La vieille bique du dernier étage (2)

Les filles dans l-arbreA un moment donné, tout le monde s’est habitué à mes filles, y compris les voisins qui avaient la malchance d’avoir leur chambre jouxtant celle de deux ados s’engueulant régulièrement certains jours, et qui un soir, exaspérés pendant une Xnième dispute à 22 H 30 avaient frappé contre le mur.

  • « Maman, on sait que c’est toi…
  • « Promis, juré, craché, ce n’était pas moi…
  • « On sait que c’est toi…
  • « ETC…

Le lendemain, les malheureux coupables s’étaient excusés, alors que nous partions faire des courses (pour une fois sans disputes) et les filles s’étaient retrouvées assez confuses devant le « nous sommes vraiment désolés d’avoir frappé contre le mur, mais nous voulions vraiment dormir ».

Tout le monde m’avait donc acceptée, et les filles avec, sauf une vieille bique qui en 1995 n’était pas si vieille que ça (je ne compte plus, je viens de faire mes comptes et devant le peu de crédit qu’il me reste pour terminer le mois, je préfère ne pas avoir à compter quoi que ce soit d’autre) qui nous regardait toutes les trois d’un sale oeil.

A l’écouter, les filles ne lui disaient jamais bonjour, ou ne lui répondaient pas, partaient avec l’ascenseur en faisant comme si elle n’existait pas. De plus quand elles avaient le malheur de papoter avec quelques copains sur les marches menant au hall, cela sentait louche (une pro du H sans doutes), bref mes filles n’étaient pas sortables et j’étais la pire des mères.

Fort heureusement un jour où elle me faisait des réflexions toutes plus désagréables les unes que les autres (la veille au soir, samedi, j’avais reçu une copine et ses deux petites filles avaient joué sur le balcon jusqu’à 21 H ce qui avait « fait beaucoup de bruit et que c’est inadmissible, veillez à faire attention à l’avenir », elle s’est faite surprendre à me tancer par deux couples aussi anciens qu’elle dans l’immeuble.

Qui en sont restés visiblement sur le cul.

Alors qu’au bord des larmes, j’allais vers ma voiture, ils m’ont rattrapée tous les 4 :

  • Ne l’écoutez pas madame Dabra, les bras nous en tombent !
  • Avec le raffut que nous avons enduré pendant des années avec ses 6 gosses, mais oui, ils en avaient 6, c’est la raison pour laquelle ils avaient acheté les deux appartements contigus du dernier étage (je ne savais pas que la vieille bique était aussi propriétaire d’un deuxième appartement qu’elle louait, en face de son 5 pièces), nous avons vécu un véritable enfer !
  • Les gosses jouaient sur la pelouse, devant, derrière, en criant tout le temps, ça dévalait les escaliers, ça hurlait tout le temps !
  • A coté, vos filles ce n’est rien du tout !
  • Elle ferait mieux de se taire !
  • Elle est toujours fâchée avec ses voisins du dessous (voir l’histoire des clefs dans la boîte à lettres) à cause de cela !
  • Et en plus ils étaient mal élevés, ont commis de nombreuses déprédations dans le local à poubelles, sur des voitures, sans compter des carreaux cassés…
  • Il n’y avait jamais rien à lui dire, ce n’était jamais ses petits anges, elle est mal placée pour faire le moindre reproche à qui que ce soit !
  • ETC…

Je me sentais mieux, je n’ai plus jamais tenu compte de ses réflexions aigres, et là, je savoure ma vengeance (pô bien, je sais, mais…).

Parce que les enfants des nouveaux voisins, les uns en face de chez elle, et les autres en face de chez moi (deux étages en dessous pour elle) FONT DU BRUIT.

Il y a ce pauvre Blaise qui avait dû être perturbé par le déménagement et que j’entends nettement moins, mais qui joue avec sa soeur en rentrant en fin d’après midi, et « ce sont des cavalcades insupportables ».  Idem pour les enfants de son voisin de pallier : « et en plus ils ont mis du carrelage partout cela est encore plus bruyant ».

C’est l’horreur pour elle (au moins elle n’est pas sourde) d’autant que certains parents ont la mauvaise idée de descendre jouer au ballon avec leur progénitures certains soirs de beau temps. Quelle honte ! Même si l’endroit est fait pour, et que cela n’excède jamais 21 H côté cuisine et chambres…

Et elle a eu la bonne idée, n’osant rien dire, de venir s’adresser à moi, pour que je me plaigne… Nos rapports s’étant nettement améliorés depuis le départ des filles et surtout depuis qu’elle a eu besoin que je lui rende de menus services, nous discutons à l’occasion (mais pas plus, j’ai la rancune assez tenace c’est un de mes défauts majeurs)…

Je l’ai donc envoyée balader parce qu’en ce moment je ne suis pas à prendre avec des pincettes… Si elle n’est pas contente, elle n’a qu’à en faire part à qui de droit… Je ne suis pas née pour faire les commissions des autres (d’autant que les deux jeunes couples ont fort courtoisement demandé si le bruit est supportable et que personne n’a moufté, et surtout pas elle cette hypocrite).

  • Oui il y a un peu de bruit dans la soirée, oui les enfants courent, oui ils crient parfois (et les parents aussi), mais ce sont des enfants ! On ne dirait pas que vous en avez eu 6 !
  • Mais on n’entendait jamais les miens !
  • Ce n’est pas ce que j’ai entendu dire quand j’ai emménagé, et je crois savoir que si vous êtes toujours brouillée avec les Langlais, c’est relatif au bruit insupportable qu’ils ont supporté pendant des années…

Bouche pincée, regard qui tue, elle monte dans sa voiture et s’en va.

Depuis un mois elle ne me dit plus bonjour, et j’attends avec impatience les 2 mois qui vont venir bientôt, d’immobilisation de l’ascenseur qui doit être mis aux normes, quand elle aura besoin qu’ON l’aide à monter SES 5 étages, avec ou sans ses courses… Parce que depuis deux ans, c’est toujours chez moi qu’elle a sonné pour un coup de main…

La poire est blette !

NA !

8 réponses sur “La vieille bique du dernier étage (2)”

  1. « j’ai la rancune assez tenace c’est un de mes défauts majeurs »
    Tu n’es pas la seule à avoir ce défaut.
    Mais enfin, il faut la comprendre, cette vieille bique, laisser des enfants jouer jusqu’à 21h, c’est i-nad-mis-si-ble.
    Enfin, il semble que dans les semaines à venir, elle va regretter d’habiter au 5e ! 😉

  2. vivi : oui, finalement les saloperies se payent toujours un jour… Les bienfaits ne donnent pas souvent grand chose suivant les personnes… (je parle de ceux à qui finalement tout est dû, comme cette femme)…

  3. aline : j’ai vraiment ce défaut, mais je dois reconnaître qu’il faut vraiment avoir poussé le bouchon trop loin pour que je craque… Quand l’ascenseur sera coupé pour 2 mois, j’attends… Mais là ce sera niet, et elle aura du mal à trouver quelqu’un pour l’aider…

  4. Meg : je le dis souvent : les jeunes ont bon dos, les vieux ne sont parfois pas mieux ! C’est une question de personnalité c’est tout. Avec ses deux appartements elle a régenté longtemps la cage d’escalier, mais tous les empires s’écroulent un jour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *