Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Archive pour janvier, 2009

Je suis allée chercher ma carte bancaire nananèreu…

En fait j’ai bien fait d’écrire mon post mardi. Je me doutais bien que tout le monde viendrait me mettre d’autres rappels et du coup, j’ai décidé de ne pas vivre un long calvaire sans CB le lundi 2 février ou le dimanche 1er…

Le soir, je suis sortie pile poil à l’heure. Mon patron se demande comment je fais, mais c’est normal, lui a toujours au minimum 2 heures de retard. Tant qu’il ne se sera pas pris une grande claque par un client potentiel qui lui signalera qu’il arrive trop tard, il ne se calmera pas.

Bref, comme je sors à 17 H, la banque est toujours ouverte quand je passe devant, qui ferme à 17 H 45. Quand j’étais chez Truchon je devais attendre le samedi (ou déléguer ma mère qui a procuration sur mon compte (et elle seule)) pour me rendre à la dite banque. Ce mardi soir, difficile de se garer ou pas, je décide de m’arrêter et d’y aller MAINTENANT.

Parce que s’envoyer des rappels sur son blog, c’est le truc super efficace…

Et donc me voici à 17 H 25 munie de la remplaçante de la carte qui a été dévorée par un destructeur de carte bleue. La banquière m’a demandé avant si j’avais du Moneo à récupérer et là j’ai eu le regard un peu fuyant. “Non” “c’est quoi du Moneo ?“.

Et c’est là que celle qui gère mon compte (pas la même banque qui me rejette mes prélèvements automatiques), est sortie de son bureau pour me sauter au cou (c’est vraiment un amour, le jour où elle ira ailleurs, elle va bien me manquer).

“Madame Dabra, tous mes voeux ! tenez je vous embrasse !”

Elle m’a demandé des nouvelles des filles, de mes parents dont elle gère également les comptes, rassurée sur l’état de mon compte et de mes quelques placements, et m’a trouvée radieuse, ce qui fait toujours plaisir.

Du coup j’ai étrenné la nouvelle carte pour m’acheter une petite tunique chez la marchande de fringues (très chère) devant laquelle j’étais garée, et qui affichait 70 %, dernière démarque.

Juste pour tester la carte bien sûr.

Je vous rassure : ça a marché !

Moi qui ne suis pas shopping, on aura tout vu !

Posté le 31 janvier '09 par , dans Histoire de sorcière. 11 Commentaires.

Mon téléphone, france télécom, la banque et moi…

J’ai dû être un pitoyable chevaucheur dans une vie antérieure. D’où mon Karma rapport aux communications, et plus particulièrement avec le téléphone et la ligne qui va avec (sans parler de mon portable, mais c’est une autre histoire…).

Il y a 8 mois, inexplicablement, ma banque a rejeté le prélèvement automatique france truc. Donc un beau jour, alors que j’essayais d’appeler meilleure amie, une voix suave m’a déclaré : “nous n’avons pas reçu votre dernier règlement, vous êtes en service restreint”. A savoir que l’on pouvait m’appeler, mais que je ne pouvais contacter que les pompiers, le samu, les flics, et france truc pour régler ma facture. D’un autre côté je me demande si je n’aurais pas du appeler les pompiers direct pour qu’ils règlent mon problème…

J’ai opté pour appeler france truc. Toujours voix suave :

  • Bienvenue sur le 3000. Si vous voulez… tapez 1, si vous voulez régler votre facture, tapez 2…
  • Je fais 2
  • “Nous constatons un retard de paiement et la mise en service limitée de votre ligne. Pour régler avec une carte bancaire tapez 1
  • Je fais 1
  • “Nous n’avons pas les données nécessaires pour vous permettre d’effectuer votre règlement par carte bancaire”. “Pour revenir à l’accueil tapez dièse”.
  • Grave erreur je fais dièse. Pour tourner en rond sans trouver de solution
  • Finalement je me décide à faire le 1014
  • Voix suave, mais possibilité d’avoir un opérateur en ligne.
  • Durée d’attente estimée 2 minutes
  • Attente réelle : 42 minutes. Heureusement que “cet appel est gratuit depuis un poste fixe” m’a précisé la voix suave. Quant à la manière dont France truc conçoit les minutes, je veux bien qu’on me la refile pour faire repartir la mort quand elle arrivera avec du coup, 200 ans d’avance.
  • L’hôtesse, charmante, règle le problème en deux temps trois mouvements.
  • Je récupère ma ligne dans un délai de 48 H.

La fois d’après, malgré les excuses de la banque prévenue d’avoir à régler le téléphone et l’EDF (mais l’EDF c’est une autre histoire…), le prélèvement a été une fois de plus rejeté. Pour me punir de ma récidive, j’ai été mise en service totalement restreint. Je pouvais appeler les pompiers, les flics et le samu, mais on ne pouvait plus m’appeler, et c’est ma mère qui m’a signalé le problème sur mon portable… Parce que je ne passe pas ma vie au téléphone non plus, sauf au boulot…

J’ai pu régler ma note au prix de 45 minutes d’attente. La troisième fois 1 H d’attente. Et que je re-remplis les papiers pour le prélèvement automatique. Mais il y aurait quelque chose dans le logiciel de la banque, d’après celle qui gère mon compte : dès qu’il voit EDF ou France Truc, il coince et il rejette… La banquière est consternée, tout comme moi d’ailleurs. Je maudis le logiciel, mais il s’en fout. France truc me confirme que quand il y a eu un rejet, c’est difficile à rattraper. Même en remplissant les papiers qui vont bien…

Et les rappels de factures partent toujours à Nice, et je me fais toujours avoir…

Avant hier midi : service restreint. Je n’oserai jamais répéter ici le chapelet de grossièretés infâmes que j’ai pu débiter en un temps record. Le chat lui même a senti qu’il se passait quelque chose et est allé se planquer à son endroit habituel, celui où il faudra que j’aille si on annonce une catastrophe tellurique, parce que les animaux sentent bien où ils sont protégés (à l’angle du couloir et de la salle de bain).

Trop tard pour le 1014 : le boulot m’attend. Le soir, trop tard aussi : après 72 minutes d’attente (toujours annoncées comme en étant 2), on m’a déclaré que le service était fermé. Faut pas déconner non plus, les opérateurs ont leur vie eux aussi.

Donc le lendemain midi, même pas l’idée de déjeuner, je me précipite sur le 1014, et j’attends.

  • Mon téléphone fait “biiiip”. Tiens, ils ont trouvé un truc pour m’avertir que je suis en service restreint
  • Après seulement 22 minutes d’attente (et c’est fou comme l’envie de faire pipi prend quand on attend. C’est quand on ira finalement aux WC que l’hôtesse décrochera, c’est gagné d’avance…), me voici prise en charge.
  • Avec des “biiiip”. Je demande à la dame (toutes charmantes, je vais toutes me les faire, je le sens bien sur ce coup là), si elle entend le biiiip et si cela vient d’eux
  • “Non me répond-elle, nos se”vices techniques ne sont pas si au point”
  • Elle p”end mon numéro de ca”te bleue, péniblement car le combiné continue ses “biiiiips”.
  • Sauvée, je se”ai “établie sous 48 H

Reste à savoir pourquoi le combiné fait biiiiiip.

Ben c’est tout bête, mais il m’a tout d’abord fallu récupérer le mode d’emploi de l’engin, que j’ai cherché partout parce qu’il était à sa place (dans la chemise “garanties”). Il était déchargé. Pour la première fois depuis son existence chez moi.

Lorsque je le repose sur son socle, normalement un bip normal se fait entendre, signalant que le socle a bien pris en compte le combiné. Depuis pas mal de temps, je suis parfois obligée de le raccrocher deux ou trois fois de suite pour savoir qu’il est effectivement en charge. Donc à mon avis il y a un faux contact, donc à mon avis c’est le changement de téléphone qui va s’imposer un beau jour et je ne vous raconte pas l’état de mes branchements dans ce secteur hautement protégé contre le chat…

Et la dernière fois que je m’en étais vraiment servi (du téléphone) (le samedi), je l’avais raccroché précipitamment sans faire attention au bip normal, parce que la bonne femme du recensement sonnait à ma porte pour récupérer mes papiers non remplis.

Mais ça, le recensement, c’est une autre histoire.

Au travers de biiiiip anormaux, et en raccrochant l’engin 4 fois, j’ai perçu avec soulagement le signal de mise en charge et les biiiiips se sont arrêté.

Maintenant ce qui va faire bip c’est la bombe à retardement que je vais essayer de me procurer pour faire sauter l’ordinateur du crédit bordelais. Parfois je me dis qu’il me manque cruellement des relations louches et qu’en cela j’ai raté ma vie (ah, faire sauter le grand ordinateur des impôts)…

Comme cela il aura une bonne raison de rejeter les prélèvements de France Truc et d’EDF (l’ordinateur du crédit bordelais, suivez un peu quoi). Mais EDF, c’est une autre histoire… Le recensement aussi d’ailleurs et mon portable.

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 29 janvier '09 par , dans Histoire de sorcière. 18 Commentaires.

Puisque c'est comme ça, je m'écris des rappels…

Comme beaucoup s’envoient des mails de rappels ou de listes, je vais tenter le coup. Pas de raison que vous n’en profitiez pas.  J’ai plein de chose à faire avant le 31 janvier :

  • Prendre RV chez Acromion pour mon frottis
  • Aller chercher ma nouvelle carte bancaire
  • Prendre RV chez le dentiste pour la visite de routine
  • Aller chercher ma nouvelle carte bancaire
  • Aller rendre visite à ma soeur en en profitant au passage pour aller voir la fin des soldes dans la galerie marchande de Carrouf
  • Aller chercher ma nouvelle carte bancaire.
  • Faire une liste de mes 10 bonnes résolutions que je ne tiendrai pas mais que Delphine attend de pied ferme
  • Aller chercher ma nouvelle carte bancaire.
  • M’occuper de mes plantes vertes, à savoir jeter celles qui n’ont pas survécu, parce que je les ai oubliées sur le balcon. Bon OK c’est une honte, mais c’est la première fois de ma vie que je laisse crever une plante, normalement j’ai la main verte
  • Aller chercher ma nouvelle carte bancaire.

Et comme je me connais…

  • Aller faire mes courses le samedi 31 sans soucis aucun, bien sûr
  • Le lundi 2 février, en rade d’essence, au distributeur automatique, découvrir que MERDE J’AI OUBLIE D’ALLER CHERCHER MA NOUVELLE CARTE BANCAIRE ! Et bien sûr la banque est fermée jusqu’au mardi…

C’est à chaque fois la même chose.

Donc je rajoute un item à ma liste :

  • Refaire le plein d’essence vendredi 30 janvier. A rampion pour les courses, le lundi, je pourrai toujours payer par chèque…

La vie n’est qu’un long calvaire et les cartes bancaires non immortelles quoique théoriquement imputrescibles…

Ah et puis :

  • Si par miracle je pense à aller chercher ma carte bancaire à temps, prévenir mes lecteurs… On n’est jamais trop prudente :-)

Posté le 27 janvier '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.

Nos visiteurs…

Lorsque l’on tient un blog, on a forcément des visiteurs, plutôt beaucoup, plutôt ce sont les vacances, plutôt pas assez quand on débute, plutôt ça plafonne et c’est la vie. Avec les commentaires qui vont avec, à savoir aucun commentaire quand on débute avec 10 visiteurs par jour (un hasard), beaucoup de commentaires et merci beaucoup à certaines heures tristes de la vie, une moyenne à laquelle on ne fait plus attention le temps passant.

Il n’empêche que nos (mes) visiteurs se déclinent de plusieurs manières :

  • L’habitué depuis le début quasiment, ou habitué depuis peu, enfin l’habitué. Il vient tous les jours, commente ou non. Parfois on a fait connaissance, parce que l’on est un habitué chez lui également et que l’on sait que nous avons des atomes crochus quelque part. On ne se croit pas d’obligation de commenter de part et d’autre si l’on n’a rien d’intéressant à dire, et également aucun n’ira chouiner chez l’autre : “ça fait longtemps que tu n’as pas commenté chez moi”. Tout se passe dans la sérénité et une certaine amitié certes de Oueb, mais amitié tout de même.
  • Il y a le pervers qui débarque via une gogolesque request “jeune fille avec vagin rasé” et que gogole a dirigé chez moi allez savoir pourquoi. Il se tire immédiatement devant mes démêlés avec Truchon ou la commémoration d’Oradour sur Glane.
  • Il y a le ou la paumé(e) qui cherche un sort contre le mauvais sort, et que si ça marchait, cela se saurait. Devant la pauvreté de la catégorie “sorcellerie, magie et autre”, ils me contactent directement. Généralement j’essaye d’être gentille avec les vrais paumés qui me demandent ce qu’il faut pour : que le père ne boive plus, que la mère ne boive plus, comment faire passer l’enfant non désiré à 15 ans, puis-je parler de l’inceste dont j’ai été victime, j’en passe, la détresse réelle est insondable. Par contre je suis peu amène avec les landru en puissance, les tueurs de belle mère et autres que je menace de dénoncer au fisc et aux flics avec leur adresse IP Généralement ça les calme et ils ne reviennent pas (et c’est fou ce qu’il peut y avoir comme tueurs en puissance…)
  • Il y a le nouveau lecteur enthousiaste, ça fait toujours plaisir, qui annonce qu’il va tout lire du coup parce que c’est trop top. L’hiver, ça va pour les chevilles, l’été, l’oedème menace sauf pour les étés 2007 et 2008.
  • Il y a le nouveau lecteur pas du tout enthousiaste qui a lu les 14 dernières publications pour venir critiquer et dont on se demande comment il a eu le courage de lire 14 posts. Car critiquer il ne s’en prive pas du tout, c’est son truc. Alors nos posts c’est moralisateur à mort, ou bien nous avons tout faux, ou bien nous racontons n’importe quoi, ou alors ce sont les violons à bas prix et trop faciles, rien ne va et surtout pas nous. En règle générale quand on blogue depuis un temps certain, un certain temps, on a l’oeil qui frise un peu à la lecture du commentaire dont on repère immédiatement l’emmerdeur ou l’emmerdeuse de première qui l’a écrit. On répond poliment au premier commentaire, on regimbe un peu au second, on ne répond pas au troisième. L’emmerdeur ou l’emmerdeuse satisfait(e), se dit que l’on n’avait rien d’intéressant à lui répondre et qu’il a bien fait de nous recadrer. Sauf qu’il oublie que l’on est chez nous et que l’on écrit ce que l’on veut. En plus c’est ballot, mais même une quiche comme moi peut le bloquer définitivement, avec un certain plaisir et supprimer ses commentaires indésirables.
  • Il y a l’inconnu qui passe et repasse, son adresse IP se répétant, mais qui reste silencieux, quoique fidèle. Un beau jour on va voir chez lui : on est en favori…

Comme dans la vie qui n’est qu’un long calvaire, nos expériences Oueb peuvent nous mener vers tout, n’importe quoi, le meilleur et le pire. Le meilleur étant les rencontres même pas décevantes au contraire, le pire étant de retrouver des emmerdeurs comme partout ailleurs… En vrai cela ne m’est jamais arrivé, mais en virtuel… (soupir).

Posté le 25 janvier '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Histoire de sorcière. Pas de commentaire.

Ca m'énerve…

Si je suis une adepte d’Internet, il n’en demeure pas moins qu’il y a un reflet de cette haute technologie qui m’énerve prodigieusement : le mail.

Au départ c’est très pratique pour communiquer, mais j’ai été saturée à l’époque où j’étais encore chez Truchon. Les consignes étaient en effet claires : toute demande devait être faite par mail interne. Même si vous vous trouviez à 2 mètres du correspondant.

Comme notre informaticien de génie n’a jamais su pourquoi nous ne recevions pas d’avis d’arrivée de mail, il me fallait aller vérifier ma boîte tous les 1/4 d’heure. Pour trouver un mail de Truchon (toujours lui) : “passez moi machin”. Il était en effet incapable de faire un numéro de téléphone, mais il pouvait me passer devant sans me préciser qu’il fallait que je lui passe machin : il lui fallait faire un mail. Je l’aurais pilé égorgé, écartelé, châtré, grillé, noyé, fusillé, parachuté sans parachute.

Nous étions nombreux à avoir un certain sens de la communication, et à nous donner nos consignes verbalement. Pour ma part j’avais un ANTIQUE cahier sur lequel j’inscrivais ce que j’avais à faire. Je rayais quand c’était fait. Mon premier chef direct aimait bien ce système qui lui permettait de vérifier où j’en étais, et il m’a avoué plus d’une fois que cela le rassurait… Mais Truchon détestait voir mon cahier, celui d’autres également, ou bien des post-it : ça ne faisait pas moderne… le moderne c’était le mail, l’agenda sous outlook, ou autre joyeuseté.

Mais là où cela commence à coincer, c’est que certaines personnes maintenant, semblent incapables de décrocher leur téléphone quand elles ont quelque chose à vous dire. Elles envoient un mail. Or, moi, j’ouvre ma boîte deux fois par jour : une fois le matin et une fois le soir. La personne qui m’envoie à midi un mail “viens prendre le thé vers 16 H 30″ peut toujours m’attendre. Je précise qu’elle est à 3 km, a le téléphone, et moi aussi… Et qu’elle m’enverra un mail pour me demander ce qui a pu m’empêcher de venir…

Et ça se corse encore. Il y en a qui nonobstant l’existence des post-its, petit carnet sur lequel on prend des notes, s’envoient des mails pour ne rien oublier. C’est pratique quand le serveur décide de faire grève. C’est agaçant quand on a pris nous, la peine de leur téléphoner pour leur demander quelque chose.

“Bon pas de problème, mais envoie moi un mail, je me le transmettrai au boulot, comme ça je suis sûre de penser à ton truc”. Et en plus macache… elle n’y pense pas plus. Et on a perdu du temps après l’avoir appelée pour lui faire un mail vachement important qui finira dans la corbeille.

C’est à tel point d’ailleurs, que Mrs Bibelot peste régulièrement. Elle n’a pas d’ordinateur, donc pas Internet, et ce n’est pas maintenant qu’elle va s’y mettre. Elle fait partie d’une association et ne reçoit donc régulièrement, jamais les convocations qui sont envoyées systématiquement par mail à tous les participants éventuels. Or sur ces participants, ils sont 3 à ne pas avoir Internet, mais il ne vient à l’esprit de personne de leur téléphoner, pour leur préciser que c’est champagne vendredi soir à 19 H…

Sans parler des familles qui communiquent à la maison à deux étages par msn (ou téléphone portable) (au pire) “chérie c’est l’heure de passer à table, on t’attend dans la cuisine”. Déjà pour certains, c’est Monsieur et Madame, assis chacun devant leur ordi, à 2 mètres l’un de l’autre, et qui dialoguent via msn.

Je l’ai vu de mes yeux, j’étais abasourdie… J’espère que c’est un cas vraiment isolé…

Posté le 23 janvier '09 par , dans Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

Les joies de l'hiver…

Cela faisait un moment que l’on n’avait pas eu froid comme ça dans la région. Il y a 5 ans environ, il y a eu en janvier 10 jours à -10° s’accrochant, et les routes en patinoires, mais depuis, cela restait soft. Comme la planète se réchauffe, on a forcément oublié que peut-être qu’elle n’a eu qu’un coup de palu, ou bien que tout bêtement ce n’est pas parce qu’elle se réchauffe globalement, qu’en France il fera forcément tout le temps plus chaud.

Une probabilité pour nous étant des hivers de plus en plus froid, et des étés pourris… Mais bon, je ne suis pas l’ange de l’annonciation non plus…

Alors forcément on oublie…

Donc j’avais oublié, les joies de l’hiver…

  • Merde, il neige. Oui quand on est obligé de prendre sa voiture pour bosser, la neige n’est pas forcément très appréciée, même si cela rend le paysage plus joli.
  • Merde il continue à neiger. En plus le froid s’incruste et les collègues en voiture précisent que c’est une vraie patinoire.
  • Le lendemain il fait moins 7. Où : comment faire abstraction de 15 minutes de sommeil pour consacrer 15 minutes à décongeler Copine qui s’est révélée très décevante en conduite sur patinoire, par rapport à Titine qui tenait toujours la route. Copine chasse du cul, c’est une dragueuse…
  • La neige a durci. Forcément, elle ne risque pas de fondre. C’est patinoire, congères durcies, et risque grave de se tôler dans l’escalier de ma résidence. Parce qu’il y a 5 ans, il y avait des marches granitées et tout et tout, mais que le syndic a voulu nous faire dépenser des sous à refaire les entrées (avec escalier amenant au rez-de-jardin). Tout ça pour mettre du marbre qui glisse de peur à la moindre gelée…
  • On opte donc, quand on peut, comme moi, pour des chaussures style confortables et non glissantes, qui font la silhouette légère et genre “je m’en fous de ce qu’on pense de moi”.
  • Et puis le thermomètre continue à descendre. Je suis du style à épier météo France et à maudire les 20 minutes de sommeil en moins qu’implique la température prévue pour le lendemain matin. Temps de dégivrage et de roulage sur patinoire Y COMPRIS EN CENTRE VILLE (et que fait la commune ? je vous le demande)
  • Tout cela pour arriver au boulot et ne pas pouvoir débloquer la grille de fermeture, coincée par le gel/neige fondue reglacée. A mort. Il a fallu deux hommes arrivant en ricanant pour en venir à bout. Après l’avoir décoincée, ils ricanaient nettement moins.
  • Le 7 janvier à 7 H 25, Copine affichait – 12°, mes collègues en pleine Beauce sont allés jusqu’à – 17°. Là, Copine était carrément coincée dans la neige durcie, un peu fondue, redurcie du parking, qu’on se demande ce que fiche le gardien à ne saler que les escaliers, et jamais les places de parking libres la journée. Il faut faire exactement la même manoeuvre que la veille au soir, pour que Copine trouve ses marques à sa place, sinon elle broute…. (de toutes manières, Copine est une chieuse)
  • En plus avec les temps de chauffage, c’est le réservoir d’essence qui en prend un coup. J’ai même craint une fuite d’essence…
  • Mais le 7 janvier à 7 H 30, alors que j’attendais que copine chauffe un peu et que cela dégivre, j’ai eu une immense joie.

Si : immense. Vous ne devinerez jamais…

Cherchez un peu…

Si si, c’est elle.

C’est toujours elle…

Madame Vampire, évidemment déjà levée (elle est à la retraite, peut pas rester couchée sous sa couette par des températures pareilles ?).

Avec, à la main, pour son pare brise : SA SALIERE !

Faut dire que l’année des -10° elle avait pété son pare brise avec de l’eau bouillante. Moi je prends de l’eau très chaude dans une bouteille plastique solide (bouteille de lait, rien de tel, ça ramollit bien) que je promène à l’intérieur de mon pare-brise. C’est très efficace…. Mais jamais au grand jamais, je ne verserais de l’eau bouillante sur un pare-brise par – 12°…. Eventuellement de l’eau chaude + alcool à brûler en cas d’urgence, mais ça ruine les balais d’essuie-glace…

Et là, elle a commencé à saupoudrer son pare brise avec son sel de Guérande, et j’ai cru mourir de rire…

Sel sans additif + glace, c’était l’ingrédient indispensable des sorbetières d’antan.

Je suis partie alors qu’elle avait une espèce de mousse glacée sur son pare-brise, dont elle actionnait les essuies glace à fond la caisse. Moralité, le soir tout le monde a pu l’entendre pleurer/hurler dans le téléphone que ses balais d’essuie glace étaient DCD.

Faudrait pas rire comme ça… Mais là ça m’a rappelé qu’elle nous gonflait déjà il y a 5 ans, car quand elle avait pété son pare brise avec son eau bouillante sous mes yeux n’émerveillés, je n’avais pas du tout compati…

Je m’étais juste demandé où elle pouvait bien aller se promener à des heures pareilles…

Idem le jour des – 12°…

J’m'en vas enquêter à mon tour…

Et aujourd’hui c’est l’anniversaire de quoi ? (la chieuse)

Posté le 21 janvier '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire. Pas de commentaire.

J'adore le latin…

Surtout depuis que je n’en fais plus…

Mrs Bibelot avait fait “ses deux bacs” (il y en avait deux à l’époque et l’on rentrait glorieusement en “philo”) avec latin-grec comme options principales. Il n’était pas question que je coupe au latin, malgré ma mine peu enthousiaste.

Elle voulait faire médecine et tout le monde lui avait dit que pour faire médecine il fallait savoir le latin (pour dépister pasteurella pestis, c’était n’importe quoi, mais tout le monde y croyait)… Elle a donc galéré comme pas possible en PCB (Physique, Chimie, Biologie, à son époque) avant de débuter ses études en fréquentant le quartier latin, car il lui fallait se mettre à niveau par rapport à ceux qui avaient fait “moderne” (pas de latin et surtout pas de grec, mais ce qui était nécessaire et lui manquait).

Elle traduisait Homère dans le texte. Tout se perd un jour à ne pas le pratiquer et elle a quasi oublié son grec (elle s’est plantée dernièrement sur une définition de mots croisés sadiques où il faut mettre la case noire soi-même, mais j’y reviendrai…)… Pour le latin elle était vraiment chiante donc elle n’a pas eu vraiment l’occasion de perdre la main, via moi, ma soeur cadette, et Pulchérie qui ADORAIT le latin…

Oui, Pulchérie adorait le latin qu’elle n’a abandonné qu’en terminale pour se consacrer à ses maths chéries (oui c’est ma fille…). Elle adorait en effet également les maths et particulièrement le théorème de machingore, la physique quantique et les équations au 16ème degré (j’ai mis au monde une enfant anormale, je le réalise tout juste). Tout cela pour finir comme designer chez X très coté… Elle adorait à tel point le latin qu’elle n’arrêtait pas de nous faire des citations latines à une certaine époque. D’où la riposte fameuse (dans la famille), de Delphine exaspérée qui lui lança un beau jour “va dans le métro Satanas” !

Donc Mrs Bibelot m’obligea à prendre “latin” en option… J’étais contre, les déclinaisons je ne percutais pas vraiment et ces salauds de latins en avaient des tas. Elle m’a refait le coup avec l’allemand et là encore des déclinaisons, quasi les mêmes mais quand on n’aime pas le café, on n’aime pas le café… C’est le truc que je ne supportais pas. Je ne supporte d’ailleurs toujours pas, je n’arrive pas à décliner dans ma tête spontanément, autre chose que des conneries… (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif, poil au pif)

Mais j’adore l’éthymologie, et là, forcément le latin me rattrape. Le grec aussi d’ailleurs. S’il ne fallait pas apprendre un nouvel alphabet à mon âge, je m’y mettrais bien, en plus ils étaient normaux, ils ne déclinaient pas eux…

J’adore lire que la “manipule” était un morceau d’armée de 10 hommes, donc, facile à “manipuler” (d’où l’expression), qu’être “légion” c’est forcément beaucoup, que le grand égout de Rome s’appelait “cloaqua maxima”, que le triomphe était une fête, gloire maximum pour celui qui avait vaincu ou fait quelque chose qui en valait la peine : c’était la récompense maximum à Rome, que décimer vient de la punition la plus dure dans l’armée : la décimation à l’unité qui a reculé : on prend un homme sur 10 et on les exécute tous coupable ou non… et j’en passe.

Malgré ma haine du latin en bas âge (11 ans), j’ai par contre toujours adoré l’histoire de Rome, Romulus et Remus, et les citations, petites histoires, ou réflexions sages :

  • “Si tu veux la paix, prépare la guerre’ (ci vis pacem para belum) (que me cita Mrs Bibelot quand adolescente je croyais que la guerre était là parce que la France peaufinait son capital bombe A et H) : qui est toujours resté d’actualité

  • Je préfère être le premier dans ce village que le second dans Rome- JC  (Jules César, pas Jésus Christ !)

  • La roche tarpéïenne n’est pas loin du capitole (à traduire, c’est la question piège du post)

  • N’oublie jamais que tu n’es qu’un homme (à celui qui avait mérité son “triomphe”)

  • Ils ont vécu (pour ne pas dire : ils sont morts : on vient de les trucider)

  • Mieux vaut laisser s’enfuir un coupable que de condamner un innocent

  • Il faut rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu (à vous de juger)

  • Il faut détruire Carthage (Delenda est Cartago) pour le rabâchage ! Ah oui les filles Caton était atteint de radotage bien avant moi, qui commençait tous ses discours par cette phrase et les terminait par la même (mais il a eu, je le pense, plus de résultats que moi… car il n’était pas question de pince à épiler. Mais c’est tout de même à force de l’entendre déclarer “il faut détruire Carthage, que le sénat s’est résolu à faire quelque chose). L’horreur de la chose étant que Carthage a été effectivement totalement détruite, mais que je ne reverrai jamais mes chères pinces à épiler…

Donc régulièrement je m’y colle (au latin et à l’histoire de Rome), en restant complètement nulle sur l’histoire concernant “de Napoléon à 1958″. C’est simple moi c’est : l’Egypte (ancienne bien sûr), l’histoire de Rome, le moyen âge, la guerre de 100 ans, la renaissance, la révolution et très vaguement, de loin, Napoléon… La deuxième guerre mondiale est une exception parce qu’on m’en a beaucoup parlé dans mon enfance…

Je suis aussi anormale que Pulchérie qui adorait ses maths, en adorant mon latin… Mais j’ai du mal… Avec l’âge la capacité d’apprentissage n’est plus la même qu’à 12 ou 13 ans (c’est là que l’on est con, et on ne le sait même pas)

La vie n’est qu’un long calvaire quand on veut se mettre finalement, à décliner (rosa, rosa, rosam…)

Trop tard ma vieille, t’es trop vieille !

Posté le 19 janvier '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Histoire de sorcière. 15 Commentaires.

Pauvres petits coeurs… (plaignez-les…), ou "mes dernières volontés"

dodieclownut

La première fois c’était un beau jour de promenade en forêt pour que les chiens et les enfants se fatiguent (parents indignes mais bon maîtres, les chiens adorent cavaler jusqu’à n’en plus pouvoir).

Beau jour de printemps ensoleillé, les petits oiseaux gasssouillant dans les zzzzarbres (faisant un raffut pas possible avant le lever du soleil, sales bêtes !)

Et là Pulchérie tout à coup inspirée :

  • “Maman quand je serai morte, je ne veux pas être enterrée sous la terre, je veux être mise dans les arbres avec les petits zozieaux !”

  • Glups !

  • “Comme les indiens faisaient. Tu me promets maman ?”

  • Glups ! “Non ma chérie je ne peux pas te le promettre. Dans notre pays, c’est interdit”

  • “C’est dégoutant !”

  • “Oui mais c’est comme ça ma puce. Et puis tu sais, j’espère bien que ce n’est pas moi qui aurais à m’occuper de toi après ta mort”

  • “Ah bon, pourquoi ?”.

  • “Ben… Parce que normalement les parents partent avant leurs enfants…”

  • “Mais je ne veux pas t’enterrer moiiiiii ! (quel trésor adoré) Ouiiinnnn !” Et une promenade gâchée, une, avec mon enterrement en perspective…

Delphine à son tour deux ou trois ans plus tard, âge sans doute où l’on commence à penser à sa mort. Promenade régulière au cours de laquelle nous passons devant, sous, un hêtre magnifique et classé (la première chose que nous avons fait après la tempête de 1999 a été de vérifier qu’il avait tenu le coup, oui ! Ouf !), certainement plus que tri-centenaire.

  • “Maman, quand je serai morte, je veux être brûlée et tu viendras répandre mes cendres au pied de ce bel arbre” (chic, une promenade de réussie de plus en moins…)

  • Glups !

  • “tu sais ma chérie, c’est possible, mais j’espère que ce ne sera pas moi qui me chargerai de tes cendres…”

  • “Pourquoi ?” (ton indigné) Pourquoi ? parce que j’étais là avant, que je serai là après, que je suis immortelle ?

  • “Ce sont les enfants qui enterrent leurs parents, dans l’ordre normal des choses !”

  • “Mais je ne veux pas que tu sois enterrée.! Ouiiiinnnn.! Je préfère répandre tes cendres au pied du bel arbre !” (quel amour…)

  • “Alors ça, si tu veux ma chérie (quoique, au cimetière familial, il y a plein de personnes que j’ai bien connues, mais bon, au pied de cet arbre magnifique, pourquoi pas, du coup je m’interroge et le ciel est moins bleu subitement…).

A moins que l’on ne me mette dans les plus hautes branches du bel arbre, avec les petits zozieaux… Je ne sais point trop si on aura la permission et ce qu’en penseront les eaux et forêts… Mes héritières s’enguirlanderont donc, pour changer, pour savoir si l’on m’enterre ou si l’on me brûle, et dans le deuxième cas qui s’occupe des cendres. Super comme perspective !

POUR EVITER DES DISPUTES FORCEMENT STERILES, JE PRECISE ICI ET DE MANIERE FORMELLE : le crématoire, en ce qui me concerne, je suis contre. Etre bouffée par les vers aussi, donc j’exige un embaumement en bonne uniforme (comme l’écrivait la comptable de chez Truchon). De nos jours on fait ça trèèèèès bien. Le torréfacteur thanatopracteur (enfin bref, merde pour l’orthographe, l’embaumeur donc) doit par contre se déplacer rapidement, mais j’aurais mes dernières volontés sur moi, ha ! ha !

C’est dit. Et en plus il faudra demander une dérogation spéciale, pour m’enterrer dans le bois de ma maman à moi (à qui je vais demander immédiatement et sans délai de me faire héritière du petit bois (qui ne vaut rien) en lieu et place de l’armoire normande et de la barbotine promis depuis longtemps) qui comporte un cimetière mérovingien, dans un terrain marneux, dans lequel les corps ne se décomposent pas… (A l’époque où il y a eu des fouilles, ils en ont su quelque chose les trouveurs de corps qui n’avaient pas prévu de chambres froides pour bloquer le processus de décomposition débutant subitement après ouverture des sarcophages en cuir).

D’ailleurs j’exige d’être enterrée (bien entendue embaumée) dans le cimetière mérovingien avec une clef USB noyée dans de la résine imputréfiable, un clavier d’ordi et un DVD (idem) et une photographie plastifiée de mes deux filles pour bien décontenancer les chercheurs du futur qui penseront que deux civilisations se sont cotoyées curieusement..

Voilà les filles, inutile de vous disputer : c’est simple en ce qui me concerne (et pour le terrain marneux faut du chêne pour le cercueil, le bois gonfle et ça protège encore plus le corps). Le problème c’est qu’en cas de sécheresse il faudra venir arroser de temps à autre… Je sais que remonter le chemin des marnes avec une citerne c’est la corvée, mais, merde je suis j’étais votre mère tout de même…

Et finalement, quoi que pas croyante, je veux la messe de requiem de Mozart dans son intégralité, pour l’inhumation de mon corps désormais incorruptible (peut-être à noyer lui aussi dans de la résine, j’hésite…). Vous faites venir un orchestre symphonique dans le petit bois ou vous commandez une grand messe, c’est à vous de voir sur ce choix là je ne suis pas exigeante.

Et puis vous faites un petit discours. Pas commun, chacune devra bien y réfléchir. Le discours se devra d’être émouvant mais pas larmoyant, mais bien relater les grands moments de ma vie, sauf le jour où je me suis rétamée devant vous, mortes de rire, sur une plaque de verglas… (clause de dé-héritage oblige…)

Je vous le disais, c’est tout simple

D’ailleurs je précise tout de même, c’est le moment où jamais, que c’est simple car sans fleurs ni couronnes. Je déteste les couronnes mortuaires, et que l’on sacrifie des fleurs pour un décès. Faites moi régulièrement envoyer des fleurs par Interflora de mon vivant, je préfère, mais après ma mort, ce n’est pas la peine de songer à fleurir ma tombe.

Ah oui, en parlant de ma tombe, j’aimerai bien du marbre noir, avec gravé précisément mes noms, prénoms, dates de naissance et de décès, l’intégralité de mon blog, et si possible une photo de moi quand que j’étais jeune, ça remonte toujours le moral de voir ça…

Maintenant faut que je me trouve la convention obsèques qui va bien… Et qui vous rappellera à l’ordre, si nécessaire, y compris pour l’envoi des fleurs de mon vivant.

Il n’y a pas que la vie qui ne soit qu’un long calvaire… Parce que vous êtes mal barrées, et moi aussi…

Posté le 16 janvier '09 par , dans Ah ces parents !. Pas de commentaire.

Et la solidarité, on s'asseoit dessus ?

13 janvier 2009. Journée un peu morose au boulot, date anniversaire pour ma collègue d’en face, du jour où elle a enterré son fils ainé qui n’avait eu que 16 années à vivre. Il pleut, il fait moche même si le froid s’éloigne un peu, et la voir se perdre de toute évidence dans ses souvenirs me fait un peu mal.

Il y a des journées comme celles-ci. A 17 H tout bâclé, je pars vers la maison, enfin mon appartement, mon immeuble, mon chez moi douillet pour moi.

La route privée de ma résidence, fait pour moi un U avant que je ne puisse me garer. Un petit rondpoint gère les déplacements et joue les ralentisseurs. J’ai une place privée. Puis, conception de l’immeuble oblige, il y a une marche à monter, puis un petit escalier à descendre pour rejoindre le hall. Cela a permis de mettre des appartements en rez de jardin et de ne pas sacrifier un appartement pour faire hall d’entrée (sauf que bien évidemment l’architecte a fait n’importe quoi en mettant une marche à monter et non pas une de moins à descendre, ne cherchez pas, ce sont les architectes…). Ne vous en foutez pas c’est important : le ralentisseur, et la topographie des lieux…

Donc à peine arrivée à hauteur de ma place pour me garer, je la vois. La vieille dame. Elle est assise sur la petite marche et il est clair pour moi qu’elle est tombée et n’arrive pas à se relever. Je fais ma manoeuvre rapidement : elle ne quitte pas ma voiture des yeux, et en me voyant en descendre, me fait un signe tremblant de la main.

Evidemment, je me dirige vers elle. Sa main droite saigne, elle a du sang plein le visage, elle tremble.

Oui elle est tombée, et n’arrive pas à se relever. 4 voitures sont passées sans s’arrêter dont une qui s’est garée un peu plus loin, de laquelle sont sortis 4 jeunes qui sont rentrés direct dans le hall d’à côté.  Il fait encore jour, on ne peut pas ne pas la voir. Elle a froid, elle a peur, elle ne pourra jamais se relever toute seule. Elle sert étroitement son sac et sa canne.

Aïe, elle pèse plus lourd qu’il n’y paraît. Je n’arriverai jamais à la relever toute seule. Je vais poser mon sac et mon parapluie dans l’entrée et elle crie “ne m’abandonnez pas”. Non je ne l’abandonne pas, je lui ai dit “je reviens”. Arrive un minot rescapé du collège, je le connais bien. Il s’arrête près de la dame et sur un signe de moi, la rassure. Non je ne l’ai pas abandonnée, elle n’est pas abandonnée, il reste à côté d’elle après m’avoir crié que son père n’est pas rentré, d’un air navré.

Des jeunes hommes valides (3 désormais) dans le hall, aucun n’est rentré. Je remonte le petit escalier, et j’essaye en la prenant à bras le corps, aidée du minot qui semble terrifié et affolé. C’est un poids mort qui tremble et là, passe une voiture sans s’arrêter.

Si mes yeux avaient été des pistolets je lui flinguais ses roues et sa carrosserie à ce connard. Il ne va pas me faire croire qu’il n’a pas vu une vieille dame assise sur la petite marche, les fesses dans l’eau, et moi et le minot essayant de la relever ? Si il me le fera croire si je le retrouve et il ne faut pas que je le retrouve, alors que 4 pneus c’est si vite dégonflés…

Et là, elle pleure, elle se voit mourant là de froid et d’injustice. J’épie les fenêtres et qui est chez lui. Miracle, le voisin du dernier étage s’il n’est pas de prime jeunesse, est un homme visiblement encore très bien portant. Je sonne chez lui et le voici qui arrive avec sa femme, tous les deux catastrophés.

Difficile à nous deux de relever la vieille dame et il y a l’escalier à descendre. Le minot toujours un peu pâlot prend la canne et le sac à main, et péniblement nous arrivons à la faire arriver dans le hall. Combien de pas hésitants et tremblants, d’arrêts ? Qu’importe.  A chaque marche c’est la peur de la chute pour elle et nous, l’impression qu’un brancard serait bien utile. Elle pèse combien cette dame ? 45 kg tout mouillé, mais c’est le poids mort. Dans le hall cela s’anime un peu. La femme du voisin est là, qui a averti une autre vieille dame qui a toute sa tête. Faut-il appeler les pompiers ? Non pas à notre avis. Elle s’est juste ouvert la main sur une arête coupante de marbre contre lequel tout le monde vocifère depuis 4 ans, et le sang sur le visage c’est quand elle s’est essuyé les yeux. Quand elle a pleuré.

Ma voisine la connaît bien, et se précipite pour aller prévenir les enfants qui sont proches et dont elle a les coordonnées. Elle a les coordonnées de tout le monde et Je la soupçonne d’avoir les numéros de portables des filles, dieu sait comment. Mais la dame ne peut pas rentrer toute seule chez elle, personne ne l’envisage. Hésitante et toujours tremblante, elle s’accroche à mon bras, et lâche le monsieur, qui s’assure qu’à nous deux cela ira.

Aller jusqu’à l’ascenseur, la faire entrer, récupérer son sac et sa canne. Puis ouvrir chez elle. C’est joli comme tout. Pas mon petit nid douillet, les meubles ce n’est pas trop mon style, mais les 5 pièces dans ma résidence sont terriblement bien conçus.

Je l’aide à déboutonner sa veste de fourrure, elle n’y arrive pas. Elle tremble tellement… Elle est bien mise et coquette et en moi chemine la question “et si ?”

“J’avais mis de la fourrure pour ne pas avoir froid. Je sais que ce n’est pas bien, mais que voulez-vous, cette veste me vient de ma mère…

Passe un temps réellement mort…

“J’ai Parkinson mademoiselle. Normalement je n’ai pas le droit de sortir, ce sont toujours mes enfants qui m’emmènent et m’accompagnent quand je le désire. Mais là, après cette neige et ce froid glacial, j’ai eu envie d’aller en ville toute seule, d’être autonome. J’ai réussi à aller boire une tasse de thé “chez Dorothée”, et je suis revenue doucement, j’étais contente”

“Mais j’ai Parkinson mademoiselle. Et on ne sait jamais quand ça reprend. Ma jambe a tremblé comme je voulais monter cette maudite petite marche et je suis tombée. Comme un bébé qui apprend à marcher, sauf qu’un enfant ça se relève tout seul mademoiselle. Et je suis restée là, toute seule, assise, à regarder les voitures passer alors que je leur faisais signe. Quand je vous ai vue vous garer, je n’avais qu’une peur : que vous passiez à côté de moi en faisant semblant de ne pas me voir”

Elle tremblait toujours “de froid” et pleurait à nouveau, contemplant sa main coupée avec étonnement. Elle m’a indiqué comment nous faire une bonne tasse de thé, je l’ai installée dans ce qu’elle m’a indiqué comme étant SON fauteuil et sur ses indications je suis allée chercher une compresse dans la salle de bain pour désinfecter une coupure nette et pas grave. Et une autre pour laver ce sang de ce visage, dont je voulais m’assurer qu’il n’était pas le résultat d’une blessure.

Et puis elle a bu sa bonne tasse de thé avec un plaisir évident, et moi la mienne pour ne pas la désobliger (au jasmin, berk…) en faisant comme tous les Parkinsoniens, en s’aidant de son autre main. Elle a un peu arrêté de trembler et m’a déclaré ne plus avoir froid mais qu’elle avait un châle dans sa chambre à tel endroit, que je suis allée lui chercher. Je n’ai pas voulu le lui mettre, (elle s’est parfaitement débrouillée toute seule) pour ne pas l’humilier d’avantage. Si elle n’avait pas réussi, bien sûr que je l’aurais enveloppée dedans…

J’étais ennuyée de la laisser seule, donc, ne voulais pas la laisser seule, mais apparemment les enfants sont vraiment disponibles pour leur mère. A peine le châle mis, sa fille débarquait, en alarme “maman !” et s’est confondue en excuses et remerciements à mon égard pour m’offrir une deuxième tasse de thé au jasmin…

Et moi je regardais l’appartement si bien arrangé, cette vieille dame avec toute sa tête et encore une bonne dose d’inconscience, et je me disais enfin : “et si… et si c’était moi ?”.

Oui peut-être qu’un jour ce serait moi, la vieille dame inconsciente, voulant se prouver qu’elle le peut. Et je serais condamnée à rester à terre jusqu’à ce qu’une âme charitable normale s’inquiète de moi ?

Quand je suis redescendue, dieu soit loué, il y avait des gens qui m’attendaient pour me demander des nouvelles. Mais bien sûr, eux, dans leur appartement, devant la TV, ils n’avaient rien pu voir ni entendre et cela je le comprends tout à fait. Ma voisine m’a donné les n° de tel des deux enfants au caz’où et j’ai pu rentrer chez moi, un peu glacée malgré le thé (au jasmin, berk).

Car les autres, ceux qui sont passés sans seulement ralentir, donnant au fil des minutes certainement longues vu le sang qui décorait la dalle de marbre, à cette dame des angoisses à n’en plus finir. Eux ? Qui sont-ils ?

La solidarité on s’asseoit dessus ? Chacun pour soi et dieu pour tous ? Dieu reconnaitra les siens ? Moi d’abord, moi jamais ? Qui est seul au monde ?

Une main tendue, de la gentillesse, de la compassion, savoir être rassurant, demander de l’aide, rester à l’écoute, aider surtout, n’est-ce pas la moindre des choses ? N’avons nous pas appris à nos enfants à se mettre “à la place des autres ?” et même  au travers e des animaux, quand, telle Sophie ils découpaient des mouches ?

Le connard aveugle dans sa BM qui m’est passé sous le nez, alors que le minot faisait signe, qui est-il ?

Comme le dis la chanson des enfoirés “aujourd’hui nos paupières et nos portes sont closes, les autres sont toujours, toujours en over dose”. Une vieille dame assise sur un trottoir, un soir de janvier pluvieux et encore froid, c’est vraiment l’over dose ?

Je suis rentrée chez moi triste pour elle, mais la conscience en paix… En moi s’insinue juste la peur, la vraie. “Et si ?”. J’ai réalisé après qu’elle m’avait tout le temps appelé “mademoiselle”. Pour elle je suis une demoiselle. Que serais-je dans 10 ou 20 ans ?

Posté le 14 janvier '09 par , dans Chroniques d'une vie ordinaire, Coup de gueule. 29 Commentaires.

G comme : Gérer son caddy a l'hyper marché (quand on y va)

C’est le moment d’un petit coup de dictionnaire d’une civilisation tordue (oui Pulchérie, je cherche, je cherche, c’est certainement sous mon nez, c’est désespérant)…

Déjà sur le parking on est confronté au problème du caddy… Je vous préviens tout de suite, cela va être hard… C’est limite interdit aux moins de 16 ans.

  • Souvent on est garé super loin du distributeur de caddies. 100 mètres au moins. Pour constater en y arrivant qu’il y a deux places de libres, une à droite et une à gauche, (du distributeur de caddies). On se dit qu’on a été gourouté ce n’est pas possible…
  • Il n’en reste que 2 de disponibles (de caddies) (c’est la période des fêtes, un hasard).
  • Et devant nous il y a la personne qui cherche son pion pour le prendre (son caddy), et qui nous bloque forcément pour prendre le dernier, parce qu’il ne sait plus où il a rangé son pion dans le porte monnaie, ou peut-être dans la poche arrière du sac, ou bien tout bêtement dans le jean qui est dans le lave linge ?
  • On se rue enfin sur le dernier caddy parce que le lave linge a été innocenté, et on cherche son pion partout, parce que l’aimanté spécial à ne jamais perdre, et bien, il s’est perdu… Et 1 euro, on n’a qu’en petite monnaie, alors on fait la manche pendant 10 minutes jusqu’à ce que l’on trouve la personne qui a du temps à perdre et échangerait avec joie 1 euro contre 5 pièces de 10 cents et le reste en 2, 1, et 5 cents…

On se retrouve donc au volant du caddy. Là il y a plusieurs sortes de conducteurs :

  • Il y a le trainard qui n’en a rien à foutre, la soirée à y passer, et va faire toutes les gondoles en le laissant en plein milieu de l’allée (le caddy) pour aller simplement constater que les changes complets c’est de l’arnaque par rapport à ce qu’il payait il y a 30 ans…
  • Il y a la ménagère dont on sent que les enfants sont assoiffés de sang affamés, qui, l’oeil sur sa liste dont elle ne dérogera pas et elle a bien raison, circule méthodiquement, au pas de charge en rentrant dans tout le monde. Limite si elle s’y prend bien, elle peut vous ruiner un tendon d’Achille (c’est arrivé à une de mes copines de se faire ruiner le tendon d’Achille par le caddy d’une mégère…)
  • Il y a les pratiques, qui laissent le caddy n’importe où en ayant envoyé les grands enfants chercher : l’un les fromages, l’autre la charcuterie et le dernier les laitages, pendant qu’ils se chamaillent pour savoir si c’est : vin blanc, vin rouge, ou les deux, en dégustant. Le caddy gène tout le monde, mais ils s’en foutent. Comme ils sont 15 à avoir eu la même idée, il y a soudain un parking à caddies au seul endroit circulable en théorie.
  • Il y a les distraits qui sans moufter alimentent le caddy de quelqu’un d’autre, et y déposent sans sourciller leur jambon quotidien sur 3 packs de coca (alors qu’ils n’en boivent jamais), et deux paquets de changes complets alors qu’ils en ont l’âge, mais ne sont pas encore grand parents… Ah cette joie des changements impromptus de caddy et la joie de retrouver le nôtre (un hasard) avec des rajoutures incongrues (que l’on dépose sournoisement dans un autre caddy, ah mais !).
  • Il y a ceux qui garent systématiquement leur caddy en travers en se demandant “blanc ou rouge ?” “Noir ou praliné ?” et vous toisent de haut quand vous demandez le passage la bave aux lèvres.
  • Il y a ceux qui plantent leur caddy plein au beau milieu d’une allée, en voyant la trombine des caisses surchargées et rentrent chez eux direct…

Après ce parcours du combattant, il faut retrouver la voiture si l’on a oublié de mémoriser le n° de l’allée et/ou qu’on a changé de voiture il y a une semaine. Ne rigolez pas, ça m’est arrivé (ah ça vous fait rire ? Ingrats !)

Puis il faut décharger les courses du caddy dans le coffre, s’apercevoir qu’on a laissé les cabas à la maison, penser à refermer le coffre, et aller reporter le caddy au distributeur, ‘achement loin, à 100 mètres au moins.

Pour s’apercevoir qu’on a définitivement perdu l’euro récupéré avec peine qui est tombé tout seul.

Heureux consommateurs sommes nous… De nature optimiste, on se dit que c’est cet euro là qui nous manquera dans 10 ans pour acheter le quart de baguette nous évitant de mourir de faim…

D’un autre côté : relativisons. Il y en a qui ont fait le débarquement le 6 juin 1944…

Posté le 12 janvier '09 par , dans Dictionnaire d'une civilisation tordue. 20 Commentaires.