairie et j’avais bien raison ! Le mariage, les photos, et hop ! tout le monde au vin d’honneur et au reste).

Albert partit régler le bouquet de la mariée en fin de soirée le vendredi en maudissant sa future belle mère (chacun son tour), alors que je lui avais demandé de faire des neuvaines pour qu’il ne pleuve pas le lendemain. Et c’est là que nous avons réalisé que nous n’avions pas préparé la table ! Qui, où, comment, avec qui ?.

Dessin solennel de la table en fer à cheval, fiches des invités à caser avec une vague inquiétude planant : où placer le furoncle (la mère d’Albert pour ceux qui n’ont pas tout suivi). Impossible de mettre la mère du marié sur un bout de table à la sortie des cuisines. Après discussion : on ne pouvait la mettre nulle part, sauf, en refaisant toute la table côté est et ouest, les mariés trônant plein nord avec leurs amis (nous avions punaisé nos papiers sur la table de Mrs Bibelot).

Finalement un arrangement fut trouvé, sans qu’Albert ne comprenne. La femme du remplaçant du maire était aussi bête et méchante que le furoncle, on décida de mettre les parents du marié en face de l’autre couple. Quelques couples à déplacer Est/Ouest pour éviter que l’ex soixante huitard ne s’entretue avec le stalinien zélé et à 23 H tout était bâché…

Nous avions déposé une liste de mariage aux galeries farfouillettes et recevions régulièrement des avis de cadeaux dûment choisis par nous. Certaines personnes manquaient à l’appel et nous avions peur avec raison, ces personnes là étant connues de tous pour leur goût délicieux… Le samedi matin la famille d’Albert débarqua et sa gentille grand mère (il en avait une méchante), m’intima l’ordre de me rendre chez mes parents, une mariée ne devant pas se préparer sous le même toit que le marié qui avait juste à se raser, enfiler son costume, après avoir regardé le match de rugby un jour où la France a gagné…

J’avais tout embarqué chez mes parents où ma tante vint me rejoindre pour la coiffure. Pour constater que j’ai vraiment le cheveux fin et raide (pour la répétition j’avais mis des bigoudis et elle avait trouvé un peu de texture, là elle dû sortir son fer à friser et frôler la dépression devant la capacité de mes cheveux à ne prendre que le faux pli, mais elle eut raison de tout). Coiffure aboutie, maquillage, habillage, bien entendu j’étais en retard. Je ne vous raconte même pas l’animation qui régnait dans le 5 pièces de mes parents avec plein de femmes en slips et les caquetages qui allaient avec (mon père et les hommes intelligents s’étant réfugiés chez moi devant le match avec le futur marié et ses beaux-frères).

Prête en retard comme il se doit, papa m’emmena après le départ de tout le monde, heureux comme tout, sauf que le garagiste lui avait réparé une aile froissée la semaine précédente en temps et en heure (pour le vendredi donc), en la repeignant de la mauvaise couleur. Je partis donc en voiture bicolore rejoindre tout le monde.

Ce qui est curieux c’est cette impression d’être absent de ce que l’on vit. Dire bonjour à tout le monde, embrasser tout le monde en évitant le rouge à lèvre de tante Hortense sur mes joues divines, entrée dans la mairie au bras de papa sans voir le bordel dans le cortège derrière, à découvrir sur le film la semaine suivante : c’est quoi ce travail, personne ne sait marcher au pas ?

A la question bête et rituelle répondre “oui” sobrement (et non pas comme une amie à moi “je ne suis pas venue ici pour dire non !”, le maire lui reposa la question…) Moi d’une petite voix, Albert avec détermination. Signatures. C’est fait nous sommes mariés et l’ami de papa fait son petit discours, vu qu’il m’a connue toute bébé, qu’il manque du monde qu’il salue au passage. Sachant que nous voulons un enfant pour très bientôt, nous signale que “ça commence par un tube digestif embouché d’un klaxon” et que dans 24 ans nous serons en train de pleurer parce que l’enfant chéri se marie…

Le vin d’honneur était très bien. C’est au cours de ce dernier que certains me firent la surprise du cadeau. Un vase marron avec des chiures de pigeon jaune/bleu/rouge (ayant coûté très cher en plus), un service de verres à vin avec écrit dessus “beuvez toujours ne mourrez jamais”, une nappe et les serviettes assorties brodés main, un service à porto que je n’ai jamais pu refourguer à personne même à 1 € dans une brocante, le tout à frémir d’horreur mais quand on est la mariée on fait au moins aussi bien que Lady Di… (seule meilleure amie avait des serviettes de toilettes super qui résistent toujours !)

Le repas fut très bien également, la table était super bien organisée et l’aile Est a vécu un grand moment lors de la rencontre du Furoncle et de la femme du remplaçant du maire (l’un d’eux déplora de ne pas avoir eu de magnéto pour enregistrer l’intégrale de leurs conneries). Le repas était excellent, nous avons bien bu, bien mangé et bien dansé (le seul couac fut la trombine des vacherins excellents mais pas du tout bien disposés).

Un de mes beau frères a réussi à faire croire à la femme du patron (ancienne hôtesse de l’air) qu’il était pilote de ligne, il engueulait sa femme parce quand son mari a bu une femme doit faire la tronche, et tante Hortense fit une valse avec un ami d’Albert qui l’avait sympathiquement invitée : elle était ravie.

Le furoncle tirait une tronche de cake après le repas pendant que tout le monde dansait et qu’il commençait à y avoir du laissé aller dans les tenues (j’ai un film, j’ai des preuves) : j’étais sa bru sa vie était foutue.

J’avais très peu bu et j’ai ramené Albert à l’hôtel où nous avions décidé de nous réfugier pour laisser notre appartement aux autres. Albert n’était pas franchement en état de conduire voyant les arbres tomber sur la route les uns après les autres + une soucoupe volante (c’est hallucinant le nombre de soucoupes volantes qu’il a pu voir certains soirs…). Pour arriver à la chambre il y avait un escalier à monter et j’ai renoncé à ce qu’il ne me prenne dans ses bras pour me faire franchir le seuil de la porte en nous tuant tous les deux.

Le lendemain mes parents avaient prévu un buffet froid. Dans mon souvenir, j’étais juste un peu fatiguée et tout le monde était en forme (RV chez mes parents prudents à 14 H pour les gens n’étant pas rentrés chez eux). Le dimanche s’est terminé tard. Pas autant que le mariage où le restaurateur nous avait viré à 4 heures avec diplomatie, mais tout de même, heureusement que nous avions trois jours pour nous en remettre.

Ce n’était pas le tout : nous étions mariés et nous avions un enfant à mettre en route ce qui représente une tâche écrasante à assumer (ne comptez pas sur moi pour vous donner des détails crapuleux). Le voyage de noce eut lieu plus tard, alors que j’étais enceinte de Pulchérie et la voiture pas du tout conforme à la photo…

Mais cela c’est une autre histoire que ce voyage de noce…

Posté le 16 novembre '06 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.

Je me suis mariée… Part 1

Je_me_suis_mari_e_1_871303_001Je me suis mariée. La première fois avec Albert qui m’avait demandé ma main (ce qui signifie que je me suis mariée une deuxième fois : vous avez gagné le droit de dévorer un pot de nutella et je vous le redis : quelle idée de se REmarier)

Quand nous nous sommes rencontrés, nous étions l’un et l’autre contre le mariage. Assez curieusement les hommes ne semblent apprécier que moyennement qu’une femme soit contre le mariage. Pour eux, on veut forcément les emmener à la mairie et ils développent tout un tas d’arguments contre, qu’ils se gardent pour eux avec dépit quand on leur précise “moi aussi je ne tiens pas à me marier”.

Pour eux forcément c’est louche (elle veut pouvoir me tromper à qui mieux mieux), vu qu’on rêve depuis que l’on est toute petite de se déguiser en meringue, mettre un voile sur la tête, et prendre l’air innocent et rougissant devant monsieur le maire et monsieur le curé alors que l’on concubine depuis déjà 2 ans… (pour certaines ce n’est pas faux, le fantasme de la tenue de “mariée” reste très fortement incrusté).

Donc Albert me demanda ma main, (après une crise au cours de laquelle j’avais failli rentrer chez ma mère), au grand désarroi de sa famille qui me détestait (et à ma grande surprise, je ne m’y attendais pas, à ce qu’il me demande ma main). J’ai dit “oui” justement parce qu’ils me détestaient (pas tous, mais bon ses parents, une de ses soeurs et donc son mari) et que d’un côté il leur prouvait qu’ils n’avaient qu’à la boucler. De plus nous avions en tête d’avoir un enfant et à l’époque cela me chagrinait que ma fille puisse porter un autre nom que moi (maintenant le problème est théoriquement résolu, mais les pères pas du tout d’accords pour que l’enfant prenne le nom de sa mère) (et oui, je voulais une fille) (et oui le problème est résolu, vu le divorce mes filles ne portent pas le même nom que moi !!!).

Préparer un mariage relève du parcours du combattant. Il faut déjà définir une date. Apprenant nos intentions matrimoniales, sa soeur (la pas gentille du tout d’Albert), décida de se remarier en novembre 1980, nous coupant l’herbe sous le pied. Nous n’allions pas faire cela en décembre juste avant les fêtes, ni juste après, février ce n’était pas possible fait trop froid, et nous avons donc arrêté le second samedi de mars.

La date arrêtée : prévoir les faire parts en n’oubliant personne. Constater qu’inviter tout le monde est impossible vu le budget. Dans mon cas papa payait pour toute la famille (donc pour moi pas de problèmes), mais les parents d’Albert l’avaient restreint. Obligation de faire des coupes sombres dans la famille d’Albert, et d’éliminer ses cousines et leurs maris (de ma faute bien entendu, c’est ce qu’on leur a fait croire) plus tout un tas de gens qu’il ne voyait jamais. L’incident diplomatique se profila immédiatement vu qu’une taupe (je me demande bien qui cela pouvait être), informa les cousines et les autres que si leur cousin (ou autre) ne pouvait pas les inviter, il invitait tout de même ses meilleurs amis et que c’était dû à ma néfaste influence.

Les faire parts envoyés, restaient : à trouver une salle ou un restaurant, un traiteur, une toilette pour la mariée, organiser l’hébergement de la famille de province (quelle idée aussi d’habiter en province). Avec Albert nous avions en plus eu la bonne idée de programmer un déménagement le week end précédant le mariage…

Pour la toilette, Mrs Morgan qui me rêvait en meringue, se proposa à me la payer avec THE budget. Menace de rupture avec Albert qui voulait bien que je sois en blanc, mais pas dans une robe de mariée (le salaud !). Fleur bleue, bavant devant les meringues, j’allais choisir avec lui (les filles ne faites jamais ça, c’est votre jour) à reculons une robe plutôt jolie mais qui ne faisait pas du tout robe de mariée (en fait c’était tunique grecque), avec Albert donnant son avis et aux vendeuses qui sentaient que l’heure était grave l’envie de le trucider.

Trop tard la robe était achetée sur ses instances. Me restait du budget de quoi craquer seule dans une boutique rue de Rennes pour une robe crème 1900 très mignonne en louchant sur les mêmes un peu plus sophistiquées en soie ou taffetas, de vraies merveilles, en me maudissant d’avoir demandé son avis à Albert… Achat de la seconde robe donc, et je déclarais au futur mari qui n’avait qu’un mot à dire pour cesser de l’être (le futur) que l’autre me servirait de robe de lendemain de noce car je venais de relire “autant en emporte le vent”. Pour se venger, Albert loua un costume 1900 dans lequel il était très bien, à condition qu’il évite de mettre le chapeau (trop petit). D’un autre côté pour aller avec le costume son grand père maternel lui céda la montre à gousset en or de la famille et Albert regretta la robe de mariée 1900 en soie ou taffetas qui lui aurait permis d’avoir la chaîne en or avec, et la rupture pointa son nez une fois de plus…

Papa avait de l’argent devant lui, il m’offrit en plus une veste en mouton rasé (j’ai dis mars) ainsi qu’un renard à Mrs Bibelot (hou la vilaine, mais à l’époque ça se faisait). J’ignorais l’adage “qui perle en mariage portera tout à loisir pleurera” et acceptais les boucles d’oreilles en perles que m’offrit ma mère pour le grand jour (je peux affirmer que l’adage est totalement 200 % exact, voir outre moi : Marie Antoinette et l’impératrice Eugénie, et certainement la reine Margot et d’autres, mais je n’ai pas pu vérifier).

Il fallait régler le problème des parents de Mrs Bibelot divorcés, mon grand père refusant de rencontrer Mrs Morgan sous quelque prétexte que ce soit… Un compromis fut trouvé : il serait mon témoin et assisterait au vin d’honneur, elle nous rejoindrait pour le dîner et la soirée. Ceci après 122 coups de téléphone et une menace de ma mère de démissionner et de partir cultiver du chou en Finlande (pourquoi du chou et en Finlande ? le mystère reste à ce jour entier).

Mes parents, Albert et moi avons fait tous les restaurants du secteur dès le 1er décembre 1980 et essayé des traiteurs multiples, pour découvrir la perle rare (un restaurant) au bord de l’indigestion et le porte feuille sacrément dégonflé contrairement à notre foie. Le restaurant fut retenu pour le vin d’honneur et le dîner + la soirée, vu qu’il avait l’autorisation de 4 heures du mat par les autorités (clause importante après digestion).

Restait à se battre pour se mettre d’accord sur le menu, avec une mariée qui n’aime toujours pas la viande rouge (moi, oui, je sais, je suis une chieuse). Les tractations furent affreuses : il y eu viande et poisson en plus de l’entrée. Albert et moi détestions la pièce montée et pour une fois d’accords, imposâmes des vacherins dont le restaurateur, apparement habitué aux engueulades concernant le menu certifia mensongèrement qu’ils seraient disposés en pièce montée.

Restait à loger tout le monde. Chez nous de préférence, ce qui fit que le déménagement eut lieu sur les chapeaux de roues car nous ne pouvions pas faire dormir la famille d’Albert dans des cartons (déjà que j’avais tous les défauts).

Il fallait que je sois coiffée ce jour là. Test fait chez un coiffeur qui me loupa comme pas possible, et eut l’audace de me présenter la note après m’avoir transformée en coker trempé. Je rentrais en larmes à la maison en voulant tout annuler. Tatie coiffeuse se proposa gentiment et la répétition coiffure eut lieu le WE précédant le déménagement. Le chignon 1900 était au point, le restaurant retenu, les cartons étaient tous déballés le mercredi précédant le mariage.

Tout était OK, prêt pour le grand jour… (Part 2) les deux futurs mariés étant sur les rotules…

Posté le 15 novembre '06 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.

La pire gaffe de ma vie !

La_pire_gaffe_de_ma_vie_53272141Il n’y a pas que les filles qui en ont fait de belles. Petite j’étais plutôt sage paraît-il et mes parents n’ont aucun vrai gag à me raconter (zut alors). Pourtant je les questionne dur pour mon blog et j’ai les moyens de les faire parler. Mais non, j’étais sage…

Je me suis rattrapée adulte, et là je m’en vais vous raconter la pire gaffe de ma vie, j’en rougis encore.

Je plante le décor.

Albert avait des grands parents (les arrières grands parents des filles) qui avaient des amis très chers. Les enfants s’étaient bien entendus, les petits enfants aussi. (Vous suivez c’est sympa).

Donc un beau jour, Albert décide d’aller rendre visite à tous ces amis sympas en Normandie (on aimait bien la Normandie) avec moi et Pulchérie qui avait 2 ans (je suis certaine : elle parlait normalement et je n’étais pas enceinte de Delphine c’est un créneau que je ne peux pas louper).

Pulchérie venait de découvrir le pouvoir des “petits sous” qui permettent de s’acheter des bonbons et elle détectait le bruit de la pièce de 5 centimes de F tombant par terre à 10 mètres voire même 20, et se précipitait pour la ramasser.

La petite fille des amis des grands parents d’Albert (la génération d’Albert donc) (vous suivez toujours c’est très sympa) avait une petite fille sourde de l’âge de Pulchérie, fraîchement appareillée, les parents s’étant rendu compte de sa surdité alors qu’elle avait 24 mois. Je n’ai jamais compris ce coup là vu que généralement on vérifie dès le début que BB sursaute au moindre bruit et suit une bougie des yeux (oui ne pas oublier la bougie dans la valise pour la maternité)… Je ne veux juger personne.

La petite entendait DONC depuis très peu, ce qui lui plaisait moyen (ce raffut qui la perturbait tout à coup, elle ne supportait pas, sans se rendre compte qu’elle avait la chance de pouvoir être traitée  !), la mère était en cloque du deuxième qui serait découvert sourd à 26 mois  LUI (on félicite les pédiatres au passage).

Donc rencontre de la petite fille des amis des grands parents d’Albert (vous suivez toujours vous êtes vraiment mignons tout plein, mais vous savez que…), ainsi que de sa soeurs maman deux fois. Très sympas, encore qu’atteintes de maternitude aigüe… Je déteste. Nous avons passé un samedi infernal avec le repas des petits (dont Pulchérie), finir le repas des petits, la promenade des petits, faire jouer les petits (Albert transformé en marchand de pommes de terre), faire dormir les petits, re-repas des petits… Calquer sa journée sur la soupe au potiron du chiard et les pâtes de 19 heures en monopolisant tout le monde, je trouve cela moyen (c’est mon problème).

Nous dormions FORT HEUREUSEMENT chez les grands parents amis des grands parents d’Albert, qui étaient charmants comme tout et ne risquaient pas de nous réveiller à 7 heures pour s’occuper “des enfants”. Ca tombait bien : Pulchérie pouvait pioncer jusqu’à 11 heures…

Donc déjeuner le dimanche midi chez ces gens charmants avant de repartir chez nous en échappant à la maternitude aigüe : Albert en avait sa claque et me trouvait tout plein de qualités subitement (je m’occupais bien sûr beaucoup de ma fille, mais je ne me sentais pas atteinte à ce point là…)

Discussion bien sûr sur les problèmes de surdité de la pauvre petite mère. On compatit, tout en se demandant in petto une fois de plus comment on peut faire pour ignorer que son enfant est sourd pendant 24 mois. On ne dit rien : le chagrin des arrières grands parents est légitime.

Et le chagrin est là. L’arrière grand père sort un mouchoir de sa poche pour se moucher parce qu’il pleure. IL FAIT TOMBER UNE PIECETTE sur le carrelage.

Et là du fond du couloir, petite voix de Pulchérie qui joue sagement dans la chambre d’amis avec ses poneys : “qui est-ce qui fait tomber un petit sous que je vais ramasser ?”.

Le vieux monsieur stupéfait oublie de se moucher : “Elle a entendu ?”

ET MOI DE REPONDRE :

“Ah bah ça, elle n’est pas SOURDE HEIN !”.

Je me mords la joue, je deviens toute rouge, Albert me ruine le tibia  sur ce coup là… Le couple disparaît dans la cuisine pour le dessert, Albert m’en rajoute une couche “pourquoi tu as dis ça ????”

Ben parce que chez moi on n’arrête pas de dire “Il n’est pas sourd” ou “elle n’est pas sourde”, pour dire qu’il ou elle a l’oreille fine.

Ca m’a échappé.

Rien à rajouter, excuses ou pas, bredouiller n’importe quoi ce serait s’enfoncer encore plus. J’en rougis encore. Et vous, c’était quoi votre pire gaffe ?

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 13 novembre '06 par , dans Nos grands moments de solitude. Pas de commentaire.

Le 11 novembre

11_novembreCette année le 11 novembre tombe un samedi, c’est scandaleux, et que fait la terre à tourner n’importe comment autour du soleil pour que cela tombe un samedi ? (Si ça change tous les ans c’est à cause de la rotation de la terre, et c’est aussi à cause de ça que votre anniversaire ne tombe pas le même jour de la semaine tous les ans…)

Un jour férié qui tombe un samedi, c’est l’horreur, sauf pour ceux qui travaillent le samedi. L’année prochaine cela sera un dimanche et tout le monde sera d’accord (sauf les gens du spectacle) : la terre fait n’importe quoi en tournant.

Un jour férié c’est un jour férié, c’est sacré, on ne travaille pas et c’est vachement mieux de ne pas travailler un jour où l’on travaille d’ordinaire (enfin c’est mon point de vue). Je n’ai pas d’états d’âmes particuliers lors des jours fériés (je reviendrais sur certains d’ailleurs), sauf pour 2 : le 11 novembre et le 8 mai.

Parce que ces jours là, si vous restez chez vous à vous la couler douce et à faire la grasse mat
mes lecteurs adorés (et moi avec),
c’est
parce que des millions de gens sont morts
et que l’on a décidé de se souvenir d’eux
.

Vous avez compris ? Je ne vais pas être une sorcière rigolote sur ce coup là.

Le 11 novembre est la date anniversaire de l’armistice de 1918 qui nous préparait la guerre mondiale qui allait suivre, comme si une ne suffisait pas (Hittller s’est assez servi de l’humiliation de l’Allemagne en 18 pour réclamer des guerriers, je sais, j’ai fait une faute volontaire pour décourager gogole). Vous vous en foutez, vous êtes nés après, mais n’oubliez jamais que vous vivez sur ces morts… Nous ne sommes que l’avenir de ceux qui sont morts en pensant nous le donner meilleur… (espoir insensé, vu la nature humaine)

Le 11 novembre quand que j’étais petite, j’aimais bien : il n’y avait pas école. Jusqu’à ce jour fatal où j’ai assisté à une scène que je n’oublierais JAMAIS. Après je n’ai plus jamais pu le voir uniquement comme un jour férié où l’on fait la grasse mat. Le mal, la souffrance, rôdaient…

Ben oui, j’avais mon arrière grand mère et sa soeur : tante Hortense (que mon arrière grand mère appelait “la gamine” d’ailleurs, j’y reviendrai un jour). Qui avaient connu en plein cette guerre. Je me disais qu’elles étaient déjà vieilles à l’époque vu qu’elles avaient déjà 28/30 ans environ lorsque cela a commencé… (leur vie quasiment sur la fin, 30 ans c’était vieux pour moi qui en avait 14, ça fait sourire après coup)

Ce jour là, pour le repas dominical (l’horreur, le 11 novembre tombait un dimanche !), elles avaient ressorti de vieilles photographies (oui on disait avec “graphie”) et les avaient commentées, sans que mon grand père ne moufte (pourvu qu’elles ne parlent pas du Général…). Les photos étaient celles du mariage de mon arrière grand mère, des parents de mon grand père donc… Il restait pensif et mélancolique.  Nous savions qui étaient ces jeunes gens souriant et bravant l’avenir avec certitude. La photo avait été prise en 1910. Mon grand père regardait peu : il savait.. Il se souvenait de ce qu’avait été cette guerre pour le petit garçon qu’il était…  Je l’ai compris après.

Tous morts” disaient-elles avec tristesse. Oui tous les hommes présents sur cette photo (et les autres), montrant une jeunesse heureuse et optimiste, étaient morts pendant cette guerre, sauf le marié qui avait eu la chance de revenir, gueule cassée et gazé, il en est mort (des gaz) quand les allemands ont envahi la France à la suivante. Les allemands en France il ne pouvait vraiment pas supporter, il a cessé de lutter contre ses poumons en vrac, alors qu’il s’était battu jusqu’au bout de l’horreur en disant “plus jamais” (il avait eu du bol, il avait été blessé et gazé juste à la fin, en 1918…). Oui cet homme que je n’ai jamais connu avait tenu le coup jusqu’au bout en se disant qu’il épargnait l’horreur aux générations futures… Ils y croyaient vraiment, tous.

Le repas s’est achevé tout de même sur le dessert, les hommes sont partis à la chasse, maman avec mes emmerdeurs de frère et soeurs, et je suis restée seule à écrire mon journal, tâche importante lorsque l’on a 14 ans…

Et tout à coup… Elles s’étaient fait un thé, et elles se souvenaient. Tout haut, ne pensant pas que dans mon escalier (où j’adorais écrire), je pouvais les entendre et d’ailleurs je ne faisais pas plus de bruit qu’une souris (et encore).

Oui ce 11 novembre c’était “le souvenir” (et non la célébration) de la fin de cette horreur, sauf que les morts ne se relèveraient jamais même si le jeu était terminé. Tante Hortense avait perdu son fiancé (qu’elle n’a jamais remplacé), tous les cousins, petits cousins, amis étaient morts, certains dès le début, d’autres sur la fin (un chanceux le 11 novembre 1918 précisément 4 heures après la signature de l’armistice). Tous les hommes présents ce jour heureux étaient morts. Ami, cousin, ils avaient tous déserté la terre entre 14 et 18… Pour elles le 11 novembre c’était la journée où elles revivaient quatre années qui avaient plombé leurs vies.

Le marié était encore à l’hôpital le 11 novembre 1918 et ne redeviendrait jamais comme avant après tout ce qu’il avait vécu et vu ce qu’il était devenu. Pour tout le village : aucun mâle à revenir à l’exception de 7 éclopés à jamais, tous les autres étant morts. Le 11 novembre c’était pour elles le symbole d’une guerre, des veuves, des fiancées  inconsolables et sans maris potentiels, des orphelins, un monde foudroyé, une génération fauchée.

Et elles pleuraient en se souvenant d’une femme du village (veuve, qui pensait sans doute que son mari allait revenir maintenant que c’était terminé) qui était sortie, débraillée le 12 novembre en chantant que tout était terminé et qu’elle était heureuse. “La pauvre, se rendait-elle compte ?” “ces cris de joie, comment pouvait-on être heureux ? Tu te souviens ? et ces horribles feux d’artifices avec tous ces disparus ? Tu te souviens du cousin Mac, le premier mort de la guerre ?” “et tu te souviens de la pauvre Madeleine qui s’est pendue en apprenant que Georges était mort deux jours après la fin ?” (un beau jeune homme sur la photo).

J’avais du mal à les entendre pleurer, une boule dans la gorge : elles ne représentaient plus uniquement des vieilles dames. Je découvrais leur jeunesse, leur chagrin. Elles étaient tout à coup la sagesse et la paix de l’esprit à jamais endeuillé, et je découvrais leur souffrance et que l’âge ne protège de rien. J’imaginais tous les hommes de ma vie ayant disparu, et j’ai refermé mon journal sans faire de bruit pour écouter et m’esbigner en douce après coup. Elles ont parlé longtemps et le temps s’était suspendu, personne n’est venu troubler leurs souvenirs.

Ce jour là, le 11 novembre, nous le leur laissions chaque année, et nous l’avons fait jusqu’au bout. Tout le monde s’éclipsait quand elles parlaient “thé”. Accord tacite de leurs proches : le 11 novembre n’était pas un jour de joie et il était à elles qui avaient vu la première guerre mondiale décimer leur génération. C’était pour elles la fin d’une époque. La fin d’une horreur. La fin tout simplement. L’horreur restait à jamais présente en elles.

Pour elles rien n’était terminé que leur jeunesse, à tout jamais avec ses fêtes et tous ceux qui n’étaient désormais plus là pour se souvenir. Pour toujours il y avait l’attente, la lettre espérée datée de 15 jours avant, l’angoisse du maire arrivant avec son chapeau et ses adjoints, précédant de peu l’avis mortuaire, qui allait chez la mère alors que l’on n’était que promise ou amoureuse… Il y avait pour elles à tout jamais les larmes et les sanglots d’une femme seule désormais et se devant d’être digne malgré la mort de son mari ou de tous ses fils. Il y avait les lettres contenant toute l’horreur de la guerre que les hommes leur taisaient (le croyant)  (“je te remercie de m’envoyer une ou deux paires de chaussettes, il fait subitement un peu froid, ne t’inquiète pas pour moi, je suis à l’abri dans une tranchée”) (Je n’aime pas lire ces lettres, elles sont trop atroce quand on sait).

Mon arrière grand mère se souvenait toujours de son coeur “explosant” quand elle avait vu arriver la délégation ne lui annonçant QUE la disparition. Elle se souvenait de son soulagement quand elle avait su qu’il était vivant, des semaines après (des semaines de quoi ?, comment pouvait-elle vivre son quotidien ?). Elle se souvenait de sa souffrance et de son choc en le voyant gueule cassée opérée par des chirurgiens défiant l’impossible (et encore il avait été relativement épargné si j’en juge par ce que j’ai pu voir comme photos des opérations pratiquées sur des atrocement mutilés, leurs chirurgiens préparant sans le savoir la chirurgie esthétique de nos jours) (et Pulchérie se demande pourquoi j’ai jeté l’oeil de verre : par respect peut-être, personne n’avait le droit de le regarder en rigolant, et pouquoi ne l’a-t-on pas enterré avec ?).

Mon arrière grand mère lui a toujours tout pardonné après. Pouvait-elle faire autrement ? La guerre lui avait pris tellement d’êtres aimés, les enfants qu’elle aurait pu avoir et qui ne naîtraient jamais plus (les chocs répétés l’avaient ménaupausée précocement, ça existe). Comment pouvait-elle se réjouir UN 11 NOVEMBRE ? Et encore elle n’estimait pas avoir le droit de se plaindre : son homme était revenu : en vrac mais là tout de même.

Cette photo du mariage je l’ai chez moi. Je sais que tous les hommes présents ce jour là ne sont jamais revenus de l’enfer : sauf le marié. Et c’est atroce. Ils sont si nombreux, beaux et jeunes, plein d’espoir, regardant l’avenir avec défi surtout, comme tous les jeunes, et pourquoi sont-ils morts en fin de compte ? Qui se souvient de Plinistinius Gaeus mort contre les gaulois en 60 avant JC ? Pourquoi a-t-il donné sa vie en fin de compte ? (ne cherchez pas, c’est une image…)

C’était curieux pour moi de voir ces vieilles dames pleurer sur ce jour très précis qui me semblait un jour de délivrance, et cela m’a fait voir le jour férié d’une autre manière. Oui c’était une délivrance, la fin enfin, mais qui n’effacerait jamais les deuils. Le 11  novembre c’est un hommage

Ca tombe un samedi…  C’est très important ! C’est grave !

Quel jour sont-ils morts ? On dit “tombé au champ d’honneur“. Ca fait plus classe, mais cela veut dire la même chose… Ils sont morts tout simplement et nous on en profite… On ne travaille pas parce qu’ils ont vécu dans la boue, la faim et le froid ou une chaleur infecte, la crasse, parce qu’ils avaient peur, des poux et des morpions, la dysenterie, pensaient à leurs proches, attendaient une permission, voyaient leurs amis se faire tuer les uns après les autres, étaient aspergés de sang et d’autres choses immondes quand l’obus tombait sur le copain, parce que quelque part un obus ou un balle les attendaient… C’est ça le 11 novembre. C’est ce souvenir de ces poilus qui pensaient nous donner du meilleur pour l’avenir. Je n’oublie pas les allemands au passage qui ont donné aussi… mais pour qui ce n’est pas férié (comme quoi l’homme est con…)

Je suis tellement imprégnée du sujet qu’une année, le maître d’école de Pulchérie a cherché des volontaires pour déposer une gerbe devant le monument aux morts le 11 novembre (il est fou le maître, demain je fais la grasse matinée !). Je n’ai rien dit du tout, je n’étais pas en classe. Dieu sait pourquoi ma fille  a dit “présente !”. Et je revois ma puce, réellement volontaire, sous une cape anti pluie avec capuche car c’était un beau 11 novembre triste, portant sa gerbe ronde avec dignité et fierté, bien droite, et la déposant en hommage à ses ancêtres, avec classe, au pied du monument aux morts, un 11 novembre pluvieux, en ayant sacrifié sa grasse matinée.

Vous ne pensez pas qu’il aurait peut-être été préférable qu’il n’y ait pas de guerre et donc pas de jour férié en célébration de sa fin ? C’est ce qu’ils doivent penser de là-haut tous ces sacrifiés, d’autant qu’on ne peut pas dire que cela ait rendu le monde meilleur…

Depuis longtemps le 11 novembre je pense à mes deux vieilles dames qui me manquent. Aujourd’hui encore je regarderai certainement un jour gris de toutes manières. Je me dirai que je n’ai jamais attendu MON homme, mon père, mon frère, je me dirai que je n’ai pas vécu cette attente… Et je remercierai le ciel de n’avoir pas connu cette horreur.

Je rends hommage à ceux qui m’ont précédée. Je n’arrête pas de me dire que je n’aurais pas eu leur courage… C’est très bête, mais c’est comme ça (je suis très facilement terrassée par l’angoisse). J’ai vu deux vieilles dames dignes pleurant sur l’absurdité et je n’oublierais jamais. Je pense que j’aurais été paralysée, en attente de nouvelles, incapable de vivre normalement… Nous n’avons qu’une vie et ce gâchis est à gerber, comme tant d’autres. Et nous nous sommes là à gémir que “ça tombe un samedi !”.

La vie n’est qu’un long calvaire surtout quand il y a la guerre…

N’oubiez jamais ce que ces hommes ont vécu. A l’ouest rien de nouveau, à l’est non plus… Parce que cela continue ailleurs…

Et je serais contente (!) si en me lisant vous leur avez consacré une petite minute (bon OK, 5…)… (je ne sais plus quel auteur a écrit “la guerre serait un jeu merveilleux si les morts se relevaient quand elle est terminée”).

Et pour ceux qui le souhaitent, hommes ou femmes, à lire : “Les semailles et les moissons” de Troyat. Pour ceux qui n’ont pas peur “a l’Ouest rien de nouveau” (Remarke, ce livre me flanque trop le bourdon pour que je recherche l’orthographe exacte, c’est la même absurdité côté allemand). Pour les films vous avez “un long dimanche de fiançailles” et “les sentiers de la gloire”. On a mit du temps à parler des mutinés de cette guerre et des mutilés volontaires…

Bon 11 novembre à tous et à vos ancêtres hommes et femmes à qui penser aujourd’hui.

La photo est d’époque. C’est elle mon arrière grand mère, toute heureuse le jour de son mariage, avec tous ces innocents ne sachant pas que leur mort était programmée et que leurs femmes termineraient leur vie en noir…. (J’ai l’autorisation de Mrs Bibelot)

Posté le 11 novembre '06 par , dans J'aime bien l'histoire. Pas de commentaire.

Faites attention… Part 1

Faites_attention_56800983Il faut faire très attention à ce que l’on dit à un enfant : il va le répéter, parfois de travers… En règle générale il faut faire très attention à ce que l’on dit devant un enfant, car il comprend plus qu’on ne le croit.

Ca écoute et ça cause. Ca interprète, ça comprend. Je le répète ayant eu un exemplaire (Delphine), qui parlait peu mais comprenait tout bien pour le sortir au moment où l’on ne s’y attendait pas et devant qui il ne fallait pas

On se rend compte de la capacité d’écoute le jour où l’on dit “ah merde alors !” et que dessous la table où le chérubin essayait d’avaler un rang de perles sort un “amedalow”. Regards échangés : ne plus dire de gros mots : ça va être dur (plus le temps passe et plus on est grossiers je ne sais pas si vous l’avez constaté, mais je devais avoir 16 ans quand j’ai entendu Jean Poirotte dire “merde” pour la première fois).

On découvre alors nos travers de parlotte. Albert s’est rendu compte qu’il disait “putain” tout le temps quand Pulchérie s’est mise à charabiater des “utain de véviette (serviette)” “utain de avon (savon)” “utain de cuillère qui tombe !”. Moi c’était “bon alors !” “bon alors tu dis quoi mamie ?” “bon alors tu veux quoi papy ?” “utainbon alors a pas faim”… C’est charmant ! On réalise qu’il va nous falloir environ 10 ans pour échanger notre infirmité de langage contre une autre…

Vient le temps où le chérubin boit nos paroles (ça reste bref). J’expliquais donc à Pulchérie que tante Hortense était une très vieille dame (95 ans tout de même) avec laquelle il fallait être gentille, vu qu’elle était très vieille. Très vieille c’est quoi : “ben elle va bientôt mourir, elle aime bien parler avec les enfants parce qu’elle n’en a jamais eu son fiancé étant mort à la guerre dans les tranchés, il faut être gentille” (son père et toute sa diplomatie et sa délicatesse légendaires).

Tante Hortense était une vieille dame poudrée, propre, sentant bon et toujours bien habillée, pas de quoi faire fuir à part la moustache que je ne sentais plus, mais que Pulchérie sentait bien. “C’est parce qu’elle est vieille ma chérie” réponse “je ne veux pas être vieille avec de la moustaaaaaache et je ne veux pas lui faire un bisouuuuuu” “mais non ma chérie, tu ne seras jamais vieille avec une moustache, et il faut lui faire un bisou (rappel de son père “elle est très vieille et toi aussi tu aimeras qu’on te fasse des bisous quand tu seras très vieille!!!!”)

Heureusement la pauvre femme était très dure d’oreille, car un dimanche passé en famille, Pulchérie faisant le zouave avec son cousin dans les pommiers alors que Delphine têtait avec application (c’est fou ce qu’elle a pu manger avec application), arriva le moment où il fallut raccompagner tante Hortense chez elle. Moment fatal du bisou et de l’au-revoir à l’aïeule. Rassemblement des trésors.

Et Pulchérie de faire la leçon à son cousin le doigt en l’air :

  • “Il faut être gentil avec tante Hortense et lui faire un bisou, parce que son fiancé est mort à la guerre dans une tranche chiée, et en plus elle va bientôt être morte et c’est pour ça qu’elle a de la moustache et qu’elle pique…”

Oui, heureusement qu’elle était sourde, la pauvre.

Sinon quel calvaire !!!!!

Posté le 9 novembre '06 par , dans Faites des gosses !. Pas de commentaire.

Jour de tristesse

Le petit chat est mort…

Posté le 8 novembre '06 par , dans Coup de blues. Pas de commentaire.

Les filles et la Toussaint…

Les_filles_et_la_Toussaint_10147881Quelle rapport entre cette photo et la toussaint vous direz-vous ?  c’est la fête de tous les saints donc celle des filles aussi (la fête des morts c’est le 2 novembre, mais comme ce n’est pas férié on profite du 1er pour aller au cimetière ce qui est toujours une sortie gaie).

La Toussaint étant passée, je peux en parler en regrettant ce merveilleux jour où je me suis levée vers 11 H 30… (on aura compris que je suis matinale de nature)

J’avais une grand mère qui était très croyante. Personne ne savait d’où cela lui venait, dans la mesure où ses parents ne l’étaient pas. Apparement elle avait fait un voeu pendant la dernière guerre (en Europe), et mon grand père étant revenu après 5 ans de captivité, elle a dû penser que dieu existait forcément.

Comme tous les convertis sincères, elle en faisait beaucoup trop. Elle a réussi à dégouter ses trois enfants de la religion. Pour ses petits enfants elle a fait de son mieux, et surtout tiré la tronche quand on lui a annoncé qu’on n’irait plus à la messe avec elle le dimanche, communion faite pour avoir plein de cadeaux (sauf pour mon frère et la dernière qui avaient été réfractaires). Elle n’a trop rien dit que je ne me marie pas à l’église et mette au monde mes deux filles dans le péché en plus de la douleur pour l’aînée.

Avec les filles elle a tenté le coup la malheureuse et cela a été un échec total.

C’était une arrière grand mère gâteaux avec les filles. Elle s’en occupait beaucoup, et nous la voyions souvent, surtout qu’elle passait le mois de juillet avec mes parents où je les retrouvais souvent + pas mal de WE mon grand père nous ayant hélas quitté bien trop tôt.

La maison louée années après années en Camargue donnait sur une place avec un christ en croix d’au moins 3 mètres de haut qui impressionnait beaucoup Pulchérie quand elle allait se faire payer une glace ou acheter le pain avec son arrière grand mère. Ma grand mère se fit donc une joie de lui expliquer le chemin de croix, le calvaire, pâques et les cloches, les saints, la trinité, la résurrection et tout le bataclan, avec l’impression d’avoir marqué un coup contre l’obscurantisme de sa descendance.

Pour noël je faisais une crèche car j’adore les santons et que cela faisait partie de mes noëls de petite fille, ma grand mère ne mettant le petit jésus qu’une fois que nous étions couchés, et c’était un miracle de constater qu’il était apparu dans la nuit du 24 au 25 décembre. Sinon je lisais plutôt aux filles mes bouquins d’enfance sur le père noël et son traineau et je zappais un peu le pourquoi de la crèche : on est content quand un enfant nait et celui là était un peu différent des autres, c’était un prophète (restons objectifs, c’en était un)… Comme mes santons sont de Provence, je leur faisais un petit cours sur le pays de Marcel Pagnol.

Alors que j’étais enceinte de Delphine jusqu’au menton (approximativement), au mois de juillet en vacances, Pulchérie demanda à ma grand mère de lui raconter l’histoire de Jésus à l’heure de l’apéro sacré des vacances. Ne voulant pas se faire prendre avec ses récits précédents devant témoins tous plus incroyants les uns que les autres, ma grand mère commençat avec la poésie de noël, pour être interrompue par Pulchérie indignée :

  • “Non pas cette histoire là mamie (oui c’était mamie aussi), celle où ils l’ont cloué !”

Ceci d’un ton déterminé (voire même sadique, les enfants étant inconscients), très intéressé, et même pas impressionné. Mon père fit une petite grimace : cette enfant avait bien le temps d’apprendre que l’homme est un loup pour l’homme et sa mère était priée de se servir un coup à boire plutôt que de traumatiser (?) son arrière petite fille avec des récits sanglants à l’heure de l’apéritif (car c’est sanglant de A à Z)

Du coup la pauvre arrière grand mère se rabattit sur le cimetière à la Toussaint suivante avec Pulchérie (Delphine têtant toutes les 3 heures avec application) ne s’avouant pas vaincue. Dans ma famille on n’est pas très cimetière, voire même pas du tout, encore que celui du village où habitent mes parents soit ravissant et qu’on y ait plein de monde dedans (d’ailleurs c’est ma volonté, je veux y non être un jour). Bref ce n’est pas l’endroit où j’emmenais promener Pulchérie et quand j’y vais, c’est toute seule et en dehors des jours obligatoires, un jour de cafard gris, car je le trouve apaisant (et que c’est fou le monde que je connaissais vraiment qui y non est maintenant !). Ma grand mère y allait elle très souvent.

Donc visite au cimetière avec allusion au paradis où l’on va forcément un jour si l’on est sage (hem), parce que Jésus est mort sur la croix pour cela et tout le blabla. D’ailleurs toutes les personnes qu’elle lui faisait “visiter” la regardaient de là-haut et l’attendaient ce qui inquiéta la petite. Pulchérie nous demanda des précisions sur le sujet à son père et moi, grillant ainsi son arrière grand mère cette innocente… Seule réponse à faire à une enfant de 4 ans : “tu as bien le temps d’y réfléchir, tout ça ce sont des bêtises et je vais te lire Bambi (dont la mère… Non je vais te lire Merlin l’enchanteur)”, car à 4 ans on est immortel. En plus on ne tenait pas spécialement à la voir entrer un jour dans les ordres, pour peu que la grand mère réussisse son coup… Des années auparavant elle avait terrorisé ma soeur en lui disant que si elle mourait elle deviendrait un ange : le mot “ange” fut interdit pendant de longs mois…

N’empêche que Pulchérie adoraaaiiit aller au cimetière tous les ans, plusieurs fois par an avec son arrière grand mère, avec une prédilection pour la Toussaint. “C’est joli maman, c’est plein de fleurs, je peux courir sur les tombes et me suspendre aux croix….” (je la visualise pleinement en train de faire le zouave sur des tombes, ma grand mère ramassant les mauvaises herbes). Delphine était moins fan sur cette promenade là : rien à manger, et ce n’était pas elle qui aurait risqué de se casser un bras en faisant de la barre asymétrique sur une croix : on n’est jamais trop prudente devant les saints du paradis qui peuvent vous priver de desserts… Je me demande ce que font les enfants musulmans au cimetière : c’est la chose qui frappe le plus en pays musulman, cette absence de croix (de barres asymétriques où se surpendre). Je me demande également encore comment ma grand mère a pu laisser Pulchérie faire de la gymnastique dans le cimetière, mais elle n’a peut-être pas pu faire autrement : cette enfant adorait grimper partout et on arrivait souvent trop tard…

Posté le 7 novembre '06 par , dans Faites des gosses !. Pas de commentaire.

Le gâteau de riz

Le_g_teau_de_riz_50333728Je vous en ai déjà parlé, Jean Poirotte (papa), adore faire la cuisine (ici)

Vendredi 3 novembre, l’heure est grave, il lui vient à l’esprit de manger un gâteau de riz. Manque de bol, Mrs Bibelot s’esbigne avec une amie en séjour chez eux pour quelques jours, afin d’aller faire les boutiques et probablement éviter de faire le gâteau elle-même. Elle lui précise tout de même “la recette est dans le placard de droite au dessus des plaques gaz”.

Je suis arrivée à la fin de ce grand moment de l’histoire culinaire et je ne suis pas restée dîner, ayant des choses importantes à faire (pas l’envie de goûter la chose).

Ma mère est comme moi, (enfin je tiens d’elle) quand elle a fait un plat une fois elle se souvient de la marche à suivre. Comme moi elle note sur un papier les ingrédients et point barre + quelques codes éventuels que nul ne saurait décrypter et c’est à cause de cela que sa grand mère a emporté dans la tombe son exquise recette de rillettes de lapin… (quelle famille !)

Jean Poirotte s’est donc retrouvé avec un papier sur lequel était inscrit “180 g de riz, 1 litre de lait, 150 grammes de sucre etc…“.

En avant pour trouver le riz (au lieu de chercher un livre de recettes). Comme elle savait elle, qu’il faut du riz rond, elle ne l’a pas précisé sur le papier (d’ailleurs tout le monde sait cela). Jean Poirotte a donc fait cuire de l’incollable de chez l’eusse-tu cru dans le lait avec le sucre. Il a sorti un moule et s’est rappelé qu’il fallait faire un caramel (non indiqué sur le papier non plus, faisant certainement partie du etc… ce sont les proportions du riz au lait dont Mrs Bibelot ne se souvient jamais). Quand je suis arrivée il était en train de se brûler les doigts avec le moule en y répandant le caramel (c’est chaud).

Puis le dialogue du siècle : Elle/lui :

  • Où diable as-tu mis les raisins secs qui trempent dans le rhum ?

  • Quels raisins secs ? putain ça brûle ce truc ! passe moi un dessous de plat viiiite !

  • Tu sais bien qu’on met des raisins secs dans le gâteau de riz ! Remarque ça tombe bien, il n’y en a plus… Tiens le voilà ton dessous de plat fait gaffe à ma nappe.

  • Tu ne met pas toujours de raisins, ta grand mère n’en mettait jamais, d’ailleurs ce n’est pas écrit sur le papier

  • Et dis-moi qu’as-tu pris comme riz ? Il a une drôle d’allure ton riz au lait, arrête il y a assez de caramel  et fais attention à ma nappe !

  • J’ai pris le paquet de riz dans le placard de gauche

  • Mais non pas celui là, il faut du riz rond pour le riz au lait, pas du riz long !

  • Et il est où ton riz rond à riz au lait ?

  • Dans l’arrière cuisine sur l’étagère de gauche, tu sais bien qu’il faut du riz rond, tout le monde sait cela

  • Bon maintenant il te faut battre les oeufs en omelette

  • Quels oeufs ?

  • Ceux qu’il faut mettre pour que le gâteau tienne ! Il en faut 4

  • (moi) : non 6 : 4 entiers + 2 jaunes

  • Ah zut il n’en reste plus que 2. Comment cela se fait que je nous laisse manquer d’oeufs? Bon bah ça ira avec 2.

  • Je bats les oeufs et j’en fais quoi ?

  • Tu les mélange au riz refroidi ou tiède, tu mets dans le moule et tu fais cuire (soupir)

  • 45 minutes plus tard : c’est bon, tu peux sortir le gâteau du four

  • Il a une drôle de tête on dirait du riz au lait tout simple !

  • Evidemment il n’y avait pas assez d’oeufs. Ca nous fera du riz au caramel…

  • ….

  • Tu ne reste pas dîner ma chérie ?

La vie n’est qu’un long calvaire ! (et oui je sais je fais partie d’une famille un peu originale, c’est ce qui fait tout son charme)

Posté le 6 novembre '06 par , dans Tous aux abris. Pas de commentaire.

A comme Agoraphobie, ou la connerie humaine

Je_n_aime_pas_la_foule_pop040Depuis ma plus tendre enfance, je souffre d’agoraphobie.

“Peur irrationnelle se manifestant dans des endroits publics et/ou des espaces découverts”

En fait je n’ai pas peur dans les espaces découverts et vides, ça m’est égal qu’il n’y ait personne et que ce soit une morne plaine, par contre j’ai une peur panique de la foule, à tomber dans les poires. J’attends donc que l’on divise la définition en deux (peur des grands espaces OU peur des espaces trop peuplés)

La foule c’est con. Nous sommes cons, donc, les gens (dont moi) sont cons surtout en foule, parce si l’on prend tout le monde un par un tout va bien… Donc pour moi il n’est pas irrationnel d’avoir peur de la foule, parce que c’est très con (la foule, pas de prendre les gens un par un).

Une scène d’horreur dans un film, pour moi c’est une foule en délire prenant quelqu’un à parti, un lynchage, une prise d’otage, je ne sais pas… Une foule contre des innocents (même s’ils sont coupables ça me troue). J’ai le sang qui quitte ma tête pour se précipiter dans les pieds, je suffoque, j’ai dû vivre cela dans une vie antérieure. Même des gens qui chantent un 14 juillet ou un soir de victoire de coupe du monde, ça me terrifie, parce que tout peut changer d’un moment à l’autre et que là où il y a foule il y aura des morts.

Pour moi la foule c’est le calvaire de la princesse de Lamballe ou de Mademoiselle de Sombreuil buvant un verre de sang pour épargner la vie de son père. C’est la malheureuse que l’on tond un soir de “libération” dans “la liesse populaire” (en chantant avec bonne conscience), le noir victime du Ku Klux Klan, le pauvre soldat allemand de 17 ans égaré en France en 1945. C’est l’horreur. C’est aussi cette joie émouvante de la libération (suivie de quoi d’autre ?). C’est un personnage à part entière que la foule, avec ses humeurs bonnes ou mauvaises, changeant d’un quart d’heure à l’autre, avec ses paranoïas multiples.

La foule c’est n’importe quoi. Incontrôlable si l’on n’a pas fait science pö et 90 ans de psycho. C’est heureux, ça hurle sa joie et aussi sec cela se retourne contre n’importe qui, n’importe quand, au son de n’importe quel adage. La grande qualité de politiques que je qualifierais personnellement de “cons mais pas bêtes” est de savoir se servir de la foule et se barrant quand il en est encore temps, avant qu’un anonyme ne hurle “mort à Danton !”.

Je n’ai pas envie de faire partie d’une foule et d’être manipulée par la liesse ou la haine populaire, donc j’évite la foule (surtout qu’elle pourrait me piétiner au passage, la foule ça marche sur n’importe quoi). Quand ça commence à serrer un peu, je tombe dans les poires en vrai (je ne peux plus respirer) et me fais ramasser par de séduisants pompiers, mais n’empêche : je n’y vais plus, parce que sinon c’est au risque de me faire piétiner. Du coup j’évite autant que faire se peut la foule (en bonne chochotte, la victoire de la France en 98 et le retour de l’équipe à Clairefontaine m’a vaccinée à jamais et le Christ peut revenir : je ne me dérangerai pas pour l’écouter).

J’ai assisté dernièrement à un effet de foule sur un blog. Ne manquait que le son pour que l’horreur soit complète.

Donc une personne adulée qui publie un malheureux billet demandant un petit soutien à son blog. Rien que de très normal (enfin de pas choquant en ce qui me concerne), et de très bien expliqué, on sait où l’on va, qu’il n’y a pas d’obligation, on sait que tout continuera comme avant et que chacun fait comme il veut. Simplement on apporte son soutien ou pas. Cool relax, pas de souci me dis-je en quiche yvelinoise qui n’ait rien comprit à la vie malgré mes ans chaque année plus douloureux à porter…

Le soir j’ai pris avec stupéfaction connaissance d’environ 240 commentaires + un autre billet d’explication et les commentaires allant avec. Ca partait gentiment au départ, les commentaires restaient pondérés pour ou contre, choqués ou pas, quand tout à coup paf ! effet de foule. Il a suffit d’un post franchement méchant pour que cela se déchaîne.

J’aimerais que l’on prenne d’assaut le ministère des finances comme on a pris d’assaut le blog d’Hélène. Ah oui j’adorerais ! Parce que là c’était grave : “tu n’as pas honte ? 1000 personnes vont donner 3 euros pour toi, c’est facilement gagné à 1000 lectrices par mois” (la jalouse qui n’a pas un lecteur et qui confond mois et jour, et Hélène n’avait rien exigé, elle n’annonçait pas que son site devenait payant, “et pourquoi tu ne bosse pas ?” “il y en a d’autres qui ont plus besoin de fric que toi”… ETC…

Qui envoie un mail à qui de droit en disant “QUOI mes impôts locaux servent à payer une soirée au gagnant du village fleuri, à 150 Euro l’invité et il y en avait 1000 avec leurs prix de consolation ?” “Quoi ? vous vous déplacez aus USA aux frais de la population pour remettre la légion d’honneur à un pompier de New York” ? “QUOI ?” Ben non ça la boucle grave, pas envie d’être fiché (vous l’êtes…)

Qui se permettrait un tel débordement avec son gouvernement ? (ça ne lui ferait pas de mal pourtant). QUI a pollué la boite mail d’un technocrate en demandant des comptes ? Mais il a fallu qu’on vienne hurler anonymement que ce blog ce n’était pas un travail… Qui ne méritait aucune rémunération.

Ce n’est pas le problème (pour moi), le fond m’importe peu. Le problème c’est le cri anonyme et venimeux dans la FOULE.

J’adore le côté anonyme. On crie un bon coup et si l’on tombe bien tout le monde va suivre. C’est comme cela que l’on décapite la princesse de Lamballe (joli coup !) et que l’on tend en ricanant certainement un verre de sang à Mademoiselle de Sombreuil en se disant “merde elle le boit”. C’est courageux en diable, c’est pour moi la connerie humaine à l’état pur que de se retrouver en mouton de Panurge à suivre n’importe quoi.

Les commentaires timides du début, les premières s’offusquant léger et correct, ça allait. Mais après déferlement de commentaires de trolls qui feraient mieux d’écrire à JC (ChiChi, ne vous égarez pas je sais qu’il y a longtemps que l’autre a fait son ascension et qu’on a un jeudi férié en mai grâce à cette virtuosité aéroplane et souvenez-vous-en… (comment ça vous n’êtes pas croyant et vous respectez le jeudi de l’ascension ? J’hallucine !!!)).

Parce qu’il y a eu le correct pour, le correct contre, et puis tout à coup la connerie trollesque, les voix criant anonymement dans la foule, celles que l’on suit souvent, plus que les autres d’ailleurs. Et là on se lâche, bien à l’abri dans l’anonymat, en se permettant n’importe quoi.

Et si l’on avait été dans une foule, que se serait-il passé ? Une anonyme(j’ai moyen vu de mâles sur le sujet), aurait crié “va bosser connasse, ou crève”. Et là tout le monde aurait fait quoi ?

Baillonner l’anonyme n’est pas dans mes cordes, sauver l’héroïne au péril de ma vie je ne peux pas le jurer vu que j’aurais été chez moi, loin de la foule… Et vous ? Vous tournez les talons et vous partez ? Vous linchez la personne incriminée ? Non ? vous ne faite rien ? Alors pourquoi y a-t-il dans l’histoire des foules en délire ?

Je n’accuse personne. Simplement, ça me fait peur même à lire. Car même sur un blog, on peut retrouver un effet de foule et faire une crise d’agoraphobie (pas grave j’ai du tranxène).

Et vous la foule, ça vous fait le même effet qu’à moi ?

Posté le 4 novembre '06 par , dans Dictionnaire d'une civilisation tordue. Pas de commentaire.