29 avril 1945, et pourquoi j'insiste…

Votez_jf9738_001

Malgré les soucis qui sont les siens, elle s’est levée tôt Alphonsine. Toutes les femmes de la famille en ont fait autant : Mrs Tricot, Mrs Morgan, Tante Hortense, mon arrière grand-mère, les autres. Toutes étaient debout dès le petit matin.

Alphonsine, Mrs Tricot et Mrs Morgan, se sont fait un shampoing et une petite mise en plis. Pas les plus âgées pour qui le shampoing c’est une fois l’an.

Elles ont mis du temps à choisir leur toilette, réfléchi à deux fois pour la jupe machin, ou la jupe truc (pas de pantalon à l’époque), le caraco à porter sous le chemisier le plus joli. Elles ont parfois ressorti le plus jolie col de dentelle sur lequel elles ont passé des heures quand leur mère leur apprenait le point d’Alençon ou le point de Venise.

Elles ont mis du parfum ou de l’eau de cologne. Pour les plus jeunes : poudre de riz, eye liner et mascara en cake… Elles se sont faites toutes belles, sous le regard parfois narquois de leur époux, quand époux il y avait.

Elles se sont retrouvées dehors avec plein de femmes s’étant roulées dans leur commode comme elles. Elles se sont souvenues ensemble des heures noires, des disparues, de celles qui avaient sacrifié leur vie pour l’avenir. Elles se sont souvenues ensemble de l’autre guerre, où il s’en était tant passé.

Pour se retrouver, quasi les premières devant la mairie où le bureau de vote allait ouvrir.

29 avril 1945 : pour la première fois, les françaises vont voter, il n’en manque pas une !

Très en retard sur d’autres femmes, dont les turques et les tunisiennes (entre autres, je vous passe la liste). Certains partis avaient rejeté ce droit de vote des femmes, sous des prétextes idiots : elles voteraient pour le prestige de l’uniforme, en écoutant la voix du curé… Ceci a été démenti dès le premier scrutin. Mais bon, les femmes étaient forcément très bêtes à les écouter, même si elles avaient pris la relève en 14/18, ou s’étaient sacrifiées peu de temps auparavant, ayant le droit de torture et de mort, mais pas celui de vote…

Je me souviens de leur toujours émotion à mon arrière grand-mère, et à tante Hortense, quand elles allaient voter. Même émotion pour la génération suivante d’ailleurs. Pour rien au monde elles n’auraient loupé un scrutin. C’était tout une cérémonie.  L’abstentionnisme d’aujourd’hui leur flanquerait de l’urticaire…

Elles savaient, toutes ces femmes, ce que cela représente que le droit de s’exprimer…

Et elles n’étaient pas seules ce jour là. Les hommes aussi, à qui ce droit de vote avait été retiré pendant toute la guerre, se bousculaient également au portillon pour le retrouver ENFIN.

Mrs Bibelot se souvient de la queue qu’il y avait à Châteauroux,  ce premier jour de scrutin après guerre.

Personne n’aurait cédé sa place à personne, et exit la séance de cinéma du dimanche : ON ALLAIT VOTER !

Certains se souvenaient via la mémoire d’un ancêtre qu’ils avaient connu, de l’époque où l’on ne votait que lorsque l’on payait des impôts. De l’époque où tout le monde ne pouvait pas s’exprimer.

C’est en leur mémoire à tous que pour moi c’est plus qu’un droit : c’est un devoir et sacré même.

Et que j’emmerde les autres avec ce principe…

Aller à la pêche ou en WE n’est pas une excuse pour s’abstenir, écouter les statistiques NON PLUS. Ce droit nous l’avons eu parce que certains se sont battus pour, nous l’avons en oubliant quel prix ont payés d’autres avant nous pour l’avoir et nous le transmettre.

Parfois de leur vie…

Alors : allez voter !

Et comme chaque jour de scrutin, je ferme mes commentaires pour vous retrouver en toute légalité après 20 H…

0 réponse sur “29 avril 1945, et pourquoi j'insiste…”

  1. Merci, merci, merci. De tout cœur avec toi et toutes les femmes qui vont voter.
    Et attendons ce soir…

  2. Un très bel article ! Dommage que certains ne prennent pas conscience que ce droit de vote, tout le monde n’a pas la chance de l’avoir… C’est un luxe de nos jours, alors que partout dans le monde les gens sont opprimés et qu’ils doivent se soumettre et se taire. Dommage également que certains croient que leur unique voix ne va rien changer… Quand une grosse partie de la population croit ça, ça fait des milliers de gens qui ne se donnent pas la peine d’aller glisser un bulletin dans l’urne et du coup, beaucoup de déçus à l’annonce des résultats des présidentielles qui se rendent compte que oui, finalement, leur voix aurait pu faire tout changer….
    Bref, cet article devrait être un rappel pour tous. Je n’aime pas la politique et n’en parle jamais avec qui que ce soit, mais il y a des choses à ne pas oublier… Glisser un bulletin dans une urne ce n’est pas bien compliqué, ça ne prend que 5 mn, et pourtant, certains ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont de pouvoir le faire…

    1. Oui, le coup du bulletin c’est comme les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
      Et ce droit de vote certains ne l’ont pas.
      Alors VOTONS : parce qu’il y a les législatives à venir et que c’est important !

  3. Avant que les commentaires soient fermés: merci pour ce texte. Je suis parfaitement d’accord avec vous. Si je vais voter, si je n’ai pas loupé une seule élection depuis mes dix huit ans, et j’en suis fière, ce n’est pas seulement parce que je veux choisir tel ou tel. C’est aussi parce qu’il y a des gens qui se sont battus toute leur vie, qui sont allés jusqu’à se faire tuer pour que je puisse aller dans un bureau de vote sans que personne ne m’embête. Je ne vais pas sur la tombe du soldat inconnu, mais je vais voter. C’est ma façon à moi de dire merci.

  4. Je suis bien d’accord avec vous toutes sur le fond, mais je voudrais tout de même chipoter sur le « ça ne prend que 5 minutes » du comm’ précédent : ici à Bruxelles, il y avait presque … 2 heures d’attente pour le premier tour ! (et en plus, le bureau de vote est au diable …)
    Heureusement , aux législatives, nous pourrons voter par Internet.

    Mais même dans ces conditions, votons, votons !!

    1. Oui l’attente parfois. C’est sûr et ce n’est pas chipoter…
      En 1945 les gens ont attendu DES HEURES…
      Faut savoir vouloir se manifester j’en conviens…
      Mais même avec de l’attente je voterai tout de même…

  5. Tout à fait d’accord avec toi, merci pour ce billet émouvant et si bien vu ! Eh oui, les Françaises ont été parmi les dernières à avoir le droit de voter…… c’est resté dans les annales familiales: il y avait eu une enguelade mémorable entre ma grand tante et son mari, ce dernier prétendant lui imposer ses vues, voulait s’assurer qu’elle voterait « comme il faut » et vu le caractère de ma grand tante (une femme fantastique qui fut longtemps la plus proche collaboratrice du « père de l’Europe » Jean Monnet) ça avait chauffé grave, avec passage d’une coupe à fruits par la fenêtre de la cuisine :))

  6. a voté et toute contente de l’avoir fait (bon, j’ai rarement séché une élection, surtout présidentielle. il m’est peut etre arrivé dans le passé, quand je changeais souvent de ville, de ne pas pouvoir me réinscrire à temps sur la liste, mais c’est arrivé pour des cantonales ou truc du genre, que je pige un peu moins, donc bon… et y a longtemps, y a prescription)
    pour moi, c’était bien en 5 minutes : l’école juste en bas de chez moi, de l’autre coté de la place. et comme je suis une lève tard, quand je suis passée, il y avait peu de monde (en plus, dans ma banlieue, c’était ouvert jusque 20h, donc ça étale les passages), je n’ai pas attendu pour aller dans l’isoloir.

    1. J’ai eu une collègue chez Truchon qui était archi vote à fond. Son mari et elle avaient oublié de s’inscrire du côté de Rambouillet et en 2007 ils ont fait deux fois l’aller et retour à Lyon POUR VOTER !
      Comme quoi…

  7. Merci pour ce précieux témoignage que j’ai essayé de faire passer pour en motiver quelques-un(e)s… Ici a Singapour ou l’attente est minime, beaucoup amène leurs enfants, de tous âges… belle leçon d’éducation civique. Bizarrement dans le bureau de vote d’a coté un mal embouché a menacé d’annuler le vote d’un papa s’il rentrait avec ses enfants dans l’isoloir… Alors que nous aucun problème, ni une autre amie qui en avait 3, et j’ai vu des photos dans la presse qui laissent penser que nous sommes nombreux a faire cela!!

    Evidemment a 4 ans la leçon est limitée, ma fille m’avait demandé le matin s’il y aurait un papier a son nom car elle aimerait bien être présidente (!)

    1. Je crois que c’est très important d’emmener nos enfants avec nous effectivement.
      Beaucoup de bureaux tolèrent quelques petites entorses à la règle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *