Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour octobre, 2009

Retombage grave en enfance…

petite-fille-copierC’était sympa de partir avec mes parents, ils ne sont pas chiants, sauf avec les horaires, les menus, les courses à faire. En fait ils ne sont pas chiants, ils ont leurs habitudes.

A moi d’accepter ou non leur mode de vie, donc j’avais dit oui pour partir avec eux…

Ils ont malgré tout oublié une chose : que j’ai 51 ans (quelle vieille peau !), (mal ?) élevé deux filles et nourrit un certain nombre d’hommes et d’invités (plus mes filles), sans jamais empoisonner personne et sans avoir de plainte.

Que de plus je sais me servir d’un lave linge ou lave vaisselle, passer la serpillère ou l’aspirateur dans la joie et la bonne humeur, fermer les fenêtres quand il le faut, bref, que j’ai tout de même un petit poil d’expérience. Tout petit c’est vrai. J’aurais toujours 20 ans de moins qu’eux, c’est là que le bât blesse…

J’ai donc eu droit à une foule de conseils dont je tiens à vous faire profiter, au cas où votre éducation laisserait à désirer :

  • Une chasse d’eau ça se tire, et on ferme la porte des toilettes après avoir fait pshiiit (quelle drôle d’idée !) (ceci les deux premiers jours quand je me dirigeais vers les toilettes)
  • Les oeufs durs c’est 10 minutes après ébullition (je n’ai pas dit que j’allais faire des oeufs coques)
  • Pour la salade composée, il faut prendre des PDT qui se tiennent et non pas des PDT à purée (le père allant vérifier et la mère allant vérifier que le père avait bien vérifié)
  • D’ailleurs pour ne pas se brûler les mains en pelant les patates cuites, prendre un torchon (curieux conseil)
  • Il ne faut pas refermer le lave linge après avoir sorti le linge pour l’étendre (moi j’ai toujours refermé mon lave linge sans dommages, mais bon…)
  • D’ailleurs, pour l’étendre…
  • Quand on a pris des glaçons dans le congélateur, il faut en remettre d’autres à faire pour la fois suivante.
  • Avec des talons de 2 cm on risque de se casser la gueule (surtout mon père)
  • Bon bain ma chérie, mais ne vas pas où tu n’as pas pied ! (dis le que je nage comme un fer à cheval !) (et puisque tu sors fais attention en traversant !)
  • Ne pas oublier de reprendre le jeton du caddy en le remettant en place ma chérie (le caddy).
  • Ni de remettre le bouchon après avoir mis de l’essence (pourquoi croient-ils que j’ai perdu 36000 bouchons ?)
  • Pour passer le balais, commencer par le fond de la pièce, c’est plus pratique
  • Penser à recharger le portable avant la date limite (10 fois)
  • Ne pas oublier de raccrocher la douche quand il est si simple de la foutre par terre dans la cabine en bousillant le carrelage.
  • Fermer la fenêtre de la chambre où je couche pour éviter de me faire piquer mon sac à main par un sadique, en notre absence.
  • Fermer les volets le soir pour ne pas me faire violer par le même (il était où ???)
  • Tu ne vas pas te laver les dents ma chérie ? (et le cul, et le reste ?)
  • Bonne lecture, mais n’éteint pas trop tard.
  • Tu as bien changé de culotte ? (ben oui, je gardais mon linge sale pour le laver chez moi et épargner des lessives à ma mère, grave erreur, elle adore laver l’eau avant le linge, donc, faire des lessives…)
  • Tu as pensé à rincer ton maillot de bain ?
  • Tu te rappelleras qu’il faut : une baguette, un sacristain, et des olives pour l’apéritif, ou je te fais une liste ?
  • Fais attention à ce que le MARCHAND te rende bien la monnaie…
  • ET J’EN PASSE : SI SI, j’en ai oublié.

J’ai tout de même pu aller acheter la baguette du soir (espoir) (car Mrs Bibelot est incapable de prévoir le pain de la journée pour 5 personnes) sans m’entendre dire :

  • Qu’il me fallait refuser toute cigarette proposée par un homme forcément malhonnête. Ou PIRE : des bonbons !
  • D’éviter de traîner en route
  • Et que j’avais interdiction de manger un crouton.

Sur le coup de la baguette, j’ai eu du bol…

J’ai bien senti tout de même que j’avais pris un coup de vieux, car je ne suis jamais revenue de courses faites à pied, en gambadant d’un pied sur l’autre, en boulottant des fraises tagada frauduleusement achetées avec la monnaie.

Comme je le faisais quand j’étais petite. A bien regarder mes plus jeunes nièces et à me souvenir de Pulchérie et Delphine qui parfois se laissent encore aller, je me dois de constater que jusqu’à un certain âge on ne marche pas, on gambade. Même en allant faire des courses (ce que je déteste) et en en revenant…

Donc la vie n’est qu’un long calvaire…

Cet article est édité parce que j’ai le respect de mes lecteurs, mais mon écran merde toujours, le sauveur n’étant pas encore venu…

Et ce serait finalement la carte graphique, ou vidéo, vous avez le choix, bref, ça merde toujours…

Posté le 13 octobre '09 par , dans Ah ces parents !, Vacances WE et farniente. Pas de commentaire.

Le temps s'étire…

Le temps est vraiment relatif. Il est capricieux et élastique, suivant les circonstances.

Long quand j’attends la visite des filles.

Court quand elles sont là…

Long quand je pense à quand qu’elles vont revenir et du temps à passer à attendre leur retour…

Long quand la semaine s’annonce à attendre le sauveur avec la carte graphique qui va bien… (parce que c’est bien elle qui merde)

Long long quand on doit refermer ses fenêtres pour avoir 15 secondes de lisible sur l’écran, péniblement.

Court quand on sait qu’avec le lundi et le mardi qui suit, outre le sauveur, va se pointer via téléphone, la conseillère pôle emploi qui suit les consignes pour éviter la pandémie de grippe A (que là je m’énerve encore plus)  (et ne reçoit donc pas), sauf que :

  • Elle ne répond pas aux mails
  • Donc ne fixe pas de RV téléphonique vrai et appelle toujours quand je conduis, quand je ne réponds jamais donc… Laisse un message “je vous rappelle”. Quand ? c’est le mystère.
  • Mystère que je tente de résoudre en lui suggérant par mail de me fixer une date et une heure, mais comme je l’ai précisé plus haut, mail auquel elle ne répond pas… (je la sais débordée, mais c’est énervant tout de même)

Bien évidemment vos commentaires ne seront pas négligés, simplement il me faut 5 minutes pour lire 5 lignes, alors…

LA VIE N’EST QU’UN LONG CALVAIRE !!!

Et sinon, mais bien sûr que je ne l’ai pas oublié, le temps est court quand on sait que Delphine a eu 25 ans à 1 H 35 du matin !

Déja… C’était hier…

BON ANNIVERSAIRE MA CHERIE !

Posté le 12 octobre '09 par , dans Histoire de sorcière. Pas de commentaire.

Grippe H1 N1…

Mon ordi est à nouveau attaqué par un virus.

Sympa le virus, de longues bandes vertes, verticales (je nepeux pas me relire inutile de venir me faire des remarques), décorent l’écran tous les 3 mm, en transformant l’écrit en vert pâle illisible, écran qui en plus saute, maintenant j’ai une conjonctivite. Faut croire que je vous aime vraiment !

Malgré l’installation d’un nouvel antivirus (avec les conseils d’un informaticien), qui m’a éradiqué 46 fichiers, l’écran est illisible.

Ceci malgré également l’éradication des programmes mercenaires (merci Charles Hubert, ne me reste qu’à fabriquer une poupée vaudou pour te rendre impuissant et migraineux !).

Pas de point de restauration possible, ou seulement partiel.

Rien à faire.

Laissez moi mourir tranquille, j’en ai ras le bol !

Adieu à tous !

Edit du vendredi soir (espoir), l’homme de l’art, un ami informaticien (un de mes anciens patrons) très calé, va venir faire un diagnostic lundi normalement. Si lui me dit qu’il faut changer mon ordi, ou la carte graphique, ou que c’est un virus, j’aurais totalement confiance.

En attendant je navigue comme je peux, avec une pollution visuelle abominable, j’ai vérifié tous mes branchements.

Merci à tous de vos avis et Louisianne, de ta proposition !

Re-edit : espoir, cela serait l’écran, je m’étais habituée à ce qu’il soit plus bleu que blanc dans le blanc… Là, ça se confirme.

Points bleus sur fond bleus, et difficultés à tout lire, c’est pas top, mais si je n’ai qu’un écran à me racheter, cela pourra aller…

@ +

Posté le 8 octobre '09 par , dans Histoire de sorcière. Pas de commentaire.

Naissance en boulet de canon (part 2)

nouveau-ne3Suite à mes mésaventures de sage femme improvisée et complètement traumatisée (maintenant la famille m’appelle “la sage femme sans culotte”), j’ai contacté Marie Laure pour qu’elle me rappelle sa mésaventure à elle, remontant à 20 ans.

A l’époque j’avais hurlé de rire, elle pas… Mais vous pourrez le constater, elle a fait beaucoup mieux que moi, même en portant une culotte qui ne lui a été d’aucun secours…

Elle m’a donc gentiment fait un mail en me re-racontant son aventure, et en me précisant qu’elle me faisait confiance pour l’humour car elle, elle ne sait pas faire (cette aventure l’a totalement traumatisée !).

Je l’ai donc appelée et nous en avons discuté entre choses et autres (3 heures), et curieusement, en en parlant, elle a pu se souvenir des détails qui l’avaient le plus frappée finalement… Je précise qu’elle est mère de 4 enfants dont des triplés… Et qu’elle m’autorise à raconter après, son accouchement des triplés qui lui a laissé LUI un bon souvenir… D’où les 3 heures tout de même, soyons honnêtes, plutôt 4, les forfaits illimités c’est le pied, ce sont les batteries du téléphone qui craquent les premières…. Oui parce que finalement nous avons papoté pendant 5 heures…

Mois d’août, la France est déserte, Marie Laure jardine, elle adore, son jardin est immense (et terrifiant pour une personne comme moi).

Arrive sa voisine, en cloque jusqu’à l’occiput, qui marche les jambes écartées.

  • “Marie Laure, clinique, contractions, sensations curieuses, au secours, j’ai perdu les eaux, voiture en panne”

Marie Laure a chié sa première pastèque en 72 H (comme moi avec Pulchérie), ses triplés en 12 H, elle se sent ZEN. Bon il est vrai qu’on nous dit de partir à la maternité dès la perte des eaux (enfin à notre époque c’était une consigne absolue), mais pour elle, il n’y a pas d’urgence. Comme moi dans aucun cas elle n’a perdu les eaux, cela lui semble curieux comme concept (moi pour les deux filles on m’a percé la poche quasi au dernier moment, pour elle avec les triplés, c’est vachement plus rigolo, donc, vous repasserez…)

Elle range sa binette, sans imaginer à quoi ressemblera la sienne dans 32 minutes très exactement. Fort heureusement, elle aurait pu se suicider avec (la binette).

La voisine (primipare) assise sur la margelle du puits, fait la respiration du petit chien, et Marie Laure lui précise que c’est du pipeau en allant chercher son sac à main et ses clefs de voiture (à l’époque le portable n’existait même pas).

Inconsciente légèrement, elle fait monter la voisine à coté d’elle, au lieu de la lourder à l’arrière ou dans le coffre. La voisine pose ses pieds sur le tableau de bord, les pattes écartées et continue à souffler.

Et voici Marie Laure en route vers la clinique.

Manque de bol, personne n’y a pensé, c’est jour de marché, encombrements maximum malgré le mois d’août.

Tout à coup, la voisine, pousse un hurlement à faire fuir Dracula : “Il se passe quelque chose, je ne peux pas rester assise comme ça, arrête toi ! la tête est en train de sortir”

En plein milieu de la place du marché où tout le monde tourne en cherchant en vain, une place. La clinique est à 250 mètres à vol d’oiseau, mais Marie Laure n’a qu’une voiture.

Un peu inquiète tout de même, elle pile en mettant en route les warnings…

Elle recule le siège passager au maximum et elle, risque un doigt en s’excusant un peu, car elle est mal placée pour jeter un regard… Merde, elle sent confusément quelque chose. Elle risque 3 doigts : pas de doute, la tête commence à sortir.

Et la voisine qui invoque la vierge Marie ! quand on accouche il y a peut-être une sainte plus efficace ? (la signaler à l’audience, merci !)

Vl’a deux motards qui viennent voir ce qu’elle fout en plein milieu de la place du marché à bloquer la circulation. Elle se sent rassurée, elle a tort.

Car si le premier voit tout de suite où est le problème, le second en comprenant, lui dégueule son petit déjeuner copieux, sur ses pompes neuves Minelli qu’elle a payé la peau des fesses en vendant ses haricots à des prix prohibitifs à ses voisins.

Le premier l’aide à mettre la mère en position (le kiki vers la sortie de la voiture) et lui assure qu’il sait faire. Enfin qu’il a apprit à faire, enfin qu’il espère se souvenir. Marie Laure se sent soudain très seule, quand sous ses yeux héberlurés, la tête du bébé sort complètement : la mère prévoyante, n’avait pas mis de culotte…

En discutant de la chose nous avons réalisé que nous avions eu de la chance : et si cela avait été un siège, on aurait fait comment en voyant un cul se pointer au milieu du kiki ?

Elle, sait qu’on tire dessus (la tête)  pour accélérer le processus. Elle se lance avec inconscience. Elle attrape la tête, tire dessus, avec l’impression qu’elle va se retrouver avec la tête dans les mains, le reste restant coincé. Et puis tout à coup le motard intervient :

  • “Faites pivoter la tête, le môme est coincé” (mais il n’intervient aucunement).

Marie Laure tente de faire pivoter la tête, en tirant pour rien, paniquée totalement, pendant que celui qui a dégueulé écarte les curieux. Circulez, y’a rien à voir. Ben si.. Et tout à coup, l’enfant vient. Trop rapidement. En fait il n’était pas coincé il attendait la prochaine contraction. Elle le tient du coup par le cou, et ne sait pas quoi en faire…

C’est le motard  qui n’a dégueulé sur personne qui interviendra enfin pour poser le bébé sur la maman qui remercie la vierge Marie, en se posant  THE QUESTION :”on le couvre avec quoi, avant d’aller à la clinique ?”.

Rien pour couper le cordon, l’enfant semble prendre sa respiration naturellement, et Marie Laure n’a qu’une solution : retirer son Tshirt devant toute la place du marché, pour couvrir l’enfant, et reprendre le volant, en soutien gorge, escortée par l’équivalent de la garde républicaine qui lui ouvre la voie, tout de même.

Malgré les félicitations du jury (les urgences), elle ne s’en est jamais remise…

De quoi ?

  • Une paire de chaussures neuves et de prix : flinguée
  • Un Tshirt de marque : idem
  • Avoir montré quelques petits bourrelets cachés par le Tshirt, en le retirant, à toute la place du marché, dont madame Irma sa voisine si cancanière…
  • Avoir déambulé dans une clinique en soutif, avant qu’une infirmière ne lui propose une blouse bleue en faux tissu.
  • Avoir roulé avec l’immonde blouse bleue pour rentrer chez elle.

Pour le reste finalement elle se souvient juste du “le môme et coincé” mais qu’elle a réussi à le décoincer. Du coup elle s’est demandée si elle n’allait pas faire serrurier…

Dès le début de la vie, c’est un long calvaire…

Posté le 7 octobre '09 par , dans Je m'insurge, Nos grands moments de solitude. 21 Commentaires.

Mes parents en direct : la cuisine

dispute-copierMes parents adorent faire la cuisine. Il n’y a pas de petits repas chez eux, sauf le soir peut-être, où ils déclarent faire dans le léger, ce que je n’ai pas remarqué pendant les vacances.

S’ils s’adorent et s’entendent fort bien, comme on dirait en Touraine, il faut qu’ils “se boutiquent”.

Obligatoire.

Vous n’y couperez pas.

Mon père a ses plats, ma mère les siens. La cuisson des gambas c’est elle, la préparation des encornets farcis, c’est lui. L’innovation dans les recettes c’est lui, la tradition c’est elle.

Partent tout de même en vacances avec 3 livres de cuisine là où j’emmène moi, 10 polars…

Rien n’empêche malgré tout l’un ou l’autre de vouloir mettre son nez dans des caquots qui ne le concernent pas. C’est marrant à entendre :

  • Tu pourrais mettre du vin blanc
  • Oui,  mais je n’en mettrai pas
  • Pourquoi ?
  • Parce que je ne mets pas de vin blanc là dedans
  • Et si on mettait une échalote ?
  • On c’est moi, et je ne mets pas d’échalote, épluche moi plutôt de l’ail (l’épluchage et l’éminçage c’est papa)
  • Faut touiller non ?
  • Laisse moi tranquille
  • Puisque c’est comme ça débrouille toi tout(e) seul(e) !
  • Encore des courgettes ?
  • Et pourquoi pas de l’aubergine ?
  • Tu as mis du sel ?
  • Et du poivre ?
  • Touche pas à mon omelette
  • Laisse les oeufs tranquilles
  • Tu es sûre que tu ne veux pas mettre de vin blanc ?
  • ETC…

Aller donner votre avis à un moment ou à un autre, c’est jouer avec le feu, ou prendre le risque de devoir éplucher les patates.

Donc, la cuisine, était une pièce que j’évitais au maximum. Au final tout était toujours délicieux et entre autres plats amincissants que je vous recommande nous avons dégusté :

  • Bouillabaisse maison
  • Gambas grillés à l’aïoli
  • Galettes de courgettes à l’ail
  • Aïoli
  • Brandade de morue
  • Gratin d’aubergines
  • Salades multi composées
  • Tomates farcies
  • Paella
  • Encornets à toutes les sauces
  • ETC

Mais je le précise : parfois la digestion n’est qu’un long calvaire (même sans lithiase biliaire)…

Posté le 5 octobre '09 par , dans Tu l'as vue la spatule ?. 29 Commentaires.

Le meilleur ennemi de la femme…

miroir-copier1Toute personne de sexe féminin a depuis son adolescence, en sa possession, le meilleur ennemi de la femme.

Mon dermato, le docteur Alopécie (et non pas la blonde à la prise de sang sadique), est d’ailleurs archi contre cet engin qu’il juge dangereux, faussant notre jugement pas toujours terrible au départ…

Je veux parler du miroir grossissant.

J’en ai deux, au cas où l’un des deux ne se brise lors d’une manipulation inopinée (7 ans de malheur, c’était donc ça !).

Sauf que maintenant, ils ne me suffisent plus à traquer le petit duvet pernicieux qui se glisse ça et là sur mon visage, en se transformant en crins, et que je ne vois pas parce qu’ils sont blonds.

C’est idiot, mais je suis persuadée que les autres voient le superflu, d’autant qu’à partir d’un certain âge, le duvet prend une vigueur nouvelle au détriment des cheveux qui se tirent. C’est injuste mais c’est comme ça…

Pour traquer le superflu, j’utilise un miroir/loupe que possède maman, qui lui vient de Mrs Morgan, dans lequel je regarde strictement la zone incriminée. Avant de partir à la Grande Motte, je l’avais suppliée de ne pas oublier cet engin et elle m’a rétorqué : “il y en a un encore mieux dans l’appartement, tu verras”.

J’ai vu.

Grave erreur, j’ai regardé dans le miroir permettant de voir l’intégralité du visage, côté grossissant, sans préparation psychologique préalable.

Des coups à faire une crise cardiaque, à faire monter la tension d’un seul coup d’un seul ou à fabriquer un calcul biliaire (dit lithiase) en moins de 15 secondes.

Quand ils feront plus grossissants (les miroirs), on verra les molécules, les créateurs de microscopes n’ayant plus qu’à aller se rhabiller.

  • Pore dilaté = cratère
  • Ridule = sillon (abreuvé d’un sang impur)
  • Grain de beauté = verrue étendue
  • Point noir = pustule
  • Poil superflu = pieu qu’on pourrait y sculpter un totem à l’indienne
  • Ride = le grand canyon du Colorado
  • Petit vaisseau dilaté = varice indurée
  • Bref, de quoi faire s’évanouir les filles qui ont pourtant une peau de pêche, alors moi, vous imaginez…

On l’aura compris, j’ai peu utilisé cet engin de malheur qui m’a déprimée grave lors de la première utilisation. Car les femmes sont masos : il m’a fallu bien me regarder sous toutes les coutures et constater que finalement le port du voile intégral n’est pas si bête, et que malgré l’écran total dont j’abuse j’avais des petits points rouges ça et là (qu’on ne voit absolument pas au naturel).

La vie n’est qu’un long calvaire (et le poil traitre mais ça, on le savait déjà…)

Le temps est venu de reprendre de bonnes habitudes à raison d’un post un jour sur deux, et je vous laisse donc méditer ce WE sur vos pores dilatés, vos duvets incrustés, tout ce qui nous défigure, et tout ce que l’on ne voit pas à l’oeil nu (dont les virus et microbes…)

Posté le 3 octobre '09 par , dans La femme cette masochiste..., Nos grands moments de solitude. 24 Commentaires.

Bon, ce n'est pas le tout, tout le monde !

mise-au-point-copierPulchérie m’a mis en place de quoi répondre à tous individuellement, ce qui m’a changé la vie car pour mes réponses en vrac c’était parfois l’enfer, à essayer de n’oublier personne quand il y avait foule…

Je tiens à répondre à tous, en attendant d’être une célébrité trop débordée pour le faire (hi hi !)

Beaucoup d’entre vous répondent à des commentaires en utilisant l’option “répondre” (à un commentaire), ou bien commentent par erreur via ce biais, et franchement, cela fout le souk. Car moi, mes commentaires du coup, se retrouvent un peu n’importe où et n’importe comment. Ben vi, même si c’est moi le chef, ce n’est pas toujours évident de répondre à la réponse de la réponse du commentaire de la réponse… (vous suivez, c’est bien…)

Ce n’est pas très grave, mais je serais vraiment contente si vous commentiez simplement, normalement, en précisant si vous répondez à quelqu’un (puisque parfois ici, c’est forum et c’est marrant), à qui vous répondez…

Pas grave si vous publiez 4 commentaires de suite pour répondre à 4 personnes différentes ! Au moins ce sera clair pour tout le monde, car en cas de deuxième visite, beaucoup ne prennent pas la peine de se refaire tous les commentaires…

Sachant que si vous répondez à quelqu’un, je ne me sentirai pas obligée de vous commenter à mon tour, vous avez le droit de faire vos petites affaires chez moi (restez koooorects tout de même, merci !)

C’est juste une petite crise de sorcière qui pourtant d’ordinaire, n’aime pas la jouer cheftaine. Mais bon, je ne censure pas, je ne modifie pas les commentaires, je n’insulte personne, alors j’ai le droit d’avoir mes petites exigences…

Parce que là avec mon post sur la grippe A, j’ai comme une migraine qui débute et des courbatures, maman, j’ai peur !

Posté le 2 octobre '09 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

La grippe A et tout le bataclan ! (ça me gave grave docteur)

grippe-copierMe gonflent avec la grippe A. Sérieusement. J’en ai marre d’entendre parler de la grippe A, H1N1, ZZ si vous voulez, et je ne suis pas la seule…

Vendredi dernier, j’suis allée voir les filles à Paris (on m’admire). En toussant.

Actuellement une subtile association d’allergies aux poussières de cèdres, cyprès, et le même genre de trucs, et de tabac, fait que je n’arrête pas de tousser.

Ca me gratte dans la gorge, dans les yeux, et si je reçois un coup de jaune d’un cèdre, je gonfle en plus.

Donc j’ai pris le train en toussant. Pratique pour avoir de la place autour de moi, regards inquiets vers ma personne, chuchotement dont j’imaginais bien la teneur “oui c’est un scandale d’exposer les autres comme cela…” “on devrait interdire l’accès au train aux personnes qui sont susceptibles d’avoir la grippe A” et gnagnagna.

Au retour j’étais assise face à un monsieur zen qui lisait son journal. Ayant passé pas mal de temps dans la pollution parisienne sans tousser, j’ai été rattrapée après Versailles par mes allergènes et j’ai cru que j’allais me transformer en Méduse (la Gorgone)… Sourire du monsieur :

  • Grippe A bien sur ?
  • Evidemment !
  • Ah, si vous pouviez me la refiler, je serais bien content d’être mis en quarantaine tout en étant payé, je travaille dans un laboratoire !
  • Désolée, en fait c’est de l’allergie, et ce n’est pas contagieux…
  • Je plaisantais madame ! cette alerte à la grippe A est une vague fumisterie. Figurez vous que mon petit fils de 5 ans, et tous ses camarades de garderie du soir, ont bu avec leur gouter, leur soluté hydro alcoolique. Vous trouvez normal de confier cela à un jeune enfant ?!!! (première nouvelle, ça se boit. Moi comme je me lave les mains classiquement, je n’ai pas de soluté hydro alcoolique…)

Hier, allant consulter ma psy chérie (on se connait depuis un bon moment, et elle a toujours le mot qu’il faut…), j’ai dû remplir un questionnaire de satisfaction, à l’accueil, en toussant. Là encore j’ai précisé que je n’avais aucun symtômes grippaux, et au passage, pourquoi n’y a-t-il plus de lecture dans le salon d’attente. Levage des yeux au ciel par l’infirmière tenant l’accueil en l’absence de secrétaire clouée au lit par une sciatique (on finit toujours par tout savoir).

  • Les magasines sont interdits à cause du risque de contamination pour la grippe A. Vous ne pouvez pas savoir ce qu’on nous GONFLE avec les protocoles divers, les contrôles. Finalement on aimerait tous l’avoir pour qu’on nous fiche la paix ! (dont acte).

Et puis petite visite au pharmacien pour l’anti allergique de rigueur. Il a un panneau précisant qu’il est en rupture de stock pour le gel machin. Quel dommage j’allais craquer et lui en acheter un flacon !

  • C’est d’un ridicule achevé tout ce pataquès fait autour de cette grippe, nettement moins grave que la grippe “classique”, même si plus contagieuse, me dit-il en levant les yeux au ciel. C’est bien utile tout cela : actuellement il y a une épidémie galopante de varicelle à l’école (la varicelle est la maladie infantile la plus contagieuse. Dans 90 % des cas elle survient entre 3 mois et 10 ans. La varicelle est une infection provoquée par le virus varicelle zona ou VZY qui appartient au groupe des virus Herpès) , et les instits se demandent bien à quoi riment les protocoles drastiques qui leur sont imposés, puisque cela ne permet pas de stopper cette épidémie de varicelle (virale donc) (ce n’est pas moi qui le dit c’est le pharmacien qui me précise que les médecins du secteur en ont ras le bol aussi, de la grippe A, et de la varicelle autrement plus présente).

Il paraîtrait qu’en fait nous subirions une répétition générale pour le cas où un truc vraiment grave ferait son apparition. J’ai des doutes, sincèrement, sur l’efficacité de la répétition car si au bout du compte on se rend compte qu’on nous a pris la tête pour rien, il y a fort à parier que le jour où cela sera vraiment grave, personne n’y croira.

On le sait bien pourtant que crier “au loup” pour rien c’est dangereux ! Et pendant ce temps là (à Carracas) on vote n’importe quoi. La loi fiscale passe en même temps que la mort suspecte d’une adolescente, dont rien ne dit que c’est de la grippe A, mais bon, faut faire passer la loi fiscale pour 2010 qui va faire des modestes, des gens de plus en plus modestes et non protégés contre la connerie gouvernementale (pas de vaccin).

Un train peut toujours en cacher un autre… (mais j’ai mauvais esprit)

(Je n’ai pas dit qu’il s’agissait d’une maladie bénigne, mais de l’avis de plus en plus général y compris du corps médical, l’état d’alerte ne se justifie pas et est abusif. La règle serait de s’alerter pour toutes les personnes fragiles, mais il n’y a pas que pour la grippe que c’est valable…)

Seul avantage de la grippe A (vous allez rire !) : plus de RV au pôle emploi pour limiter les risques de contagion, les RV auront lieu par téléphone… Au moment où l’on passera sous un tunnel, c’est bien connu.

Moi j’attends le vaccin contre la connerie, mais aucun laboratoire (et à tort) ne se penche dessus… Par contre ils ont bien sorti le vaccin contre la grippe A, espérant en vendre des millions, pour quasi rien…

Et l’on s’étonne que certains s’élèvent de temps à autre contre les laboratoires pharmaceutiques…

Posté le 1 octobre '09 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.