Et ça recommence…

faites-des-gosses-copier-21Pulchérie et Delphine à peine revenues de leurs périples et de leurs voyages en avion qui m’ont traumatisée (surtout ceux de Pulchérie, Delphine s’étant sagement contentée de faire l’aller et retour France/Tahiti grâce à 4 voyages), que je suis ravie d’apprendre que Pulchérie va repartir vers le 15 juin pour une semaine au Kenya.

Je l’ai appris accidentellement.

Je suppose en effet qu’elle avait l’intention de m’avertir la veille de son départ, ou le lendemain de son retour, en me feintant sur Internet, le décalage horaire étant minime… mais elle a gaffé…

Invitée cette fois par l’office de tourisme Kenyan avec la même copine que celle qui l’a accompagnée en Australie d’où elles sont revenues saines et sauves grâce à un miracle et mes multiples prières à qui l’on veut, je ne suis regardante sur aucun saint dans ces cas là.

J’aimerais bien que les offices de tourisme lâchent la grappe à ma fille aînée s’il vous plaît, le seul que j’ai toléré étant celui du Luxembourg car elle partait par le train, ou alors elle m’aurait menti.

Ce que je n’exclue pas d’ailleurs, car concernant son voyage en Australie, elle avait réussi à me cacher une escale à Bangkok  à l’aller et au retour. C’est Gendre qui a vendu la mèche sur face de bouc. Il a dû se faire taper sur les doigts… comme gendre n° 2 avec le coup de Delphine à Berlin…

Pour couronner le tout, elles doivent « faire » Nairobi.

Ville dont je garde un souvenir ému, de l’époque où je voyageais beaucoup moi aussi (sans que cela n’empêche mes filles de dormir, faites des gosses…).

Escale à Nairobi pour une nuit, et une demie journée, avant de rejoindre Monbasa.

  • Consigne absolue du guide qui nous escorte dans l’hôtel : ne pas sortir avant le lendemain matin quand il viendra nous chercher pour aller manger au « carnivore », célèbre restaurant inclus dans le voyage, ça tombe bien en général je déteste la viande…
  • Après, il nous emmènera lui-même à l’aéroport où nous ne risquerons rien…
  • Sous aucun prétexte nous ne devons aller nous promener dans ce quartier !
  • Nous nous concertons avec d’autres grands voyageurs, pas plus pétochards que nous à l’étranger : on va faire un tour dans Nairobi nonméheu… (je ne suis pas pétocharde à l’étranger, mais je tiens compte des avis avisés, et j’éviterais pour toujours certains pays où l’on risque sa vie, comme certains quartiers de banlieues françaises d’ailleurs)
  • RV dans une demie heure.
  • Là c’est le portier qui a commencé.
  • Il fallait tout retirer : montre, alliance, boucles d’oreilles, le moindre bijou, et même les barrettes et les ceintures. Cela ne nous a pas fait un très bon effet, mais bon, à l’étranger, on écoute les consignes concernant les coutumes locales (l’égorgement du touriste pour une alliance en or blanc).
  • Appareil photo bien évidemment à remonter dans la chambre avec tout le reste.
  • Quand nous sommes sortis de l’hôtel à 10, le portier a fait le signe de croix ET touché ce qu’il m’a semblé être un grigri africain qu’il portait au cou… selon l’adage que deux précautions valent mieux qu’une…
  • Nous avons eu une escorte tout de suite en sortant de l’hôtel et là, au bout de 500 mètres, même le couple de baroudeurs qui venait de faire 5 semaines dans le pays avec sac à dos et tente a décidé de retourner à l’hôtel s’il en était encore temps.
  • Car l’escorte semblait plutôt menaçante et agressive, malgré nos sourires…
  • Nous sommes donc rentrés, toute idée de « visiter » s’étant évaporée.
  • Le lendemain les guides sont revenus nous rechercher avec une escorte de police.
  • Ca rassure.

Et ma fille doit, avec l’office du tourisme, « faire » Nairobi, après avoir pris l’avion + d’autres trucs sur lesquels elle reste évasive, à part une réserve non connue, que justement ILS (les rats de l’office de tourisme) veulent faire connaître.

La vie n’est qu’un long calvaire, quand en plus, la chair de votre chair, le sang de votre sang, qui vous a pompé le lait avant de vous pomper l’air pendant toute son adolescence, vous précise innocemment :

  • « Ma pauvre maman, tu n’as pas de bol (ça je le savais), tes filles sont de grandes voyageuses ».

Ca promet pour mes vieux jours…

Déjà qu’elle m’avait fait le coup des catacombes…

La vie n’est qu’un long calvaire…

18 réponses sur “Et ça recommence…”

  1. Si je te dis « Mais elle exagère! » je crains fort que cela ne te remonte guère le moral…..
    A part lui supprimer discretos son passeport et son billet d’avion … je ne vois pas quoi d’autre…
    Ou tu t’embarque avec elle?
    Filo qui compatit à fond!

    1. D’un autre côté je la comprends, MAIS…
      Et puis vu qu’elle a quitté l’appartement maternel depuis plus de 10 ans, qu’elle est mariée (mais que fait Gendre ?) etc… je ne vois pas comment je pourrais l’empêcher de partir…
      🙁

  2. Alors là, sur le coup je te serai pas d’une grande aide, rien que le fait de savoir qu’ils partent en bus tous les matins au bahut me glace les sangs dans le sommeil.

  3. Bon alors je vais te rassurer, Nairobi ne dois plus être ce que c’était, parce que ma chère directrice, que j’aurais volontiers envoyé visiter la ville de fond en comble dans les conditions que tu as décrite, est rentrée saine et sauve d’un voyage là-bas avec des visites de la ville sans autre escorte qu’un membre de l’ambassade, qui certes n’a pas du l’emmener dans les coins les plus chauds mais n’aurai pas pris le risque de la laisser prendre des risques inutiles, c’était l’an dernier. Alors sans doute une tenue « réservée » est conseillée mais ça ne semble plus être un coupe gorge…
    Bon courage pour supporter malgré tout

    1. Je sais qu’elles seront escortées, mais n’empêche que…
      Je sais que je suis allée à Nairobi il y a 9 ans, n’empêche que…
      Apparemment ta directrice t’est vraiment très chère…

  4. Elle a de la chance de voir de si beaux pays ! Dommage que nous , les mères , soyons toujours angoissées pour notre progéniture…

  5. Hé hé hé … (rire sarcastique)
    Mourmansk se profile à l’horizon … (suite d’une précédente conversation virtuelle sur le même sujet )

  6. Moi mon fils je pense le tenir en laisse jusqu’à l’âge de 54 ans environ. L’autre côté du salon est déjà bien assez dangereux comme ça.

  7. J’y suis allée, il y a plus de 10 ans maintenant, et j’en suis revenue vivante.
    Arrivée, sur place, ça a été un choc culturelle énorme car je n’avais jamais quittée l’Europe mais j’ai adoré.
    Je me suis surprise au départ à avoir peur de m’asseoir sur les chaises, c’est là qu’on voit à quel point nous vivons dans un monde aseptisé en Europe. J’ai eu peur aussi de sortir mais j’étais partie avec une amie qui elle n’avait pas peur et ça m’a décoincée.
    Par contre, le retour a été épique, je n’ai pas pu monter dans l’avion car j’étais partie en Free ticket (mon amie était hôtesse de l’air) et c’est un risque que je n’avais pas mesuré au départ.
    J’ai flippé, j’ai appelé ma maman en pleurant. Comment, elle a dû flipper quand j’y repense.
    Mon petit frère à l’époque m’avait dit au téléphone, mais pourquoi tu prends pas un taxi pour rentrer?
    Mais oui, pourquoi j’y ai pas pensé 🙂
    Et finalement après avoir dû acheté un billet pour le retour et voyagé de Mombasa à Naïrobi avec Kenya airways (ça fait un peu peur aussi ça), je n’ai toujours qu’une envie: y retourner!

  8. Tu me fais hurler de rire.

    Je ressens la même chose que toi lorsque mon fils part pour ses matchs de foot le dimanche après-midi. Dans quel état va-t-il revenir intact? avec juste des éraflures aux jambes? des bleus? une entorse ? un nouvel arrrachement osseux au niveau de la hanche (et oui pour shooter dans le ballon il faut savoir doser la puissance et diriger le pied…) ? une clavicule pétée? une côte cassée ??? J’angoisse tous les dimanches surtout quand il me dit tout fier « cet apreme c’est LE match à ne pas rater il y aura la police on est classé match à risques et il y aura même 3 arbitres officiels »

    La supplique aux offices de tourisme devrait être transposée aux offices sportifs des mairies: on devrait dire aux parents vers quels sports diriger leurs enfants pour qu’ils soient encore regardables à 20 ans.

    Courage pour suivre les exploits touristiques de ta fille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *