Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Nous les femmes en enquêtes… (FIN)

Espionne_2_200386207_001_copierGéraldine était comme moi, du genre à attendre son heure. Pas comme Sophaline capable, voire même se sentant obligée d’assommer son homme à coup de petit Larousse et de Littré en vociférant comme une mégère (elle assume).

Donc vint le jour où Gégé lui annonça la mort dans l’âme, qu’il avait un séminaire le WE suivant… Avec l’air accablé qui allait avec le pauvre chou…

Aïe Aïe Aïe nous sommes nous dit. Un séminaire ça peut mener à Deauville non ? Sur 2 jours il n’allait pas faire Rambouillet/La Grande Motte en voiture (puisqu’il lui avait précisé qu’il prenait la grosse cylindrée, comme toujours). Rassemblement des troupes (sans oublier le claquos qui tue) et mise au point de ce que l’on peut comme stratégie. Après tout il peut partir n’importe où, et nous ne sommes que 4.

Géraldine fait sur le compte commun, l’acquisition de deux portables (toujours avec antenne à sortir et manivelle…:-)). Nous sommes donc toutes équipées pour communiquer en toute sérénité (ceci sans compter sur mon incapacité notoire à maîtriser trop rapidement les nouvelles technologies). Elle, continue à faire QG au caz’où. Elle a bien fait : hasard ou non, mais la petite cylindrée est HS (une durite débranchée : ce n’était pas le hasard).

La plus matinale de nous : Lucie, va planquer devant chez la belle avec un foulard rouge et jaune à petits pois, mes fameuses lunettes (Mrs Bibelot m’en a trouvé d’autres absolument déjantées, et j’ai toujours une perruque brune frisée abominafreuse) dans la voiture de son père (encore un traumatisé). Voici l’homme adultère qui arrive et qui klaxonne. Peut pas descendre aller chercher sa belle ? Non la belle arrive en portant un valise dont la taille terrorise Lucie : on a bien parlé d’un WE ? Et c’est le samedi matin…

Et les voici partis, Lucie les suivant sans aucun scrupule et sans se poser de questions. Elle m’avertit qu’ils ont empruntés la RN10 en direction de Chartres, je suis prête où il faut et dûment déguisée et maquillée, au volant de la voiture de Jean Poirotte résigné, pour la relayer. Se relayer derrière la voiture du coupable nous semble l’idéal  pour éviter les soupçons. En fait on le fait à l’instinct : aucun métier.

Sophaline décide que l’on peut se passer d’elle, d’ailleurs sa batterie a rendu l’âme et celle de son portable à elle, aussi. A sa décharge, elle était en planque sur l’autre possibilité destination “Deauville” et nous devions la rejoindre comme nous le pouvions.

Petit nid d’amour non loin de Chartres (ça va, il a été sympa). Lucie et moi nous garons assez loin du gite où il vient de rentrer, parce que sinon pour la discrétion cela ne va pas être possible. Quant à louer une chambre pour nous deux, on risque de se faire jeter, vu notre tronche (et puis en plus, Géraldine ne nous a pas débloqué de crédits, on doit lui rendre les portables achetés pour l’occasion, on fait copines sympas mais avec quelques doutes tout à coup…)

Me voici sortant l’appareil qui a fait ma célébrité avant l’avènement du numérique : mon appareil photo avec un objectif à faire peur à un journaliste et qui pèse 3,5 kg. Il sert toujours d’ailleurs, rien de tel pour réussir des portraits que d’être invisible du photographié… On s’éloigne dans un petit bois sous l’oeil suspicieux d’un paysan. Lucie me précise que l’on est beaucoup trop loin.

  • Moi : Mais non, regarde dans l’objectif, c’est comme si l’on était dans leur chambre (repérée quand la blonde a ouvert la fenêtre pour respirer l’air pur d’à côté de Chartres)

  • Elle : Ah oui en effet ! Putain on se croirait dans la chambre, enfin juste devant

  • Elle : Ah ouiiiiiiiiiiii !

  • Elle : Oooooooooh !

  • Moi : Fais clic idiote !

  • Clic !

  • Elle : Oh la vaaaaache !

  • Moi : Rends-moi mon appareil faut faire la mise au point !

  • Elle : Oh mais elle est bonne la mise au point !, elle est même excellente. Ca va faire de la peine à Géraldine Clic ! Clic ! Clic !

  • Moi : Rends moi mon appareil !

  • Moi : Oh la vache : Clic ! Clic !Clic !

  • Moi : Le salaud  ! Clic ! Clic ! Clic ! Clic !

  • Elle : prêêêête moi ton appareil que je visualise le salaud ! Arrêtes tes clics !

  • Moi : pas question ! Clic ! Clic ! Clic ! Tu n’avais qu’à prendre mes jumelles (enfin celles de mon père toujours résigné) Clic ! Clic ! Clic !

  • Elle : on fait quoi, on reste là toute la journée à faire clic pendant qu’ils font crac ? J’ai faim moi (PS : Lucie a toujours faim pour 1m70 et 45 kg, la vie est injuste)

  • Moi : non on rentre… On a ce qu’il nous faut…

Je dois avouer ici, que cette violation de la vie privée inadmissible, inexcusable n’a eu qu’une conséquence : Géraldine a simplement tendu les photos à son mari,  il cessé de nier et dit “bon je cède”. Je vous rassure : les photos étaient softs quoique fort compromettantes (d’un autre côté si cela avait été le président de la République avec une actrice, je vendais ça une fortune).

Pour récompense ultime nous n’avons même pas eu les portables, et surtout, surtout, je n’ai pas été remboursée du prix des pellicule Géraldine ayant tout de même assuré le développement des deux 36 poses (ben vi, à force de faire clic…).

Lucie  et moi n’avons pas plus été dédommagées des frais d’essence et nos pères de leurs traumatismes existentiels en nous voyant nous éclipser déguisées avec LEURS voitures, alors on a un peu quitté Géraldine de vue pour rester entre célibataires traumatisées même si elle méritait vraiment de faire partie du groupe désormais… Mais bon traumatisme ou pas, on ne laisse pas les frais d’une telle enquête à la charge des copines compatissantes.

Sinon c’était marrant, surtout la tête du paysan (qui nous espionnait lui aussi, nous trouvant sans doute louches et à juste titre) nous voyant retirer lunettes, foulards et perruques, sous son regard éberlué avant de faire vroum !!!!

J’en rigole encore !!!

Mais nous n’avons pas songé à faire clic sur le paysan, et c’est bien dommage…

Posté le 27 avril '12 par , dans Dans la série Diabolique.
Tags : , , , , , ,

Commentaires »

Comment par Vladyk
2012-04-27 18:35:10

J’avoue que de vous avoir laissé tous les frais, faut le faire quand même ! Sinon vous avez été de fort bonnes détectives, si un jour vous voulez vous lancer dans le domaine je suis sûr que vous aurez de l’avenir (surtout comme tu là dis avec la technologie d’aujourd’hui…)

Comment par Calpurnia
2012-04-28 16:30:02

D’un autre côté on s’amusait beaucoup…
C’est vrai que le coup des frais, alors que nous étions toutes fauchées, n’était pas sympa, d’où le fait que nous ayons perdu de vue la responsable…

 
 
Comment par Cathy
2012-04-27 23:10:13

Je reste sans voix…. quelle organisation les filles !! je ne sais pas si vous vous voyez toujours mais ça vous fait de sacrés souvenirs :) )

Comment par Calpurnia
2012-04-28 16:30:46

Pour l’organisation nous étions devenues championnes ! Qu’est-ce que cela donnerait aujourd’hui !!!

 
 
Comment par Hélène
2012-04-28 06:13:25

Ta vie est un roman ! o-))

Comment par Calpurnia
2012-04-28 16:30:58

Comme toutes les vies…

 
 
Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI