Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

'Nos grands moments de solitude'

Puisqu’il nous faut te dire adieu…

Maison 4

Papa définitivement parti, nous ignorions encore, qu’en plus de pleurer la mort d’un être très cher, nous allions voir notre monde imploser, exploser, qu’importe le bon terme.

Ce n’est pas juste un homme qui meurt en laissant une femme qui l’aimait depuis 60 ans, 4 enfants, 8 petits enfants, c’est tout un monde qui va mourir, mais graduellement, après lui. C’est une famille qui va perdre son âme et qui n’y avait pas pensé.

(Lire la suite…)

Posté le 4 septembre '16 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Coup de blues, Nos grands moments de solitude. 14 Commentaires.

Du fer dans les épinards ????

SombreuilDelphine m’a offert ce livre pour la fête des mères 2009 (je viens de vérifier, tout ce qui m’est offert par les filles porte une date, un prénom, et une occasion) (bon, maintenant, elles le savent).

J’ai adoré ce livre, qui nous explique en prologue ce qui fait qu’une chose ou une autre n’est pas discutable pour nous. On part d’un postulat, largement utilisé par qui en a l’utilité, on ne vérifie rien, et on tient pour acquis, par exemple, qu’il est nocif d’avoir une plante verte dans sa chambre ou que les épinards contiennent beaucoup de fer…

Sauf que certains ont la curiosité scientifique de se pencher à nouveau sur ce qui était acquis, et que l’on tombe parfois de haut (il vaut mieux avoir une plante verte dans sa chambre, qu’un mari qui dort à vos côtés et consomme beaucoup plus d’oxygène PAR EXEMPLE). (Lire la suite…)

Posté le 29 mai '16 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Nos grands moments de solitude. 12 Commentaires.

Quand la mort s’invite chez vous (5) : l’inconnu du cimetière…

Il était une fois dans l'ouestJe ne sais plus qui, en feuilletant le livre du souvenir pour y apposer sa note perso, est tombé sur un nom inconnu et a posé la question fatale : “qui c’est ce Nicolas Roudine ?”.

Tout le monde est passé à l’interrogatoire, mais personne ne savait qui était ce Nicolas Roudine. Non ce n’était pas le Jules de l’ex belle-soeur de l’Arlésienne. Non ce n’était pas son fils non plus (au Jules). Quelqu’un avait-il vu une personne à part ou totalement inconnue et ne parlant à personne ? Non. Les portables sont entrés en action, et les smartphone également car Nicolas Roudine avait laissé son adresse, à Plaisir… avec ses condoléances… (Lire la suite…)

Posté le 9 septembre '15 par , dans Coup de blues, Dans la série Diabolique, Nos grands moments de solitude. 14 Commentaires.

Quand la mort s’invite chez vous… (4)

200405784-001Nous sommes rentrés en silence, et je m’efforçais de ne penser qu’à une chose : conduire correctement.

Je n’ai pas dû prendre la bonne route, le corbillard était arrivé avant nous, et il y avait déjà du monde. J’étais totalement tétanisée, anesthésiée, incapable de pleurer. Je suis restée assise quelques instants dans la voiture, et Mélodie est venue me voir. Elle avait vraiment cru que j’allais tourner de l’oeil au funérarium… De plus, vu la manière dont tout le monde la renvoyait vers moi, l’arlésienne s’occupant de faire des allers et retours à la gare, je semblais être devenue le chef d’orchestre de la cérémonie qui allait se dérouler. Je n’avais pas besoin de cela… (Lire la suite…)

Posté le 6 septembre '15 par , dans Coup de blues, Nos grands moments de solitude. 6 Commentaires.

Quand la mort s’invite chez vous… (3)

200405784-001Rentrée CHEZ MES PARENTS, je vais prendre ma douche et me laver consciencieusement, pensant avoir vécu le pire très bien finalement. Je n’ai pas relié ce que j’ai vu comme ossements à mes grand-parents… On va nettoyer les bijoux, reste la mise en bière, à 14 H, l’enterrement étant prévu à 15 H.

Je ne sais pas ce qu’il se passe : un regard de Mélodie sur moi, une intuition forcément déclenchée par quelque chose. Une fois propre et bien habillée, je nettoie les bijoux, personne d’autre ne voulant y toucher, parce que cela sort d’une tombe… (chacun sa manière de voir les choses, je ne juge personne). Je remets les alliances, la bague de fiançailles à mes deux tantes qui ne se disputent pas pour savoir qui prendra quoi, et nous laissons en place au nettoyage, le bijou mystérieux, qui comporte du cuivre qui mérite un traitement spécial, mais ce sera pour un autre jour… (Lire la suite…)

Posté le 2 septembre '15 par , dans Coup de blues, Nos grands moments de solitude. 14 Commentaires.

Quand la mort s’invite chez vous… (2) (Si vous venez à mourir, la TVA c’est 20 % abstenez-vous, et les séries TV allez vous rhabiller)

200405784-001Le jeudi, nous nous sommes rendues avec l’arlésienne à notre deuxième RV avec Mélodie.

Maman avait choisi les vêtements de papa, en prenant ceux qu’il préférait + de jolies chaussures qu’il adorait (comme si c’était important). Nous avons filé avec les vêtements, pour le deuxième RV avec pour consigne de nous renseigner sur la gravure à mettre sur la pierre tombale, du même style bien sûr que pour l’arrière arrière grand-mère et mes grands parents.

(Lire la suite…)

Posté le 31 août '15 par , dans Coup de blues, Nos grands moments de solitude. 11 Commentaires.

Quand la mort s’invite chez vous… (1)

200405784-001Le soir de la mort de papa, maman m’a demandé de tout retirer de la cuisine qui pouvait évoquer tout ce qui pouvait lui faire penser à ce dont papa avait pu souffrir depuis 2011, et m’a abandonné le téléphone, dès la réception de l’appel fatal, comme elle le faisait depuis le 2 mai, lorsque j’étais arrivée chez mes parents en catastrophe. Je crois que pendant 24 jours elle n’a décroché le téléphone que lorsque j’étais sous la douche ou aux WC (et encore me reprochait-elle parfois de ne pas emmener le téléphone avec moi).

Il y avait ceux qui savaient que papa était hospitalisé avec des hauts et des bas, et il y avait ceux qui ne savaient pas, car nous n’avions pas battu le rappel des amis et de toute la famille dès l’hospitalisation. : le pauvre nous en avait déjà tellement voir que ce n’était pas forcément grave… (Lire la suite…)

Posté le 27 août '15 par , dans Coup de blues, Nos grands moments de solitude. 10 Commentaires.

Le retour…

Parents 1955Mes parents, été 1955…

Me voici de retour chez moi, après 3 mois et 21 jours d’absence, et ce n’est pas facile. (Lire la suite…)

Posté le 21 août '15 par , dans Coup de blues, Nos grands moments de solitude. 24 Commentaires.

Qu'il fait chaud, fait chaud, fait chaud…

Delphine (à gauche) a parlé nettement plus tard que sa soeur (à 6 mois près), mais rassurez-vous, elle s’est largement rattrapée depuis.

Je dis cela pour ceux qui face à un cadet ou un petit dernier, s’inquiètent d’un éventuel retard qui sera normalement fatalement rattrapé en temps et en heure.

Pour le premier rien n’est jamais fait assez tôt, pour le second, il aura bien le temps, pour le troisième, le plus tard sera le mieux.

  • Flanquer les clefs de voiture dans les toilettes
  • Réveiller toute la maison à 5 H 30
  • Traiter le médecin de “patate”
  • Raconter les chroniques familiales à tout le monde
  • Gribouiller la déclaration de revenus avec votre crayon khôl,
  • Faire des décorations intéressantes (pour lui) sur la peinture fraîche (suivez mon regard).
  • Et j’en passe évidemment (suivez toujours mon regard).

Je suppose que pour le quatrième et les suivants au cazoù, on se résigne à leur faire téter des frites trempées dans le ketchup dès la maternité, pour qu’ils la bouclent (en toute innocence bien sûr), enfin bref que l’on est totalement cool…

Donc, Delphine parlait parfaitement bien, et contrairement à sa soeur, avait vraiment du culot. Elle adressait la parole à un peu tout le monde, passé ses 18 premiers mois à scruter  les inconnus d’un air suspicieux, genre “voyons voir”.

Pour Pulchérie, le pauvre coincé à la caisse de Carrouf, me précisait “c’est bon, on dit bonjour elle dit le reste.”

Pour Delphine “elle me regarde comme si QUE j’étais un serial killer”.

Le même, jamais content : elle répond c’est trop, elle ne répond pas, c’est indigne…

Bref il faisait chaud depuis 2 jours, chaud chaud chaud et beau (célèbre contrepèterie belge), et un beau matin, voici les trésors de ma vie me réveillant à 9 H 30 vers la mi août.

(Oui, j’ai toujours eu une répulsion naturelle pour ceux qui vous réveillent à 5 H 30, le biberon peut attendre, et donc, n’est-ce pas, bien sûr, mes filles n’étaient pas spécialement matinales…) (la mère indigne) .

  • Mamannnnnnn, il fait beau et chaud, et si qu’on allait aux étangs de Hollandes ?!
  • Grummmf… Moi aussi je serais bien partie me baigner, mais…
  • Impossible avant après demain mes chéries, j’ai eu mes mes règles hier soir…
  • Tu n’as qu’à mettre un tampon (Pulchérie renseignée). La maman de Joël met des tampons et elle fait ce qu’elle veut, comme dans la pub !

J’emmerdais à pied à cheval et en voiture la mère de Joël et la pub, faisant partie des femmes pour qui pendant 3 jours le tampon n’offrait qu’une protection toute relative, pendant une heure maximum, avant fuite révélatrice…

Mes réelles hémorragies mensuelles laissant de marbre les gynéco, pourvu que cela ne dure pas plus de 5 jours… (et c’était des femmes !)

Les filles savaient parfaitement ce dont il s’agissait en attendant avec hâte que cela leur tombe dessus, et surtout désirant savoir quand (chez ma soeur, elles m’ont toutes les deux fait cela la première fois, alors qu’elles étaient en vacances ou WE avec ma soeur !… et je n’ai donc eu droit qu’à un coup de téléphone HEU-REUX : “maman, j’ai mes règles enfin)”. Elles ont déchanté PLUS TARD). (Faites des gosses)…

Je n’avais jamais parlé d’un péché originel quelconque, impureté ou autres conneries, et tout à coup elles considéraient ce “privilège qui fait femme”, comme une contrainte insupportable (pour elles).

Bref, c’était NON pour la baignade et ma progéniture descendit s’engueuler dans la cuisine pour savoir qui terminerait le chocolat, avant que je ne descende. 5 minutes étaient le maximum avant étripage en bonne et due forme…

1 heure après je ne sais plus ce que je faisais, quand j’entendis Delphine apostropher de la fenêtre de sa chambre, la voisine du fond du jardin.

  • Bonjour madame Richard !
  • Bonjour la pitchoune !
  • Il faut beau aujourd’hui, il fait toujours très chaud, et d’ailleurs…

Accourue dès la première phrase, j’ai dit “bonjour madame Richard”, avant de refermer la fenêtre.

Car je sentais bien la suite :

  • On serait bien allées se baigner aux étangs de Hollande, mais maman a ses règles
  • Et du coup il faut attendre dans deux jours,
  • Parce que les tampons et elle ce n’est pas ça et qu’on est bien peu de chose…
  • Et blablabla…

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais depuis que le monde est monde, les femmes peuvent dépenser une énergie incroyable pour que le phénomène soit ignoré.

Mrs Morgan, de qui je tenais mes règles hémorragiques, était de l’époque “serviettes en tissu” (couches pour bébé idem d’ailleurs). A laver donc, et comble de l’horreur, l’eau s’évacuait dans le caniveau. Eau que tout le monde pouvait voir.

Sa mère et elle-même, concentraient leurs lessives mensuelles pour un même jour, diluant le plus possible chaque eau de rinçage pour qu’aucun flux rouge trop évident ne révèle à qui que ce soit, qu’il s’était passé quelque chose (de pourtant fort naturel).

Quant à faire sécher la lessive “de la honte” dans le jardin, alors que cela pouvait être surpris par des voisins, c’était JUSTE impossible.

Donc il fallait JUSTE rallumer le poêle pour procéder au séchage en toute discrétion. Canicule ou pas d’ailleurs…

Au cas où les voisins penseraient JUSTE qu’une femme de 38 ans et sa fille de 16 échappaient à la malédiction mensuelle…

Juste étant le mot à la mode, vous m’excuserez du peu

J’étais assez âgée pour comprendre quand elle m’expliqua le pourquoi de la chose. Règles en retard, polichinelle dans le tiroir, règles de retour, avorteuse au grand jour peut-être ? Et dénonciation possible même s’il ne s’agissait pas de cela…

Je n’en étais plus là.

Mais bon Madame Richard n’avait pas à savoir pourquoi nous n’irions aux étangs que quelques jours plus tard…

Alors que ma fille, en toute innocence, était prête à révéler le secret de ma vie…

Qui n’est qu’un long calvaire…

Posté le 21 août '12 par , dans Faites des gosses !, Histoire de sorcière, Nos grands moments de solitude. 3 Commentaires.

Phobies… Vous en êtes où ?

Monstre hideux Nous avons tous des phobies. Parfois nous en découvrons dont nous ignorions qu’elles pouvaient exister. Parfois nous en reconnaissons une ou deux, ou plusieurs, comme ça, au passage… Certaines nous semblent justifiées et sont partagées par beaucoup, d’autres non… Honnête comme toujours, je vais surligner les miennes, tout en me demandant si c’est vraiment une phobie (impossible à maîtriser), juste une répulsion ou une peur justifiée pour tous sur laquelle on peut tout de même passer… Je vais même me permettre de faire certains commentaires fantaisistes que je vous demande de ne pas prendre comme étant désobligeants si vous sentez concernés… Personne n’étant parfait…

  • Ablutophobie : Peur de se baigner. Cette phobie est plus une peur de la noyade qu’une peur de l’eau. J’adore la flotte, me baigner, nager, les flots bleus qui font pleurer bien des yeux…
  • Acarophobie : Peur des parasites de la peau, des acariens
  • Acérophobie : Peur de ce qui a un goût sûr. Les non amateurs de fromages qui chlinguent sont autorisés à se faire connaître
  • Achluophobie : Peur de l’obscurité et du noir. Quand on ne voit plus rien du tout, cela fait flipper, c’est certain.
  • Achmophobie/aichmophobie : Peur des aiguilles et des objets pointus (ciseaux, couteaux, seringues par exemple). En ce qui me concerne c’est justes les seringues pour prise de sang, sinon, vous pouvez me faire coudre ou me piquer si ça vous chante…
  • Acoustophobie : Peur des bruits. … Démoniaques des voisins le matin à partir de 8  H…
  • Acrophobie : Peur des hauteurs ; s’accompagne souvent de vertiges. Pas souvent : toujours ! (faut me voir sur un escabeau)
  • Aérophobie : Peur de l’air et du vent. (Les hommes politiques n’arrêtent pas d’en faire du vent… donc, ça me fait peur, sauf que je peux toujours leur couper la chique avec ma télécommande…)
  • Aerodromphobie : Peur de l’avion, des voyages en avion. Oui, je le prends QUAND même, mais je fais mon testament la veille du départ…
  • Agoraphobie : Peur des espaces libres ou des lieux publics. (La foule je ne supporte pas…). Sinon les lieux moyennement publics, je supporte.
  • Alektorophobie : Peur des poulets (hi hi hi, désolée…)
  • Algophobie : Peur de la douleur. Je ne suis pas masochiste ! D’un autre côté je ne passe pas mon temps à redouter une douleur qui poindrait…
  • Alophobie : Peur de devenir chauve. Qui le souhaite ?
  • Antropophobie : Peur des gens ou d’être en leur compagnie, une forme de phobie sociale.
  • Anuptaphobie : Peur du célibat. Curieux, il n’y a pas de phobie du mariage ?
  • Apéirophobie : Peur de l’infini.
  • Aphenphosmophobie : Peur d’être touché. (Pas évident à gérer j’imagine)
  • Apopathodiaphulatophobie : Peur d’être constipé ou de la constipation en elle-même. (Rien que de lire le terme, ça m’évite d’avoir peur…)
  • Astraphobie : Peur du tonnerre. (Même pô j’adooooooore l’orage)
  • Aquaphobie : Peur de l’eau.
  • Automysophobie : Peur d’être sale, de sentir mauvais
  • Autophobie : Peur de la solitude. La vraie, comme dans un horrible film avec Tom Hanks, où il se retrouve seul sur une île…
  • Aviophobie : Peur de prendre l’avion. Je le prends quand même, mais je fais mon testament la veille (j’ai déjà écrit cela…)
  • Bacillophobie : Peur des bacilles, des bactéries. Même pô, je ne sais pas pourquoi…
  • Basophobie : Peur de marcher.
  • Bélénophobie : Peur des aiguilles. J’ai déjà causé des prises de sang…
  • Borbophobie : Peur des gargouillements.
  • Butyrophobie : Peur du beurre. Et pourquoi pas aussi de la fleur que l’on met sous le menton pour dire “tu aimes le beurre” ?
  • Cancérophobie : Peur du cancer. Comme tout le monde !
  • Claustrophobie : Peur des espaces confinés. Surtout d’être enfermée… Dans une tombe de préférence… Sinon, je prends l’ascenseur…
  • Coulrophobie : Peur des clowns. Peur non, mais je ne les aime pas…
  • Cubiculacetophobie : Peur de lézards tombant sur le lit. J’adore. J’imagine un lézard se plantant au dessus de mon lit…
  • Dysmorphophobie : Peur des anomalies physiques. Oui un peu, quand on doit se faire opérer PAR EXEMPLE, au niveau du visage…..
  • Ecclesiophobie : Peur des églises. Non. Sauf si elles reprennent le dessus et ré-allument des buchers…
  • Epistaxiophobie : Peur des saignements de nez. (La seule fois où j’ai saigné du nez c’est parce que je m’y étais enfourné une clef à 8 ans, alors…)
  • Emétophobie : Peur de vomir.
  • Ereutophobie : Peur de rougir en public.
  • Géphyrophobie : Peur des ponts (ou de traverser les ponts).
  • Gérascophobie : Peur de vieillir. Comme tout le monde !
  • Glossophobie : Peur de parler en public.
  • Graphophobie : Peur de l’écriture (fait d’écrire). Vous avez tous compris que c’était ma phobie première…
  • Gymnophobie : Peur de la nudité. Ca va, sauf si je me regarde dans la glace… Sinon il y a ce rêve horrible où l’on se retrouve à poil devant tout le monde parce qu’on a oublié de s’habiller…
  • Halitophobie : Peur d’avoir mauvaise haleine.
  • Hématophobie : Peur du contact et de la vue du sang. Pour une femme, c’est ballot…
  • Hylophobie : Peur des forêts. J’adoooooore les forêts !
  • Hypégiaphobie : Peur des responsabilités.
  • Medorthophobie – Peur de voir des pénis en érection. Si c’est celui de King kong, bien sûr…
  • Katagélophobie : Peur du ridicule. Ce n’est pas mon cas, prouvé sur ce blog…
  • Kénophobie : Peur de l’obscurité. Ca peut aller, du moment que ce n’est pas la nuit NOIRE…
  • Leucosélophobie Peur de la page blanche. Voir plus haut !
  • Maskaphobie : Peur des masques
  • Musicophobie : Peur de la musique surtout celle de ma voisine du dessus, mais sans plus…
  • Mycophobie : peur des champignons : ceux que m’offrent LES AUTRES alors que je ne sais pas s’ils s’y connaissent !
  • Mysophobie : peur de la saleté, de la contamination par les microbes
  • Necrophobie : peur des cadavres : évidemment : qui a envie de croiser un cadavre un jour ? Surtout s’il marche et vous cause  et manifeste le désir de vous pomper le sang…
  • Nosophobie : peur de la maladie, d’être malade : c’est normal d’avoir peur ? Ou on est con de redouter la maladie ?
  • Nyctophobie : peur du noir : en couleur ça va, pour y voir clair c’est moins net comme concept…
  • Ochlophbie : peur de la foule : rien n’est plus con que la foule dit mon père. C’est son avis et je le partage.
  • Pantophobie : peur de tout
  • Plasmophobie : peur des fantômes : ben non, je suis certains qu’ils sont malheureux et heureux d’être entendus…
  • Phobophobie : peur d’avoir peur, d’être surpris
  • Pediophobie : peur des poupées ou également, peur des enfants (pour les enfants, d’un autre côté, il y a de quoi parfois…)
  • Pruritanophobie : peur de se gratter le fondement en public (apprendre à se gratter les aisselles ou le menton…)
  • Psychopathophobie : peur de devenir fou : je ne risque rien, c’est déjà fait…
  • Pyrophobie : peur du feu : gniark gniark…
  • Scopophobie : peur du regard des autres
  • Sidérodromophobie : peur de voyager en train : quand il y a des loubards dedans, je reconnais que c’est peu chatoyant…
  • Stasophobie : peur d’avoir à rester debout : surtout quand j’ai une sciatique.
  • Taphophobie : peur des tombes ou d’être enterré vivant : ma vraie phobie depuis longtemps, que l’on prenne ma catalepsie ou un coma non irréversible comme excuse pour m’enterrer… (réel)
  • Téléphonophobie : peur de répondre au téléphone (PFUIT !)
  • Tératophobie : peur des monstres : Il est réel que certains mômes foutent les jetons…
  • Thalassophobie : peur de la mer
  • Thanatophobie : peur de la mort : comme tout le monde !
  • Théosophobie : peur de Dieu : au cas où qu’il se vexationnerait que j’ai pusse prétendre qu’il n’existasse point….

Phobies animales :

  • Ailurophobie : Peur des chats.
  • Anthelmophobie : Peur des vers (dite aussi vermiphobie) : Si c’est ceux qui me bouffent sous terre OUI !
  • Apiphobie : peur des abeilles, par extension, peur des insectes possédant un dard ou pouvant piquer. Pfuit : j’ai été mariée avec Albert !
  • Arachnophobie : peur des araignées. Ca dépend lesquelles, et du pays…
  • Chiroptophobie : peur des chauves-souris
  • Cuniculophobie : peur des lapins
  • Cynophobie : peur des chiens
  • Entomophobie : peur des insectes : en ce qui concerne les fourmis OUI !
  • Herpétophobie : peur des reptiles ou amphibiens : là je me souviens de la tronche d’Albert devant un serpent et je ricane…
  • Ichthvophobie : peur des poissons
  • Musophobie : peur des souris ou rats
  • Myrmécophobie : peur des fourmis : si je n’étais pas allergique à mort je n’aurais MEME PAS PEUR !
  • Ophiophobie : peur des serpents : non, pas moi, c’est Albert qui en tournait de l’oeil…
  • Ornitophobie : peur des oiseaux
  • Squalophobie : peur des requins
  • Zoophobie : peur générale des animaux.

Conditions non-psychologiques :

  • Hydrophobie – Peur morbide de l’eau, considérée à tort comme un symptôme de la rage, alors qu’en fait le malade souhaite boire et ne le peut plus, d’où son comportement quand on lui présente de l’eau qu’il souhaite mais ne peut pas boire, sa soif entrainant un comportement incompréhensible (j’en veux mais je ne peux pas me faire comprendre)  = à peur de l’eau (une pensée réelle pour ces malheureux…).
  • Osmophobie : hypersensibilité aux odeurs
  • Phonophobie : hypersensibilité au son : surtout quand c’est le voisin d’en dessous avec sa TV à donf
  • Phonophobie ou photophobie : hypersensibilité à la lumière : ça je n’y peux rien, faut juste des lunettes de soleil !

Dans le cadre des superstitions :

  • Hexakosioihexekontahexaphbie(à mémoriser et répéter avant de la placer, ce qui n’est pas évident) : peur du nombre 666 : c’est moi le 666
  • Paraskevidekatriaphobie : peur du vendredi 13
  • Tetraphobie : peur du chiffre 4
  • Triskaïdekaphobie : peur du nombre 13

C’est bon pour aujourd’hui : La vie n’est qu’un long calvaire. N’avez qu’à voir les noms : il fallait les trouver… Calvairinisationnonphobie : adorer le blog de la gentille sorcière…

Posté le 10 mai '12 par , dans Nos grands moments de solitude. 12 Commentaires.