Les rois maudits…

J’en ai déjà parlé ça et là. C’est la série livres cultes de ma jeunesse et de mon âge adulte.

Maurice Druon en est l’auteur. Pour le cas où vous l’ignoreriez, mais j’en doute, Maurice Druon qui nous a quittés il n’y a pas si longtemps, était le neveu de Joseph Kessel avec lequel il écrivit « le chant des partisans ».

Cette saga des rois maudits, concerne la fin de la dynastie des capétiens directs, et les querelles dynastiques à l’origine de la guerre de 100 ans, puisque l’on voit les capétiens directs remplacés par les Valois (également descendants de Saint Louis).

On peut y lire comment adapter un usage pour en faire une loi (la loi salique) et se dire que nous n’avons pas beaucoup changé depuis cette époque…

Il en a été tiré deux feuilletons, le premier excellent, avec Jean Piat et toute une équipe d’acteurs de la comédie française, qui respectait à la virgule près les dialogues de l’auteur. Un peu théâtral car manquant de moyens. Puis un autre feuilleton, à mon avis une sombre daube dont je n’ai regardé que 2 épisodes avant de renoncer, dégoutée, du coup j’ai oublié le nom du réalisateur…

Maurice Druon a cru bon réécrire en plus moderne sa première version, lors de la sortie de la première adaptation. A mon sens il a eu tort. J’ai chez moi, une première édition me venant du prisonnier, et une autre totalement neuve, achetée à bas prix dans une brocante.

Pourquoi cet achat en doublon ? Et bien c’était l’époque où quand on achetait un livre il fallait finir le découpage au coupe papier. Et j’ai eu donc le plaisir de procéder à cette opération que j’avais vu mes grands pères faire… C’est l’édition neuve vraiment. Découpée par moi, mais quand je relis les rois maudits, c’est toujours les livres du prisonnier…

L’histoire, la grande, la petite, est captivante. On plonge dans le moyen âge qui commence à devenir sombre, sans s’en rendre compte. Lire les « rois maudits », c’est ne jamais oublier les rois se succédant à ce moment là, et l’époque où la future France sort de son âge d’or.

Ce sont des personnages de caractère, truculents et vivant sans trop réfléchir autrement qu’en suivant leurs instincts et intérêts. C’est l’époque du poison ou du crime facile…

C’est l’histoire de la procédure restant pour l’instant inégalée en terme de droit, entre Robert d’Artois et sa tante Mahaut. Robert est d’ailleurs le personnage principal du roman au travers son combat pour prendre en possession ce qui lui semble être son héritage légitime.

On peut y lire aussi l’élection hilarante d’un pape et à quoi ressemblait la religion à l’époque, et comment un homme déterminé peut faire un coup d’état (Philippe V le long).

Robert d’Artois reste  LE personnage du livre. Aucune de ses actions ne l’éloigne de son but profond : prendre possession de SON héritage… Sa détermination est là, du début à la fin.

C’est le « boute guerre » entre la France et l’Angleterre, l’homme qui peut dire « cousin » à tout personnage régnant (y compris le roi d’Angleterre), dans les proches pays, un descendant de St Louis.

Et l’on découvre avec stupéfaction la première fois, que les pays voisins de la future France étaient truffés de descendants de St Louis…

Si l’on aime le livre, on se souviendra toujours où Robert recevra la blessure fatale, et où il est enterré.

Si vous ne l’avez pas lu, c’est vraiment dommage. L’idéal serait de vous procurer la première édition. La seconde n’est pas mauvaise, mais à mon sens trop moderne dans l’écriture et les dialogues.

A NE PAS MANQUER !

  • Le roi de fer
  • La reine étranglée
  • Les poisons de la couronne
  • La loi des mâles
  • La louve de France
  • Le lys et le lion

Tardivement, Maurice Druon a édité un opus 7 qui n’a rien à voir avec les 6 premiers tomes. J’ai renoncé à la 30ème page,  mais je ne bloque personne…

PS : les rois maudits sont enterrés à la basilique Saint Denis, dans un désordre indescriptible (pas de suite dans l’alignement, bordélique comme je le suis, ça me choque !)

0 réponse sur “Les rois maudits…”

  1. Paradoxalement, c’est le dernier que je préfère. Ce monologue du cardinal de Périgord est un régal.

    Dans les tags, il manque le petit Jean Ier, qui fut Roi, lui aussi. Il le fut tellement que son cousin Valois fut Jean II quand il monta sur le trône.

  2. Tu as tout relu ou tu t’en souviens ? j’ai adoré les lire mais c’etait il y a longtemps et j’avais oublié tous les détails que tu racontes.

  3. Je n’ai pas lu mais j’ai vu la version avec Jean Piat…
    Je suis un fan! Le côté théâtral de cette version m’a toujours plu et les duels entre le superbe « Robert » et l’implacable « tante Mahaut » forment vraiment l’ossature acidulée de ce catalogue de drames historiques.

  4. J’ai lu toute la série trois fois, la première à 14 ans et la dernière à la mi-quarantaine. C’est une de mes lectures préférées et chaque fois que je la relis, j’en apprécie de nouveaux aspects. Tu m’as donné envie de la relire. Comme toi, j’en ai deux éditions, mais toutes deux de l’ancienne version. Je ne savais même pas que Maurice Druon l’avait remaniée.
    J’ai vu le nouveau feuilleton et ai été déçue; il faut que je me mette à la recherche de l’ancien, surtout que Jean Piat était mon héros quand j’avais 10-12 ans et qu’il jouait Ruy Blas et Cyrano de Bergerac à la Comédie française (et Lagardère dans le feuilleton télévisé) — il était trop beau…

    1. Tu peux trouver l’ancien feuilleton à la FN*C sans problème.
      Lorsqu’est sorti le nouveau feuilleton, ils ont fait un carton avec l’ancienne version…

  5. lectrice muette depuis quelques temps, j’apprécie beaucoup le contenu de ce blog 🙂 Concernant la daube c’était réalisé par Josée Dayan avec de mémoire Jeanne Moreau en tante Mahaut.. Je ne connais que cette version, pas eu l’opportunité de voir celle avec Jean Piat, certainement j’aurais plus « accroché »!!

  6. Il n’est pas difficile de trouver l’ancienne version, et franchement elle vaut le coup d’être visionnée !
    Et aux livres d’être lus…
    (Merci pour mon blog)

  7. je les ai lus il y a trèèèès longtemps !je ne sais pas pourquoi je ne les ai jamais relus ?
    j’en garde des souvenirs assez flous , où le poison était d’un usage courant !
    le comte d’Artois a pour toujours pour moi les traits de Jean Piat ! je me souviens de la première diffusion de la série télévisée : j’étais encore gamine, mais je pouvais regarder car c’était « historique » , et m^me ma troisième grand mère ( que j’ai présenteé sur BLOG le 14février ) venait à la maison pour regarder car elle n’avait pas et ne voulait pas avoir de télévison, elle préférait écouter de la musique ; c’est cette série qui l’a convaincue et après elle a cheté une télé .
    la nouvelle version, je n’ai pas regardé . Pas envie , Jean Piat était trop beau dans mes souvenirs …

    1. Chaque acteur était pile poil l’idéal pour son rôle !
      Pour moi cela reste un des meilleurs feuilletons TV où l’auteur n’a jamais été trahi !

  8. Et ben ça me donne envie de le lire, tiens! En plus j’adore l’histoire (et cette période est totalement oubliée par notre chère Education Nationale: dans toute ma scolarité, on a parlé 50 fois de l’antiquité grecque et des deux guerres mondiales mais jamais des Rois de France! La première fois que j’ai lu le nom de Godefroi de Bouillon par exemple (je sais, ce n’était pas un roi) c’était dans un Boule et Bill! faut le faire quand même!)
    Je vais devoir patienter par contre car ici, point de livres en français!

  9. « Ma cousine, je suis venir vous dire que vos belles-soeurs sont des putains!! »
    Nous y vouons un culte dans la famille.
    Ah, Jean d’artois, l’homme rouge, sanguin.
    Ah, et ces 2 nigauds amoureux, l’italien et la belle noble sans le sous…
    Tiens, je vais re re re lire.

    1. On a beau les connaître presque par coeur, on ne s’en lasse pas !
      Petit erratum : c’est Robert 🙂

      Autre moment extraordinaire : l’élection du pape avec le cardinal qui joue le mourant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.