"Racines" d’Alex Haley…

racinesC’est un roman très connu, mais que beaucoup n’ont pas lu.

C’est l’histoire au départ de Kouta Kinte, Africain né vers 1750 en Gambie, d’Omoro et de Binta Kinte, l’épouse qui donnera 4 fils à son époux, c’est tout ce que l’on sait et plus rien de la suite après… Après…

C’est l’histoire d’un Mandingue à l’époque où les blancs, les toubabs, commencent à être connus sur son territoire, comme enlevant hommes, femmes et enfants pour les manger dit l’histoire populaire. C’est l’histoire d’un jeune africain élevé dans la peur du blanc et du slati (africain vendant les siens aux toubabs).

La première partie est remarquable à lire. C’est l’histoire de Kouta de sa naissance à sa capture. C’est la vie des mandingues au bord du fleuve « kambi bolongo ». C’est une histoire merveilleuse malgré les années difficiles, les disettes, les revers de la vie. C’est l’histoire  d’une vie comme il y en a eu pendant des siècles, dont on sait malgré tout qu’elle va s’interrompre brutalement. On ne peut s’empêcher de suivre Kouta de sa naissance à la fin de sa vie à Djoufourré, sans vouloir croire que tout va se terminer…

Kouta désormais considéré comme un homme dans son village et pour tous les mandingues, part un beau matin chercher du bois pour se faire un tambour.

J’ai lu le livre plusieurs fois : la capture de Kouta par les toubabs, reste toujours un moment d’horreur, un choc pour moi. Comme si l’histoire avait pu changer depuis la dernière fois…

« Les toubabs ! Comment avait-il pu ne pas les entendre, ne pas les sentir ? Il hurla de rage et de désespoir, puis fut assommé et perdit conscience ».

Suit après le long calvaire vécu par les africains capturés pour la traite du bois d’ébène. Kouta ne comprend rien à ce qui lui arrive : il ne pensait pas que l’on pouvait traiter un être humain comme il est traité. Il y a le marquage au fer rouge. Il y a la longue traversée dans des conditions ignobles, vers le pays lointain des toubabs où il sera peut-être mangé. Il y a les blessures, les cris, l’enfermement dans le noir, les bruits qui terrorisent, des hommes baignant dans leurs excréments et leurs vomissures, des hommes blessés à jamais dans leur fierté, car on les considère comme des bêtes, des malades qui meurent des mauvais traitements, les conditions de la traversée, tout simplement, au cours de laquelle environ 50 % des hommes mouraient. Des hommes dont on avait volé deux fois leur vie…

(Car que de gens arrachés à leurs terres, leurs familles, leurs villages, leur vie, qui ont péri « pour rien » lors de ces traversées, de maladie ou de désespoir, ou tout simplement quand on « allégeait » le navire).

Il y a ses réflexions sur l’aspect, l’odeur des toubabs, son incompréhension sur leur mode de vie, sa terreur face à son sort : il a été vendu comme esclave dans une plantation. Il s’en sauvera 3 fois, croyant toujours qu’il pourra retrouver un jour son village natal. La 3ème fois, quand il est repris, on lui coupe la moitié d’un pied, et il va rester boiteux… Toujours sans comprendre comment on peut traiter un homme de la sorte.

Le temps va passer dans une autre plantation, d’un « bon » maître où il est mal vu par les autres esclaves, se déclarant africain et fier de l’être, et se demandant pourquoi les autres ne se demandent pas quelles sont leurs origines… Il va épouser Bell et avoir avec elle une fille, Kizzy, que le maître va vendre quand il apprendra qu’elle sait lire, ce qui est interdit aux esclaves.

Avec la vente de Kizzy, on perd Kouta de vue et on ne saura jamais ce qu’il est advenu de lui. Puis on suit le fils de Kizzy qu’elle met au monde avec honte car il est aussi le fils du maître. Kouta a appris à sa fille le mépris des « sangs mélangés » , des mulâtres. Lui c’est le sang blanc qu’il ne supporte pas. Il lui a aussi appris qu’il s’appelait Kouta Kinte, qu’une guitare, c’était « ko », et un fleuve « kamby bolongo »… Et d’autres termes africains que Kizzy va transmettre à son fils, et son fils à ses enfants après elle…

Pour en arriver à l’auteur et à sa quête émouvante de ses ancêtres, partant de peu…

Kounta Kinetay, Ko, Kamby bolongo…

Alex Haley, homme libre, va rechercher les traces de l’africain et va le retrouver…

Dans un village d’Afrique encore totalement noire, il va, après enquêtes décourageantes et du temps, l’aide précieuses d’africains émus par sa quête, entendre un griot raconter la saga du clan Kinte et savoir enfin, quand le griot dira « et un beau jour, Kounta, le premier fils d’Omoro et de Binta, partit pour la forêt cueillir du bois et on ne le revit jamais plus… »

Après son choc de s’être retrouvé dans une population totalement noire dans laquelle il se sentait mutant et honteux de l’être, il va retrouver ses racines… C’est bien ce Kounta là qui est son ancêtre, il n’y a aucun doute.

Les femmes du village de son ancêtre lui apporteront leurs enfants pour l’imposition des mains, et les villageois vont danser autour de lui pour fêter celui qui avait disparu et est enfin revenu. Et lui aura honte de sa peau café au lait, d’être trop différent…

Rentré aux USA Alex va rechercher la trace de son ancêtre pour avoir une certitude. Kouta Kinte a été capturé auprès du fleuve Gambie (Kambi bolongo) et avait été rebaptisé « Toby » par ses maîtres, nom qu’il refusa toujours, restant mandingue jusqu’au bout de l’histoire que l’on connait de lui.

Et un jour, la preuve de l’arrivée d’un navire portant sa cargaison de bois d’ébène, dont un jeune mâle de 17 ans environ, appelé « Toby »… en 1567

C’était bien lui…

Outre les atroces conditions des captures, des voyages, des ventes, de la vie de ces hommes et femmes qui ne comprenaient rien à ce qu’il leur arrivait, il y a leur point de vue, sur nous, notre civilisation déjà.

Les toubabs ne sont pas les plus beaux, les plus merveilleux. Nous sentons mauvais, nous sommes laids à faire peur, notre monde est incompréhensible et illogique… Nous avons les cheveux jaunes ou rouge, une peau blafarde, peu de muscles, et aucun respect de l’être humain…

Merci Kouta Kinte d’avoir transmis à tes descendants tes origines, et merci à ton arrière, arrière, arrière, arrière, arrière petit fils, d’avoir cherché à te retrouver.

A LIRE ABSOLUMENT ! même si vous avez tendance à pleurer facilement…

Mon seul regret : que grâce au griot, il n’ait pas reconstitué la suite du clan Kinté… Mais il avait déjà fait du beau travail !

13 réponses sur “"Racines" d’Alex Haley…”

  1. Ce livre me parle particulièrement, parce que je crois que ce sont les premiers pavés que j’ai lus… J’avais douze ans et ma mère les avait prit à la bibliothèque pour les vacances, elle avait finis le premiers tome et je me suis jeté dessus… Poignant et je crois que j’ai posé beaucoup de question à tous les repas… Après je me suis tapé tout les Martin Grey, mais j’avoue que j’en garde un moins bon souvenir…

    1. Martin Grey n’est pas facile à lire, c’est d’un tout autre genre…
      Pour moi « racines » est un des meilleurs livres écrits sur l’esclavage et la traite des noirs au 18ème siècle (même s’il va jusqu’à l’époque moderne)

  2. Bonjour,
    Je n’ai pas lu tout le billet, pour pouvoir découvrir le livre, que je n’ai pas lu et dont je ne me souviens pas avoir entendu parler… je vais me dépêcher de le trouver.

  3. Je ne connais pas le livre, mais je l’ai vu en téléfilm de plusieurs épisodes. J’ai été aussi émue par l’américain qui retrouve la trace de son ancêtre, aidé par un sorcier et avec de grandes difficultés : les années ne se comptent pas de la même manière chez eux. Il fait répéter plusieurs fois au sorcier la phrase : « il est parti chercher du bois et on ne le revit plus jamais ! »

    Je me souviens aussi que Toby se faisait frapper car il refusait de s’appeler Toby.
    Je me souviens aussi des filles qui servaient au bon plaisir du maître et en ressortait enceintes, l’horreur !

    Le livre ne doit pas être facile à lire, car le film est dur par moments !

  4. Je l’ai lu, il y a fort longtemps, et même si c’est un bon livre, je lui trouve tout de même quelque défauts… En particulier une forme d’angélisme qui a fini par me crisper.

  5. Bonjour, c’est la première fois que je laisse un commentaire sur ton blog que je suis depuis quelques temps.
    Racines est un livre magnifique et a eu pour moi une résonance particulière puisque c’est un peu l’histoire de mes propres ancêtres que j’avais l’impression de lire.
    Alex Haley a écrit un autre roman qui raconte l’histoire de sa grand-mère ou son arrière-grand-mère du côté paternel, je ne suis plus très sûre: Queen. Il est tout aussi poignant et émouvant.
    Amicalement.

    1. J’ai toujours adoré ce livre, qui a bénéficié d’une traduction hors pair (ce qui n’est pas toujours le cas).
      Je trouve qu’il a très bien raconté la vie « imaginaire » du premier héros, vie très bien documentée.
      Merci pour le lien vers « Queen ».
      Et bienvenue ici !

  6. Souvenir d’enfance avec ce livre ! Certains passages m’avaient bouleversée (j’avais 13 ans, je pense que l’histoire est bien dure pour cet âge là), je me demande s’il me plairait autant aujourd’hui….

  7. Pauvre Kunta capturé a 17 ans après son rite initiatique de passage a l’âge adulte,maltraité,capturé avec des centaines d’autres noirs mandingues de sa tribu puis battu,affamé,envoyé en nouvelle angleterre ou il sera vendu aux enchères il essayera maintes fois de s’évader et comble de l’horreur on lui coupe le pied ce qui l’handicape.Il épousera belle une jolie noire esclave de longue date et croie être heureux avec elle et Kizzy leur fille mais oh malheur elle grandira heureuse petite puis est vendue a ses 16 ans a un ignoble propriétaire qui la viole tous les soirs,la maltraite..Elle aura de cette union un fils,chiken george il parait qu’il a existé..le seul vrai protagoniste de la sagea est chicken GEORGE..mais pauvre Kizzy et Kunta déchiquetés a jamais,humiliés..J’ai vu la saga mais jamais lu les livres que j’aurais aimé lire mais je ne sais ou les trouver,d’occas si possible en tout cas la série est dure,parfois inhumaine,trop cruelle..ca fait pleurer même si je trouve kunta et sa tribu vraiment courageux et forts dans l’adversité,luttant malgré les horreurs qu’on leur inflige,essayant de rester debout..Malgré tout..une grande saga triste par moments mais salutaire pour comprendre l’horreur quon a fait subir aux noirs,les traitant pire que des chiens,comme des sous hommes..a voir..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *