Bienvenue sur le blog de la Gentille sorcière.

'Ah je l’aurai méritée ma place au Sénat !'

La vieille bique du dernier étage… (1)

Les filles dans l-arbreQuand j’ai emménagé dans mon appartement en 1995, avec mes deux filles superbement réussies (voir la photo prise par MOA au cours d’un été où elles ont passé leur temps dans un tilleul…), j’arrivais sans le savoir dans une résidence pour personnes âgées… (Lire la suite…)

Posté le 6 octobre '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Chroniques d'une vie ordinaire, Faites des gosses !. 10 Commentaires.

Des nouvelles du front (9) (Si je ne m’abuse et je m’abuse souvent…)

Blonde rétro 2Ce coup-ci : serait-ce moi sur la photo ? Vous rêvez, je ne vous infligerai jamais ma tronche !

Il y avait eu une  bonne nouvelle en son temps : les impôts (je m’obstine à les appeler comme cela) m’avaient perdue (le rêve de beaucoup), un coup pour l’IR, un coup pour le foncier. Je m’étais déplacée pour m’entendre dire que je n’existais plus, et ils s’y étaient mis à 3 pour m’annoncer mon décès, en faisant comme si je  n’étais pas là, ce qui d’un autre côté était normal.

Je les avais relancés régulièrement pour connaître le montant de ma taxe foncière et celle d’habitation…

Généralement on me répondait que je n’existais pas, quand j’arrivais à choper quelqu’un… Pourtant pour l’IR j’étais toujours vivante, telle la vampire du fisc, morte vivante pour le centre de Rambouillet…

Ils avaient dû m’écrire au mauvais nom sinon (celui de Charles Hubert depuis longtemps retiré de la boîte à lettres et que je n’ai plus le droit d’utiliser, à fortiori les autres) et à la mauvaise adresse (enfin, une adresse incomplète) puisque j’avais foutu le bazar dans leur grand ordinateur en me déplaçant une fois de plus et en exigeant de voir, immédiatement, tout de suite, sans délai, et même avant, mon nom dûment changé sur l’écran et que l’on fasse “validation”. Sans le savoir j’étais passée du statut morte vivante à celui de personne dédoublée, existant sous deux noms différents, et puis tout à coup :

  • En août 2013 on me retrouve pour me signaler une ATD (notification d’avis à tiers détenteur). En fait non, on ne me retrouve pas. On a bien envoyé l’avis à un mauvais nom avec adresse incomplète, et cela a été déposé chez l’oncle, mais le fils de l’oncle, qui m’aimait bien et qui gardait la maison, a cru me rendre service en venant déposer le courrier dans ma boîte aux lettres avec de grosses bises au passage
  • C’est dommage, parce que si cela avait été retourné avec la mention “inconnue à l’adresse indiquée) cela aurait peut-être changé la face du monde et évité la poussée d’une île quelque part au large du Pakistan…
  • Je me suis assise sur ses grosses bises, m’étouffant en regardant la douloureuse…
  • On me réclamait 2009, 2010, 2011, le tout avec 10 % de majoration
  • Je ne vous raconte pas comment je me suis énervée par mail, car je m’étais déjà énervée en mai, ayant contesté mon IR pour 2009, 2010 en décembre dernier, et la réponse “sous les meilleurs délais” me semblant tarder un peu trop (en mai, toujours aucune réponse).
  • Curieusement, comme j’avais été particulièrement désagréable et ironique, en mai j’avais eu une réponse dans les deux heures, et trois jours après deux notifications de dégrèvement pour les deux années contestées. La “je ne sais pas quoi” comprenant mon énervement légitime”.
  • Mais ON n’avait toujours pas fait le lien avec la madame épouse Dabra que j’ai été pendant 3 ans. Les avis devaient être déposés par un facteur de plus en plus incompétent (je présente mes excuses aux facteurs compétents) à l’oncle de Charles Hubert, le seul dans la commune à porter un nom vraiment assez peu courant (en France, ils font tous partie de la même famille c’est vous dire…)
  • Et l’autre (l’oncle) au lieu de payer sans regarder (quelle andouille !), devait foutre mes avis à la poubelle après les avoir piétinés à mon avis, car il détestait son neveu (et aurait dû me féliciter de l’avoir foutu à la porte, un soir d’énervement, le rouleau à pâtisserie à la main (même pas je plaisante))
  • Donc j’ai envoyé un mail tout de suite, avec un scan du petit mot “mis dans la boîte de papa par erreur, je t’embrasse et j’espère que tu vas bien”.
  • En demandant ce que c’était que ce bazar, dans des termes assez semblables à ceux du mois de mai : polis, mais ironiques voire pire qu’ironiques
  • Et qu’où qu’ils étaient mes sous qu’on me devait, rapport aux dégrèvements et qu’on aurait pu tout de même basculer sur mes dettes pharaoniques ? (c’est simple, pour un 4 pièces je paies 4 fois plus cher que mes parents pour un pavillon de 200 m2 et 1200 m2 de terrain, dans une commune très chère mais mieux gérée que la mienne…)
  • Réponse le lendemain : les sous n’étaient  nulle part, car il n’y avait pas eu de rapport de fait entre moi et moi.
  • Et alors pourquoi qu’on ne m’avait pas envoyé un chèque de remboursement ?
  • Parce qu’on attendait que je me manifeste. C’était comme ma réclamation de décembre, passée aux oubliettes, dès-fois-que-j’oublie…
  • Bon et bien là je me manifeste, je  demande à ce que l’on impute mes sous sur mes dettes, et que l’on me fasse au moins, remise des 10 %, vu que ce n’est pas de ma faute tout de même, si on m’a perdue: une fois on m’a refusé un chèque d’acompte parce qu’on-ne-savait-pas-ce-qu’on-allait-en-faire-vu-que-je-n’existais-pas-dans-le-foncier….
  • Aucune volonté de ma part, on le notera !
  • Depuis toutes preuves énoncées par moi de ma bonne volonté et d’un problème réel au niveau du fisc, pas de réponse, on ne m’a pas rendu mes sous, on ne m’a pas répondu concernant les 10 %, J’ai renoncé, je suis en train de terminer  ma lettre au médiateur + un peu au dessus, au niveau où j’en ai ras le bol par rapport à ma tête, ce qui fait assez haut…
  • Et si je dis “terminer” c’est qu’au départ je voulais faire bref et bien résumé. C’est impossible. Le résumé c’est vous qui l’avez, cela vous donne une idée (c’est bien plus compliqué que ce que vous avez lu EN FAIT)… En plus il me faut envisager au moins pour 15 Euros de photocopies à faire, et c’est mon budget de la semaine pour bouffer… (les cartouches d’une imprimante coûtent un bras et je garde les miens pour l’instant)
  • Et puis toujours en plus, mon agression relatée ici, m’a un peu coupé les phalanges et a bloqué ma frappe : cela fait 3 semaines de perdues…
  • Et si je parle de 15 Euros par semaine pour bouffer, c’est qu’il y a un moment où c’est la banque qui vous rattrape… (mais bon, comme j’ai un rein à vendre, ils ont bien voulu l’hypothéquer…)

Je sais c’est cornélien cette histoire. Et encore le mot est faible, mais une chose est certaine : je suis totalement dans la merde (si mon million de lecteur quotidien peut m’envoyer chacun un euro, l’excédent passera dans le remboursement du syndic, et du renflouement très très très très partiel de la SS (la Sécu !)). Je plaisante évidemment (vu que je suis loin du million, sinon j’aurais ouvert une souscription vous l’imaginez bien), demandant simplement la remise des 10 %, les sous que l’on me doit dans le compte qui va bien, et un étalement sur 30 ans de ma dette…

Si un de mes lecteurs s’y connait un peu, il peut toujours me tuyauter, je suis preneuse. Car si l’ATD doit me laisser pour vivre le RSA, moins les 450 Euros mensuels au syndic pendant encore au moins 24 mois, je ne suis pas dans la merde…

Voila les nouvelles du front. Déjà que la santé de papa nous avait retiré le droit à 3 semaines de détente à la Grande Motte (ce qui m’a bouffé le moral en plus du reste que j’aurais pu tenter de régler de là-bas…)

Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de boulot que l’on n’a pas besoin de se changer les idées.

Une autre bonne nouvelle : un dossier en instance avec pôle emploi devant prendre 9 mois et déposé en janvier, vient d’être soldé.

Ils ont été dans les temps, c’est correct, rien à redire.

Comme quoi je ne rouspète pas tout le temps…

Même si la vie n’est qu’un long calvaire.

Et sinon le 1er octobre ce cela J moins 12 avant l’anniversaire de Delphine : elle ne changera jamais ma bichette !

 

Posté le 26 septembre '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Chroniques d'une vie ordinaire, Crise de nerf. 12 Commentaires.

L’été 2013…

R_veil_55949019Si pour certains l’été 2013 restera dans les annales comme ayant été un bel été (après un printemps pourri qui a joué les prolongations), pour moi cela a été l’été de tous les bruits…

Tout a commencé le 21 juin très précisément, au moment où j’ai eu l’impression qu’il y avait un voisin qui se servait d’un marteau piqueur, comme un cinglé…

En sortant de chez moi (courage, fuyons), j’ai vu dans le hall que mes nouveaux voisins du dessous s’excusaient à l’avance de devoir faire “un peu de bruit”.

Ils m’ont confirmé qu’ils refaisaient entièrement cuisine et salle de bain.

D’où d’horribles bruits, de 10 H du matin à 17 H, d’autres voisins leur ayant demandé de limiter un peu leurs activités, particulièrement l’un d’eux travaillant de nuit et dormant le jour (il a perdu 20 kg…).

Parce qu’ils ont cassé le carrelage pour en reposer un neuf (moche à mon avis), scié du bois, et la scie circulaire ça fait un bruit épouvantable, bref, pendant 3 semaines, cela a été l’enfer.

Nous pensions tous être tiré d’enfer d’affaire quand un beau matin, vlabadaboum, à 8 heures pétantes j’ai eu l’impression qu’un avion privé s’était écrasé pas trop loin et je me suis précipitée pour voir d’où venait la fumée. Mais ce n’était que l’appartement du dernier étage qui venait d’être enfin vendu (après 1 an d’attente) et investi par un groupe d’ouvriers aux horaires très stricts, chargés de tout casser car il fallait changer les fenêtres (double vitrage), ôter le parquet pour mettre du carrelage, refaire intégralement salle de bain et cuisine, en bref, tout refaire.

A grand renfort d’un bruit insupportable car ils étaient plusieurs, les uns cassant le sol, alors que les autres pétaient les fenêtres existantes pour les remplacer etc…

Après il y a eu une semaine assez calme, puis cela a été le concert des perceuses un peu partout. C’est fou ce que l’on peut percer quand on a les moyens de refaire un appartement à neuf. Et le nombre de coups de marteau qui sont donnés est assez impressionnant…

Le voisin travaillant de nuit avait émigré chez sa soeur, et moi j’ai pris mon mal en patience alors qu’une partie de l’immeuble était parti en vacances.

Ca c’était juillet…

Et puis en aout c’est l’appartement d’en face sur mon pallier qui s’est trouvé lui aussi investi du même groupe d’ouvriers, embauchés par les nouveaux propriétaires (là encore l’appartement était vide depuis un bon moment), un couple de jeunes pourtant charmants, qui avaient eux aussi décidé de tout casser pour tout refaire. J’ai échappé aux fenêtres à double vitrage installées par la précédente propriétaire…

Comme c’était en aout et que nous n’étions plus que 2 à ne pas être partis, le bruit a été continu de 8 H à 18 H, avec une pause déjeuner de 2 H pendant laquelle je pouvais écouter de la musique le silence… Et encore, c’était souvent le moment où l’ON descendait les gravats ce qui se fait rarement discrètement…)

Une horreur pour moi qui déteste le plus petit bruit sans vouloir emmerder les autres avec mon hyperacousie… J’ai arrêté de compter les coups de perçeuses, tamponneuses, marteaux piqueurs (pour le moins).

Il y a eu donc l’été 2013 et son bruit (+ la chaleur qui obligeait à ouvrir les fenêtres donc le bruit passait mieux) + les commentaires qui allaient avec, dans le hall, au fur et à mesure que les vacanciers rentraient.Comme il y a pas mal de personnes dans ma situation donc chez eux toute la journée, il y avait AG dans le hall un jour sur deux…

Car il est apparu rapidement que ceux qui ont fait le plus de bruit (le monsieur ayant perdu 20 kg avait, il y a 2 ans, changé son carrelage et, malgré l’éloignement relatif (cela se passait dans l’autre escalier)  je ne vous raconte pas le carnage…), sont ceux qui tolèrent le moins le bruit des autres. Ceux du dernier étage qui avaient cassé les oreilles de tout le monde pendant juillet, ne supportaient pas le bruit qui régnait juste à côté de chez moi en aout et voici deux nouveaux couples qui ne se disent donc pas bonjour…

Une affiche du syndic a été apposée dans les halls : interdiction de faire du bruit genre “perceuse en folie” le samedi matin et le dimanche toute la journée (oui parce qu’il y en a qui ont percé même le dimanche), mais c’était trop tard car tout le monde en était aux peintures…

Et faire de la peinture, ce n’est pas bruyant…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 16 septembre '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Chroniques d'une vie ordinaire. 7 Commentaires.

Au mauvais endroit et au mauvais moment… (LES EXPERTS…) (fin)

Cow boysAprès avoir quitté les pompiers avec tous les honneurs vu que je n’ai pas piqué de crise de nerf (comme si une femme qui se respecte devait forcément piquer une crise de nerfs), je file chez mes parents, passer mes nerfs justement, sur le mirabellier qu’il faut secouer 3 fois par jour (quand le temps des mirabelles est passé, il est trop tard !), après avoir été faire pipi (oui un blog c’est personnel ou pas, là ce n’est pas “ou pas”).

J’ai dans ma tête une seule vision : un homme, et une arme, qui m’a regardée comme le fait un fusil pour un lapin. Limite, je fusille papa d’avoir été chasseur et il bredouille des excuses pour me faire plaisir (mais ce n’est pas pour rien qu’il a arrêté de chasser, c’était juste une pauvre bête qui un jour s’est arrêtée épuisée, et l’a regardé en demandant “pourquoi ?”, et lui terminée la chasse…)

Et j’ai de plus un récit à faire qui va consterner mes parents. Même par chez moi, on peut désormais s’attendre à tout !

Le médecin qui me prend “entre deux”me trouvera en bonne forme quoique (tension, RC…), le traumatisme peut se révéler réellement des semaines plus tard. Il me délivre donc un ITT de 3 jours (à ne pas confondre avec un arrêt de travail). (Et porter plainte me fera du bien sur le plan psycho : j’y cours tout de suite après la consultation après être passée aux toilettes (note de l’auteur : un gros stress est très diurétique, c’est bon à savoir)).

Au commissariat, c’est tout juste si on ne m’attendait pas, et je suis prise en charge par une aimable fliquette qui prend ma déposition avant de la confronter avec les rapports de ses collègues (pendant sa confrontation personnelle, permettez que j’aille faire pipi).

En héroïne qui se respecte, j’ai toujours la bloblotte, le coeur qui bat trop vite, et tout le reste qui merde (PIPIIIIIII !)

Tout concorde, je ne suis pas une mythomane (que ça à faire que de perdre un après midi pour se faire remarquer) et c’est là que les experts vont pouvoir aller se rhabiller.

Pour la voiture, il est acquis que c’est le modèle vu par au moins 8 personnes (6 pompiers et 2 témoins de l’écrabouillement du piéton) sur lequel je suis restée vague, mais qui correspond, donc on va passer au conducteur armé.

Ma description fait cracher à l’ordinateur 3 photographies, mais je suis formelle : aucune ne correspond, même en coupant les cheveux aux deux hippies bien trop âgés, ce que le logiciel ne sait pas faire. C’est à moi d’y réfléchir : que ça à faire…

Je précise que j’ai surtout une mémoire orale grandiose. Son, ton, manière de parler c’est mon truc. Le timbre de la voix aussi compte ! avec un bon programme, je vais trouver le mec qui tenait le flingue.. MAIS aucun programme n’est prévu pour: je ne suis pas à la bac et c’est fort dommage Je ne suis que dans un commissariat de quartier et ma fliquett et son pote en sont un peu dégoutés.

L’accent : est-ce que j’ai entendu un accent particulier ? On se préoccupe tout à coup de mon oreille… Non, pas d’accent, juste une phrase mal formulée (car le “tu dégages” était très clair), dont j’ai du mal à me souvenir exactement. Fort heureusement ma première déclaration faite chez les pompiers me fait confirmer. Une chose est certaine pour moi : verbes dans le mauvais ordre. Vu la description du suspect et ce que j’ai déclaré en premier, on se rabat immédiatement sur l’Europe de l’est…

Et on va essayer si cela ne me dérange pas, de faire un portrait robot…

Si on me laisse aller pisser je veux bien, et je vais affronter après, le portrait robot que les témoins,  dans toutes les séries, arrivent à faire en moins de 5 minutes.

La fliquette et un de ses collègues venu en renfort (l’affaire serait plus grave que ce que je peux penser ?), m’expliquent qu’il est beaucoup plus difficile de faire le portrait robot d’une personne que l’on connait BIEN, que d’un inconnu croisé quelques secondes. C’est étrange, mais c’est comme cela (procurez-vous un logiciel, et essayez de faire le portrait robot de votre mère et vous verrez…). Je le savais déjà, ayant testé ce genre de truc dans un centre commercial où une brigade de la gendarmerie opérait : impossible de faire le portrait robot d’Albert, encore mon époux chéri à l’époque…

Sauf que, et c’est là que le bat blesse, l’homme m’a fait fugitivement penser à un acteur. Et que mes neurones en déroute n’arrivent pas à retrouver quel est cet acteur. Cela me reviendra dans 6 mois, à  5 H du matin, c’est toujours comme cela, comme quand je cherche où j’ai déjà vu cet acteur, où quelle est cette voix qui en double un autre (je déteste la VO)…

Au bout d’une 1/2 heure force est de devoir constater que je ne peux pas faire le portrait robot. J’ai retenu la couleur des yeux (qui a sauté aux miens en 1/4 de seconde, comme un coup de pied aux fesses avant que je ne me sente menacée), la couleur des cheveux, la coupe courte des dits cheveux, le fait qu’il s’agissait plutôt d’un bel homme, ET POINT BARRE. Je sais simplement que si je rencontre cet homme, je le reconnaitrai, et encore, il se présentait de 3/4 par une fenêtre de voiture ouverte.

L’intervention d’un autre collègue qui est aussi sur l’affaire mais pas me concernant, toutes les 10 secondes, n’aide personne et surtout pas la fliquette qui s’exaspère…

Implantation des cheveux : pas remarqué, forme de la bouche et des yeux non plus, le nez : quel nez ? la hauteur du front : pas fait attention, etc… L’affaire a dû durer 3 ou 4 secondes, à peine…

Corpulence à mon avis moyenne (vu le peu que j’en ai vu), pas de signe particulier (sauf la couleur des yeux assez rare), l’homme semblait propre sur lui bref… je suis un témoin ordinaire… Le témoin ordinaire est un mauvais témoin.

Alors j’ai eu tout faux parce que l’on pense toujours :

  • Que l’on va noter la plaque d’immatriculation, la marque, la couleur et le modèle du véhicule (valable si on le suit depuis un moment, on enregistre inconsciemment…)
  • Que l’on va tout bien fixer pour le noter tout de suite ! (faudrait pouvoir écrire)
  • Que l’on sera le témoin du siècle.

Mais ne souffrant pas du syndrome “unforgettable” j’ai fait comme tous les témoins : je me suis plantée dans 90 % de cette affaire qui m’a laissée en vie, mais non sans traumatisme…

Car la vie n’est qu’un long calvaire…

(Et les experts vous savez ce que je leur dis aux experts ?)

Posté le 11 septembre '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Chroniques d'une vie ordinaire. 8 Commentaires.

Au mauvais endroit et au mauvais moment… (mais ça aurait pu être pire…) (2)

Cow boysLes pompiers pensent donc que je fais un malaise, mais j’arrive rapidement à leur faire comprendre que non. Mon malaise c’est la décharge d’adrénaline que je viens de me prendre, qui m’a scié les jambes et emballé mon coeur.

Ils comprennent rapidement de quoi il retourne. Deux m’aident à descendre de voiture mais c’est bon, j’arrive à marcher. Le troisième rentre ma voiture dans la cour, et arrive le médecin.

Je raconte ce qu’il vient de se produire.

Les pompiers ont parfaitement vu passer, peu avant mon arrivée, un véhicule tel que je le leur décrit (un vague 4 x 4, c’est vachement précis), qui les a klaxonnés alors qu’un passager à l’arrière leur faisait un bras d’honneur. Ils sont formels sur la marque et le modèle (ce qui correspond à ma description fort succincte, car je n’ai pas mémorisé la couleur du véhicule).

Puis tout va s’enchaîner très vite alors que mon esprit ne fait qu’une chose : essayer de se souvenir un maximum de la tête de l’homme qui m’a menacée.

  • Mes 116 pulsations minute attestent que je suis en état de choc, mais cela va passer ou pas
  • On appelle les flics, c’est la règle
  • On veut m’emmener à l’hôpital, mais c’est NIET de ma part !
  • Arrive un VSL avec 3 de leurs collègues à bord, qui se sont frités verbalement suite à un stop grillé, juste avant la RN 10, avec le véhicule précédemment cité. Eux aussi précisent la marque et le modèle ainsi que la couleur, mais n’ont pas relevé la plaque, sauf le département.
  • Arrivent les flics qui venaient juste de terminer de prendre des témoignages suite à un piéton renversé et gravement blessé dans une commune voisine, à un feu rouge.
  • Et il s’agirait, d’après les deux témoins, du même véhicule que le mien… Tout à coup, le peu que j’ai pu dire se recoupe avec tout le reste. J’ai bien toute ma tête même si à mon sens, elle est un peu en vrac…
  • Il va me falloir tout raconter, faire une description précise du conducteur (entrevu 5 seconde maxi), faire une reconstitution avec les flics, aller voir le médecin, et aller porter plainte. Parce que eux vont faire des rapport, mais il faut des preuves pour relier l’affaire du piéton renversé et la mienne… Et là, c’est à moi de voir. 50 % des gens se débinent paraît-il, et ne portent jamais plainte (à quoi bon ?)
  • Les flics (fort sympas par ailleurs) s’obstinent à me parler de “braquage” alors qu’on ne m’a rien volé. Mais bon, le fait de se retrouver dans la ligne de mire d’une arme à feu vraie ou fausse, c’est un braquage…
  • Et moi j’ai peur rétrospectivement, encore plus qu’après l’histoire en elle-même. Car je m’étais persuadée que l’arme était fausse, juste destinée à impressionner. Alors que celui qui me l’a brandie sous le nez, venait de toute évidence, de laisser sur le carreau un piéton, sans se préoccuper de lui…
  • A peu de choses près… J’aurais vraiment été au mauvais endroit et au mauvais moment.

On finit par me relâcher (vous êtes certaine madame que vous pourrez conduire ?), insister pour que je porte plainte, car ne pas le faire, c’est dédouaner les mecs sur le chemin desquels j’étais au mauvais endroit et au mauvais moment… Beaucoup de personnes ne portent jamais plainte, et c’est un tort car cela fausse les statistiques, et empêche des enquêtes d’être rondement menées !

Car de toute évidence ils mijotaient quelque chose : braquer U ou le DAB de la poste à 20 mètres, et je les ai dérangés. C’est tout ce que l’on peut conclure : je les ai dérangés. Car ils étaient 4 dans la voiture, les autres témoins sont formels (moi je n’ai vu que le conducteur, et une silhouette derrière lui).

Dérangés en quoi ? On ne sait pas. Ils planquaient, ils guettaient, ils mijotaient, on ne sait pas, mais cette agression contre moi n’a pas d’autre solution valable : je les dérangeais…

Et il est évident qu’ils n’étaient pas bien malins : ils auraient dû voir que je déchargeais dans la benne et que forcément, j’aurais dégagé rapidement. MAIS ILS ETAIENT PRESSES ET POURQUOI ? Un “”pro” m’aurait laissé terminer c’est la seule conclusion des flics, des pompiers, et la mienne également. Après ils avaient le champ libre : PAS UN TEMOIN !

De rage ils auraient pu me tuer “songez-y madame, il faut porter plainte”.

La vie n’est qu’un long calvaire…

 

Posté le 9 septembre '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Chroniques d'une vie ordinaire. 10 Commentaires.

Au mauvais endroit et au mauvais moment… (mais ça aurait pu être pire…) (1)

Cow boysEtant née sous une bonne étoile, la chance me court après sans jamais arriver à me rattraper. La malchance aussi d’ailleurs, mais sans que la mienne (légendaire tout de même dans la famille) ne soit totale.

J’en prends pour exemple ce qu’il m’est arrivé dans mon bourg, ce vendredi 6 septembre. Je me suis réveillée de bonne humeur, avec l’impression que j’allais passer une bonne journée. J’avais tort. La prochaine fois que je me réveille avec cette double sensation : je reste couchée.

Je me suis en effet mise à trier avant de ranger, l’intégralité de mon appartement. Ce qui fait que pour l’instant cela ressemble à Berlin en mai 45, mais cela ne va pas durer (je croise les doigts en touchant du bois…)

Entre autres choses, j’ai entrepris de mettre à la benne tous les magasines ou objets laissés par Charles-Hubert, magasines qui ne me dérangeaient pas jusque là, mais maintenant si, parce que j’ai entrepris de ranger d’autres choses leurs places et de faire du vide. Donc il faut  jeter, et il n’y a pas de poubelles de récup dans ma résidence. C’est comme cela, il faut aller à U pour benner ce qui se trie.

Je suis donc partie vers 14 H avec deux cabas plein de magasines, avec l’idée d’en faire autant chaque jour jusqu’à épuisement du stock. Un cabas de magasines c’est lourd, et je me suis donc promis de moins les remplir les prochaines fois suis donc arrivée à U devant les containers spéciaux “plastique, papiers, cartons, magasines”, totalement éreintée par le transport des dits cabas de mon pallier à la voiture.

Ces containers sont placés juste devant un stop, le stop de la sortie de parking de U, et je me suis donc garée sur la gauche, en montant légèrement sur le trottoir, juste devant le stop, de manière à ne gêner personne, comme tout le monde le fait (ça ne dérange effectivement personne).

  • Je descends le premier cabas, et je le vide. Ce faisant je réalise que ma voiture tourne et que j’ai mon sac dedans,
  • Je remets le premier cabas vide dans la voiture, je prends mon sac à main, je prends le deuxième cabas que je vide consciencieusement dans le container.
  • Alors que j’arrive aux trois derniers magasines que je m’apprête à lâcher dans le container, une “voix masculine” m’apostrophe : “toi là rester garée encore longtemps ?”
  • Je me détourne sans avoir lâché les derniers magasines que je tiens donc toujours, je croise un très beau regard vert clair, celui d’un homme au volant de ce qu’il me semble être un 4 x 4 garé à côté de ma voiture et dont je ne dérange pas le passage et je réponds d’un ton neutre “j’ai presque terminé”
  • “NON tu dégages !”
  • Et là mon regard se pose sur une main tenant un pistolet braqué sur moi, très exactement sur mon visage, car j’ai l’impression que l’oeil noir du pistolet me fixe désagréablement. L’homme le tient de la main gauche posée sur la portière (la vitre est entièrement descendue).
  • Je me dis “déjà, c’est trop tôt”, je lâche les magasines, j’ouvre ma portière et je me rue dans ma voiture. Mon sac à main valdingue n’importe comment avec le cabas, et je me penche pour le rattraper en claquant la portière.
  • Et non, on ne tire pas en évitant ma tête de justesse parce que je me suis penchée faut-pas-pousser-non-plus.
  • La voiture démarre dès que j’ai claqué ma portière, grille bien évidemment le stop, et le temps que je retrouve mon portable tombé par terre, la voiture est hors de vue, mais je l’ai nettement vue tourner à droite.

Sur le coup je ne ressens rien, je desserre mon frein à main pour démarrer à mon tour, marquer tout de même le stop, tourner à droite également avec la peur de voir la voiture qui m’attend, avec toujours en tête le “déjà c’est trop tôt”, déjà la mort. Puis je me mets à transpirer, je m’arrête au carrefour suivant avant de tourner à nouveau à droite : la voiture est hors de vue et je perds l’usage de mes jambes qui se mettent à trembler.

Fort heureusement, je suis juste devant la caserne des pompiers, ils sont trois à papoter dehors en fumant (normal pour des pompiers) et je pile comme je le peux, en appuyant comme une folle sur le klaxon (en m’écroulant donc sur le volant).

Alertés par ce klaxon insistant et continu, ils se déplacent pour trouver votre sorcière en larmes, tremblant de tous ses membres, transpirant comme pas possible, mais sur le coup, ils pensent que je fais juste un malaise, vu que je suis toujours affalée sur le volant…

La suite au prochain numéro, la vie n’est qu’un long calvaire…

PS : sur la photo c’est du pipeau : il n’y a pas de balles dans le barillet…

Posté le 6 septembre '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Chroniques d'une vie ordinaire. 16 Commentaires.

Leçon loupée (et un trauma de plus, un…)

L_escargot_L_o_57210837

Je donne toujours des cours de soutien à ma nièce la petite fée, en français, histoire/géo, éducation civique. Nous souffrons toutes les deux de ces cours qui sont parfois du n’importe quoi, mais là  n’est pas le problème.

Pour agrémenter le dernier cours où nous avons toutes les deux souffert sur les compléments circonstanciels, elle m’avait demandé pourquoi le premier jour du printemps changeait régulièrement.

En effet le printemps peut débuter le 20, 21 ou 22 mars (et non pas comme on le prétend sur M6 le 19, 20 ou 21).

Je sais en effet que mon PAPA est né un 22 mars, 1er jour du printemps pour lui, vu son heure de naissance, en 1938…  Et je sais donc également (astrologie et astronomie obligent) que ceux nés cette année là le 21 n’étaient pas encore du signe du bélier, mais encore dans les poissons, mais tout le monde s’en fout (en plus il faut connaître l’heure de naissance et la remettre en heure solaire, mais mes éphémérides n’appartiennent qu’à moi, NA !)

(NB : si vous êtes nés un 20, 21 ou 22, il faut vérifier votre signe solaire réel, et démerdez-vous).

Je lui ai donc fait un petit cours rapide sur la révolution de la terre autour du soleil, en soulignant que cela ne tournait pas vraiment rond puisqu’il s’agit d’une Ellipse,  et que 365 jours + 1/3 n’était pas facile pour tomber juste, d’où les variations de dates,  et qu’en fait il y avait :

  • L’équinoxe de printemps et d’automne, dates qui marquent les deux jours de l’année au cours desquels le jour et la nuit font le même temps.
  • Le solstice d’été et celui d’hiver, jours au cours desquels le jour est plus long que la nuit (en juin) avant de recommencer à raccourcir, et inversement.
  • Qu’en plus pour les solstices il fallait calculer dans le sens inverse dans l’hémisphère sud (début de l’été quand c’était pour nous l’hiver, et inversement CQFD)
  • Et qu’encore en plus dans certains pays voisins de l’équateur, tout ceci n’existait pas parce que pour ces pays là, c’était 12 H de jour et 12 H de nuit, sans aube réelle et sans crépuscule comme nous les connaissons, parce que c’est comme ça

Elle faisait le soleil dans la pièce, du genre fixe avec une lampe à la main et moi la terre tournant autour, avec une orange (l’air pas con du tout…) dont j’avais pris soin de basculer l’axe (puisque la terre a un axe basculé rien que pour nous emmerder (et que ma soeur pourrait avoir chez elle une mappemonde cela serait plus simple que de faire l’andouille avec une orange ou une clémentine (ou un melon c’est comme vous le sentez))).

  • J’ai tout compris tatie (regard illuminé, c’est toujours ça, elle a suivi, c’est après que ça se gâte…)
  • Il y a l’intox ou le paradoxe du printemps et celui d’automne.
  • Et puis le colchique d’été et celui d’hiver
  • SUPER, je vais super bien répondre au prof si un jour il en parle (j’espère que cela ne restera qu’un vague espoir pour elle, parce que si elle précise que c’est sa tatie qui le lui a dit, je serai mal…)

Obligée de faire un post-it, vu qu’elle m’a coupé net mon accès sur son compte face de bouc où je ne peux plus lui envoyer de message :

  • EQUINOXE æquinoctium, de æquus (égal) et nox, noctis (nuit). Ceci parce qu’à l’équinoxe jour et nuit ont une durée identique, donc jour et nuit de durée égale (le truc dont je voulais qu’elle se souvienne, et j’espère que d’avoir consulté WKPDIA lui aura suffit)
  • SOLSTICE et non pas colchique qui est une plante,  du latin solstitium (de sol, « soleil », et sistere, « s’arrêter, retenir »),  le tout à recopier 10 fois... (et moi je suis le pape François et j’attends ma soeur).

J’ai bien peur que mon post-it n’ait été égaré très rapidement (d’où le fait que je puisse devenir le pape et attendre ma soeur).

Elle expliquera à ses enfants qu’il y a l’intox ou le paradoxe du printemps et celui d’automne, et les colchiques d’été et d’hiver.

En maudissant sa tante (moi), si elle a un enfant qui s’intéresse même uniquement de loin, à ces phénomènes astronomiques, et qui se foutra donc forcément de sa tronche, comme fille ainée le fait régulièrement avec moi (mais pas concernant ce sujet précis ou celui de la musique classique, elle a d’autres trucs autrement plus importants à  me signaler comme : “twitter c’est l’avenir” (le sien))

Je ne serai plus là pour assister au désastre, mais la vie n’est tout de même qu’un long calvaire, surtout pour elle (ma nièce) qui devra affronter un trauma existentiel : celui de s’être ridiculisée…

Posté le 24 mars '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Faites des gosses !. 13 Commentaires.

Essuies glaces, chauffage voiture et briquet égaré…

scene-de-menage1Quand nous partons à la Grande Motte qui est un long trajet, papa me cède volontiers le volant, mais pour les petits trajets c’est sa voiture et point barre.

Le jour de la St Patrick (dimanche donc) nous allions déjeuner chez tatie chérie, et j’aime bien de temps à autres, me faire véhiculer, en profitant, à l’arrière, des intéressantes conversations de mes parents à l’avant.

Dont je ne risque pas de louper une miette, en me gardant bien d’intervenir, parce qu’ils sont durs d’oreilles tous les deux, surtout maman, et que donc, ils ont pris l’habitude de hausser le ton.

Quand on le fait machinalement, devant eux, ils croient utiles de préciser “pas la peine de crier comme ça, nous ne sommes pas sourds” (et moi je suis le pape et j’attends ma soeur…).

Depuis 25 ans que maman s’est décidée à prendre le volant, ayant passé le reste de sa vie à se faire véhiculer, avec permis passé à 18 ans, elle n’a pas perdu la bonne habitude de donner des conseils à mon père.

Avec moi, elle ne le fait jamais, car en cas de conseils, je lui demande de me rappeler ma date et heure de naissance, ce qui calme tout de suite le jeu, d’autant que pour poser ces questions je lève volontairement le pied jusqu’à arriver à 30 à l’heure (dans une zone à 70) et qu’elle comprend finement qu’elle me gonfle, sans avoir envie de prendre le volant.

Cela commence avec le chauffage ou la clim :

  • Tu pourrais mettre le chauffage plus fort, je suis gelée.
  • Tu pourrais mettre la clim plus fort, je suis en nage.
  • J’ai toujours froid aux pieds
  • J’ai toujours les joues en feu
  • Réponse qui tombe inéluctablement : tu n’as qu’à t’occuper des boutons de réglage, je conduis MOA…
  • Maman tripote les boutons de réglage et tout va bien, elle peut se concentrer sur autre chose

Autre chose qui ne va jamais :

  • Tu vas trop vite
  • Pourquoi te traine-tu comme ça, nous allons être en retard
  • Depuis le moment qu’il n’est pas tombé une goutte, tu pourrais arrêter tes essuies glaces dont le crissement me tape sur les nerfs.
  • Depuis le moment qu’il retombe de la flotte tu pourrais remettre en route tes essuies glaces.
  • Attention à droite
  • Attention à gauche
  • Je te signale qu’il ne pleut plus
  • C’est limité à 30
  • Si tu prends une prune tu ne viendras pas te plaindre
  • Ce n’est plus limité à 50
  • N’oublies pas que l’on tourne à droite dans environ 1 km (sur un trajet fait régulièrement depuis que j’ai l’âge de 4 ans, sans modifications notables de la route…)

J’admire le calme de mon père, qu’il perd parfois :

  • Puisque c’est comme ça tu n’as qu’à prendre le volant !
  • Tu me dis ça sur l’autoroute, c’est trop facile…
  • Alors tu te tais…

Quand ils se boutiquent, maman baisse systématiquement le son de radio nostalgie. Je sais très bien que c’est une manoeuvre pour nous faire croire qu’elle entend très bien, elle me fait le coup pendant les vacances, alors je mets le son au plus bas, jusqu’à ce qu’elle craque “on n’entend rien, et j’adore cette chanson” (alors que moi j’entends très bien…).

En fait elle n’a pas besoin d’écouter, elle veut juste se concentrer pour continuer sa discussion avec papa… Voir plus haut.

Papa qui finit par craquer parce que lui n’entend plus rien non plus, et qu’il adore cette chanson. Réponse de ma mère, d’une mauvaise foi pas possible “moi j’entends très bien, donc je ne suis pas dure d’oreille”.

Papa arrive à régler le son de radio nostalgie, pas comme le chauffage ou la clim, mais jamais maman ne se plaint que c’est trop fort, pas comme le chauffage ou la clim…

Finalement nous arrivons toujours à bon port. A bon port le jour de la Saint Patrick, c’est non fumeur donc il leur faut sortir pour fumer, dans le petit jardin de l’appartement en bord de Seine. Le moins souvent possible, je dois le reconnaître.

Papa a évidemment oublié son briquet dans la voiture. Tout comme il a oublié ses lunettes de soleil à la maison, cela fait 4 ans que je lui serine de s’en acheter une deuxième paire qui restera dans la voiture (en fait non, il rentrera à la maison avec et les y laissera, donc je n’insiste pas).

Papa oublie toujours son briquet dans la voiture où il est certain de le retrouver, alors que s’il l’oublie chez sa soeur, il n’aura plus qu’à s’en racheter un (je précise que c’est un beau briquet, pas un bête bic…)

Il sort donc avec maman.

  • Oh merde, j’ai oublié mon briquet dans la voiture. Tu peux me passer le tien ?
  • PSHIIIT (et moi il faudrait que je tienne).
  • Rends-moi mon briquet que j’allume ma cigarette, merci.
  • PSHIIIT (et moi il faudrait que je tienne).
  • Nous avons tous entendu que papa avait allumé son cigarillo avant de rendre son briquet à maman.
  • Qui ressort 1 H après pour en griller une. Je l’accompagne pour fumer une des 5 ou 6 que je fume toujours depuis une petite rechute.
  • “Coraline tu peux me prêter ton briquet” ? Ton père m’a évidemment embarqué le mien…

Il faut reconnaitre à sa décharge qu’à une époque papa s’était taillé une sacrée réputation, dans une famille de fumeurs, à piquer les briquets des autres. Ce n’est pas qu’il le faisait exprès. Il vous empruntait le vôtre, allumait son truc qui pue, et mettait machinalement le briquet dans la poche de sa chemise. Un jour en lui faisant les poches nous lui avons trouvé 7 briquets, le sien, deux qu’Albert avait perdus, celui de ma belle soeur, celui de mon frère, et le mien…

C’était il y a longtemps, l’époque où nous traquions nos briquets égarés, avant le cadeau fait à Jean-Poirotte d’un briquet en argent massif estampillé 100 % argent français, exempts de viande de cheval, avec pierre + mèche à changer, plus recharge en essence qui pue encore plus que le cigarillo.

Je prête donc mon briquet à maman, un truc énorme que personne ne peut me piquer parce que le spermatozoïde qui trône dessus n’appartient qu’à moi (ICI).

Une heure après, ils ressortent tous les deux :

  • Bibelot, tu peux me passer ton briquet, j’ai toujours le mien dans la voiture.
  • Ah non alors, c’est toi qui me l’a piqué, regarde dans tes poches.
  • Papa véhicule ses yeux dans ses poches : point de briquet
  • Regarde donc bien dans les tiennes…
  • Je te dis que tu me l’as piqué…
  • Non, regarde dans tes poches.
  • Ah oui, le voila…

Reste le voyage du retour, avec les giboulées de mars.

Je vous épargne donc le dialogue, la musique, le bruit des essuies glaces, la température toujours trop ou pas assez, et l’odeur du briquet à essence que mon père a retrouvé seulement au deuxième feu rouge, parce qu’il s’était assis dessus en remontant dans la voiture pour le retour.

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 19 mars '13 par , dans Ah ces parents !, Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !. 12 Commentaires.

Lundi 28 janvier 2013…

Soit ce sera mon dernier jour, puisque j’aurais commis un crime horrible devant être puni de mort ( je ne rigole pas).

Soit je pourrais vous raconter dès le 29,  pourquoi la vie n’est qu’un long calvaire…

Je m’en vas à un enterrement, pour peut-être réaliser le rêve de tous ceux qui courent après le temps pour en gagner : mourir dans un cimetière étant le top…

BRRR. Et les filles qui ne seront pas là pour mes dernières volontés… (Pulchérie n’ayant jamais particulièrement pointé du doigt un truc qu’elle aimerait bien avoir, et Delphine voulant tout ce que j’aime ou ai aimé, je le sens bien simple ce coup là…)

Vous allez me demander pourquoi j’y vais (à l’enterrement) et alors je précise que c’est justement parce qu’on m’a dit que j’y risquerais peut-être ma vie que du coup, et bien j’y vais tout de même…

Et forcément, toute  la famille qui n’est pas la bienvenue, y ira AUSSI ET SURTOUT !

Parce qu’il y a comme un air de famille qui va jouer, et que du coup, et bien cela fait plaisir de ne pas se sentir isolée… (quand je pense que l’air qui va suivre, je savais le jouer, les yeux fermés, jadis…)

Marche funèbre…

Posté le 27 janvier '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Dans la série Diabolique. Pas de commentaire.

Les blinis du 1er janvier…

BlinisJe savais que je prenais un risque énorme à proposer de faire des blinis maison pour le premier de l’an. Comme le coup du diplomate à la Grande Motte, coup que j’ai refais pour Noël, avec moins de succès, mais c’était la faute du moule qui n’était pas le même (farpaitement, avec le moule en pyrex, j’avais maîtrisé de A à Z, pas là…).

Cette année, pas de trop grand comité pour Noël et le Jour de l’an, donc exit la dinde, le chapon, la poularde, que nous adorons maman et moi, avec des marrons. Après tout, nous n’en mangeons qu’une fois l’an…

Pour Noël, maman avait parfaitement réussi un gratin de fruits de mer dont j’ai la recette, mais elle a un truc qui fait que nous ne le réussissons jamais aussi bien qu’elle.

Pour le jour de l’an, après le foie gras maison qui pour la première fois depuis 10 ans était meilleur que celui de l’année d’avant, il y avait des huitres en grande quantité, et du saumon fumé.

Si jamais quelqu’un s’est fait entuber sur l’achat d’une bourriche d’huitres, c’est ma mère pour le premier janvier. Mes parent en ont mangé tous les jours jusqu’au 5… Pour Noël, elle en avait pris 2 (bourriches), mais petites, et cela avait été parfait.

Bref.

Je suis arrivée le 31, décidée à faire les blinis, à savoir les faire cuire le jour même (à la poêle à blinis), et je savais que sur la quantité, j’allais me faire avoir jusqu’au trognon.

Comme nous étions 7, maman, prévoyait au moins, 2 blinis par personne.

A manger avec le saumon fumé, après le foie gras maison (meilleur que celui de l’année dernière (bis), c’est un exploit, généralement c’est l’inverse), les huitres, dont mon neveu et ma nièce peuvent manger une quantité non négligeable.

Je crois que la petite fée a battu tous les records cette année en en mangeant 22, n’osant se battre avec son frère pour la dernière…

Qui dit foie gras dit toasts, qui dit huitres, dit pain de seigle, donc, 14 blinis cela me paraissait un peu beaucoup trop.

Qu’importe ce que je pense, là je ne suis plus qu’une pauvre enfant en perdition, ma mère m’a donné un kilo de farine de blé noir, et de la levure de boulanger en quantité + les oeufs et le lait, de quoi rassasier la Sibérie.

  • J’ai déjà eu du mal à lui faire admettre que 500 grammes de farine c’était largement suffisant beaucoup trop : elle pensait me faire utiliser le kg.
  • (En dessous de 500 grammes de farine, ce n’était plus négociable…)
  • + la douzaine d’oeuf dont je n’ai pris que la moitié
  • + le lait dont il allait lui en rester 2 litres sur les bras

Le temps de préparer la pâte, tout allait bien, et est-ce qu’il y en aurait assez (bonne question).

Quand papa a vu la pâte (enfin levée, donc triplée de volume) mélangée aux blancs battus en neige, il a pris peur. Et moi donc, qui devait tout faire cuire à la poêle (quand je vous le disais que j’allais sentir la friture).

Je ne me sentais pas de faire tous les blinis dans la poêle ad hoc, et j’ai donc pris ma vieille crêpière pour en faire en parallèle. J’avais beau faire, ceux sortant de la crêpière étaient tout de même un peu plus gros et larges que les autres. Rien à faire sur les mesures : soit cela gonflait comme il le fallait, soit, cela s’étalait comme une morne galette.

Moralité : à la fin de la pâte il y avait de quoi rassasier un régiment de cosaques (après le siège de la ville que vous choisirez, moi, je m’en tape)…

Maman était horrifiée :

  • Non mais tu te rends compte de TOUT ce que TU as fait ? ON ne mangera jamais tout ça !

Devant sa mauvaise foi pas possible, papa et moi sommes allés :

  • Allumer le feu
  • Réparer deux guirlandes électriques
  • En chuchotant que les blinis à congeler ce serait son truc…

Nous avions raison. Tout le monde a pris UN blinis et pas plus. Et encore, je suis LARGE !

Et il en restait 20 à congeler. Parce que me dire qu’il en fallait 14 c’était peut-être un peu exagéré : vu la quantité de farine que j’étais obligée d’utiliser, faire 14 pile poil, c’était impossible (ça gonfle à la cuisson).

Le 1er janvier quand je suis partie sur le coup de 18 H 30, maman emballait un par un les blinis “si délicieux” (tout de même) pour les congeler, en se demandant sans doute pourquoi je ne m’en étais pas chargée moi-même (de la congélation)…

C’est un peu comme pour les photos que je prêtais pour qu’on en fasse un retirage avant de me les rendre dans 2 semaines : quand je vais faire de la cuisine pour mes parents, je vais faire signer une décharge…

S’il y en a de trop, c’est eux qui congèlent, ou qui terminent…

Si c’est trop bon, je garde la recette…

La vie n’est qu’un long calvaire…

Posté le 10 janvier '13 par , dans Ah je l'aurai méritée ma place au Sénat !, Tu l'as vue la spatule ?. Pas de commentaire.