Des malfaisances du vieillissement…

Bon, me voici dans mon nouveau « chez moi », avec des difficultés à m’habituer à l’interface nouvelle pour moi (mais cela va venir…).

Un grand merci bien sûr à ma gentille méchante qui s’est bien pris la tête pour tout mettre à jour (il faut dire que la dernière mise à jour remontait à la bourrique à Robespierre, au moins, m’a-t-elle dit).Ce qui introduit fort bien mon article. Elle vous fait cela les doigts dans le nez, moi je pédale dans la choucroute (vieille expression), d’autant que je me suis pris mes 60 ans en pleine tronche, ce qui pourrait en faire sourire certains… Meilleure amie qui me suit de 3 semaines, n’était pas plus glorieuse que moi quand elle m’a téléphoné ce 9 mai (un grand merci à mes lecteurs qui m’ont souhaité cet anniversaire sur FB ou par mail).

Je n’ai pas vu vraiment de différence entre le dernier matin de mes 59 ans et le premier de mes 60, mais cette nouvelle décennie me rappelle mes 50 ans où j’avais eu une fête  surprise, des tas de cadeaux (dont un nouveau blog dû à Pulchérie et une remise à jour de mon appart fait par Delphine, entre autres), où mes parents étaient encore là… Bref cela ne m’enchantait pas que le temps ait pu passer aussi vite…

Vieillir c’est perdre ceux que nous aimons, notre corps qui nous lâche, parfois de manière différente d’une personne à une autre : la véritable égalité n’existe pas.

Certains vont galoper jusqu’à la centaine, alors que d’autres voient des tas de trucs lâcher régulièrement, petit à petit certes, mais tout de même.

Dans le classique il y a la vue, je ne parlerai pour l’instant pas du reste.

Ce 23 mai, Delphine est venue me voir. Nous devions aller à la Bergerie Nationale de Rambouillet que je n’avais jamais visitée, honte à moi. Nous ne nous étions pas vues depuis près de 9 mois.

Il faut dire que de l’enterrement de maman au 3 janvier, j’étais les grandes eaux de Versailles incarnées dans mes glandes lacrymales et d’une compagnie peu supportable 24 H par jour, et qu’à partir du 5 janvier jusqu’à la mi avril, j’ai été un exemple vivant pour manuel de bactériologie et de virologie (avec les effets secondaires des médocs RARES et EXCEPTIONNELS), le médecin s’en frottait presque les mains.

Cela a été une vraiment bonne journée.

Bien sûr, avec la vieillerie, je l’avais prévenue que je ne marcherais pas trop si besoin était, car j’ai une hanche qui lâche un jour, du coup c’est le genou qui suit le lendemain, et le surlendemain la cheville, et puis on recommence.

Son train est arrivé à l’heure, nous avons déjeuné comme il le fallait, nous avons bien rigolé, beaucoup parlé (le téléphone ce n’est pas la même chose), et nous sommes parties pour notre visite.

Vieille France, j’ai voulu faire la visite guidée d’une heure, il nous resterait assez de temps pour voir ce qu’elle voulait voir.

Elle s’est inclinée gentiment, le guide était très bien (une bonne visite = un bon guide qui ne récite pas en relisant les notes qu’on lui a données comme je l’ai vu parfois, et qui s’y connait vraiment), et c’est dans la première « salle » visitée, où séjournent les béliers de la race « Mérinos de Rambouillet » qui date de Louis XVI qu’a eu lieu pour moi le choc.

Pendant que le guide nous expliquait tout réellement bien, je me suis penchée vers Delphine :

  • « Tu as vu leurs cornes ? »
  • « Tu as vu leurs couilles ? » m’a-t-elle répondu.
  • « AH OUI !  » nous sommes nous répondu évasivement

MORALITE : en vieillissant non seulement nous avons la vue qui baisse, mais nous ne voyons plus la même chose que quand nous étions nettement plus jeunes, donc notre perception du monde se modifie sensiblement.

La vie n’est qu’un long calvaire.

(Ne rigolez pas trop fort, votre tour viendra…)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 réponses sur “Des malfaisances du vieillissement…”

  1. Ah ça fait drôle ce nouveau blog… Un peu bizarre je trouve que la colonne ne soit pas adpatative (ou responsive comme on dit chez moi). si on met à 100% ça fait une colonne très peu large, celle des billets, enfin peut-être que c’est provisoire.
    Pour le reste oui hélas on sait que notre corps nous réserve des drôles de surprises dont on se passerait bien. Pour le moment moi c’est surtout la fatigue, même en me couchant tôt j’ai de plus en plus de mal à me lever le matin.
    Contente de te revoir ici !

    1. Louisianne : oui nous ne sommes pas égaux face au vieillissement. Quant à ma présentation j’en toucherai un mot à ma gentille méchante à l’occasion. A part la largeur de l’article, j’aime bien !
      Et il y a un petit bug dans mes réponses…

  2. Je ris toute seule à la réponse de ta fille… 🙂

    Quant au fait que l’ancien « nouveau blog » datait de 10 ans, je suis soufflée: j eme souviens de ce changement, mais je n’avais pas pris conscience que je te lisais depuis si longtemps.

    J’aime le haut du blog semé d’étoiles, et je dois m’habituer à voir la colonne à droite et non plus à gauche…

    Bon retour sur la blogosphère, Calpurnia!

  3. Que c’est beau! la nouvelle allure de ton blog est superbe et m’enchante! Toutes mes félicitations à ta fille. Et c’est un grand plaisir que de pouvoir te lire. Merci.

    Et effectivement, les années passent de plus en plus rapidement. On vient à peine de fêter Pâques qu’on est déjà à Noël!

    Quant aux articulations, je te fais concurrence: pieds, genoux, poignet etc. Mais, pour moi, je ne veux pas me faire opérer à tout va. Et je suis un peu beaucoup moins jeune que toi…

    Bon courage et à bientôt.

    1. Angele : oui j’aime bien ce nouveau look, mais je savais que je pouvais compter sur le bon goût de ma fille (l’autre n’en manque pas non plus d’ailleurs).
      Mon grand-père maternel avait coutume dire : chic, c’est à nouveau le temps de la dinde aux marrons, plus le temps passe et plus il passe vite !
      Ou alors c’est nous qui passons.
      Pour les articulations, si je n’avais pas cette fichue hanche je m’en tirerais plutôt bien POUR L’INSTANT !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *