Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

C'était un jour comme les autres…

C’était un jour comme les autres, une consultation de routine, une de celle que toute femme vit régulièrement.

Il y a eu le moment où la gynéco s’est un peu figée, où son ton a changé, où elle a insisté sur la zone qu’elle palpait, en refusant tout à coup de continuer à parler. Il y a eu ce moment où Jacqueline s’est sentie tomber dans un gouffre, ce moment où son coeur s’est serré pour trop longtemps. Il y a eu l’ordonnance pour la mammographie, les paroles rassurantes qui ne rassuraient pas parce que le ton était déjà pour trop longtemps différent, trop neutre.

Il y a eu l’attente dans l’arrière boutique du radiologue, où elle se sentait transie, glacée de l’intérieur, comme déjà à la morgue, son coeur battant la chamade, un refus absolu planté en elle : le refus de mourir. Pas déjà, pas maintenant ! Un jour peut-être, un jour c’est sûr, mais pas dans trop peu de temps. Trop d’attente pour trop de clichés de contrôles…

Il y a eu la ponction et l’attente des résultats, mais elle savait. Elle savait que ce n’était pas un kyste. Elle a pleuré de n’avoir pas allaité ses enfants puisqu’il paraît que cela protège du cancer du sein. Elle payait d’être une mauvaise mère, la Faculté le lui a laissé entendre, même si nous lui disions que non, et que rien n’est vraiment prouvé.

Il y a eu la boule que l’on retire, sans retirer celles d’angoisses qui coincent la gorge, les enfants trop enthousiastes et optimistes à son chevet. Elle n’avait que les copines Jacqueline, pour en parler vraiment, pour pleurer, pour refuser la pitié, tout en ayant besoin de soutien, besoin que l’on écoute et partage ses angoisses et cette peur qui la faisait téléphoner souvent à 3 H du matin. Il y avait le téléphone qui la reliait à celles qui parfois, jadis, avaient pu lui donner une fausse impression de ne pas l’apprécier et qui maintenant lui tendaient les bras. Elle découvrait Jacqueline, que la solidarité féminine existe, et cela lui réchauffait le coeur, terrassait parfois sa peur.

Il y a eu les rayons pour l’aider à terrasser la bête qui se nourrissait de sa vie. Elle ne voulait pas arrêter de travailler Jacqueline, parce que son travail c’était aussi sa vie. Elle s’y rendait après ses séances pour entendre, muette et épuisée, son patron se plaindre de son rhume… Avec tout un personnel horrifié par le comportement de l’avocat tordu, devant et derrière elle pour lui ordonner de s’arrêter et de se reposer. Mais elle ne voulait pas se reposer pour trop penser au moment où elle deviendrait poussières.

Elle a pleuré Jacqueline, trop pleuré peut-être, sachant que le véritable espoir était bien loin dans le temps. Pas envie de mourir, pas envie de vieillir pour savoir si elle vivrait ou non, tout en sachant qu’un jour qu’elle voulait le plus lointain possible, la mort aurait gain de cause.

Elle a écrit son journal Jacqueline et commencé à aider les femmes comme elles, souffrant dans leur féminité de cette tumeur injuste.

Et puis le temps a passé. 10 ans déjà !!!! Les examens étaient bons. Toujours bons, toujours négatifs pour le mauvais, toujours parfaits quoi. Et il y a eu le jour où le cancérologue lui a dit qu’elle était considérée comme guérie, définitivement guérie de cette fois là. Parce qu’il peut toujours en venir un autre, un crabe… Ailleurs, on ne sait pas pourquoi…

Il y a eu le vendredi 17 octobre 2008 où elle a entendu le mot “guérie madame ! n’ayez plus aucune inquiétude !” “maintenant je vous revois dans 2 ans, juste pour la tranquillité d’esprit”

Il y avait toutes ces années où elle ne pouvait s’empêcher de se palper les seins, de guetter le moindre symptôme qui pouvait être le signe que le crabe n’était pas mort, oubliant qu’il métastase généralement ailleurs. Il y avait un pan de sa vie qui n’avait été qu’attente, et enfin, au bout du chemin, le résultat trop espéré.

Elle était tellement heureuse Jacqueline, qu’elle a envoyé un texto à ses enfants “enfin guérie, je suis trop heureuse et je vous aime trop”. C’était le restaurant pour le samedi 18 octobre 2008, avec champagne à volonté et taxi pour ramener tout le monde. C’était le premier jour vraiment heureux depuis trop longtemps.

Et puis c’était un jour comme les autres pour tout le monde. Elle est sortie de l’hôpital en lévitant, tellement elle était heureuse, pour rejoindre sa voiture. C’est ce que l’on imagine vu le texto… Il faisait beau, même si un peu froid ce vendredi, et elle était guérie. Même si le déluge avait été là, elle l’aurait trouvé magnifique. Il était 15 H 35.

Elle n’a pas vu le bus Jacqueline… Le conducteur l’a vue trop tard, elle s’est quasi jetée sous ses roues. Et la camarde qui l’attendait depuis si longtemps devait ricaner derrière un peuplier quand le SAMU est arrivé trop tard. Dès le choc, il était trop tard. Et, des médecins sortis sur l’alerte, celui qui pleurait le plus, était paraît-il son cancérologue… On peut le comprendre. Avoir annoncé sa guérison à une patiente, dans cette spécialité là, et la voir mourir bêtement 10 minutes après dans un accident de la route, c’est à se pendre…

Quand j’ai reçu le mail en rentrant d’une bonne soirée passée avec Louisianne, j’ai été pétrifiée. La joie et le bonheur sont autant assassins que le malheur. Jacqueline, tu avais prévu les amies à prévenir avec une liste mail, mais pas pour cette nouvelle là…

Prenez donc garde à vous. Sur un coup de joie, n’oubliez pas de regarder en traversant, de conduire normalement, que la vie ne vous est pas assurée à jamais même si fatalement elle se terminera un jour.

Adieu mon amie. Nous sommes 10 ce soir, pour qui tes enfants ont pris la peine de donner de mauvaises nouvelles, mais nous savons que cela leur a fait quelque part un peu de bien…. Nous découvrons en même temps que ton départ à quel point nous comptions pour toi. Et demain ils en auront l’assurance et le réconfort.

Décidément c’est la période où je vous régale vraiment de posts les plus gais possibles…

Posté le 18 octobre '08 par , dans Coup de gueule, Histoire de sorcière.
Tags : , , , , ,

Commentaires »

Comment par Marcus
2008-10-18 09:32:16

C’est terrible ! Les circonstances de la disparition de ton amie sont désolantes. C’est une bien triste affaire qui rappelle si besoin était que la mort attend au coin de rue, à chaque virage, dans nos activités quotidiennes parfois les plus anodines. Il vaut mieux ne pas y penser car sinon on ne ferait jamais rien, mais il faut tout de même le savoir. Souvent ce n’est pas l’heure mais parfois…
Le cancérologue se consolera en se disant qu’elle est morte guérie après avoir gagné ensemble ce combat contre la maladie. Sûr qu’il ne pourra pas s’empêcher à l’avenir de recommander à ses patientes de garder la tête sur les épaules.

 
Comment par Petites histoires
2008-10-18 09:41:45

Bouleversant.

 
Comment par Manou
2008-10-18 10:03:31

L’ironie du sort fait mal

 
Comment par JR
2008-10-18 11:03:31

Oui, mange toi ça dans ta face, il est bien écrit et bien violent ton texte. Courage à toi.

 
Comment par JS
2008-10-18 11:31:13

Je crois que c’est la première fois que je laisse un commentaire. Ce texte m’a vraiment touché et je tenais à donner un peu de ma sympathie…

 
Comment par Sophie / TiteC
2008-10-18 12:02:45

c’est vraiment trop triste et carrément injuste
la vie est une belle vacherie parfois

 
Comment par Dom
2008-10-18 13:41:46

La semaine dernière, j’ai assisté à la crémation de mon cousin, terrassé brusquement par une crise cardiaque, devant sa mère.
Il avait arrêté de boire.
Il avait arrêté de fumer.
Il s’était remis au sport.

L’ironie du sort comme dit Manou, oui. Il avait 39 ans.

Carpe diem !!!

 
Comment par Dom
2008-10-18 13:43:51

Mon commentaire ci dessus n’a d’autre but que de rappeler comme tu le fais avec ce billet si bien écrit que la vie est courte, que rien n’est jamais acquis, ni dans un sens, ni dans l’autre, d’où mon carpe diem.
Il va de soi que je t’envoie toute mon affection.

 
Comment par Vladyk
2008-10-18 14:20:32

Toutes mes condoléances, j’ai les frissons qui me parcours tout le corps et la larme à l’œil à lire cela… bien sur que je ne connaissais pas la personne en cause mais c’était une femme qui c’est battu pour vivre et une fois “l’assurance” qu’elle avait gagné la fatalité la frappé de plein fouet…

C’est vrai que la vie peut être bien injuste et une belle salope parfois !

 
Comment par Esther
2008-10-18 15:30:09

C’est horrible et comme tu le dis c’est aussi le fait que la vie n’est jamais acquise d’avance que cela en fait toute sa valeur…

 
Comment par Louisianne
2008-10-18 20:12:06

C’est horrible ! Je ne sais pas quoi dire ! Dire que tu as appris cette mauvaise nouvelle en rentrant chez toi ! La destin est parfois si cruel, si injuste ! En quoi faut il croire ? A quoi faut il se raccrocher !
Je pense à toi, je suis de tout coeur avec toi, que puis faire d’autre hélas !

 
Comment par Calpurnia
2008-10-18 23:30:02

Réponses en vrac !

Marcus : cette fatalité écrite sans doute, c’est difficile à vivre. Et se dire qu’elle est morte guérie, en bonne santé quoi. Morte heureuse en tous cas, mais morte quand même. Comment ne pas penser à la camarde régulièrement en se demandant si ce jour si comme les autres n’est pas le dernier ? Heureusement que l’on peut vivre et avancer quand même…

Petites histoires : c’est tellement STUPIDE !

Manou : quand le sort s’y met avec son ironie, on lui dirait bien ce que l’on pense, mais chut, faut pas qu’il pense à nous !

JR : c’est la vie qui est violente ! Merci…

JS : merci beaucoup. Toutes les sympathies touchent à certains moments…

Sophie : la vie est SOUVENT très injuste !

Dom : j’ai bien compris ton message, le même que le mien. Carpe Diem. Mais parfois c’est difficile… J’ai souvent du mal…

Vladyk : en se battant pour vivre elle a oublié que l’on pouvait mourir autrement que de ce contre quoi elle se battait. C’est souvent cela…

Esther : on dit que la mort donne de la valeur à la vie. Pourquoi pas ? Moi je pense que mourir c’est oublier tout simplement que l’on a vécu, et ce soir j’envie ceux qui ont la foi…

Louisianne : le pire c’est que j’ai blogué un peu en rentrant, et que j’ai ouvert ma boîte machinalement, d’ordinaire je ne la regarde que le matin (ma boîte perso). En quoi croire et se raccrocher ? Je vais relire “poussières d’étoiles”… Après ces deux décès quasi consécutifs, cela va me faire du bien !

 
Comment par corinne a
2008-10-19 13:09:33

toutes ems pensées avec toi et la famille
même si je ne vous connais pas personnellement
j’ai perdu ma mere cet été d’une operation à coeur ouvert
cela faisait environ 30 ans qu’elle nous disait qu’elle allait mourir
qlq part elle en a mm oublié de vivre parfois, tellement paralysée par la peur de mourrir…. tout le temps…. cette epée au dessus de la tête
finalement elle a fait un seul voyage 1 semaine de vacances en Tunisie dont elle est revenue si heureuse , je me demande m^me si je l’avais déjà vue si enchantée avant cela…à ce moment là elle savait qu’elle serait opérée dès sont retour
et 1 mois après elle nous quittait, contre sa volonté…
oui c’est dur
je pense a toi
à vous
bon courage

 
Comment par ckankonvaou
2008-10-19 15:15:56

On ne connaissait pas Jacqueline, mais ça fiche un coup ! c’est pas possible cette histoire la ! c’est une histoire ?

 
Comment par Calpurnia
2008-10-19 15:23:14

Réponses en vrac !

corinne a : la peur de mourir peut faire oublier de vivre, c’est très fréquent, mais peu avoué… Bon courage à toi, perdre sa maman c’est très dur.

ckankonvaou.. Oui c’est une histoire. C’est l’absurdité de la vie et de la mort, c’est une vraie histoire… Il y en a tellement que l’on n’oserait pas mettre dans un scénario…

 
Comment par Marie-Christine
2008-10-20 03:08:28

C’est horrible ! pour elle et son entourage. bon courage à toi, j’ai l’impression que tu en as besoin en ce moment…

 
Comment par Plume Vive
2008-10-20 09:50:45

ouch…

 
Comment par Cathe
2008-10-20 17:06:25

Peu de mots devant cette terrible histoire. J’espère qu’elle n’a pas eu le temps de comprendre…De tout cœur avec sa famille et toi son amie, pour cette immense peine.

 
Comment par Calpurnia
2008-10-20 18:08:03

Réponses en vrac !

Marie-Christine : nous récupérons les copines et moi même. Finalement depuis le temps que l’on s’attendait au pire, et bien pire que pire est arrivé…

Plume Vive : oui ça fait mal !

Cathe : Nous espérons tous qu’elle n’a pas eu le temps de comprendre ou tout au moins de réaliser. Les médecins disent toujours ça mais…

Merci à tous !

 
Comment par Estel
2008-10-20 20:22:25

Ton travail d’écriture lui rend hommage. Mais que de violence.
Pensées.

 
Comment par Calpurnia
2008-10-21 17:58:03

Estel : merci !

 
Nom (obligatoire)
E-mail (required - never shown publicly)
URL
Votre commentaire (smaller size | larger size)

RSS feed | Trackback URI