Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

Le mariage de Pulchérie : samedi 26 (part 3)

alliances-copierSur la route TVB, arrivée à Rambouillet, direction la mairie, et paf, une place de libre juste au bon endroit.

Mon père fait sa manoeuvre, ravi, et nous voilà arrivés à pied d’oeuvre si l’on peut dire… Il fait beau et chaud (célèbre contrepèterie Belge), mais c’est supportable, je ne vais pas dégouliner…

Il y a tout ça de monde ! Je ne reconnais pas mon ex beau père, je visualise vaguement quelques têtes connues, car Delphine précise que tout le monde doit monter, hop hop hop et plus vite que ça ! Pas le temps de me poser vraiment.

Nous montons donc et j’ai bien fait de changer de sandales. Arrivée dans la salle des mariages, une femme que je ne reconnais pas me saute au cou : c’est mon ex méchante belle soeur (conne et hypocrite en plus, elle pouvait se contenter de me saluer vaguement). Elle qui a passé sa vie à critiquer le physique des autres, ne s’est pas arrangée. J’étais prévenue, mais avec malice, j’apprécie de constater. Son mari idem, me saute au cou et pareil, je ne le reconnais pas tout de suite.

C’est tellement sincère que cela se voit, et lui, ça le vexe… “ben oui, on vieilli plus ou moins bien”. Je le prend pour moi en compliment : comme il m’a reconnue, j’ai mieux vieilli que lui (HI HI !)

Mon ex nièce qui elle est sincère vient m’embrasser également et me présente son mari et ses deux fils. Puis je me dirige vers un banc pour m’avachir m’asseoir avec grâce. Une employée de mairie me fait signe que non et quand je précise que je suis la mère de la mariée, m’installe sur le banc juste devant où Albert vient me rejoindre. Encore un trauma en vue pour les deux filles !

Commence le discours connu de tous, avec des rajouts par rapport à mes deux mariages, concernant l’autorité parentale et l’éducation des enfants. Depuis mes parents, le livret de famille s’est étriqué : actuellement il n’est prévu QUE pour 10 enfants…

Et puis enfin, ce sont les “OUI” prononcés fort et clair, alors que Delphine (un des témoins de sa soeur), essaye de ne pas pleurer d’émotion…

Cornaquée par ma soeur, ma nièce, la petite fée, s’avance, grave et sans doute très intimidée, avec les alliances à donner aux mariés pour l’échange éternel de l’anneau qui se met au doigt du coeur, à la main gauche…*

Albert me glisse “ça y est, nous l’avons mariée” et je me surprends à sourire avec lui en me demandant d’où lui vient ce “nous”. Je suis émue mais sans trop, ce n’est pas moi qui vais trompeter dans un mouchoir. Je suis contente et sereine.

10 ans qu’ils se connaissent, 8 ans qu’ils vivent ensemble, 2 ans que l’on parle de ce mariage, 9 mois qu’on le prépare, ce grand moment. Lointaine est l’époque où la fille quittait ce jour là le domicile paternel, où une mère “parlait” à sa fille au dernier moment avec tristesse et résignation. Là, tout baigne…

L’adjointe oublie de suggérer le baiser des mariés, la foule s’en mêle et donc, bisous bisous bisous. Flashes. On se croirait au festival de Cannes !

Sortie de la mairie. C’est le moment de retrouver et reconnaitre tout le monde (sauf mon ex beau père, qui visiblement est malade, a terriblement maigri et que je ne repèrerai qu’en montant dans le petit bois). Des blogueuses que je connais viennent me faire la bise (Katia et Deedee), ils ont dit “OUI”, je suis zen ! Anne So mitraille à tout va !

Les mariés montent enfin dans la twingo (mais sans ballons). Seul mauvais timing : il est 16 H et le RV dans le petit bois est prévu pour 17 H APRES la séance photos. Tout le monde part donc vers le petit bois (que faire d’autre ? Aller visiter le château ?) en suivant telle ou telle voiture. Ma soeur faisant le guide perdra une voiture, mais ses occupants finiront par arriver à bon port ! Les portables, c’est fantastique !

Direction donc : le petit bois où nous attendent une décoration de rêve, les tables mises, le coin camping nickel, et tout le reste…

Mais la perfection n’est perfection que s’il y a un lézard quelque part…

Car la vie n’est qu’un long calvaire…

* Au moyen âge, on passait légèrement l’anneau au niveau du pouce “au nom du père”, de l’index “au nom du fils”, du majeur “du saint esprit” et on le mettait enfin à l’annulaire “ainsi soit-il”.

* Pendant longtemps, on a pensé que l’annulaire gauche était relié directement au coeur…

Posté le 8 juillet '10 par , dans Crise de nerf, Faites des gosses !, Histoire de sorcière, Nos grands moments de solitude.
Tags : , , , , ,

Commentaires »

Comment par sebseb
2010-07-08 08:27:39

Rhoooo, comment tu nous fait saliver ;)

Bon vivement les photos et… dingue comme tu es restée zen ;) Longue et heureuse vie aux mariés (je mets au singulier na :p )

Comment par Calpurnia
2010-07-08 14:01:58

Pour l’instant, moi aussi j’attends les photos…

 
 
Comment par Katia
2010-07-08 11:21:45

Hi hi hi… (oui, c’est tout ce que j’ai à dire, mais ça me fait rigoler de revivre la scène avec tes yeux et tes mots). ;-)

Comment par Calpurnia
2010-07-08 14:02:59

Normal !
La mariée a presque été traumatisée de nous voir assis côte à côte son père et moi !
Bien la peine d’avoir si peur de nos “retrouvailles” :-)

 
 
Comment par Louisianne
2010-07-08 13:11:42

Jolie description, ça me prépare psychologiquement pour le jour où ce sera mon tour !
Quoi les ennuis commencent ? Ah non, ça c’est chez moi !

Comment par Calpurnia
2010-07-08 14:03:29

Je n’ai pas utilisé ton expression favorite, mais cela arrive à tout le monde !

 
 
Comment par prunelle
2010-07-09 23:21:31

eh oui, les choses ont changé, parfois les enfants du couple sont enfants d’honneur en plus !
je dis ça, mais nous on a fait le baptème de notre premier en même temps que notre mariage ….

Comment par Calpurnia
2010-07-10 18:16:12

Oui heureusement que les choses ont changé ! Pour nous et pour eux !

 
 
Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI