Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Que sont les cadeaux devenus ?

Cadeaux_53329594Cette image idyllique est de la pure intox !

Donc après mon premier mariage (quelle idée aussi de se remarier) je me suis retrouvée ainsi qu’Albert, en possession de la quasi totalité de notre liste de mariage (ouf !) et de :

  • Un nappe et des serviettes brodées par une brodeuse ayant la bloblotte, dans des tons orange, vert, marron et violet, à faire se retourner Leonard de Vinci dans sa tombe (ou un autre peintre célèbre, je ne veux vexer personne)

  • Un service de verre représentant la tronche de Rabelais (on fait mieux), avec gravé : “beuvez toujours ne mourrez jamais” (j’ai dit Rabelais pas François Villon)

  • Un vase marron avec des chiures de pigeons de toutes les couleurs. C’est du “Vallauris” qui coûte très cher, mais pas de bol s’ils font de très belles créations, mon grand oncle a toujours adoré les chiures de pigeons

  • Un service à porto dont les verres et la bouteilles étaient entourés de faux cuir de cordoue d’une mocheté infâme, atroce, même pas bien imité.

  • Une assiette décorative à accrocher, mais d’un moche tel, que j’ai sû tout de suite que c’était le furoncle qui l’avait achetée  (les parents d’Albert ne nous avaient rien offert, ayant contribué à la noce, mais elle avait noté que j’aimais bien accrocher de jolies assiettes)

  • Un vase assez joli, offert par les cousines d’Albert non invitées, dans lequel je pouvais au moins mettre un buisson d’hortensias : immense mais joli

  • 72 mouchoirs offerts par la méchante grand mère, alors qu’Albert et moi étions accros aux kleenex (c’est plus hygiénique)

  • 12 paires de draps alors que sur la liste de mariage figurait en gros une couette… (c’était les débuts de la couette, ça vous en bouche un coin hein ?)

Que sont-ils donc devenus…

  • La nappe et les serviettes brodées avaient été offerts par la femme habillée en Scarlett avec des anglaises. C’était un calvaire pour moi, à chaque fois que nous les invitions son mari et elle, de les retrouver pour les faire trôner sur la table (beurk). Je suis hyper maniaque sur le linge de maison, ça c’était moche, c’était donc toujours dans le panier de linge sale depuis la dernière visite du couple, et non pas avec mes nappes basques ou de chez Souleïad ou venant de ma famille ou toutes simples. J’ai fait bouillir le tout accidentellement en machine le lendemain d’une excellente soirée passée avec eux. Pulchérie avait 2 ans et les avait bien évidemment fait mourir de rire étant en grande forme. Aisé de dire que cette enfant si précoce avait touché au programmateur du lave linge (vu qu’ils l’avaient vue grimper sur le piano)… Hop débarrassée de la nappe et des serviettes avec brio. Personne ne pouvait en vouloir à ce trésor d’avoir escaladé le lave linge et tourné malencontreusement le programmateur sur 90°. J’appris le décès du service de table avec des sanglots dans la voix à cette excellente amie qui avait un goût affreux (pour moi, on a toujours le mauvais goût de quelqu’un d’autre)

  • Le service de verres : il était hors de question que l’on s’en serve. C’était une vague relation qui nous l’avait offert, que nous ne recevions jamais : je l’ai donc refourgué au furoncle à l’occasion de son anniversaire une année où je lui en voulais de quelque chose, qui fut ravie d’avoir une bru aussi sympatique “finalement” : elle avait un goût de chiotte.

  • Le vase à chiures de pigeons avait été rangé à côté du vase des cousines dans le bas du buffet, sous l’étagère des assiettes et autres plats bien lourds. Un soir où nous regardions la TV avec Albert alors que j’attendais Pulchérie il y eut un grand boum dans le buffet et un bruit de “brisé”. Nous nous sommes regardés avec Albert en disant simultanément “pourvu que ce soit le Vallauris !”. C’était bien lui, le ciel étant parfois clément. Albert a réparé l’étagère branlante et jeté sans larmes les débris de l’objet. Mon grand oncle n’en a jamais rien sû bien évidemment

  • Le service à Porto, j’ai essayé de le refourguer au furoncle, mais même elle n’en voulait pas. J’ai testé les brocantes : mais il aurait fallu que je paye pour qu’on me le prenne, il ne faut pas pousser non plus. J’ai donc finit par le descendre aux poubelles bien en vue. Miracle 4 heures après, descendant la vraie poubelle : le service avait disparu (hé hé, qui donc ?)

  • L’assiette atroce n’était accrochée que quand le furoncle et staline venaient, à savoir pas souvent (je l’échangeais avec une autre, en risquant ma vie sur un escabeau (j’ai le vertige sur un escabeau)). Albert la trouvait parfaitement atroce frémissait d’horreur en la regardant, et préférait mes assiettes à moi (tout de même, je tiens cette mini marotte de Mrs Bibelot). Un jour, de manière perfide, j’ai saboté l’accrocheur de moche assiette. Ce qui fait que quand le furonce a voulu s’en saisir comme de coutume lors d’une de ses visites, pour s’en extasier elle l’a laissé tomber et l’a cassée. Du coup j’ai pu lui faire une mini scène et déplorer sa maladresse (oui je sais je suis une garce, mais contre elle tous les coups étaient permis). Le seul problème c’est qu’elle m’en a racheté une autre, encore plus moche, mais comme c’était juste avant qu’Albert ne me quitte, j’ai pu lui en envoyer les débris par la poste (je suis assez rancuneuse quand je m’y met) avec une lettre lui expliquant (enfin), ce que je pensais d’elle (d’après sa mère elle a mis 1 an à se remettre de cette lettre et à pouvoir en parler, mais avec joie et à la demande de sa mère qui était adorable, les grands parents d’Albert avaient eu un double de l’exquis courrier en son temps…)

  • Albert a refusé de prendre les 72 mouchoirs de sa grand mère en me quittant : c’est super pratique comme chiffon. J’en ai gardé 12 exemplaires pour la postérité, quand Pulchérie montera son musée de l’ancien…

  • 11 paires de draps sont depuis mars 1981 chez Mrs Bibelot qui d’un coup de machine à coudre, va les métamorphoser en housse de couette. Avec la 12ème paire elle avait fait des petits draps pour Pulchérie et après, Delphine…

J’attends des applaudissements…

Posté le 22 novembre '06 par , dans Dans la série Diabolique.
Tags :

Commentaires »

Pas encore de commentaire.

Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI