Un anniversaire de rêve…

filles-se-disputant-copierOui je sais, j’ai tardé, ça remonte à mai dernier quand les filles m’ont invitées à Paris pour me souhaiter mon anniversaire. Mais j’ai trouvé que justement, pour commencer l’année 2010, il me fallait me préparer au prochain anniversaire, et donc, parler de l’ancien (ne cherchez aucune logique dans cette histoire, je ne suis pas logique)

J’étais ravie d’aller à Paris (comme de coutume), avec une semaine de retard sur le timing : j’avais l’impression d’avoir une semaine de moins…

Tout avait été prévu à la minute près. RV chez Pulchérie, repas au restaurant entre filles (moi invitée par les miennes), puis soirée jeux chez Pulchérie et après couchage chez Delphine, ce qui a paniqué gendre n° 2 :

  • Tu crois qu’il faut faire la vaisselle en retard ?
  • T’inquiètes, elle s’en fiche complètement.

Je ne souffre en effet nullement du syndrôme de celle qui inspecte les placards des autres, et vérifie qu’il y a ou non de la poussière, vu que je devrais déjà songer à regarder chez moi, sans avoir à vérifier sous les meubles…

Bref.

Bonne arrivé sans déraillement de train, un peu en avance évidemment, ce qui m’a permis d’assister à la séance photo que Pulchérie inflige régulièrement à gendre n° 1 pour son blog. Je l’ai trouvé particulièrement patient et résigné, pas trop le choix d’ailleurs. Ils sont vraiment faits l’un pour l’autre !

Puis repas exquis dans un restaurant indonésien, Pulchérie souhaitant me faire découvrir cette cuisine qu’elle avait découverte elle, à Bali.

Premier accroc : au moment de payer, la carte bancaire de Delphine ne passait pas. Sa soeur lui a avancé l’argent, mais il a fallu aller tirer du liquide pour le remboursement. Est-ce cet accroc qui a détraqué la soirée ? Allez savoir. Si le nez de Cléopatre avait été plus court, cela aurait parait-il changé la face du monde…

Donc retour chez Pulchérie, qui a prévu un jeu style karaoké, mais là, Delphine n’a pas envie de jouer, et nous propose, Pulchérie, le gentil et moi, de jouer à 3.

Sa soeur se vexe.

Je précise que mes deux filles sont vexatoires de manière équivalente, ce qui n’arrange les échalotes de personne, et surtout pas celles de leurs chéris respectifs, plus moi, accessoirement, la mère tout de même…

Je ne me souvenais pas que mes deux filles pouvaient crier aussi fort en s’engueulant, se balancer des vacheries à ce point, être aussi grossières (c’est simple on dirait moi, et c’est l’horreur car moi à mon âge, j’ai le droit) ceci sous l’oeil de deux témoins un peu ébahis. On oublie vite,  car j’ai la mémoire qui part en sucette. J’avais pourtant déjà vécu l’apocalypse à la maison, mais on s’en déshabitue curieusement très bien.

J’avais encore la ressource d’aller fumer sur le pallier, mais gendre n° 1 était piégé, coincé…

Les choses ne se calmant pas, j’ai envisagé haut et fort de reprendre le bus jusqu’à la gare Montparnasse pour rentrer chez moi « puisque c’est comme ça », mais n’imaginez pas qu’elles m’ont écoutée une seule seconde, car elles ne m’écoutent que quand elles m’ont posé une question (et encore).

Gendre n° 1 m’a déconseillé vu l’heure, de prendre le train sur une ligne mal famée sur le coup de 23 H (donc il n’envisage pas de me trucider un jour visiblement, car là l’occasion était bonne), Delphine s’est esbignée en me laissant de quoi me payer le taxi pour aller chez elle et est partie en claquant la porte. Aucun morceau de plafond n’est tombé, les vieilles construction, il n’y a que cela de vrai (chez moi, Madame Vampire serait descendue d’un seul coup sous mes yeux éblouis).

Bilan : mauvaise digestion du repas suite à Pulchérie pleurant pendant 1 H 30 sur l’injustice d’un monde injuste et horrirrifiant, et à l’arrivée chez Delphine pour 1 H 60 de pleurs déjà bien entamés sur le fait que la vie n’est qu’un long calvaire.

Les deux soeurs fâchées à mort, tu m’entends maman  ? A MORT !

Pour le fâchées à mort, comptez une semaine. N’intervenez pas, ne donnez raison ou tort à personne sous peine de les voir se retourner contre vous moi.

Et contre moi, elles peuvent tenir de 3 semaines à 2 mois par contre.

La vie n’est qu’un long calvaire.

0 réponse sur “Un anniversaire de rêve…”

  1. oh, les chipies ! gâcher l’anniversaire de leur mère…
    à bien y réfléchir, ce serait mon genre si mon frère aîné était dans les parages…

  2. Pauvre sorcière ! Et les pauvres gendres !
    Fâchés une semaine seulement après tous ces cris ! Je me suis pas mal engueulée avec ma sœur quand j’étais jeune, mais nous étions fâchés un jour pas plus, mais depuis que nous sommes en couple, c’est fini, au pire on discute en tête à tête à tête reposée ! Il faut savoir devenir adulte, tout de même !
    Quand à mes filles, hormis quelques petites chamailleries, jamais d’ouragan. Et si je leur disais « je m’en vais puisque c’est ça » elles auraient honte d’elle, et sont sensibles à mes arguments quand je dis « arrêtez de tout gâcher ! »
    Tu devrais jeter un sort à ces chipies !

    1. Elles ont toujours eu un don de la dispute assez élevé, et celui de se réconcilier aussi…
      Ca c’était quand elles habitaient ensemble.
      Maintenant c’est un peu différent, mais le pire c’est qu’elles s’adorent et sont toujours là l’une pour l’autre !
      Le sort idéal serait qu’elles se retrouvent muettes le temps que la colère retombe !

  3. ah tiens, les enfants aussi sont capables de nous flinguer un anniversaire ? je pensais qu’il n’y avait que ma belle -mère qui en était capable !
    nous habitons à 700km (ouf) mais à chaque anniversaire de zhom alors que jamais elle ne nous appelle (re-ouf), elle téléphone bien à l’heure où elle nous sait à table (alors qu’elle a le numéro de portable de son fils et le téléphone du travail ) et lui annonce une soit disant cata ….
    un soir d’anniv, les enfants encore petits et moi avions préparé un bon repas, un gâteau , on passe à table, driiiiiig , une voix mourante qui annonce tout de go à son fils qu’elle sort de clinique , qu’elle est inopérable ….
    le zhom n’a rien mangé, ne s’est pas intéressé à ses cadeaux croyant sa mère en phase terminale d’un cancer …, et le lendemain j’ai appelé ma BS pour en savoir plus , belle maman était juste allée passer une colo pour contrôler ses diverticules mais le gastro disait qu’il ne fallait pas opérer….
    A la naissance de notre aîné , quand son fils lui a annoncé la naissance, elle a balancé dans la conversation qu’elle avait un cancer du sein …
    et cette année le 24 décembre quand zhom a téléphoné avant que nous ne partions au réveillon chez ma mère, elle a annoncé qu’elle avait un carcinome si étendu qu’elle devrait avoir une greffe de peau après ablation …..
    Moi je relativise (et je la hais de nous gâcher tous les bons moments ) mais mon mari marche à chaque fois !!!!!
    et je me fais eng**** parce que je ne m’inquiète pas, mais bon, vu toutes les fois où elle a été à l’agonie depuis les 20 ans que je la connais, elle risque encore de nous survivre …

    l’avantage avec les enfants c’est qu’on peut se permettre de leur dire qu’ils ont pourri un moment qui aurait pu être génial, non ? pas sur le coup, mais à distance, calmement …
    parce qu’avec BM, c’est pas possible …

    1. Tu as droit à un sacré furoncle toi aussi !
      Pour les enfants c’est différent.
      Je ne leur en voulais pas vraiment, il y avait des trucs qui devaient sortir, et c’est mal tombé, mais c’était ce jour là !

  4. Connaissant une partie des protagonistes, ton petit résumé me fait bien rigoler ! (mais je ne me moque pas, hein. J’ai la colère facile, moi aussi !) 🙂

    1. Je me doute que tu imagine !
      Remarque, c’est marrant : après !!!
      J’ai d’ailleurs attendu qu’elles rient de cet épisode le jour de Noël (où le jeu en question était sur le tapis), pour publier cet inoubliable épisode !

  5. Les crêpages de chignons me rendent malades. C’est le genre d’événement qui me donne envie de rester seul pour les fêtes suivantes. Heureusement que tes filles savent se réconcilier et sont sensibles aux émois de leur gentille sorcière. 🙂

    1. Ayant connu plus de 1000 crêpages de chignons des filles, je pouvais tenir le coup (non sans irritation…)
      Pour la réconciliation, je ne m’en suis SURTOUT pô mêlée…
      On n’est jamais trop prudente 🙂

  6. faites des mômes qui disaient ! les 2 miens se crèpent souvent le chignon enfin non pas le chignon car j’ai un garçon et une fille, mais ils ne m’ont pas encore gaché d’évenement particulier mais ils n’ont « que » 12 et 14 ans…déjà gérer leurs crises d’ados respectives (surtout celle de mon grand ado de 14 ans) est difficile donc j’imagine bien que s’ils me faisaient le plan quo’n fait tes filles, je les laisserai aussi se débrouiller comme des grands ;o)

    1. Finalement on n’entend jamais parler de frères et soeurs qui ne se disputent pas !
      Et visiblement l’âge n’arrange rien !
      Et comme je le dis toujours aux parents qui n’ont que des garçons : les filles aussi ça fait du bruit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *